PATRIMOINE/Les anciennes fortifications et casernes de Lyon

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  11/07/1982, de manière anonyme.

Sous les Romains, Lyon n’avait pas de fortifications.
En effet, à cette époque, on n’occupait pas les villes qu’on se bornait à surveiller au moyen de camps. Celui qui gardait Lyon était installé sur le Mont d’Or et contenait huit légions. A la chute de l’Empire romain (411), Lyon passa sous la domination des Burgondes, et après la mort d’Attila (453), elle devint la capitale du royaume de Bourgogne.

Sous les successeurs de Clovis et sous Charlemagne, Lyon fait partie du domaine des rois francs.
Ville ouverte de tous les côtés, elle fut pillée et dévastée bien souvent pendant les guerres de cette époque. Lors du démembrement de l’empire de Charlemagne, on ressentit partout de la confusion des divers pouvoirs qui se disputaient la suprématie.
D’abord, Lyon obéit à ses comtes qui rendirent hommage aux rois en construisant un château féodal sur le rocher de Pierre Scize. Puis l’autorité des archevêques prédomina sans toutefois annuler celle des comtes. Sous les archevêques, Lyon vit s’élever bon nombre de cloîtres fortifiés où les chapitres et les congrégations étaient en mesure de résister à la sédition des bourgeois. Il leur arriva quelquefois d’y braver l’autorité ecclésiastique elle-même.
C’était le cloître de Saint-Jean, résidence de l’archevêque au pied de la colline de Fourvière, le cloître des Macchabées à Saint-Irénée, le cloître Saint-Just où demeurèrent le pape Innocent IV et le roi Louis VIII pendant la guerre des Albigeois, le cloître Saint- Nizier sur la rive gauche de la Saône et enfin, au confluent des deux fleuves, le cloitre d’Ainay dont l’église existe encore et représente un des plus curieux spécimens de l’architecture romane malgré les réparations souvent peu judicieuses qu’on y faites et qu’on pourrait sans être bien sévère qualifier de mutilations.

La construction du pont de pierre sur la Saône en 1076, en permettant aux bourgeois lyonnais de fuir le voisinage immédiat, autrement dit de soustraire à la domination, des cloîtres de Fourvière, eu pour résultat la création d’une véritable ville entre Saône et Rhône. Les bourgeois ne négligeant pas leur défense et ne comptant plus assez ou ne voulant plus compter sur la protection du château de Pierre Scize, construisirent une grande muraille fermant au Nord la portion de la presqu’île où ils s’étaient installés.
Cette muraille, flanquée de tours, occupait le pied de la croupe de la Croix-Rousse en traversant la place actuelle des Terreaux. C’était l’enceinte des Terreaux. Elle fut continuée peu à peu, en retour, sur la rive droite du Rhône.
Ailleurs, sur la rive gauche de la Saône et au sud, on se barricadait au moyen de chaînes tendues à travers les rues, et bientôt les bourgeois furent assez forts pour braver les archevêques et les seigneurs.
Plusieurs révoltes ensanglantèrent la cité, et l’une d’elles alla même si loin que les bourgeois, maîtres du cloître Saint-Jean, obligèrent les chanoines à se renfermer dans le cloître Saint-Just, lequel était une véritable citadelle qu’ils assiégèrent un an, les serrant de très près au moyen de contres-forteresses qu’ils avaient élevées à l’emplacement du couvent du Verbe Incarné.
Pendant ces querelles, chanoines et bourgeois avaient réclamé plusieurs fois la médiation du roi de France.
Le roi intervint donc et régla définitivement les rapports entre le clergé et les bourgeois par un traité, en 1320, établissant un gouvernement consulaire.
Les bourgeois étaient administrés par des consuls, qu’ils nommaient eux-mêmes. La justice était rendue au nom du roi et non plus au nom de l’archevêque, qui ne régnait plus qu’au spirituel. Le pouvoir royal avait à Lyon un représentant qui sous la dénomination de bailly, de sénéchal ou de gouverneur faisait respecter son autorité.

