ÉVÉNEMENT/La fête de l’oraison et la Saint-Thomas

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon de manière anonyme.

L’assemblée municipale lyonnaise, sous l’ancien régime portait le nom de « Consulat ».
Ses membres (« Conseillers de ville », ou « Consuls », ou « Consuls-échevins ») furent au nombre de douze depuis la création de la municipalité, en 1320, jusqu’à la fin du XVIe siècle. Henri IV, en 1595, le ramena à cinq (un prévôt des marchands et quatre consuls) et, du même coup, prit la ville sous sa main, à courtes brides : alors qu’auparavant les consuls étaient élus par les « maîtres des métiers » (ou délégués des corporations), leur désignation désormais releva surtout du gouvernement de la province. Mais la fiction d’une élection subsista, ce qui permit de conserver intacte la cérémonie solennelle au cours de laquelle était proclamée publiquement la liste des nouveaux édiles1.

Chaque ville avait sa façon propre de célébrer l’évènement.
Très tôt, sans doute dès le XIVe siècle, Lyon adopta la plus ennuyeuse : un long discours.
Tout se passait en décembre. Vers le quinze du mois se faisait l’élection, d’abord réelle, plus tard fictive. Le 21, jour de Saint Thomas apôtre, dès le matin, la grosse cloche de Saint-Nizier appelait le peuple à s’assembler dans la grande église, cœur de la vie municipale. A partir de 1658 la cérémonie se tint à l’hôtel de Ville flambant neuf : décor plus prestigieux, mais aussi moins populaire. Sur les neuf heures, un cortège amenait depuis son domicile l’orateur désigné.

Un syndicat de 1720 (AML, BB/374)

L’acte juridiquement essentiel était la lecture publique du « syndicat », ou procès-verbal de l’élection. Rédigé sur parchemin, décoré d’un entête enluminé, muni, pendant tout le moyen-âge, des sceaux des maîtres présents à l’élection2, le document avait belle allure. Puis, la foule était invitée à ratifier, par ses acclamations, le choix proposé. Elle n’y manquait pas, encore fallait-il la convaincre : c’est là l’origine du discours, ou « oraison ».

Avec le temps, la liberté des électeurs s’amenuisant, l’acclamation perdit sa raison d’être et disparut. Mais le discours subsista et s’enfla, prenant toute son importance. Dès le début du XVIe siècle, les usages étaient fixés. L’orateur, choisit avec soin par le Consulat sortant, était le plus souvent un gradé de l’université, docteur en droit, parfois en médecine, voire en théologie (d’où le nom d’ « oraison doctorale » qui fut donné au discours). Le latin fut longtemps seul usité, puis le français s’introduisit. En 1595, l’historien Pierre Mathieu fur le premier à parler entièrement dans la langue commune, puis le latin disparut peu à peu.

Cet orateur était généralement fort jeune : vingt, vingt-deux ans parfois.
Aussi le discours tendait-il à prendre l’allure d’un exercice scolaire, plein de généralités abstraites, et profondément ennuyeux, même pour les contemporains pourtant endurcis aux interminables harangues. Le public finit par délaisser la cérémonie et l’abandonner aux personnages officiels… Vers le milieu du XVIIIe siècle toutefois, apparurent quelques discussions d’idées non dépourvues d’intérêt, et témoignant du grand mouvement des lumières qui emportait alors les esprits dans la recherche d’une société heureuse, éclairée par la raison.

La dernière « oraison » fut prononcée le 22 décembre 1788. La France préparait, dans l’effervescence les élections aux Etats Généraux ; à Lyon la contestation, enfin libérée, allait grand train contre le Consulat. Le vieil ordre commençait de vaciller ; l’année suivante il était chu.
La loi du 14 décembre 1789 qui réorganisait l’administration locale établit un type unique de municipalité. Dès avant les élections, prévues pour février, le Consulat n’était plus et avec lui la Saint Thomas.

  1. Désignées pour deux ans, après comme avant la réforme de 1595, ils étaient renouvelables par moitié chaque année. []
  2. Vers 1840, un fonctionnaire zèlé fit relier les syndicats pour mieux les conserver. Pieuse pensée. Mais le 5 à 6000 sceaux qui gênaient le relieur furent jetés à la chaudière. (Sic ! []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search