PATRIMOINE/Quand les lyonnais construisaient Fourvière

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  07/12/1983, de manière anonyme.

Basilique Notre-Dame de Fourvière en construction – AML 1ph9559

Controversée  quant à son architecture, la basilique de Fourvière fait si bien partie, cependant, du paysage lyonnais qu’elle en constitue le symbole visuel pour le monde entier.

Son image est célèbre et il n’est pas de visiteur qui,  pénétrant dans la ville,  ne se tourne d’instinct vers la massive silhouette qui assure la jonction de Lyon avec le ciel au sommet de la colline où naquit la cité.

Il y a ici bien plus qu’un monument : il y a la longue histoire qui l’a engendré et qui raconte dix siècles d’une exceptionnelle dévotion mariale.
Nous n’évoquerons pas cette histoire, mais seulement sa dernière grande date le 8 octobre 1870.

Ce jour-là, en pleine guerre, Mgr Ginoulhiac, archevêque de Lyon, reçoit une délégation de Lyonnaises qui lui confie son souhait de déposer un vœu :

« pour délivrer la patrie en danger et protéger la ville ».

Soit.
Pas d’objection de la part de l’Archevêque, pas plus que de celle de la commission de Fourvière. Cette institution peut être considérée comme l’ancêtre des organisations écologiques puisque son objectif, dès 1853, est de protéger l’environnement et les espaces boisés de la colline que menacent des constructions aussi anarchiques que médiocres.

Et l’on reprend, alors, un projet que l’on caresse depuis longtemps de construire : une nouvelle et grande basilique qui viendrait relayer le petit sanctuaire que l’on vit, au cours des siècles, tant de fois malmené.

Dans la ville, circulent des milliers de feuilles « vœu à Notre-Dame » qui recueillent des signatures valant engagement financier :

« Pour que Notre-Dame préserve la Ville et le Diocèse de Lyon, je fais le vœux de prêter mon généreux concours à la construction d’un nouveau sanctuaire ».

On choisit l’architecte Pierre Bossan qui rêvait depuis de nombreuses années de construire une belle basilique à Fourvière.

Les travaux débutèrent en 1872. Et la ville connaîtra durant longtemps l’atmosphère qui fut peut-être, celle des « grands chantiers de la foi » au temps où la France dressait des cathédrales. Chaque Lyonnais se découvre une âme de bâtisseur. Quand les camions chargés de pierres traversent la ville, la foule les couvre de fleurs. Sur le chantier, les ouvriers commencent leur journée par une prière…

Douze ans plus tard, le 2 juin 1884, le Cardinal Caverot pose la dernière pierre. Douze ans s’écouleront encore avant que ne soit célébrée la consécration par Mgr Pierre Coullie le 16 juin 1896.

L’unanimité n’est pas près de s’établir quant à l’élégance du style ou son contenu créatif. Forteresse à l’extérieur, palais à l’intérieur, la basilique possède toutefois des valeurs indéniables que les lyonnais d’aujourd’hui commencent à apprécier après avoir globalement récusé l’œuvre.

Mais quand on contemple Fourvière, il importe, semble-t-il, de dépasser la réalisation matérielle pour ne retenir que sa signification. Cette basilique est écrasante par son luxe autant que par le poids de ses murailles, mais c’est l’histoire dont elle est issue qui pèse le plus.

C’est toute la foi de générations passées qui est concentrée dans ce formidable ex-voto dont les registres de la commission de Fourvière accueillent depuis l’hiver 1870, les dédicaces : « Famille X pour une colonnette », « Famille Y pour une colombe », « Famille Z pour une fleur sculptée ».

Aucune somme jamais mentionnée : seulement la petite pierre apportée comme une prière.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. geoffray dit :

    suis a la recherche d informations sur les familles truffet victor maire de valt en velin
    et petit-mollard
    et famille coubard

  2. CHAPOT dit :

    QUELS SONT CES CAMIONS QUI ACHEMINAIENT LES PIERRES EN 1872 ? Certainement pas des Berliet !

  3. Banssillon Vincent dit :

    cette basilique mérite mieux que le mépris des lyonnais dont je suis . C’est un monument exceptionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search