C’est de l’administration des consuls que date le commencement de la prospérité de Lyon.
Malgré la désastreuse guerre de 100 ans, la ville a connu une importance considérable. Cependant, alarmé des progrès des Anglais en France, Charles V songeant au meilleur moyen de leur disputer son royaume, ordonna, entre autre, à la municipalité de Lyon, de se clore du côté de Saint-Just. Il l’autorisa à cet effet à prendre des matériaux partout où on en trouverait et il donna lui-même des subsides pour la construction et l’entretien de ces remparts. L’enceinte construite ainsi partant de la porte Saint-Georges sur la rive droite de la Saône, un peu en aval du pont d’Ainay, faisait le tour de Fourvière et venait se rattacher au château de Pierre Scize.
Elle se composait d’un mur crénelé avec mâchicoulis, précédé d’un fossé de 9 toises de largeur sur 2 de profondeur, de corps de garde. De plus, le bourg de Saint-Irénée et le cloître de Saint-Just étaient entourés d’une enceinte du même genre qui présentait la forme de quadrilatère faisant corps avec l’enceinte de Charles V, qui exista jusqu’en 1793. Elle correspondait à peu près à ce que serait l’enceinte de 1865.
Entre Saône et Rhône, la ville était défendue par la vieille enceinte des bourgeois dont on ne parle plus, et sa clôture était assez complète car le faubourg des Brotteaux n’existait pas encore et celui de la Guillotière comptait à peine quelques maillons. Ces fortifications rendirent d’immenses services à Lyon, qui grâce à elle, prospéra pendant que les Anglais dévastaient les provinces de l’Ouest et que celles de l’Est subissaient les incursions des routiers du duc de Bourgogne. A la fin du XIVe siècle les constructions, manquant d’espace entre Rhône et Saône, avaient franchi la vieille enceinte du nord et s’étendaient déjà sur la colline Saint-Sébastien.
Seulement là, elle n’était plus protégée.

Le bailly sénéchal présenta donc au roi Charles VII et à son conseil, un rapport sur l’état des fortifications, en démontra l’insuffisance et conclut en demandant la création d’une nouvelle enceinte au nord de celle des Terreaux : cette enceinte fut construite à peu près sur l’emplacement de l’actuel boulevard de la Croix-Rousse.
Mais le travail avait sans doute été mal exécuté car un siècle après, en 1512, Louis XII la fit refaire complètement à neuf. Cette enceinte, qui existait encore en 1865, est l’une des premières fortifications bastionnées qui aient été construites. C’est la ville qui en fit les frais au moyen d’une augmentation de ses octrois, sans exemptions, ni privilèges. Toutefois, les gens d’Eglise durent faire à leur compte, le septième du développement des remparts.
C’est à cette époque, en 1523, au moment où les travaux tiraient à leurs fins, que François Ier établit les servitudes défensives en interdisant aux particuliers de bâtir à un quart de lieu en avant de l’enceinte et à 40 pas en dedans. Une amende de 1 000 livres était applicable à quiconque tenterait de se soustraire à cette mesure. On voit que les charges imposées aux habitants par les premiers règlements sur les servitudes, ont singulièrement diminuées depuis lors. Les fortifications de la Croix-Rousse étaient assez avancées, lorsque sur la demande des habitants, le roi consentit à autoriser les démolitions de la muraille des Terreaux et le comblement du fossé en avant.
Ces fortifications furent entièrement terminées en 1550.

Plan scénographique de Lyon en 1550
©Archives municipales de Lyon

On compléta le système de défense  de la ville en prolongeant l’enceinte de la Croix-Rousse au-delà de la Saône et en se reliant à celle de Fourvière après avoir passé sur l’arête de terrain qu’occupent aujourd’hui les forts de Vaise et de Loyasse.

