PERSONNAGE/Henri IV et Lyon

Henri IV et Lyon : du divorce au mariage

Lyon ville humaniste, grande ville européenne d’échanges et de rencontres, constitue au 16e siècle un cadre très favorable au développement d’idées nouvelles et la pensée des réformateurs y trouve à s’exprimer. Elle est même pour une courte période une ville protestante. Le consulat ou pouvoir municipal, est en effet aux mains des protestants durant 13 mois de 1562 à 1563. Le reflux réformé est ensuite rapide. Au cœur des guerres de Religion, Lyon redevient une capitale catholique, allant jusqu’à se livrer à la Ligue de 1589 à 1593. A la fin du siècle, après des années de guerre qui l’ont épuisée et en partie ruinée, elle réintègre l’ordre royal avec la paix revenue et Henri IV la choisit pour célébrer son mariage avec Marie de Médicis en décembre 1600.

Quatre siècles plus tard, la statue équestre du roi orne le fronton de la façade de l’Hôtel de Ville. Sculptée par Legendre-Héral et installée en 1829 après de longues discussions du Conseil municipal, elle succède à celle de son petit-fils Louis XIV, détruite à la Révolution en 1792.

Lyon sort de la guerre et rentre dans le giron royal

Figure 1 : 1 C 500117 Res
Gravure due au peintre Perissin représentant l’entrée du roi dans Matthieu (Pierre) L’entrée de très grand, très chrestien, très magnanime et victorieux prince, Henry IIII, roy de France et de Navarre, en sa bonne ville de Lyon le IIII septembre l’an M.D.XCV, de son règne le VII, de son age le XLII, contenant l’ordre et la description des magnificences dressées pour ceste occasion par l’ordonnance de Messieurs les Consuls et eschevins de ladite ville. Lyon, Pierre Michel, 1595.gh

Dans le dernier tiers du 16e siècle, Lyon est au cœur des guerres de Religion qui voient s’affronter catholiques et protestants, dans un contexte d’affaiblissement du pouvoir royal et de la question de la succession. En effet, en 1584, l’enjeu est grave : le dernier frère du roi Henri III vient de mourir sans enfant, le roi lui-même n’en a pas et le successeur légitime à la couronne est un lointain cousin, Henri, roi de Navarre, calviniste et chef du parti protestant, qui pourrait imposer sa religion à l’ensemble du royaume. Les milieux catholiques les plus radicaux s’organisent alors un peu partout, et notamment à Lyon.

En février 1589, Lyon décide de ne plus reconnaître Henri III et adhère pleinement à la Ligue qui s’était organisée autour de Henri de Guise dit « le Balafré », quand ce dernier, qui pour beaucoup était le protecteur de la vraie foi, est tué sur les ordres du roi de France Henri III. La ville vit au rythme de l’engagement catholique : processions, messes, mais aussi défense des murailles, peur de l’assaut ennemi et endettement considérable de la Ville pour subvenir aux frais de guerre.

 

Le retour de la Ville dans le giron royal se fait en plusieurs étapes. A la fin septembre 1593, les Lyonnais se révoltent contre leur gouverneur ligueur en raison de ses exigences militaires et financières, tout en demeurant fidèles à la Ligue, au nom de l’intransigeance catholique. Henri IV n’est toujours pas reconnu comme leur souverain légitime. Mais au début du mois de février 1594, alors qu’Henri IV s’est converti au catholicisme en juillet 1593, les « royaux », catholiques modérés ou anciens ligueurs lassés de la guerre, dressent de nouvelles barricades et imposent un basculement de la ville en faveur d’Henri IV.

1594 : le retour à la paix

L’armée du roi de France, conduite par Alphonse d’Ornano, fait son entrée dans Lyon entre le 9 et le 10 février, et reçoit la soumission de la ville à Henri IV. Pour le roi alors dans le nord du royaume, la nouvelle de cette « réduction de Lyon » est l’occasion d’ordonner la célébration d’un Te Deum, cérémonie d’action de grâce pour cet heureux événement, obtenu à peu de frais. L’édit de réduction de la ville, forme officielle de réconciliation entre la ville et son souverain, est arrêté en mai 1594.

