ÉVÉNEMENT/Les quatre foires de Lyon

La mise en place des foires

Au Moyen Âge, les foires, dont la création dépend d’un privilège du suzerain, constituent le moyen le plus efficace pour assurer la prospérité économique d’un pays.

Aussi, dès 1419, les bourgeois lyonnais réclament l’établissement des foires au Dauphin Charles, dont la position est instable. Ils en obtiennent 2 de six jours, qui seront abandonnées en 1425 à cause de l’état d’insécurité où se trouve le royaume, à la suite de la coalition anglo-bourguignonne.

Il faudra attendre le traité d’Arras en 1435, mettant un terme à l’affrontement entre le roi et le duc de Bourgogne, pour qu’on songe à rétablir les foires lyonnaises. En 1444, Charles VII accorde 3 foires de deux jours, le mercredi après Pâques, le 26 juillet et le jour de Saint André (30 novembre).

Les 4 foires de 1463, l’apogée du commerce à Lyon

Le 8 mars, Louis XI crée 4 foires de quinze jours, qui avaient lieu invariablement aux jours suivants : le lundi après la fête des rois, le lundi de quasimodo, le lundi après le 4 août, le lundi après la Toussaint.

Les marchands, venus des provinces et pays alentours (Bourgogne, Provence, Lorraine, Suisse, Allemagne, Savoie, République de Gênes, Florence et même Barcelone), étalaient leur marchandise dans toute la ville. On y vendait surtout des draps, des toiles et des soieries. Les opérations financières, change de monnaies, compensation de lettres et effets de commerce avaient aussi leur importance, au point de se prolonger pendant un mois. Ces opérations bénéficiaient de telles garanties grâce à l’efficacité de la juridiction des foires, que tous les paiements à Lyon se faisaient “à la foire prochaine”.

A l’avènement de Louis XI, les affaires les plus importantes étaient le fait des banquiers lyonnais. Les Italiens ne tardèrent pas à leur enlever cette suprématie. Les Lucquois et les Florentins commencèrent dès cette époque à s’installer à Lyon. Ce fut d’abord une filiale des Médicis, puis vinrent les Capponi, les Gondi et les Gadagni qui se fixèrent dans cette ville et en devinrent des citoyens influents. Louis XI ira jusqu’à autoriser pour eux la circulation à Lyon des monnaies étrangères. Conséquence des foires, la primauté de Lyon, centre de change et de banque, durera tout au long du XVIe siècle.

Lettres patentes du roi Louis XI autorisant les quatre foires annuelles de Lyon
Mars 1463 (nouveau style)
Parchemin ; sceau de cire verte sur lacs de soie.
H. 0,648 m ; L. 0,595 m.
Diamètre du sceau : 0,120 m.
Archives municipales de Lyon : HH 274, pièce n° 16

 

En 1494, les échevins avaient fait calligraphier et enluminer les onze articles des lettres patentes de 1463 (“Privilèges des habitants de Lyon”, Inventaire Chappe, vol. XIII, p. 540, n° 18). Ce document a été déposé par les Archives municipales au Musée Gadagne en 1926.

En 1462, Louis XI confirme les trois foires fondées par son père. Pour lutter contre l’influence genevoise, il précise les nouveaux privilèges. Il est défendu aux marchands français de fréquenter les foires de Genève et aux marchands étrangers de traverser le territoire français pour s’y rendre, sous peine de confiscation et d’amende arbitraire. Les Bernois qui passeront ne devront rien acheter, ni vendre. Il en coûta 10 000 livres à des marchands gênois qui avaient enfreint ces ordres.

Lorsqu’il créa plus tard les 4 foires de quinze jours, il ajouta deux autres privilèges : les marchands seront placés sous la sauvegarde royale et exempts du droit d’aubaine1. En outre, le roi décide de nommer le sénéchal gardien et conservateur des foires, avec juridiction sur tous les conflits de caractère commercial. Les consuls qui, jusqu’ici, arbitraient ces affaires, ne peuvent manquer de protester. L’année suivante, le roi consentit à leur restituer leur ancien droit. Ils élurent désormais un prud’homme qui avait à juger tous les procès commerciaux. Jean Grant, lieutenant du sénéchal, fut désigné à cette charge. Telle est l’origine du tribunal de la conservation2.

Aujourd’hui, la Foire de Lyon

Sous leur forme traditionnelle, les foires de Lyon subsistèrent jusqu’au 18e siècle. Mais dès avant 1763, les quatre foires ne sont plus qu’un temps d’exemption pour les marchandises qui transitent par Lyon. En 1916, le ralentissement des échanges commerciaux, du fait de la guerre, incita Edouard Herriot à créer une “foire d’échantillons” sur le modèle des foires de Leipzig en Allemagne.

Foire aux échantillons – 1917 – AML – 17fi56

La nouvelle foire de Lyon est depuis lors une manifestation commerciale régulière qui participe au rayonnement de la Ville.

Affiche de la Foire de Lyon en 1978 – AML – 6fi2968

Par l’équipe des Archives municipales de Lyon

Bibliographie (non exhaustive)

  • Marc Bresard, les Foires de Lyon aux XVe et XVIe siècles, Paris, Picart, 1914.
  • Justin Godard, Les Foires de Lyon à travers les âges, conférence faite à l’Institut français du Royaume Uni de Londres, le 31 janvier 1924, Lyon, impr. A. Rey, 1924.
  • Pierre Jourdan, Foire de Lyon, 100 ans d’histoires, Lyon, GL Events, 2016.
  • Bruno Benoit, « La foire de Lyon [en 1916] », in blog Histoires lyonnaises, 29/02/2016. [https://lyonnais.hypotheses.org/1535]
  1. Droit en vertu duquel la succession d’un étranger non naturalisé était attribuée, à sa mort, soit au seigneur soit au roi. []
  2. Dont les archives portent les cotes FF/66 à 575 aux Archives municipales et 8B aux Archives départementales et métropolitaines. []

Archives de Lyon

Point de rencontre entre le centre historique et le nouveau quartier de la Confluence, les Archives de Lyon conjuguent passé et modernité. Derrière une grande verrière, au coeur de l’ancien centre de tri postal entièrement réhabilité se trouvent plus de huit siècles de mémoire lyonnaise. Les archives produites par l’administration municipale depuis le Moyen-âge sont précieusement conservées sur des kilomètres de rayonnages. Des archives de familles, d’entreprises, d’associations, de syndicats, d’architectes, de photographes viennent compléter ces sources de l’histoire de Lyon, et rendre compte de la diversité sociale et culturelle du territoire au fil du temps.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search