Pendant les guerres de religions le baron des Adrets, le plus farouche des chefs calvinistes du Midi, appelé à la tête des Lyonnais à la suite d’une insurrection partie du faubourg de la Guillotière, résista à l’intérieur des fortifications à un siège du Duc de Nemours à la tête d’un corps d’armée de 9000 hommes.
Après l’édit de pacification de 1563, le roi Charles IX fit son entrée solennelle dans la “bonne ville de Lyon”. Voulant y asseoir son autorité, il fit élever, en haut de la montée Saint-Sébastien et en dehors de l’enceinte de la Croix-Rousse, une petite citadelle destinée tenir les Lyonnais en respect, de quelque religion qu’ils appartiennent.
Cette citadelle s’acheva très promptement, mais elle dura peu. Egalement désagréable aux catholiques et aux protestants, elle nuisait beaucoup au développement de la ville industrielle et fut l’objet d’incessantes réclamations tendant à la faire disparaître. Henri III consentit à la laisser démolir, sauf remboursement au trésor, par la ville, des frais auquel sa construction avait donné lieu. C’est ainsi qu’elle disparut en 1582 après avoir été construite en 1575.

Plan de la Ville de Lyon et de ses faubourgs en 1805 – Archives municipales de Lyon – 3s0121

Le XVIIe siècle vit se compléter le système des défenses de Lyon.
L’enceinte de la Croix-Rousse fut couverte par des demi-lunes, dont, par ordre du gouverneur de la ville, des corvées de bourgeois creusèrent les fossés.
L’enceinte de la rive droite du Rhône, qui tombait en plusieurs endroits, fut restaurée, prolongée jusqu’à la hauteur de l’église d’Ainay, et enfin reliée par une branche neuve à cette même église. Cette branche occupait l’emplacement de la rue des remparts-d’Ainay.
Enfin, Lyon était une ville fermée dans le sens absolu du mot, et il en résulta naturellement pour elle, une grande tranquillité dont les heureux effets ne se firent pas attendre. Le commerce refleurit et avec lui revint la prospérité générale. C’est de cette époque que datent la plupart des monuments de la cité : en 1646, Simon Maupin construisait l’Hôtel de Ville ; en 1667, la Valfenière entreprenait le palais Saint-Pierre. 100 ans après, Soufflot construisait la belle façade de l’Hôtel Dieu et ensuite l’ancien théâtre. La même année, l’architecte Perrache entreprenait d’agrandir la ville au sud, en reliant l’île Moignat à la presqu’île entre Saône et Rhône, afin de permettre aux constructions de s’étendre au-delà des remparts d’Ainay.
A cette époque, il n’y avait encore qu’un pont sur le Rhône : le pont de la Guillotière. Une compagnie industrielle se forma et le pont Morand fut construit en 1762. Cette nouvelle voie de communication devait favoriser l’extension de Lyon sur la rive gauche du Rhône. De belles maisons ne tardèrent pas à s’élever aux Brotteaux, et dès 1787, il existait un projet de ville à bâtir sur ces terrains marécageux où le bétail broutait naguère. Malheureusement, dans tous ces travaux, si activement poussés grâce à la paix, on ne sut pas toujours respecter les fortifications existantes. L’enceinte flanquée de tours qui bordait la rive du Rhône finit par n’être plus qu’une promenade au-dessus du bas-port et la démolition des remparts d’Ainay suivit de près la conquête des terrains d’aval due à l’architecte Perrache.

Cependant les mauvais jours ne devaient pas tarder à revenir, et si l’on a fait remarquer plus haut que la période de prospérité de Lyon date du moment où la cité fut entourée de bonnes enceintes, on peut ajouter ici que la guerre allait y porter des ravages au moment même où tombaient des fortifications qui eussent été si nécessaires à sa sûreté.


1 réponse

  1. Priolet dit :

    Merci,Passionnant et enrichissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search