PERSONNAGE/Napoléon et Lyon

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  02/12/1984, de manière anonyme.

La statue équestre de Napoléon, place Carnot, en 1965. Bibliothèque municipale de Lyon / P0546 SA 15-13

En 1815 Napoléon proclamait : « Lyonnais, je vous aime ».

Peut-être son attachement à cette capitale temporaire de l’Empire remontait-il à sa jeunesse où, en garnison à Valence, il avait vu « cette place Bellecour si belle ».

Bien des années ont passé, houleuses et déplorables, avant que le maigre officier de Valence ne soit promu au commandement de l’armée d’Italie. Nous n’avons trouvé aucune trace de son passage à Lyon à cette époque. Bientôt vainqueur, il proclamait : « Soldats… vous n’avez rien fait puisqu’il vous reste encore à faire… Peuples d’Italie, l’armée française vient rompre vos chaînes… » Il parlait plus à la France, et sans le savoir à Lyon, qu’à ses soldats.

Le Directoire discrédité dut lui obéir. La gloire lui souriait.

Quelques années passent encore. Bonaparte, plutôt que d’être mêlé à toutes les intrigues, préfère aller au loin et imagine la grandiose et funeste expédition d’Egypte. Sans vouloir disserter sur les causes secrètes de son retour, énonçons que, précédé d’une excellente propagande et des trompettes de la renommée – autre indocile maîtresse -, il débarqua en France le 17 Vendémiaire an VIII (9 octobre 1799).

Débarqué à Fréjus le 9 octobre, lit-on dans « l’annuaire de Lyon  et du département du Rhône », Bonaparte parût bientôt inopinément à Lyon.  Sa présence excite un enthousiasme extraordinaire. Cet enthousiasme était-il tant spontané ? Sa propagande agissait déjà. Il logea rue Amédée (devenue rue d’Egypte en souvenir). Il se laissa entrainer à l’Hôtel de Ville « Où l’extrême fatigue qu’il éprouvait ne le défendit pas contre une véritable ovation ». Le soir, on joua aux Célestins une pièce de circonstance, rapidement écrite : « Le haros de retour ». Le lendemain, il partait pour Paris.

Quelques mois passèrent. Après sa victoire de Marengo qui redonnait l’Italie à la France, le Premier Consul passa à Lyon le 28 juin 1800. Cette fois tout était préparé pour le recevoir. Le préfet nouvellement installé, Verninac, avait désiré faire reconstruire les façades de la place Bellecour jetées à bas sur l’ordre de Couthon. « Il eut l’art d’intéresser à ses plans de restauration le nom du Premier Consul de la République ». Le 29 juin 1800 en grande pompe, Bonaparte posait la première pierre des nouvelles façades, moins ornées que celle de Robert de Cote. On supprimait aussi un repère de malandrins et un marché aux puces de receleurs.  Bonaparte voulait aussi restaurer l’industrie de la soie, pour éviter, comme dit, Chaptal, « les insurrections fondées sur le manque de pain ».

En janvier 1802, la cour vécut à Lyon, devenue à la fois capitale de la France et de la « République d’Italie ». La République cisalpine, créée avec les conquêtes françaises, devait recevoir sa constitution. Bonaparte, ainsi que l’écrit Vaulabelle, était arrivé avec Joséphine, précédé de la garde consulaire. Il passait en revue les troupes revenues d’Egypte, il recevait les Cisalpins, leur parlait en italien, était leur compatriote. Les notables de la « consulta » ne firent aucune difficulté pour accepter la constitution dictée par les Français. Bonaparte sur les suggestions de Talleyrand, fut choisi comme président de la Nouvelle République et Melzi, son véritable créateur, vice-président. Le 25 janvier 1802, il prononça, pour clôturer la séance, un discours en italien volontairement vague.

Après les fêtes, Bonaparte repris la route de Paris, mais il avait eu le temps de rétablir l’unité de la municipalité dissocié en trois organismes après le siège.

