ARCHIVES/Archives funéraires (3/8)

Les archives funéraires lyonnaises : quel contexte, quelles sources ?
Pour répondre à cette question, le blog Histoires Lyonnaises vous propose une série de 8 articles destinée à vous guider dans vos recherches historiques.

Ici, l’épisode n°3 :

Repères historiques locaux : la mort violente

Pour garantir le principe d’ordre public selon lequel le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort, l’Etat1 –et la commune– intervient quand la mort n’est pas naturelle. C’est la raison pour laquelle, qu’elles se trouvent sur la voie publique ou bien sur un terrain militaire, les victimes de mort violente sont prises en charge par les pouvoirs publics.

1 – Des dépôts mortuaires à l’Institut médico-légal (IML)2

Les dépôts mortuaires du XIXe siècle

Dès Floréal an III (avril-mai 1795), un arrêté de la municipalité portant règlement sur les inhumations évoque deux dépôts, l’un à l’Hôtel-Dieu (dont l’administration en avait fait la concession à la Ville tout en s’en réservant la direction) pour les quartiers situés entre Rhône et Saône, et l’autre dans une chapelle de l’église du Petit Collège pour les quartiers de la rive droite de la Saône (la rive gauche du Rhône ne faisait alors pas partie de Lyon). Ils étaient tous deux destinés à recevoir les corps des personnes inconnues, trouvées mortes hors de leur domicile.

Au cours de sa séance du 11 Brumaire an IV (2 novembre 1795), le conseil municipal, trouvant la chapelle de l’église du Petit Collège inadaptée, transporte le dépôt dans une chapelle de l’église Saint-Jean.

En 1837, la Ville, en remplacement de ce dépôt, en installe un autre dans une chapelle du chevet de l’église Saint-Paul. Celui-ci desservait alors les quartiers du nord et de l’ouest et celui de l’Hôtel-Dieu, les autres quartiers.

Sous la pression des riverains se plaignant de l’insalubrité croissante, le dépôt de Saint-Paul est officiellement supprimé en 1842. Mais il semble toujours être en usage en 1846…

Le 13 février 1850, le conseil d’administration des Hospices civils de Lyon (HCL) décide la fermeture du dépôt de l’Hôtel-Dieu.

Les bateaux-morgues (1850-1910)

Le terme vient du verbe « morguer », traiter, dévisager avec arrogance. Dans les prisons d’Ancien Régime, la morgue désigne le lieu où l’on tient les nouveaux prisonniers pendant un bref moment afin que les gardiens les dévisagent pour pouvoir les reconnaître ensuite. Par la suite, la morgue devient le lieu où l’on cherche à reconnaître les cadavres non identifiés.

 Le 1er bateau-morgue (1850-1852)

Face à l’insuffisance des deux dépôts, fin 1849, la Ville projette de construire une morgue.

Le 5 mars 1850, le Maire de Lyon écrit au président des HCL : « La morgue sera établie sur le Rhône en face de l’Hôtel-Dieu sur un bateau mobile propre à cette destination ».

Quel avantage y a-t-il à construire une morgue flottante ? La proximité du fleuve permet l’installation d’un système d’arrosage permanent : une robinetterie permet de faire couler un filet d’eau fraîche sur les tables sur lesquelles sont déposés les corps pour les conserver.

Le bateau-morgue est opérationnel en mai 1850.

Mais dans une lettre datée du 22 août 1852, le préfet du Rhône écrit au président des HCL : « Cette nuit, à deux heures du matin, la morgue, emportée par le courant, s’est brisée auprès du pont de la Guillotière ».

La morgue flottante, à gauche, amarrée devant l’Hôtel-Dieu [1862-1909] Carte postale (AML, 4FI/9262)

Le 2nd bateau-morgue (1853-1910)

En janvier 1853, un nouveau projet évoque la construction de la morgue sur une parcelle de terrain cédée à la Ville par les HCL quai d’Albret (quai de Serbie). Mais l’éloignement du site fait échouer le projet.

L’idée de reconstruire une morgue flottante est alors adoptée.

La morgue de la ville est donc installée sur une « plate » (ou bateau-lavoir grossièrement aménagé) amarrée sur le Rhône, quai de l’Hôpital (devant l’Hôtel-Dieu, face au n° 40).

Mais une nouvelle fois, les caprices du fleuve ont raison du bateau. Dans une délibération du 18 avril 1910, le Conseil municipal déclare : « La récente crue du Rhône a causé la destruction du bateau-morgue qui, ensuite de la rupture de ses amarres, a été emporté à la dérive jusqu’à Saint-Fons où il s’est échoué ».

La morgue (1910-1933)

1900
1er projet de construction d’une morgue sur le terrain que possède la Ville à l’intersection des rues Chevreul et de Béarn (rue Pasteur). Mais le voisinage proteste.
2e projet dans l’enceinte de la Faculté de médecine, contre le mur de clôture Est, à la place d’un bâtiment utilisé par le Jardin botanique de la Faculté. Projet avorté.

1908
3e projet dans un bâtiment rue Pasteur et autrefois affecté à la chaufferie de la Faculté de médecine. Projet adopté.

