ÉVÉNEMENT/La fête des merveilles

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  24/06/1979, de manière anonyme.

 

Représentation fantaisiste de la fête des Merveilles.
Lithographie, 19e siècle parue dans Histoire de Lyon, tome II.
Dessinateur : A-A. Gaillard, imprimeurs : Fonville et Compagnie, éditeurs : Girard et Guyet.
Conservée au musée Gadagne d’histoire de Lyon, don Verzier 1955, inventaire 55.75.19.

Traiter de la fête de la Saint-Jean, exige d’abord cette remarque : la réforme grégorienne du calendrier provoqua un décalage de trois jours sur le comput julien, si bien que le 24 juin est, en réalité, le jour du début de l’été. L’observation est d’autant plus contraignante que l’on trouve, à fin décembre, une fête de Saint-Jean d’hiver, consacrée à l’Evangéliste, en position de symétrie solsticiale par rapport à la première.

L’évidence est que les deux fêtes sont la Christianisation de rites beaucoup plus anciens, attestés dans tout le monde occidental. Pour celle de l’été qui marque réellement le jour le plus long, il s’agit de la bénédiction des eaux par le soleil à l’instant ou l’astre est à son apogée dans le ciel. On ne s’étonne pas de voir ce jour consacré au Baptiste dont le nom même évoque les eaux lustrales. De tout temps, partout, la fête solsticiale d’été a vu l’embrasement des feux de la Saint-Jean, dont les vertus génératrices s’étendent à toute la nature d’abord, par l’intermédiaire des « herbes de la Saint-Jean », mais aussi aux humains. Au moment où le soleil disparaît derrière l’horizon sont enflammés des brasiers que franchissent filles et garçons en un geste dont le dessein est de bénéficier de l’influx vital qui assurera la propagation de l’espèce.

Ce sont là faits connus. Ce qui nous retient ici c’est le visage particulier pris à Lyon par les rites solsticiaux d’été.

Par un détour si étonnant qu’on le dirait artificiel et suggéré, on se trouve ramené ici au texte de la lettre des chrétiens lyonnais de 177, dont il a été tant parlé au cours des récentes années, surtout depuis le dégagement de l’arène où périrent nos martyrs. Un passage de cette lettre fixe entre la mort de l’évêque Pothin, vraisemblablement survenue le 2 juin, et la fête célébrée chaque année le 1er août par les 60 nations gauloises, une première mise à mort de chrétiens à l’occasion d’une fête traditionnelle du peuple lyonnais que la chronologie des évènements localise autour du 20 juin.

Il était une raison seconde d’associer les rites solsticiaux à la persécution de Marc-Aurèle. La lecture de la lettre nous informe que les corps des martyrs furent brulés et leur cendres jetées dans les eaux. La similitude avec le rite de l’immersion des cendres des feux de la Saint-Jean était trop tentante : la fête du 24 juin commémore le drame de l’Eglise de Lyon.

Pendant tout le haut moyen âge fut célébrée une fête des eaux et du feu consacrée à la mémoire des martyrs. Elle consistait essentiellement en une promenade nautique. Fixée en un jour de juin qui variait parfois pour éviter une coïncidence avec les fêtes de la cathédrale Saint-Jean,  cette fête nommée fête des merveilles – terme qu’il faut traduire par fête des Miracles – sanctionnait la miraculeuse réapparition des cendres des martyrs, rejetées par les flots devant l’église Saint-Nizier. On le voit cette fête associait intimement les feux du solstice et le souvenir des martyrs.

La fête des merveilles !
Rien de plus pittoresque et de plus folklorique. Sur de grandes barges rassemblées à Vaise, à l’entrée du canyon de Pierre-Scize, le peuple de Lyon manifestait sa liesse par des chansons et des cantiques et descendait la Saône à la remorque d’une grande nef, réservée aux consuls et aux notables de Lyon, et nommée Bucentaure à l’imitation de celle de Venise. Ainsi en grand arroi, venait-on s’amarrer sous l’arche du pont de Saône qui en tirait le nom d’arche des Merveilles. De là on allait en procession dans l’église Saint-Nizier – que les bourgeois de Lyon opposaient à la cathédrale des chanoines-comtes – vénérer les centres des martyrs. Pour ne point déplaire au clergé d’Ainay, qui prétendait également posséder les cendres, la flottille se reformait pour descendre la Saône jusqu’à Saint-Martin et à la chapelle Sainte-Blandine.

L’hostilité déclarée de l’aristocratie Chapitre de la cathédrale Saint-Jean à l’encontre de la trop populaire fête des Merveilles, trouva sa conclusion en 1400, par la suppression définitive de la promenade nautique de la Saône. A partir de cette date il n’y eu plus qu’une seule célébration solsticiale : celle qui se déroulait dans le cloître cathédrale en l’honneur de Baptiste.

La révolution devait bouleverser tout cela.
Aujourd’hui, l’on peut dire que le feu d’artifice du 14 juillet est l’unique survivance d’une tradition plusieurs fois millénaire.

Cependant, la fête des mariniers célébrée en juin 1977 par une descente de la Saône en commémoration des martyrs sacrifiés 18 siècles plus tôt, fut une trop fugitive réminiscence de l’immémoriale tradition.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search