PERSONNAGE/Antoine François Delandine, conservateur et bibliothécaire

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  20/01/1980, de manière anonyme.

Antoine-François Delandine – Bibliothèque nationale de France

« Sous la voûte du ciel, ici repose, du sommeil de la mort, Antoine-François Delandine, né en 1756, mort en… Il fut bibliothécaire de Lyon et député pour le Forez aux Etats Généraux de 1789 où il défendit les justes droits de la monarchie ».

L’épitaphe que s’était composée Antoine-François Delandine rappelle les deux principales occupations qui mobilisèrent l’activité de ce Lyonnais, fil d’avocat, destiné lui-même à une carrière judiciaire bien commencée mais vite abandonnée : la culture des lettres l’attirait plus que le barreau…

Ecrivain donc, et notoire – il était membre correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, titulaire de l’académie de Lyon, membre honoraire de la société royales des antiquaires de Londres – il joua un rôle politique : à la suite de la publication de son histoire des Assemblées nationales de France, il fut élu aux Etats Généraux de 1789, comme député du Tiers-Etats de la province du Forez (sa famille y habitait la ville de Néronde). Il vota constamment avec le parti monarchique, s’opposa à toutes les mesures prises contre la personne du roi, combattit la Déclaration des droits de l’Homme comme intempestive.

Après l’Assemblée constituante, Delandine occupe à Lyon la charge  de bibliothécaire de l’Académie, mais ses activités monarchistes lui valent d’être expulsé de la ville en 1792. Il se réfugie à Néronde où il est arrêté. Emprisonné aux Recluses jusqu’au 9 thermidor, il rédigera en 1797un Tableau des prisons de Lyon.

Auteur d’un grand nombre d’ouvrages, titulaire de la chaire de législation à l’Ecole Centrale du Rhône et d’autres emplois dans l’administration, fondateur en 1809 d’un journal (éphémère), « le Journal de Lyon », il laisse la marque sans doute la plus durable de son activité dans l’organisation et le développement de la Bibliothèque publique de Lyon – logée alors dans l’actuel Lycée Ampère – dont il devint conservateur en 1803. Son rapport d’activité, publié dans l’Almanach de Lyon, permet de suivre, année par année, les étapes de la réalisation de la tâche colossale qu’il s’était assignée et qu’il accomplit pendant les dix-sept années où il remplit cette charge : rédaction de notices sur les manuscrits, occupation « aride, longue et pénible » qui feront « connaitre de grandes richesses ensevelies dans la bibliothèque de Lyon », rénovation des salles de lecture, classement des nouvelles collections provenant des bibliothèques monastiques (plus de 37 500 volumes qui étaient enfouis dans diverses salles), ou de fonds « oubliés » dans d’autres bâtiments de la ville. Il en dresse le catalogue, voulant que Lyon soit la première ville de l’Empire qui aura fait connaitre les richesses manuscrites qu’elle renferme, ouvert ses sources ignorées d’instruction et donné aux savants la faculté d’en jouir ».

Son fils aîné François poursuivit pendant cinq ans le travail entrepris par son père mais renonça à ses fonctions de bibliothécaire et renoua avec la tradition familiale en entrant dans la magistrature à Lyon.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search