MEDECINE/Les sœurs des Hospices civils de Lyon

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  04/10/1981, de manière anonyme.

Hôtel-Dieu : réfectoire des soeurs hospitalières au moment du repas – AML 1ph1177

L’origine des sœurs hospitalières se rattache à celle de l’Hôtel-Dieu acquis par la Ville de Lyon en 1478. Ce furent d’abord des « filles repenties ». Mais bientôt elles se recrutèrent parmi des femmes, des veuves, désireuses de servir les pauvres dans leurs maladies. On prit l’habitude de les nommer « sœurs religieuses » sans qu’elles n’aient jamais appartenu à aucune congrégation. Les recteurs, sur lesquels les échevins lyonnais s’étaient déchargés en 1538 de la charge de plus en plus lourde de l’hôpital, veillèrent jalousement à ce qu’aucune autorité religieuse ne vint entraver la leur et compromettre le service des malades. Cependant le recours à des servantes séculières à la fin du XVIe siècle fut une expérience désastreuse et l’on en revint définitivement aux sœurs. Un règlement fut établi le 1er janvier 1668, charte constitutionnelle du personnel hospitalier.

Lorsque s’ouvrit au début du XVIIe siècle l’hôpital de la Charité, les recteurs essayèrent de faire appel à des congrégations telles que les Filles de Saint-Vincent-de-Paul, mais finalement ce fut des sœurs de l’Hôtel-Dieu qui formèrent le noyau de la nouvelle communauté.

Les sœurs traversèrent la Révolution : on les respectait et on en avait besoin. La réunion en 1812 des deux hôpitaux pour former les Hospices civils de Lyon ne changea rien pour elles. Au fur et à mesure que des établissements venaient s’ajouter aux autres, une nouvelle communauté se créait : la dernière fut celle de l’hôpital Edouard-Herriot.

Crèche Saint Bernard – 4fi3731

Depuis le début du XIXe siècle, des écoles s’étaient ouvertes pour les former aux diverses tâches de soins. Nombreuse furent celles qui obtinrent leurs diplômes d’accoucheuses, d’herboristes, plus tard, d’infirmières… Jusqu’à la fin du XIXe siècle, elles formèrent avec les frères, moins nombreux, l’unique personnel assumant avec un égal dévouement les travaux les plus humbles et les plus durs et les soins aux malades. Beaucoup de Lyonnais ont encore en mémoire le souvenir de la cornette si populaire des sœurs, de l’atmosphère qui régnait dans la pharmacie de vente (fermée en 1942) où les sœurs dispensaient leurs remèdes comme « l’élixir de longue vie » ou la « pommade de Madame Scherrer ».


1 réponse

  1. banssillon Vincent dit :

    je me rappelle l’entrée des soeurs dans le grand réfectoire en chantant dans les années 60. Aux brûlésd à Herriot j’ai tavaillé avec une soeur remarquable soeur Brunet qui a tenue seule le service pendant des mois en l’absence de médecin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search