1910
Construction de la morgue rue Pasteur, sur les plans de l’architecte Curny.

Morgue rue Pasteur, plan de la façade (1909) Projet d’Etienne Curny (AML, 1004WP/3)

L’institut de médecine légale (depuis 1933)

En 1930, la décision est prise d’un transfert dans les locaux de la nouvelle Faculté de médecine avenue Rockefeller. La morgue devient l’Institut médico-légal et associe la Ville et l’Université (convention du 11 mars 1930).

L’IML s’installe avenue Rockefeller en 1933.

En 2004, la Ville se retire de la gestion directe de l’IML.

2 – Les victimes de guerre

Les fosses de la Révolution3 (1793-1794)

– 209 victimes inhumées près de la grange de la Part-Dieu ;
– 74 rue Vendôme ;
– 140 « rebelles » jetés dans le fleuve ;
– 1500 cadavres, entassés à la Quarantaine, ont été jetés à la chaux vive ;
– Un nombre inconnu a été profondément inhumé à l’extrémité de l’île de Perrache.

Les deux guerres mondiales

Avant la Première guerre mondiale, les soldats ne pouvaient pas être inhumés dans des tombes individuelles, faute de pouvoir être formellement identifiés. Avec la guerre de 1914-1918, les belligérants développent des pratiques d’inhumation plus soucieuses de l’individualité du soldat, qui porte désormais une plaque d’identité permettant de l’identifier. Une loi de décembre 1915 entérine le principe de la sépulture individuelle et permanente dont l’entretien est confié à l’Etat à perpétuité.

En mars 1966, selon la volonté de son Maire Louis Pradel et sur le modèle de sa jumelle Birmingham, la Ville de Lyon a édité la liste4 des soldats victimes de la guerre de 1914-1918, de la guerre de 1939-1945 et des opérations extérieures, pour compléter les noms retranscrits sur le Monument aux morts (construit entre 1922 et 1933 par Tony Garnier) de l’Ile du Souvenir, dite l’Ile aux Cygnes, au Parc de la Tête d’Or, où sont gravés les noms des Lyonnais morts durant la Grande Guerre.

Monument aux morts de l’Ile aux Cygne, Parc de la Tête d’Or (années 1930) Cliché Poix (AML, 1PH/1204)

Le carré musulman du cimetière de La Mulatière5 accueille les sépultures des soldats musulmans décédés lors de la Première Guerre mondiale, en particulier à l’hôpital complémentaire n°21 (Institution Lamartine) à Oullins.

La nécropole nationale de la Doua6, à Villeurbanne, est destinée, à partir de 1953, à recevoir les tombes des combattants lyonnais et des alliés morts dans la région.

A l’origine du site se situait là le charnier des résistants abattus par les nazis.

La nécropole nationale de Chasselay accueille depuis 1942 les 188 sépultures des tirailleurs d’Afrique de l’Ouest massacrés par les Nazis en juin 1940.

En 1952, les autorités françaises aménagent, à Dagneux (Ain), un cimetière militaire allemand qui, à partir de 1958, est élargi et aménagé dans sa forme actuelle par le Service pour l’Entretien des Sépultures Militaires Allemandes (SESMA).

Le cimetière, qui couvre environ 4,5 hectares, a été créé dans le cadre de la Convention franco-allemande de 1954 relative aux sépultures militaires.

Il s’agit avant tout de victimes tombées pour la plupart lors des combats dans le sud de la France consécutifs au débarquement des Alliés le 15 août 1944 sur la Côte d’Azur, mais également de soldats morts au combat ou en prison lors de la Première Guerre Mondiale.

Environ 20 000 morts y ont trouvé leur dernier repos.

Il est possible de retrouver à partir du nom d’un disparu son emplacement dans le cimetière ainsi que, pour la plupart, le lieu et la date où il est tombé, au moyen de la recherche de tombe (« Gräbersuche ») sur le site du VDK, Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge (SESMA, Service pour l’Entretien des Sépultures Militaires Allemandes) : https://www.volksbund.de/fr/graebersuche.html.

Pour retrouver la trace de victimes de guerre, consulter :
https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/
http://www.cimetieres-de-france.fr/cimetieres-en-ligne/mort-pour-la-france.html

Par Anne FOREST, archiviste aux Archives de Lyon

  1. Et en particulier le Ministère de la Justice via le Parquet, dont les registres constituent des sources complémentaires intéressantes. []
  2. Les registres d’entrée des corps des bateaux-morgues, de la morgue et de l’IML sont conservés aux AML sous les cotes 1825W (numérisé, consultable en ligne en salle de lecture) et 2764W. []
  3. Pas ou peu de traces archivistiques. []
  4. « La Ville de Lyon à ses soldats morts au champ d’honneur », impr. Audin (AML, 1C/651670/SAL). Les dossiers préparatoires sont cotés 1025WP/51-54. []
  5. https://monumentsmorts.univ-lille.fr/monument/25339/mulatiere-cimetiere/ []
  6. https://www.cheminsdememoire.gouv.fr/en/la-doua-cemetery-villeurbanne []

Anne FOREST

Archiviste, Archives de Lyon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search