Le culte protestant est alors interdit à Lyon, le roi s’engage à ne plus construire de citadelle dans la cité et à limiter la présence des Suisses. Tous les actes commis au temps de la Ligue sont pardonnés et les privilèges de la ville confirmés. Le processus de pacification ne fait que commencer et la ville demeure sous tension tout au long de l’année.

Lettre de Henri IV aux échevins lyonnais à l’occasion de la reddition de la ville, datée de Chartres 20 février 1594.
AA 24, pièce 58

Procès-verbal de la « réduction » de la Ville de Lyon du 7 février 1594 enregistré dans la délibération du consulat le 9 février.
AML – BB 131, fol. 20-22

 

Lettre d’Henri IV approuvant les irrégularités commises par les Lyonnais en matière d’élections consulaires, 10 mai 1594.
Validation des révocations et des nominations de 7 consuls au moment de la réduction de la Ville en l’obéissance du roi qui s’accompagne de celle de toutes les actions des consuls, ligueurs ou non accomplies « pour le secours de la ville ». Formule miséricordieuse mais l’édit de 1595 allait montrer que le respect pour les libertés de Lyon qu’affichait le roi dans cette lettre n’était que provisoire.
BB 379, p. 18

1595 : le retour à l’ordre royal

Pour sortir d’un rapport strictement militaire avec la ville, Henri IV décide d’envoyer en 1595 un des principaux personnages de son conseil, Pomponne de Bellièvre, très connu à Lyon depuis les années 1560 et chargé sous Henri IV de la superintendance des finances du royaume. Il arrive à Lyon avec tout pouvoir en matière de police et justice, sa mission étant de remettre un peu d’ordre au sein d’une société divisée par plusieurs décennies de conflit, par voie juridique et légale. Il assainit et réorganise les péages de la ville, suggère la réforme des institutions municipales que sera l’Édit de Chauny, annule tous les règlements ligueurs pris depuis 1589 et entend les plaintes des différentes parties impliquées dans la guerre. Bellièvre en raison de ses fonctions parisiennes ne reste pas à Lyon au-delà de 1596. Le roi continue pourtant de promouvoir des hommes de paix pour continuer à apaiser les vieilles querelles.

Du traité de Paris au traité de Lyon

Charles Emmanuel de Savoie entendait récupérer un bien français en Italie, le marquisat de Saluces, dont le sort n’avait pas été réglé par la paix de Vervins qui mettait fin le 2 mai 1598 à la guerre avec l’Espagne de Philippe II, beau-père du duc de Savoie. Saluces est alors soumis pour un an à l’arbitrage du pape, qui décide finalement de ne pas trancher.
Les diplomates ont défini deux options : soit le duc rend à la France cette terre piémontaise devenue territoire français depuis sa conquête par Henri II en 1548, soit il la conserve mais dédommage le roi de France avec les possessions savoyardes de la rive droite du Rhône : la Bresse, le Bugey et le pays de Gex.

Le duc se rend à Paris pour tenter de négocier ses intérêts. Il n’obtient que le traité de Paris (27 janvier 1600), soit un délai de trois mois pour choisir une des deux solutions. Les 3 mois passés, Henri IV perd patience et entreprend de mettre sur pied une expédition militaire. Il arrive à Lyon le 9 juillet avec une armée importante de 30 000 hommes. Après une guerre éclair durant l’été, le château de Montmélian au-dessus de Chambéry capitule le 16 novembre.
Les désirs du roi de France sont entérinés au traité de Lyon le 17 janvier 1601 : éloigner la frontière savoyarde de Lyon et rapprocher la frontière française de la ville de Genève, république amie. La Bresse, le Bugey et le pays de Gex deviennent ainsi français. Le duc de Savoie conserve Saluces. Lyon n’est plus une ville frontière.

La lettre est contresignée conformément aux règles de la chancellerie par le secrétaire d’Etat Nicolas de Neufville de Villeroy, chargé des affaires étrangères depuis 1594. En 1600, la ville de Lyon est alors administrée par un prévôt des marchands et 4 échevins et ce, depuis l’édit de Chauny du 15 décembre 1595.

