PERSONNAGE/Jean Cléberger dit le Bon Allemand

Jean Cléberger par Albrecht Dürer (1471-1528). 1526. Musée d’art de Vienne (Russie). Photographie Wikimedia Commons.

Jean Cléberger naquit à Nuremberg le 6 Février 1485, d’une famille fortunée du Saint-Empire romain germanique. Des lettres patentes de l’empereur Maximilien du 30 Mars 1500 signées à Trèves semblent conférer des titres de noblesse à sa famille1. L’étymologie du nom peut être expliqué ainsi : Klée (signifie « trèfle ») et Berg (signifie « montagne »). En de nombreuses reprises, de son vivant, on chercha à franciser son nom avec différentes orthographes : Cleberg, Clebergue, Cleberge ou Fleberg.
Deux écritures peuvent cependant être retenues aujourd’hui : « Kléberger » ou « Cléberger ».

Jean Cléberger fait fortune en Allemagne dans la finance en travaillant pour une importante famille de banquiers : les Pirkheimer. Willibald Pirckheimer (1470-1530) avocat et humaniste, le chef de cette famille (la plus influente de Nuremberg), comptait dans ses relations l’empereur Charles Quint dont il était le conseiller, le philosophe Érasme ou encore le peintre Albrecht Dürer. C’est sous son patronage que Jean Cléberger se forme à l’art du négoce dès les années 1500. En 1517, on le retrouve à Lyon, à l’occasion de la foire de Pâques, pour remettre au Consulat des lettres de François Ier exemptant de toute imposition les marchands allemands pendant les quinze jours qui suivaient la fin des foires. Il fit ce voyage à une époque où, semble-t-il, il fut employé chez les Imhof2. Ce séjour en France le fait donc connaître des instances dirigeantes et contribue à lancer sa carrière. Il se lie plus tard avec la famille de son patron en épousant sa fille le 9 octobre 1528 : Félicitas Pirkheimer (1497-1530), veuve depuis 1526 de Hans II Imhof, lui-même banquier fortuné. Mais cette notoriété de négociant fraîchement acquise est entachée par la mort de sa femme le 19 mai 1530. Quelques semaines plus tôt, le 5 mai, Jean s’en était séparé dans des circonstances que l’on ignore. Il est accusé de l’avoir empoisonnée et le malheur continue avec la disparition de son beau-père la même année.

Il s’exile donc à Lyon, où il s’établit en tant que marchand-drapier vers 1532. Il achète dans ces années deux seigneuries et une baronnie dans la Dombes : la seigneurie de Chavagneux, la seigneurie du Châtelard et la baronnie de Villeneuve dont dépendait le château du Boujard (Sainte-Euphémie). Il dote les terres nouvellement acquises d’une administration solide composée de juges, de procureurs, de greffiers … Grâce à ses achats successifs, il est naturalisé français par François Ier qui se souvient de sa participation à la bataille de Pavie à ses côtés en 1525 en tant que capitaine de la garde. Comment a t-il intégré  par le passé ce corps de l’armée ? Dans quelles circonstances ? Nul ne le sait. Le 19 février 1535, Jean épouse en secondes noces une Lyonnaise du nom de Pélonne de Bonzin, veuve d’un dénommé Étienne de la Forge. De ce mariage naît en 1538 un fils unique, David Cléberger qui se révèle être un enfant physiquement faible : « ung jeune filz de cinq ou six ans qui ne peult se lever qui ne le reliève et ne peult travailler “3. Une nomination royale du 31 mars 1543 donnée à Fontainebleau le nomme valet de chambre du roi : il est qualifié alors de « gentilhomme d’Allemaigne et bourgeoys de Berne », titres qui confirment des origines aisées. Les termes de cette nomination sont les suivants :

« […] sçavoir faisons que pour les bons, agréables et recommandables services que notre cher et bon ami Jehan Cleberge, gentilhomme d’Allemaigne et bourgeoys de Berne, nous a par cy-devant faicts et fait chacun jour en plusieurs et maintes manières, et espérons qu’il fera et continuera de bien en myeulx, icellui pour ces causes, et pour la bonne et entière confiance que nous avons de sa personne et de ses sens, suffisance, loyauté, preudhomye, expérience et bonne diligence, avons aujourd’huy retenu et retenons en l’estat et office de notre varlet de chambre ordinaire, pour audit estat doresnavant nous servir par ledit Cleberge aux honneurs, auctorités, pérogatives, préhéminences, franchises, libertez, droicts, proufficts, revenus et emolumenz qui y appartiennent. […] » (AML CC 0361 – Impositions et emprunts (1543 – 1558))

Sa réussite sociale le conduit à devenir conseiller-échevin de Lyon le 10 décembre 1545, au crépuscule de sa vie, mais il n’assista jamais à un conseil d’échevinage4. Entre 1529 et 1531, une grande sécheresse ravage les récoltes, les prix s’envolent et Lyon voit croître la pauvreté dans ses murs. On décide d’ouvrir une souscription pour nourrir les indigents et les loger : c’est sur cette idée que l’Aumône générale est créée en 1534. Jean Cléberger est l’un des fondateurs, apportant un don de 8045 livres. Profitant de sa charge d’échevin, il devient le promoteur d’une fondation pour aider les jeunes filles à marier des quartiers de Vaise et Bourgneuf.

