PERSONNAGE/Blandine

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  01/06/1980, de manière anonyme.

Vitrail de Ste-Blandine par Bégule (Eglise St-Pothin de Lyon) – Creative commons

Fêter Blandine le 2 juin se justifie mal, mais s’explique bien.

Un seul texte historique la fait connaitre, mais il est d’une telle authenticité qu’il ne peut venir à l’esprit de le contester. Il s’agit, on l’a deviné, de la lettre écrite par les chrétiens de Lyon et de Vienne à leurs frères d’Asie pour raconter minutieusement la persécution de 177. S’il faut nous contenter de ce texte solitaire, du moins est-il éloquent lorsqu’il raconte la passion de Blandine et de cinq de ses compagnons.

De cette longue lettre, les passages concernant Blandine méritent d’être relus. La légende en ferait volontiers une rayonnante jeune fille. Autre est l’impression qui ressort de ce texte, écrit en langue grecque elliptique et plus préoccupé de raconter les mouvements des âmes que l’aspect extérieur des évènements. « Par cette dernière (Blandine), le Christ montra ce qui est simple, sans apparence, facilement méprisable aux yeux des hommes, est jugé digne d’une grande gloire qui ne se marque pas dans l’apparence ».

La suite est plus précise encore : «  Nous redoutions et sa maitresse selon la chair,  qui était elle aussi une combattante parmi les martyrs, redoutait que Blandine ne put avec assurance faire sa confession à cause de la faiblesse de son corps ». Elle était donc une esclave, frêle et sans beauté, liée à sa maîtresse par le même appétit du martyre.

« Mais Blandine fut remplie d’une telle force qu’elle découragea ceux qui, se relayant, l’avaient torturée de toute manière depuis le matin jusqu’au soir ». Épargnons-nous le récit des souffrances éprouvées par « son corps déchiré et ouvert par les coups. Mais la bienheureuse se renouvelait dans sa confession. C’était pour elle un réconfort que de dire : Je suis chrétienne. Chez nous il ne se fait rien de mal ».

Jusqu’ici il ne s’agissait que de l’instruction du procès. Vint le temps de l’accomplissement. Vers la fin de juin, une première charrette fut conduite à l’amphithéâtre « pour être un spectacle à l’inhumanité des païens ». Elle contenait Maturus, le nouveau baptisé ; Sanctus le diacre de vienne ; Attale de Pergame, et l’esclave Blandine. Pendant que les deux premiers subissaient la torture et la mort, « Blandine fut suspendue à un poteau et exposée pour être la pâture des bêtes lâchées contre elle. Ce jour-là, aucune ne la toucha. Elle fut détachée du poteau, ramenée dans la prison et gardée pour un autre combat ». Citoyen romain, Attale fut épargné.

Approchait « la fête solennelle du pays et l’on y vient de toutes les nations ». Bien sûr, il s’agit de l’assemblée de 60 tribus des Trois Gaules au sanctuaire fédéral de la Croix-Rousse, auquel depuis plus d’un siècle et demie, était joint l’amphithéâtre. L’austérité des délibérations politico-religieuse le cédait alors à la liesse des jeux. Deux jours furent réservés aux chrétiens. Le premier périrent le médecin phrygien Alexandre et Attale de Pergame. Leur fin fut atroce et leur courage indicible.

« Le dernier jour, Blandine fut de nouveau amenée avec Ponticus, un garçon d’une quinzaine d’années ». On avait espéré les briser par le spectacle de la mort de leurs frères. Exhorté par Blandine, Ponticus « après avoir généreusement supporté tous les supplices, rendit l’âme ».

Restait Blandine. Elle parcourut elle aussi tous les combats et se hâta vers eux pleine de joie et d’allégresse, comme si elle était invitée à un festin et non pas jetée aux bêtes. Après les fouets, après les fauves, après le gril, elle fut finalement jetée dans un filet et livrée à un taureau, mais elle ne sentait rien de ce qui lui arrivait. Elle fut sacrifiée, elle aussi, et les païens avouaient que jamais chez eux une femme n’avait souffert d’aussi grandes et d’aussi nombreuses tortures.

Le théâtre de ces faits, recherché pendant des siècles, est aujourd’hui connu. Une partie des gradins, plus de la moitié de l’arène, sont visibles dans le Jardin des Plantes. Le poteau de bois brut qui vient d’y être dressé, s’il marque le centre de l’arène pour en suggérer les dimensions, a pour dessein second d’évoquer le poteau de Blandine.

On pourrait croire que les choses en resteraient là. « Les corps des martyrs furent exposés pendant six jours. Ensuite ils furent brûlés » et leur cendres « jetées dans le Rhône qui coule près de là afin qu’il n’y eut plus aucun reste d’eux sur la terre ».

Par la suite les chrétiens ne se contentant pas de cet anéantissement, l’histoire céda la place à l’hagiographie.

Selon la croyance de l’époque, l’âme des martyrs accédait immédiatement dans la familiarité du Christ sans pour cela se désintéresser de leurs restes mortels. Pour les vivants, posséder ceux-ci, c’était avoir une relation directe avec le Ciel. D’où le prix qui leur était attribué, et l’exécration dans laquelle les tenait leurs persécuteurs.

Les Lyonnais ne se résignèrent pas à la perte des cendres. Jetées au fil de l’eau, disait la lettre, elles reparurent sur la rive aval du fleuve en un lieu nommé Athanacum – lisons Ainay – Ce toponyme, ils le traduisirent comme le témoignage de ce que les martyrs « y avaient triomphé de la mort. ». Dans la foulée, à partir du confluent d’Ainay, on leur fit même remonter le cours de la Saône jusqu’à Saint-Nizier, église où délibéraient les bourgeois de Lyon sous la protection du sac de cendres miraculeuses.

Reste le problème de la fixation de la fête de Blandine au 2 juin. Au vrai, elle périt aux premiers jours d’août, à la fin des réunions fédérales. Mais la vraisemblance est que sa première exposition  aux bêtes eut lieu lors d’une fête populaire qu’il faut sans doute identifier à celle du solstice d’été, unanimement placée dans le monde occidentale sous le patronage de Saint Jean-Baptiste. A cette occasion avait lieu à Lyon, sous le nom de fête des Merveilles ou des Miracles, une promenade nautique en l’honneur de la redécouverte des cendres dans les eaux de la Saône, et conservées à Saint-Nizier.

Le jour vint ou le chapitre cathédral prit ombrage de cette fête qui concurrençait sa propre fête patronale. Ce fut l’objet d’une longue contention entre chanoines de Saint-Jean et bourgeois de Saint-Nizier. Ceux-ci durent en définitive subir les exigences adverses et remonter la fête des martyrs à une date qui était en réalité celle de la mort de l’évêque Pothin, premier martyr de Lyon. Et les victimes de la persécution s’exprimant en la personne de la plus émouvante d’entre elles, le 2 juin devint le jour marquant le souvenir de Blandine. Voilà ce qu’il convenait d’expliquer.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search