Édit de Chauny

Pour éviter les faiblesses de l’ancien système, montrées tant durant l’occupation protestante que durant la Ligue, pour renforcer son contrôle sur les élections consulaires et mieux s’assurer de la fidélité des conseillers, par diverses voies de pression politique, le Roi impose la réforme des institutions municipales lyonnaises.

Par cet édit publié le 11 décembre 1595, Henri IV ordonne d’appliquer les dispositions du roi Henri II (juin 1547) qui ne l’avaient pas été et réorganise le Consulat de Lyon sur le modèle de Paris. Les 12 consuls sont remplacés par 4 échevins, présidés par un prévôt des marchands. Ils sont élus pour deux ans par les assemblées des maîtres de métier et des terriers. Le roi se réserve un droit d’approbation. Les agents du roi prennent progressivement tous les pouvoirs.

Procès-verbal d’élection des échevins, 21 décembre 1595
AML – BB 371, p 55-56

L’acte contient la notification de l’édit de Chauny au Consulat, ainsi que les noms du prévôt des marchands et des 4 échevins que le roi entendait voir désigner, le contenu de l’édit, l’acceptation par le Consulat et l’élection le 18 décembre des échevins désignés par le roi. Le document relate que le gouverneur de Lyon survint à la maison de ville pour notifier l’édit le 14 décembre au moment où on allait procéder aux élections habituelles.

L’Édit de Chauny sanctionne la fin des guerres de Religion et la reprise en main de la ville par Henri IV suite à l’intermède ligueur. Cet édit n’est autre chose qu’une réforme des institutions municipales suite au passage du roi en ville en septembre 1595. Pour le roi, la réforme des institutions municipales est indispensable, car l’ancien système a montré ses faiblesses tant durant l’occupation protestante que durant la Ligue : non-respect des processus électoraux, reconduction illégale des consuls, et surtout, à deux reprises en moins de quarante ans, la ville s’est retrouvée dans l’opposition au roi grâce en particulier à ses instances politiques municipales. Pour le souverain, il faut trouver des candidats à la charge qui lui soient favorables et qu’il puisse imposer. Il lui faut donc renforcer son contrôle sur les élections consulaires, limiter le nombre des conseillers et les hiérarchiser pour mieux s’assurer de leur fidélité par diverses voies de pression politique.

L’Édit de Chauny va tenter de répondre à toutes ces exigences, aux dépens de certaines libertés municipales. D’une certaine manière, il peut être considéré comme une sanction suite aux divers épisodes de révolte qu’a connus la ville. Il modifie l’administration de la cité sur le modèle parisien. La ville se voit alors gérée par un prévôt des marchands qui préside l’échevinat, fixe l’ordre du jour des séances, expose et fait expliquer les principales décisions à prendre. On lui adjoint quatre échevins élus pour 2 ans par les assemblées des maîtres des métiers. Les anciennes assemblées de notables et les assemblées générales représentant le corps municipal sont de fait supprimées. Le consulat devient un ensemble plus stable car numériquement plus étroit, doté d’une plus grande indépendance à l’égard des Lyonnais, et donc plus facile à manœuvrer. Le roi a tenté par la suite d’obtenir le droit d’approuver ou réprouver l’élection des échevins, ce qui n’était pas dans l’édit de Chauny, et d’âpres négociations ont alors duré tout au long du règne d’Henri IV, avec en toile de fond la plus ou moins grande autonomie politique de Lyon.

Le fonctionnement se fixe alors progressivement dans les premières années du XVIIe siècle. Les élections se faisaient en fin d’année. Début décembre, le roi était averti de l’imminence du scrutin. Le jeudi qui précédait le dimanche avant le 21 décembre, l’échevinage désignait les maîtres des métiers. Trois jours plus tard, les échevins, officiers municipaux et les 102 maîtres des métiers se rendaient à l’Hôtel de ville. Là, le prévôt des marchands citait le nom de ceux qu’il avait choisis avec les maîtres des métiers, en tenant compte de l’avis royal parvenu la veille. Ce choix devait toujours être pris à l’unanimité. Le roi en était alors informé officiellement, même si en pratique, il suivait l’élection de très près par ses représentants en ville.