Le roi a un besoin chronique d’argent pour financer entre autres les guerres fréquentes de cette première moitié de siècle et le développement artistique (constructions de châteaux, mécénat divers …), à tel point que la dette qu’il doit aux notables lyonnais en 1547 s’élève presque à 7 millions de livres tournois5. Deux lettres de 1543 et 1545 conservées aux archives municipales de Lyon témoignent de ce fait. Comme tant d’autres financiers, Jean Cléberger devient le créancier de François Ier qui lui doit donc des intérêts.

« Monsieur du Chastellard valet de chambre ordinaire  » le Roi remercié  » le Bon Allemand  » de l’empressement qu’il a mis à le servir dans de semblables circonstances:  » et come encores, que de vous-mesmes m’ayez dernièrement secouru en prest d’une bonne somme d’argent avez esté moyen que les autresss marchands de votre nation ont faict le semblable de leur part dont est du bon office que avez faict en cest endroit je n’ai vollu faillir à vos mercier. » (AML CC 0361 – Impositions et emprunts (1543 – 1558))

« Seigneur Jean Cleberge, j’ai receu votre lettre du cinquiesme de ce moys et par icelle veu le debvoir et dilligence que vous avez faicte pour les emprunts que je veulx faire à Lyon, dont je vous scay trés-bon gré, et voyant, ainsi que me mandez, que lesdits marchands n’y veulleut entendre que mon filz le Dauphin ne s’oblige comme moy, j’en seray content, et desjà mondit filz l’a ainsi accordé; dont vous pourrez advertir les autres marchands afin qu’ils tiennent leur argent prest ainsi que me le mandez, et sur ce, sieur Jean Cleberge, je prye Dieu qu’il vous ayt en sa garde. Escript à Paris le XIe jour de mars 1545. » (AML CC 0361 – Impositions et emprunts (1543 – 1558))

Il fait certaines libéralités envers les pauvres, des legs divers. Il détient une fortune en diamants et en vaisselle d’or. Jean Cléberger est à la tête d’un important patrimoine immobilier et foncier, entre autres : la maison de la Tour des Champs à la Croix-Rousse, une maison sur la rue Longue à Lyon, des vignes dites de St Nizier avec une maison sur la côte St Sébastien, des châteaux à Villeneuve (en Suisse) et à Amblérieu. La maison dite de la Tour des Champs, située au-dessus du quai de Serin avait été acquise en 1538 d’une demoiselle de Balmont avant son installation définitive à Lyon. Cette maison a porté successivement les noms de : Tour Barbare, Tour d’Isabelle Allemand puis la Tour des Champs6. La légende raconte qu’en raison de la grande beauté de son épouse, Pélonne de Bonzin, la propriété portait le nom de « la Belle Allemande ». D’autres légendes sur l’origine du nom nous sont parvenues. Jean Cléberger l’agrandit par des acquisitions successives. Son testament décrit ainsi la propriété de la Tour des Champs :

« Jean Kléberger tient au lieu de Cuyres, une maison forte, boys, terre vigne, pré et colombier, appelée de Champs, la terre contenant environ 8 asnées semailles, la vigne environ 20 fosserées, le bois 3 asnées et le pré 2 seytinés. Pour ce, 170 livres … Plus il a acquis de Paulin Lanfredin une maison audit lieu de Cuyres, et une vigne d’environ 30 fosserées : 60 livres. Pour ses meubles : 1000 livres. » (transcrit dans « La seigneurie de Cuire et la Croix-Rousse en Franc-Lyonnais » d’Antoine Grand en 1905)

La propriété de la Tour des Champs dite aussi Tour de la Belle Allemande. Bibliothèque municipale de Lyon. P0546 SA 06-26

