PERSONNAGE/Pierre Dupont, chansonnier

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  11/05/1980, de manière anonyme.

Pierre Dupont par Etienne Carjat & Co. (France, 1828-1906) – LACMA AC1992.229.130

Pierre Dupont reste ignoré et nos contemporains, pour la plupart, seraient sans doute en peine de citer de lui plus que le titre d’une ou deux chansons.

Sa notoriété fut grande pourtant, et l’inauguration de son monument dans le jardin des Chartreux, le 20 avril 1899, devant toutes les autorités civiles et militaires, y compris le représentant du ministre des Beaux-Arts, en fut une consécration mémorable. On célébrait le poète populaire issu du peuple, le chantre de la nature vraie, du travail des humbles, de la République sociale, le républicain traqué par l’empire.

Sans doute cette éloquence recouvrait-elle, comme on dit aujourd’hui, la volonté de « récupérer », un poète dont l’inspiration n’était pas coulée au moule officiel. Mais tout compte fait, elle ne s’écartait pas tellement de la réalité.

Né à Lyon, quai de l’Hôpital, le 23 avril 1821, mort le 29 juillet 1870 à la Croix-Rousse, en la rue qui porte aujourd’hui son nom, ce fut un vrai Lyonnais, en dépit d’un long séjour parisien. Fils d’un modeste fabricant d’éperons et de mors pour chevaux, apprenti canut puis petit employé de bureau, il monta à Paris sur ses vingt-cinq ans, à la poursuite de  la gloire littéraire. Plus heureux que beaucoup d’autres, il y trouva des amis (parmi lesquels Gounod, Lacordaire) qui lui procurèrent un gagne-pain modeste mais sûr, et des relations précieuses. Il put se faire connaitre. Un long poème philosophique « les deux anges » fut même imprimé par souscription à laquelle participèrent le Roi Louis Philippe, la Reine et de nombreux académiciens ! Mais c’est sa poésie rustique qui le fit aimer du public : « les Bœufs » datent de cette époque (1845), de même que « les Sapins » (1847).

Dès ce moment, se manifestait aussi l’inspiration généreuse qu’on appellerait plus tard « quarante-huitarde » : fraternité des hommes et des peuples, justice sociale et paix sur terre. Citons « le Pain » (1846), « Chant des nations » (1847), le « chant des ouvriers » (1846). Aussi vibra-t-il de tout son être dans l’exaltation de 48, avec tous ceux qui croyait à l’avènement de la République sociale. Il n’en fallait pas plus pour le rendre suspect après le 2 décembre.

« Démagogue exalté. Dangereux. A fait partie de toutes les réunions,  de tous les clubs, de tous les comités de propagande. Délégué au Conclave rouge. Figurait dans tous les banquets démocratiques socialistes. Exerçait une influence fâcheuse sur les ouvriers. En relations suivie avec tous les meneurs dont il partageait les espérances ».

La fiche de police exagérait lourdement, car Pierre Dupont n’était ni un politique, ni même un révolutionnaire, et il ne faudrait pas que l’on tentât de le « récupérer » à ce titre. Une déclaration de soumission à l’Empereur, avec promesse de renoncer à toute activité politique lui valut une liberté rapide. Désabusé, il se réfugia dans la poésie champêtre, mais ses belles années désormais étaient derrière lui. La mort de sa femme (1862) le ramena à Lyon, où il mourut avant l’Empire.

On l’a comparé à Béranger, mais il avait plus de fraîcheur. On pourrait le rapprocher du peintre Courbet, mais il n’en avait pas la puissance. Ce fut un cœur généreux et pur, et ses chansons ont correspondu à l’âme populaire d’une époque : on ne peut pas en dire autant de tous.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search