ARCHIVES/Archives funéraires (7/8)

Les archives funéraires lyonnaises : quel contexte, quelles sources ?
Pour répondre à cette question, le blog Histoires Lyonnaises vous propose une série de 8 articles destinée à vous guider dans vos recherches historiques.

Ici, l’épisode n°7 :

Chercher dans les archives : inhumations

De tous temps et chez tous les peuples, la police des inhumations et des lieux consacrés aux sépultures a été une préoccupation des législateurs.

L’inhumation est l’opération funéraire consistant à donner un lieu de sépulture à un défunt.

Pendant longtemps, elle a été, en France, le seul mode de destruction des corps autorisé par la loi1.

1 – Les répertoires des inhumations

Définition
Un répertoire recense, pour une période donnée, toutes les inhumations dans l’ordre alphabétique.

État des fonds
La collection conservée concerne :
– Le cimetière de la Guillotière : 9 répertoires couvrant la période 1933-1984 (2066W/248-256).
– Le cimetière de la Croix-Rousse : 2 répertoires couvrant la période 1903-1949 (1759W/38-39)

Ces répertoires font écho aux registres du même nom.

Il faut distinguer 2 types d’inhumations : dans les terrains concédés et dans le terrain général.

Informations renseignées :
– Désignation des personnes inhumées : nom ; prénom, lieu du décès, date du décès.
– Observations : âge du défunt, taille de la sépulture, nom du propriétaire de la concession…
– Caractéristiques de la concession : durée, date, désignation (emplacement).

Intérêt
Renseigner sur la durée, la date d’acquisition et l’emplacement précis d’une concession.
Sont également concernées les exhumations.

Mode de recherche
Par date puis par nom.

Communicabilité
Ces documents sont soumis au délai de communicabilité relatif à la vie privée. Numérisés, ils sont consultables en ligne en salle de lecture.

Funérailles des victimes de l’éboulement du cours d’Herbouville (1932)
(AML, 2PH/263/19)

2 – Les registres des inhumations

Définition
Un registre recense, pour une période donnée, toutes les inhumations dans l’ordre chronologique.

État des fonds
Il convient de différencier les inhumations provisoires des inhumations en terrains concédés ou en terrain général.

Les inhumations provisoires
Les informations communes à tous les registres d’inhumations provisoires sont ; les nom et prénom des défunts ainsi que leur date d’arrivée.
– Inhumations provisoires dans la chambre funéraire du cimetière de la Guillotière : 2 registres portant sur la période 1986-1992 (2066W/257-258).
– Inhumations provisoires dans les caveaux de la Ville. L’intérêt est de savoir ce que sont devenus les corps entre la date du décès et celle de l’inhumation en terrain concédé ou terrain général.
> Tous cimetières : 3 registres de dépôt des corps pour la période 1917-1973 (1003WP/19/2, 1099WP/73 et 1027WP/12) (classement par cimetière puis par numéro de case dans le caveau).
> Cimetières de la Guillotière
1 registre de dépôt des corps pour 1911-1994 (2066W/259) (classement chronologique).
5 registres comptables pour 1896-1972 (1099WP/70-72, 74 et 1027WP/13) (classement chronologique).

Monument crématoire au cimetière de la Guillotière, plan du rez-de-chaussée (1909)
Projet d’Etienne Curny – (AML, 1004WP/3)

Les inhumations en terrains concédés ou terrain général.
Il s’agit de 10 registres relatifs aux cimetières de la Guillotière et couvrant la période 1853-1933. Le classement est chronologique (2066W/238-244, 246-247).
Le registre de la période 1894-1902 ne concerne que les terrains concédés (2066W/245).
Ils mentionnent tous les nom, prénom et domicile des défunts ainsi que la date et le lieu de l’inhumation. Certains comportent parfois également d’autres informations.

Intérêt
Dater et localiser une inhumation.

Mode de recherche
Par date.

Communicabilité
Ces documents sont soumis au délai de communicabilité relatif à la vie privée. Numérisés, ils sont consultables en ligne en salle de lecture.

3 – Les dossiers de funérailles

Définition
Les funérailles sont les cérémonies solennelles qui accompagnent un enterrement.
Apparu au XIVe siècle, le terme est emprunt au latin ecclésiastique médiéval funeralia, neutre pluriel du bas latin funeralis, dérivé de funus, qui recouvre tout un processus de « travail de deuil ».
Un dossier de funérailles regroupe l’ensemble des documents nécessaires à l’inhumation ou à la crémation : bulletin de commande de funérailles, procès-verbal d’inhumation, acte et certificat de décès, demande et procès-verbal d’exhumation, autorisation de transport de corps, procès-verbal de mise en bière, permis d’inhumer, pièces comptables, autorisation de fermeture de cercueil, correspondance.

La foule se masse sur le coteau de Fourvière, sous le Chemin Neuf, pour assister aux funérailles des victimes des bombardements du 26 mai 1944 place Saint-Jean
(AML, 6PH/1055)

État des fonds
La collection conservée comprend, pour un volume total de 55 mètres-linéaires :
> La période de guerre (1939-1945),
> Les années en 3, tous les 20 ans, à titre d’échantillons (soit 1963, 1983 et 2003). L’année 2003 constitue une exception dans cette collection. Elle est composée de 2 versements : le 1900W est celui du secteur « réglementaire » (documents administratifs) et le 1935W, celui du secteur « concurrentiel » (organisation des funérailles). C’est également une année exceptionnelle du point de vue funéraire, celle d’une canicule qui a entraîné une surmortalité de 55 %.
Les dossiers sont individuels et leur classement est chronologique.

A cela s’ajoutent les dossiers :
– De la période de septembre 1984 à janvier 1986 versés comme pièces justificatives à l’appui de dossiers de contentieux (1566WP/96-97),
– De populations particulières :

Conseillers municipaux 1925-1955 1019WP/2/2
Condamnés à mort (justice criminelle, juridiction d’exception, cour martiale) 1926-1950 1014WP/11
Victimes de mort violent 1943-1944 1029WP/30
Religieuses 1940-1951 1010WP/5
Victimes civiles et militaires 1947-1956 1025WP/48-50
Militaires victimes de guerre 1947-1972 1029WP/36
Victimes militaires allemandes 1942-1959 1015WP/13

Intérêt
– Offrir un échantillon statistique dans des fonds trop volumineux et sériels pour être conservés et dont l’intérêt historique reste très limité ;
– Garder une trace du fonctionnement de l’administration pour ce type de procédure.

Mode de recherche
Par date des funérailles puis par nom du défunt.

Communicabilité
Ces documents sont soumis au délai de communicabilité relatif à la vie privée.

Par Anne FOREST, archiviste aux Archives de Lyon

  1. La crémation est autorisée par la loi du 15 novembre 1887 sur la liberté des funérailles et le décret d’application du 27 avril 1889 portant règlement d’administration publique déterminant les conditions applicables aux divers modes de sépulture. []

Anne FOREST

Archiviste, Archives de Lyon

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. LE CAM dit :

    Bonjour,
    Je recherche le certificat de décès dun grand oncle mort pendant la guerre 14-18 à l’Hôtel Dieu de Lyon le 14/01/1918 au nom de Jules Désiré LAMOTTE né le 12/06/1876 à Dizy. Je sais qu’il a été enterré le 19/1/1918 au cimetière Guillotiere de Lyon, je voudrais connaitre la cause de son décès. Pouvez-vous me dire comment je peux faire.
    Avec mes remerciements
    Cordialement
    Mme LE CAM-LAMOTTE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search