Napoléon perçait sous Bonaparte. Quelques années passent et c’est comme empereur qu’il revient à Lyon en 1805 afin d’aller à Milan recevoir la couronne d’Italie. « Napoléon et Joséphine parurent à leur tour dans tout l’éclat de la majesté impériale. L’empereur venait de Bourg et c’est par le quai Saint-Clair qu’il fit son entrée ». Il fut reçu par le Cardinal Fesch, son oncle. Il resta à Lyon six jours et s’il y eut des fêtes et des cérémonies, il accomplit un important travail administratif  et économique car il avait –dit Chaptal- une prédilection marquée pour la fabrique de Lyon ; il y prenait le plus vif intérêt  et lorsque les événements ralentissaient cette précieuse branche de notre industrie, il ne négligeait rien pour venir à son secours.

Le 11 avril, à 6h du matin, il partit « entouré d’une foule tellement compacte que les chevaux ne pouvaient avancer qu’au petit pas. Ils mirent beaucoup de temps à traverser le pont de la Guillotière… »

Des années passent encore et Lyon se relève de ses ruines et prospère.

En décembre 1807, Napoléon ne passa que quelques heures dans la ville. Il convoqua le maire, Fay de Sathonay et envisagea avec lui les relations commerciales entre Lyon et la Russie. Plus tard, en 1810, le tsar prohiba l’entrée des soieries françaises dans son empire et en 1811 une crise économique catastrophique éclata.

Les jours de gloire étaient terminés.

En 1814, les Lyonnais devaient se montrer assez ingrats. Napoléon, parti de Fontainebleau, arriva à Lyon le 23 avril à 10h30 du soir. « Il traversa la nuit et presque seul la ville pour laquelle il avait tout fait. Reconnu au relais de la Guillotière, pendant qu’on changeait les chevaux de sa voiture, il fut salué par des cris de  vive l’empereur ».

Pendant un an les royalistes déchaînés firent regretter leur ingratitude aux Lyonnais.

En 1815, Napoléon était  de retour à Lyon. A l’annonce de son arrivée à Grenoble, le maréchal de Macdonald fit barrer les ponts Morand et de la Guillotière et ordonna aux troupes de se poster le long du Rhône. Mais, dès que les hussards de l’avant-garde impériale se présentèrent à la Guillotière, toutes les troupes fraternisèrent. La population ouvrière s’en mêla et les barricades s’en allèrent au Rhône. Le 10 mars, à 7h du soir, Napoléon entrait à Lyon, acclamé par la population, et allait loger à l’Archevêché.

Le soir, aux Célestins, on chanta
« L’heureux retour » :

Français, dissipez vos alarmes,
Napoléon est de retour ;
Accourez au bruit de ses rames
Consacrez-lui tout votre amour…

« La nouvelle lyonnaise ou le retour du héros » :

Quel sont ces cris, ciel, que vient-je d’entendre ?
Napoléon reparait sur ces bords,
Accompagné de nos ardents transports
A nos désirs il daigne enfin se rendre…

« Chanson » :

Tu le revois, ô France, ô ma patrie,
Ce souverain, l’exemple des bons rois,
En nous donnant une nouvelle vie,
Napoléon rentre, malgré l’envie,
Dans tous ses droits…

Le comte de Farges, maire royaliste, ne s’enfuit pas comme les princes, quelques jours avant, et le 11 au matin une affiche de sa facture couvrait les murs.

« Napoléon revient dans cette cité dont il effaça les ruines, dont il releva les édifices…Habitants de Lyon, vous revoyez dans Napoléon celui qui vint arracher, en l’an VIII, votre belle patrie aux horreurs de l’anarchie… »

Farges fut maintenu à la mairie.

A Lyon, où il resta les 11 et 12 mars, l’Empereur promulgua dix décrets rétablissant l’empire pour cent jours.

« Au moment de quitter cette ville pour me rendre dans ma capitale, j’éprouve le besoin de vous faire connaître les sentiments que vous m’inspirez… Lyonnais, je vous aime. »

Napoléon s’adresse au lyonnais – AML 6fi6284

C’était la dernière fois que les Lyonnais voyaient Napoléon en attendant son neveu.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search