La célébration du mariage d’Henri IV

AML – 16Fi324
ALLEGORIE DU MARIAGE
Estampe du mariage d’Henri IV et de Marie de Médicis à Lyon, d’après le tableau de Rubens, dessin par Nattier, [XVIIIe siècle].

Le processus de réconciliation entre la ville de Lyon et le roi atteint son apothéose avec la célébration de son mariage avec Marie de Médicis en la cathédrale Saint-Jean, le 17 décembre 1600.

Henri IV, alors âgé de 47 ans, qui a répudié sa femme Marguerite de Valois « la Reine Margot », épouse Marie de Médicis, âgée de 25 ans. Le mariage a lieu le 5 octobre 1600 à Florence par procuration, le roi est représenté par le duc de Bellegarde, grand écuyer de France. La nouvelle reine se met alors en route pour rejoindre son époux. Elle débarque à Marseille début novembre et entre à Lyon le 3 décembre 1600. Le roi, préoccupé par la situation de Savoie, ne rejoint son épouse que le 9 décembre et le mariage peut enfin être consommé. Le légat pontifical, le cardinal Aldobrandini, célèbre le 17 décembre une messe à la cathédrale Saint-Jean afin de solenniser le mariage. C’est l’occasion de bals, festins et de feux d’artifice.

AML – 1 GG 389, fol. 30 v°
Mention du mariage d’Henri IV et de Marie de Médicis, 17 décembre 1600, dans le registre des mariages et sépultures de la paroisse Sainte-Croix.

Les préparatifs du mariage

 

La première nuit

Sur ce que fut la première nuit d’Henri et de Marie, on possède les témoignages du grand aumônier Cheverny et de Jean Baptiste Agucchi, ambassadeur de Florence.

Comme il vint dans son cabinet pour s’habiller, où je me trouvais comme je ne manquois guère, il en rapporta tant de satisfaction qu’il ne se put tenir de publier les beautés rares et excellentes qu’il avoit trouvées en sa nouvelle épouse.
Cheverny

Le roy dit que sa femme et luy étaient restés tous deux attrapés, lui de l’avoir trouvée plus belle est gracieuse qu’il ne se l’était persuadé et elle, lui semblait-il, de l’avoir trouvé plus jeune qu’elle ne le pensait et qu’elle pouvait le croire d’après sa barbe blanche
Agucchi

Dans les deux cas, on voit que les nouveaux époux ne s’embarrassaient pas de discrétion, mais la source des témoins est la même : un gascon toujours prêt à se vanter de ses bonnes fortunes, fussent-elles conjugales !

Par les équipes des Archives municipales de Lyon

Bibliographie
  • Denise TURREL, « Le Traité de Lyon 1601 », paru dans Cahiers d’histoire, 2001-2, n° spécial  consacré à la paix de Lyon. http://ch.revues.org/document227.html
  • Le voyage de Henri IV en Savoie pendant le siège de Montmélian à l’été 1600.  http://www.diaam.com/ab/henri4_histoire/projection4.html
  • Henri Hours, Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des Guerres de religion, thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, 2 vol. dactylographiés, 1951. A paraître dans la collection « Chrétiens et société » du LARHRA en 2020.

 


Archives de Lyon

Point de rencontre entre le centre historique et le nouveau quartier de la Confluence, les Archives de Lyon conjuguent passé et modernité. Derrière une grande verrière, au coeur de l’ancien centre de tri postal entièrement réhabilité se trouvent plus de huit siècles de mémoire lyonnaise. Les archives produites par l’administration municipale depuis le Moyen-âge sont précieusement conservées sur des kilomètres de rayonnages. Des archives de familles, d’entreprises, d’associations, de syndicats, d’architectes, de photographes viennent compléter ces sources de l’histoire de Lyon, et rendre compte de la diversité sociale et culturelle du territoire au fil du temps.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search