PATRIMOINE/Naissance du parc de la Tête d’or

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  16/07/1978, de manière anonyme.

Création du parc de la Tête-d’Or (D. Bühler paysagiste ; 1856-1857), à Lyon : site du futur parc avant les travaux (en 1855)
3ph629

Dès le début du XIXe siècle, il fut question d’aménager un parc public autour d’un palais impérial qui se serait construit dans les nouveaux quartiers de Perrache. Les revers de l’Empire ne permirent pas à ce projet de voir le jour.

Toutefois l’idée d’un parc public faisait son chemin. C’est ainsi que parmi plusieurs suggestions, on se décida pour acquérir au nord du secteur des Brotteaux un vaste territoire appartenant aux Hospices civils de Lyon. Waïsse, Sénateur chargé de l’administration de la ville de Lyon et de la préfecture du Rhône, acheta le domaine de la Tête-d’Or pour la somme de 1 250 000 fr de l’époque, le 14 mars 1856.

La tradition raconte qu’en ces lieux aurait été caché un trésor contenant une tête de Christ en or. Les nombreuses fouilles entreprises ne permirent jamais de révéler l’existence d’un tel trésor, mais le nom fut conservé.

Les Hospices Civiles de Lyon tenaient ce domaine d’un legs dû à une certaine dame Lambert, depuis 1637. Ce nom de Lambert est encore présent aujourd’hui au travers de l’ancien bâtiment principal de la ferme, locaux où sont installés de nos jours les Services Zoologique et Botanique.

Les terrains étaient très souvent inondés par les eaux du Rhône, et on y trouvait essentiellement des « Brettaux » ou broussailles avec beaucoup de peupliers, de saules, laissant place de part en part à quelques herbages.

Pour maitriser le Rhône, on construisit une digue (actuellement le quai Achille-Lignon), puis il fallut canaliser les eaux, creuser le lac, constituer des mouvements de terrain. Ceci permit d’employer une grande partie des ouvriers de tissage en chômage au cours des années 1856-1862.

La conception d parc avait été confiée à MM. Denis et Eugène Buhler, paysagistes connus, à qui l’on doit plusieurs grands parcs en France. Le montant des travaux s’éleva à un million et demi de francs or, auxquels il faudra ajouter au cours des années les grilles de clôture, l’installation du jardin botanique avec ses serres, du zoo, et de bien d’autres équipements.

Le jardin botanique (jardin des plantes) installé sur les pentes de la Croix-Rousse bénéficia de la création du parc. En 1857, il quitta le clos de l’ancienne abbaye de la Déserte pour le Parc de la Tête d’Or, dans un cadre beaucoup plus agréable et suivant une présentation plus rationnelle. Les grandes serres de collection furent construites entre 1877 et 1880.

Dès ses origines, le Parc comporte des lieux réservés à la présentation d’animaux. Le plan des frères Buhler fait mention du parc aux moutons, de l’enclos des poules, échassiers et faisans, ainsi qu’un vaste pâturage à vaches. Ce souci de présenter aux Lyonnais des animaux dans un cadre « quasi naturel » souligne déjà le besoin de rapprocher le citadin des éléments ruraux.

Depuis le parc n’a cessé de s’embellir.

C’est ainsi qu’en 1930 le Président Edouard Herriot fait aménager le jardin d’études de roses nouvelles, ou depuis lors se déroule annuellement le concours de la « plus belle rose de France ».

Le 19 juin 1964, Louis Pradel inaugurait la « Grande Roseraie ». Les 63 000 rosiers de ce splendide jardin demeure l’un des points les plus fréquentés du parc et constitue un cadre inégalable pour les photographies de mariage.


1 réponse

  1. Mignot Latour dit :

    Merci pour ces informations qui complètent mes connaissances

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search