PERSONNAGE/Maurice Scève, le Pétrarque des brumes

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  13/03/1983, de manière anonyme.

 

Maurice Scève, poète lyonnais.
Gravé par Jean-Marie Fugère (1818-1882), chez l’imprimeur Eudes, XIXe siècle.
Musées Gadagne. Inventaire 1324.10.

La poésie lyonnaise de la Renaissance a son étoile : C’est la Belle Cordière, qui dans son sillage entraîne admirateurs et artistes.
Si elle en a éclipsé quelques-uns, elle en a accompagné d’autres sur le chemin d’une gloire immortelle. Maurice Scève est de ceux-là. D’autant plus que l’auteur de « Délie » éprouve pour Louise Labbé une passion égale à celle de Pétrarque pour Laure de Noves.

Maurice Scève naquit à Lyon vers 1500, et passa sa jeunesse tout près de la Cathédrale Saint-Jean, au bord de la Saône, où sa famille habitait. Le jeune homme passait les heures chaudes de l’été dans les propriétés que ses parents possédaient dans la riante campagne d’Ecully. Béni des dieux et de muses, choyé par sa mère et ses trois sœurs, le jeune homme se révélait à la fois poète, musicien, peintre et humaniste accompli puisqu’il possédait parfaitement le latin, le grec, l’espagnol et l’italien. A l’âge de 30 ans, Maurice Scève s’établit en Avignon, pour 3 ans, et il fit là une découverte qui marquera probablement sa vie. A la demande de François Ier, Maurice Scève entreprit des recherches pour retrouver la dépouille mortelle de la maîtresse de Pétrarque, Laure. Il crut découvrir son tombeau dans la Chapelle Sainte-Croix de l’Eglise des Frères-Mineurs d’Avignon.

En 1534, le jeune poète revient à Lyon. L’année suivante, il publiera chez François Juste son premier livre : « La déplorable fin de Flamète », chef-d’œuvre de courtoisie pétrarquiste. En 1536, Maurice Scève participe à une épreuve très prisée à l’époque, celle des « concours de blasons ». La Duchesse de Ferrare couronna son « blason du sourcil » et lui offrit un anneau d’or.

Les premiers vers de son œuvre majeure, « Délie », furent probablement écrit en Avignon au moment de la rencontre avec le souvenir de Pétrarque. L’ouvrage sort des presses de Sulpice Sablon en 1544. Il comprend 449 dizains illustrés par 50 emblèmes, autant d’appels adressés à une maîtresse altière, mystérieuse et inaccessible, qui fut la Belle Cordière. On sait en effet que Maurice Scève éprouva pour Louise Labbé un amour passionné. Au point qu’il nourrissait pour le mari de la Belle, Ennemond Perrin, une antipathie mortelle…

« Ha ! Lui, hélas, il la tient, il la touche ! Elle le souffre, et, étant moins robuste, viole Amour par cet hymen injuste » s’écrie le poète jaloux. Mais les regrets d’amour ne sont pas le thème principal de « Délie ». Maurice Scève chante aussi Lyon qu’il aime et connait, ses fêtes, ses joutes, les brouillards qui rêvent au-dessus de l’eau, les collines qui font un écrin à la ville. Véritable Pétrarque des brumes, Maurice Scève tresse à sa ville des couronnes admirables : « Lyon, ce beau Lyon que tant je prise » renchérit un peu plus tard Joachim du Bellay.

Après sa « Délie », Maurice Scève connait quelques années d’exil volontaire à l’Ile Barbe, dont il sort en 1547. Marguerite de Navarre lui demande le poème liminaire pour ses « Marguerites » et le Consulat de la ville l’invite à conduire l’entrée solennelle du Roi Henri II. Vers 1562, Scève donne une œuvre philosophique de 3 000 vers, « le Microcosme ». C’est à partir de cette période que les traces du grand poète se perdent. Nous ne savons rien de sa fin, sinon qu’elle alluma une étoile de plus dans le firmament de l’éternité lyonnaise.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search