DÉCOUVERTE/Les étains lyonnais

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  17/01/1982, de manière anonyme.

L’étain a été longtemps considéré comme un métal précieux. Aujourd’hui, les pièces d’orfèvrerie d’étain sont recherchées par les collectionneurs avec une ferveur comparable à celle qui anime les amateurs de pièces d’argenterie.

Or, il faut savoir que, une fois encore, l’art lyonnais s’est assez remarquablement distingué par une production originale que nos concitoyens méconnaissent parfois. L’étain est un étal mou, tendre et aisément fusible ; une tendance naturelle porterait à des objets informes et larvaires. L’art de l’étain a trouvé son originalité en produisant des volumes originaux (aiguières, pichets, chopes et plats de toute sorte, sans oublier les bouillons ou écuelles couvertes ni le matériel hospitalier avec les divers clystères et autres tasses à bec). Ce sont généralement les volumes qui permettent de typer les étains et de les situer dans telle ou telle région de France ou d’Europe. Trois périodes importantes sont à signaler pour ce qui est de la production lyonnaise : la Renaissance, le XVIIe et le XVIIIe siècle.

C’est à Lyon qu’on attribue généralement la naissance d’un courant qui s’est diffusé en Europe au XVIe et au XVIIe siècle. Il s’agit d’étains ornés de décors historiés inspirés de la Bible ou de la mythologie classique empruntés aux vignettes et aux encadrements de la première imprimerie. Les pièces les plus importantes de cette époque consistent en des aiguières moulées en relief, des objets d’église, patènes ou calices, et des plats dits « à ombilic » (ces plats comportent en leur centre une scène historiée formant saillie par rapport au fond du plat).
On s’accorde généralement à considérer ces modèles comme étant d’origine lyonnaise bien que leur lieu de naissance soit historiquement controversé. On a longtemps pensé devoir attribuer ces plats au célèbre graveur et orfèvre lorrain François Briot (1560-1616) établi à Montbéliard, car il était réputé pour des talents de médailliste que l’on croyait retrouver dans ces étains. D’un autre côté la production de l’orfèvre d’étain Enderlein à Nüremberg montre que le genre s’est diffusé à travers l’Europe avant la fin du XVIe siècle. Sans vouloir trancher ici un délicat problème historique, on ne peut manquer d’être frappé par la parenté du décor de ces étains avec les scènes en bas-relief ornant les armoires à deux corps ou les sources d’inspiration des majoliques (premières faïences de la Renaissance) au XVIe siècle à Lyon. C’est, dans chacun de ces cas, auprès des mêmes dessinateurs et ornemanistes qu’ont puisé les artisans qu’ils fussent étainiers, menuisiers ou faïenciers.

Si le XVIIe siècle paraît le plus souvent n’avoir eu que peu d’identité régionale en ce qui concerne les arts décoratifs, on doit signaler l’orfèvre Louis Morand qui s’est illustré notamment par la qualité de ses plats dits « en chapeau de Cardinal », issus du plat à ombilic dont le centre s’est progressivement aplati et les bords élargis jusqu’à donner une forme qui n’est pas très éloignée du célèbre chapeau ecclésiastique. Vers 1650 naît, sans doute à Lyon, le premier modèle d’écuelle à couvercle avec toit plat muni d’une prise formant salière et d’anses plates communément appelées « oreilles » (en faveur jusqu’au milieu du XVIIIe siècle à Lyon).

Au XVIIIe siècle, la production lyonnaise d’étains était florissante. La forme du pichet à vin (pot à couvercle uni d’une anse) revêt des types nettement définis, ainsi que l’a montré Roland Dams (« Les mesure à vin en étain », L’araire, N°46, 1981) : le modèle le plus répandu à Lyon revêt un profil tronconique à base cylindrique très courte avec gobelet en talon droit (ou quart de rond) et poucier commandant l’ouverture du couvercle constitué par deux glands ; un modèle moins répandu comportant un épaulement à panse en tronc de cône inversé ; enfin, le plus rare, en balustre à piédouche avec poucier en S à la façon parisienne. On a fait à Lyon également une cruche à lait ou « buire » de volume sphéroïde dotée d’une grande anse circulaire. La Platerie Lyonnaise d’étain suit le plus souvent les formes en usage dans les faïences ou l’argenterie. La production lyonnaise se poursuivit jusque dans la première moitié du XIXe siècle, illustrée notamment par des orfèvres tels que Auster ou Pissavy, dont le poinçon se trouve apposé sur un grand nombre de pièces subsistant aujourd’hui.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search