Il est un ami de la plupart des artistes de son temps. En témoigne une lettre d’Érasme à Cléberger du 20 Octobre 1532 s’ouvrant sur les termes « Homme très cher à mon cœur “7. Albrecht Dürer, quant à lui, le portraiture en 15268. Le peintre, d’origine allemande comme son sujet, rend compte de sa physionomie alors qu’il était âgé de 40 ans. Son regard perçant captive et illustre l’homme ambitieux qu’il était. En effet, à l’époque où il se fait représenter, il travaillait pour la famille Pirkheimer et s’apprêtait à épouser la fille de son employeur. Dürer était un ami de la famille Pirkheimer et les deux hommes se connaissaient donc fort bien. Sur ce portrait, sont peints simultanément : les armes de la famille Cléberger « de gueules au mont d’or d’où émergent trois trèfles d’or », un personnage tenant des trèfles dans sa main (symbole de sa famille et de sa fortune heureuse), le monogramme d’Albrecht Dürer et un écu d’or flanqué d’étoiles. Il s’agit de l’une des dernières œuvres de l’artiste qui meurt en 1528.

Cléberger teste le 25 août 1546 dans sa maison de la rue Longue. Son testament est déposé chez Maître Pierre Dorlin. Il meurt dans ce même immeuble le 6 Septembre suivant. Dans son testament, il est qualifié de : « noble homme, seigneur de Champ, près Lyon ; de Villeneuve de Chastellard et de Chavanieu, en Dombes ; bourgeois de Berne et de Lyon, valet de chambre ordinaire du roi ». Par ce testament, il lègue une fortune considérable et des rentes diverses, permettant à son épouse d’acheter plusieurs seigneuries dont la plupart se situaient en Dombes comme la baronnie de Saint-Trivier moyennant 32.000 livres pour cette dernière. Par ce geste, il assure une rente à son jeune fils de 8 ans : David Cléberger reçoit le titre de Baron de Saint Trivier dès son plus jeune âge. C’est grâce à cet héritage considérable que David acquiert entre autres le domaine de la Rigaudière, une maison forte située à Jassans-Riottier. Jean Cléberger lègue en outre une somme de 4000 livres tournois pour les pauvres de l’Aumône générale. Son épouse hérite du domaine de la Tour des Champs et devient la tutrice de son fils jusqu’à l’âge de 25 ans. Étienne de la Forge, le demi-frère de David, né du premier mariage de Pélonne de Bonzin, devient également son tuteur. L’instruction de David est soigneusement notée dans son testament, un parcours qui semble lui promettre un avenir de juriste : jusqu’à 14 ans, l’enfant doit étudier le latin tout en suivant des leçons de bonnes mœurs puis, à partir de 14 ans jusqu’à 25 ans, il doit se pencher sur le droit civil et le droit canon. Prévoyant et confiant, Jean va même jusqu’à laisser les tuteurs choisir les universités en Italie et en Espagne, avec l’accord du concerné. David Cléberger épouse en 1572 Suzanne de Cumin, fille d’Antoine de Cumin, écuyer, seigneur de Romanèche en Dauphiné. Ils ont ensemble deux filles et deux garçons. Il était qualifié de : « baron de Saint-Trivier, seigneur de Chavagnieu, de Mognenens, de la Bessée, de Gravains, de la motte-Adès, de Bereins, de Monts, de Chaillouvres, de Banains en Mâconnais, de Riotiers, de la Poype de Banains et de Champ ». Ses titres et ceux de ses enfants indiquent que, pour l’achat des diverses suzerainetés en Dombes, David dut vendre la seigneurie du Châtelard et la baronnie de Villeneuve. Dorénavant, dans la vie courante, David n’use plus du nom « Cléberger » mais «de Clerberg » afin de confirmer l’ascension sociale de la famille.

Les héritiers Cléberger étaient protégés par le Roi. A la demande de David, le dénommé Martin de Troyes, conseiller du Roi, receveur général de ses finances à Lyon, lui paie un total de 242 livres tournois correspondant aux gages des années 1546 et 1555 des charges de valet de chambre ordinaire du roi  tenues par son père. Pour récompenser les louables services rendus à son père François Ier, Henri II octroie à la veuve Cléberger une exemption totale d’impôts à Lyon :

« Ordonne qu’on permette à ladite dame d’user plainement et paisiblement tant et si longuement qu’elle demeurera en viduité des exemptions, privilèges, octrois accordés aux veuves des officiers royaux, et qu’on la tienne quitte et exempte de tous subsides et impositions mis ou à mettre dans la ville de Lyon. »  (AML CC 0361 – Impositions et emprunts (1543 – 1558))

 

L’homme de la roche sous Pierre Scize représente Jean Cléberger. Statue de Pierre-Toussaint Bonnaire (1813-1882). 1849. Photographie Wikimedia Commons.

