PATRIMOINE/L’habitat à Lyon au XIXe siècle 

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  01/02/1980, de manière anonyme.

La fin de XVIIIe siècle vu l’architecte Morand tracer les grandes lignes d’une expansion de Lyon sur la rive gauche du Rhône.
Malheureusement la Révolution et les années de misère qui suivirent ne permirent pas d’entreprendre les projets en cours. Il fallut attendre la fin de l’Empire pour que, la paix retrouvée, Lyon connût alors une période faste et mit à exécution les grands projets d’urbanisme élaborés cinquante ans plus tôt.

Cette période, qui dura jusqu’à la guerre de 1914, marqua un nouveau siècle d’or dans l’histoire de notre cité. Jamais en effet, Lyon ne connut autant d’expansion, malgré les vicissitudes, et tripla de population durant cette période.

Tout était conjugué pour que cette grande ville prit une dimension nouvelle, alors que seuls les ports maritimes avaient prospéré au siècle précédent : nature riche de ressources nouvelles et génie inventeur des Lyonnais qui « innovèrent dans tous les domaines ». Les mines de charbon de la Loire se trouvaient à deux pas grâce à l’invention du chemin de fer, et les transports fluviaux organisés amenaient à Lyon toutes les matières nécessaires à une industrie naissante. Cette activité fixa à Lyon une population nouvelle attirée par l’embauche, et la ville crut à une grande vitesse.

Ouverture de la rue Impériale (actuellement rue de la République), à Lyon, et construction du Palais du Commerce – AML 3ph569

Il fallut construire vite et beaucoup. Mais que construisit-on à Lyon ?
Toujours inspirée par le génie Soufflot et les projets de Morand, puis de Perrache, Lyon changea de structure. Tandis que le centre-ville s’éventrait pour créer de larges rues, que la presqu’ile se prolongeait jusqu’à La Mulatière, que la colline de la Croix-Rousse se hérissait de maisons ouvrières, que le faubourg de Vaise nouvellement annexé s’urbanisait, les quais se construisaient, remplaçaient les grèves, et les grandes avenues se traçaient au milieu des propriétés champêtres des Brotteaux et de la Guillotière. Tout au long de ce tracé nouveau de la ville, où les ruelles sombres  avaient fait place à de rues larges, et à des places, des milliers d’immeubles se construisirent, témoins de l’opulence de notre ville. Ce travail de titan fut exécuté avec les techniques d’alors, et on n’oserait plus entreprendre pareille tâche aujourd’hui malgré nos progrès en matière de construction.

Quand le bâtiment va, tout va, dit-on.
Or, notre ville allait bien. Bien sûr, les quartiers à prédominance populaire furent bâtis avec des matériaux moins nobles que les quais et les nouveaux quartiers, mais jamais les gens du peuple ne vécurent à Lyon dans des taudis insalubres, comme on nous l’a décrit avec complaisance pour d’autres villes. Dans les quartiers bourgeois, où les grands architectes mettaient toute leur science à bâtir haut des immeubles de rapport, rien n’était assez beau pour célébrer l’opulence d’une nouvelle bourgeoisie industrieuse. Tout Lyonnais n’est pas Calixte, Dieu merci, et on se demande par quel déraillement de la raison les Lyonnais si parcimonieux, ont brusquement étalé leurs biens.
A regarder chaque immeuble, on s’amuse a constater que chacun d’entre eux rivalise avec les voisins pour avoir le plus d’originalité, tout en se confondant dans une ligne générale à laquelle chaque architecte se conformait, ce qui donne à Lyon une unité architecturale unique au monde. Dans cette ville ou la tradition voulut que depuis deux siècles au moins on construisit haut, les maisons comportent toutes cinq étages au-dessus du rez-de-chaussée prévu pour des commerces et surmontés de greniers et chambres de bonnes. Parfois un entresol permet le logement du boutiquier et de la concierge côté cour. Les allées sont larges et dallées de pierre ou d’un aggloméré de marbre. L’escalier de pierre s’envole d’un seul élan d’un étage à l’autre, et chaque palier, de pierre également, comporte deux entrées principales et une de service dans les immeubles riches. Les parquets de toutes les pièces sont ouvragés et l’entrée, la cuisine et ce qui sert de salle de bains, est en général en pierre ou en marbre. Dans chaque pièce aux fenêtres nombreuses,  la cheminée de marbre est encadrée par deux immenses placards à double porte dont le motif des boiseries semble se prolonger tout autour de la pièce. Dans les immeubles moins riches, une alcôve est jointe à la pièce principale, faisant l’économie d’une chambre. Point de volet aux façades, mais à chaque fenêtre des persiennes de bois et, chez les riches des volets repliés à l’intérieur. Très souvent, un motif de stuc court autour du plafond et une rosace centrale cache le crochet du lustre.

Que de corps de métiers ont travaillé à construire des kilomètres d’immeubles. Mariniers transportant les matériaux, charroyeurs véhiculant de par la ville pierre et bois, maçons charpentiers, tailleurs de pierre, marbriers, forgerons et ferronniers, peintres et menuisiers, couvreurs et plombiers, ainsi que tous les métiers annexes, ont rempli de mouvement les rues en construction.

Faites une promenade le long des quais, dans les rues du centre ou sur les avenues de la rive gauche du Rhône. Levez un peu le nez et remarquez l’amusante diversité des décors des maisons qui, sous un aspect semblable, se démarquent par des différences de détail.  Style empire encore en vogue place Lyautey à chaque angle côté Rhône et aux angles des avenues de Saxe et du cours Franklin Roosevelt. Car on a tout d’abord construit au départ du quai, en face des ponts.

Immeuble au n° 24 du quai Jaÿr (E. Cateland architecte ; 1910), à Lyon. C’est le 1er immeuble en béton de Lyon – AML 15ph1_601

Petit à petit, en comblant les intervalles, avec le temps, les modes et les styles ont changé. Style gothique-troubadour, pseudo-renaissance, Orientaliste ou Mauresque, pseudo-classique sous la Troisième République, succédant à un style pseudo-château-de-la-Loire sous Napoléon III, avant que de rares exemples de Modern-Style nous soient donnés.

L’histoire de nos maisons et de leur style reflètent un siècle de mode et de tendances artistiques qui se refléteront plus encore dans la construction des édifices publics nécessaires à la vie des nouveaux quartiers. Mairies, écoles et lycées, églises et théâtres seront également le reflet de cette époque, une des plus méconnue de notre histoire parce que trop proche de nous.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search