Peu après la mort de Jean, une statue en bois, présentée en costume romain, est érigée en son honneur sur les quais de Saône, sous les rochers de Pierre Scize. Cette statue est restaurée et inaugurée par la municipalité le 24 Juin 1820. Un accident dégrade l’œuvre qui en perd sa tête comme le fait remarquer un certain Alexandre Dumas de passage à Lyon en 1832. La Ville participe à une souscription pour sa reconstruction. Elle est refaite dans un style nouveau en pierre dite de Cruas en 1849 par le sculpteur Pierre-Toussaint Bonnaire. Celle-ci est inaugurée le 16 Septembre de la même année. Cette œuvre monumentale est toute en symboles : elle joue sur l’étymologie du nom de Cléberger (étant adossée contre la colline) tout en évoquant la réussite « pré-destinée » de Jean Cléberger. Cette statue tient une bourse dans la main et un rouleau de parchemin, symboles de la fortune et de la sagesse, elle est connue de nos jours sous le surnom de « l’Homme de la Roche ».
Grâce à cette statue et par ses actions envers les plus faibles, plus qu’un Lyonnais célèbre, Jean Cléberger est devenu un incontournable de la mémoire lyonnaise : celui pour lequel tout réussit, l’homme généreux, l’homme éclairé et engagé, enfin, l’ami des artistes. Un homme aujourd’hui rentré dans la légende et l’imaginaire des générations qui l’ont suivi …

Par Maxime DEHAN
Membre titulaire de l’Académie de la Dombes
Secrétaire général de l’Académie Littéraire et Historique du Val de Saône
Vice-président délégué de l’Union des Écrivains Rhône-Alpes-Auvergne


Sources 

– Précis historique sur Jean Cléberger, surnommé le Bon Allemand publié par la commission du monument qui doit lui être érigé. 1er Juillet 1842. BML cote 117265.
– La seigneurie de Cuire et la Croix-Rousse en Franc-Lyonnais. Antoine Grand. 1905.
– Historique des propriétés et maisons de la Croix-Rousse du 14ème siècle à la Révolution. Joseph Pointet. Volumes 1 et 2. 1926.
– L’histoire et la légende de Jean Cléberger, dit le bon Allemand. Eugène Vial. 1914.
– Histoire de la souveraineté de Dombes. Deuxième édition. Tome Second. Samuel Guichenon. 1874.
– Impressions de voyage.  Alexandre Dumas. 1833.
– Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève. Tome 9. 1855.
– Revue d’histoire de Lyon: études, documents, bibliographie. A. Rey. 1912.
– AML CC 0361 – Impositions et emprunts (1543 – 1558)

Le testament de Jean Cléberger déposé chez maître Pierre Dorlin a été transcrit entièrement dans le Précis historique sur Jean Cléberger, surnommé le Bon Allemand publié par la commission du monument qui doit lui être érigé. 1er Juillet 1842. BML (cote 117265).

Remerciements
Monsieur Louis Faivre d’Arcier, directeur des Archives Municipales de Lyon, et le comité de relecture du carnet « Histoires lyonnaises ».

  1. D’après Précis historique sur Jean Cléberger, surnommé le Bon Allemand publié par la commission du monument qui doit lui être érigé. 1er Juillet 1842. Marnas cite une note trouvée dans les archives  administratives de l’hospice de La Charité. []
  2. D’après l’historien Eugène Vial qui cite une note conservée aux archives municipales, reconnue comme étant la première trace écrite de Cléberger à Lyon. Revue d’histoire de Lyon: études, documents, bibliographie. A. Rey. (1912). []
  3. Transcrit dans la Revue d’histoire de Lyon: études, documents, bibliographie. A. Rey. (1912). []
  4. D’après les Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève. Tome 9 (1855). []
  5. D’après L’argent du roi. Les finances sous François 1er  de Philippe Hamon (1994). []
  6. .D’après le testament de Jean Cléberger et l’Historique des propriétés et maisons de la Croix-Rousse, du XVIe siècle à la Révolution de Joseph Pointet (1926). []
  7. D’après les Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève. Tome 9 (1855). []
  8. .Depuis 1781, le portrait se trouve dans les galeries du Kunsthistorisches Museum  (Vienne). []

Maxime DEHAN

Né le 19 Janvier 1990 à Villeurbanne. Ingénieur en informatique de profession et historien. Membre titulaire de l'Académie Littéraire et Historique du Val de Saône. Membre titulaire de l'Académie de la Dombes. Membre de la Société d'Histoire de Lyon. Membre de l'Union des Écrivains Rhône-Alpes-Auvergne. Ancien président de l'association Histoire et Patrimoine de Caluire Et Cuire. Page Facebook "Les Amis du Patrimoine : Caluire et Cuire - Croix-Rousse" : https://www.facebook.com/CaluirePatrimoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search