PERSONNAGE/Louis Bardey, un producteur d’archives méconnu

Louis Bardey (AML – 285II/123)

D’origine modeste, Louis Bardey naît quai de Serin, à la Croix-Rousse le 8 octobre 1851 de Jean Bardey, chaînier, et de Catherine Ruf son épouse1

Il va connaître un destin singulier.

Après avoir été élève à La Martinière, il s’inscrit en 1867 à l’Ecole nationale des Beaux-Arts2 et est admis à la classe de « principes et bosses » 1ère division ; il passe l’année suivante dans la classe de « portraits » ; il est l’élève de l’architecte Etienne Léon Charvet et du peintre Joseph Guichard. Chaque année, il collectionne prix et médailles3 ; en 1870-71, aux trois concours marquant la fin de la scolarité – « peinture de la figure », « composition historique peinte » et « dessin de la figure » -, il remporte respectivement le 1er prix médaille d’or, le 1er prix médaille de vermeil et la médaille d’argent qui constitue l’unique prix de la dernière discipline.

En 1872, après ses études, il entre dans la maison Flachat et Cochet, grosse entreprise lyonnaise de décoration et d’ameublement. Le responsable, Flachat père, fait partie du conseil d’administration de l’Ecole des Beaux-Arts et y enseigne l’art décoratif à partir de 1884. 

En parallèle, il expose dans les salons de Lyon en 1872 puis en 1874. En 1884, il obtient au salon des arts décoratifs une médaille de première classe4 et expose une dernière fois en 18945.

Sa sœur aînée Marie, née le 26 janvier 1849 à la Croix-Rousse, est, elle aussi, artiste ; spécialiste de la broderie d’art, elle expose également dans les salons lyonnais à partir de 1883, en 1884, 1889, 1901, 1902, 1903. Ses œuvres sont en partie réalisées sur des compositions de son frère6.

Le 11 novembre 1893, à l’âge de 42 ans, Louis épouse à la mairie du 3e arrondissement (il est déjà domicilié à cette époque 14 rue Robert)7, une jeune fille issue de la bourgeoisie commerçante, Jeanne Bratte, de vingt ans sa cadette. Née en 1872, musicienne, passionnée de peinture, de dessin puis de sculpture, Jeanne Bardey est l’élève des peintres lyonnais Jacques Martin et François Guiguet puis, à partir de 1909, l’élève et l’amie de Rodin qui souhaitera lui confier la direction de son futur musée. Rodin séjournera  avec sa compagne Rose Beuret rue Robert8 et viendra exposer à Lyon.

Jeanne, Louis et Henriette Bardey (AML – 285II/528)

Jeanne Bardey expose également régulièrement à Lyon de 1905 à 1918 puis à Paris à partir de 1921. A Lyon, elle signe avec son mari la décoration intérieure du Conservatoire.

Ils ont une fille, Henriette, dont Rodin moulera le buste, qui dessine, peint et sculpte. Celle-ci, après avoir grandi en pensionnat à l’étranger, entretient dès son retour une relation fusionnelle avec sa mère et l’accompagne dans ses séjours fréquents en Grèce et en Egypte. Elles y dessinent pour les archéologues (et notamment pour Jean Varille) les sites et les monuments antiques. 

Les ateliers Bardey, une entreprise florissante

En 1880, Louis Bardey quitte Flachat et Cochet et crée sa propre entreprise, 3, place Bellecour9. Il réalise des dessins pour les tissus, l’architecture, la reliure, l’ameublement. 

L’entreprise Bardey devient rapidement une entreprise florissante. Elle réalise de nombreux travaux de peinture décorative à Lyon dans les domaines de l’architecture civile et religieuse, publique et privée10 : Palais Saint-Pierre en 1886, préfecture du Rhône et église Saint-Louis de la Guillotière en 1890, salle du conseil de l’Hôtel de Ville11 en 1894, lycée de jeunes filles en 1900-190312, conservatoire quai de Bondy13 en 1904  puis 1911, école La Martinière en 1906, salle Rameau en 1908, Grand Théâtre14  et grande salle de lecture de la bibliothèque municipale en 191215, casino Kursaal, hôtel Perrache pour la Compagnie PLM16,  maison Permezel place Bellecour…

Mais les activités de l’entreprise Bardey débordent le territoire purement lyonnais et même régional : parmi les travaux réalisés, on citera de manière non exhaustive le Clos Souchon à saint Andéol le Château, des villas à Caluire, Lentilly, Villefranche sur Saône, Saint Etienne, Lons-Le-Saunier, Royat, le château Borel à Saint-Egrève, la villa Yvonette et le petit casino à Vichy, le château Curraize à Montbrison, les théâtres de Lons-le-Saunier, Bourg-en-Bresse et Besançon.

Un artiste réputé pour la délicatesse et le goût de ses décorations

 

Louis Bardey dans son atelier (AML – 285II/476)

Si la décoration intérieure constitue l’essentiel de son activité, il ne se limite cependant pas à cette discipline : il assure l’illustration et la couverture de quelques ouvrages, est l’auteur de la très belle affiche du meeting aérien de Lyon du 15 mai 191017, dessine les armes de Saint Symphorien Le Château (Eure-et-Loir), de l’Aubépin en Jarez (commune de Larajasse, Rhône) et de Saint Martin en Haut (Rhône) ainsi que la devise stylisée du roi de Grèce.

Sa notoriété l’amène à poursuivre parallèlement une carrière d’enseignant tout aussi prenante. En 1882, la Ville ouvre l’école municipale de dessin des Brotteaux ; Louis Bardey présente sa candidature et il y enseigne  la figure et l’ornement18 de l’ouverture de l’école à 1884. En 1890, il participe en tant que jury au concours de recrutement du professeur de Bosse de l’école municipale de dessin de Vaise19.

Une année plus tard, le conseil d’administration de l’Ecole nationale des Beaux-Arts de Lyon du 28 décembre 1891 fait état de l’ouverture d’un professeur suppléant pour la classe d’art décoratif ; le nom de ce professeur est énoncé à la séance du 11 février 1896 lorsqu’il s’agit de trouver un remplaçant au professeur titulaire de cette classe, Flachat père, qui vient de décéder : «  M. Bardey, étant en fonctions comme suppléant et possédant d’autre part tous les titres requis pour l’enseignement de l’art décoratif, est désigné à l’unanimité ”20  et recruté par un arrêté du ministre de l’instruction publique et des beaux arts du 4 février 189721

Les registres de conseils des professeurs font état de son investissement dans l’enseignement. Cette carrière d’enseignant trouve sa consécration le 1er octobre 1906 lors de la réouverture du théâtre des Célestins dans la remise de la rosette de l’instruction publique par le commissaire du gouvernement Bernheim « à notre distingué compatriote Louis Bardey, professeur à l’école nationale des Beaux-arts, artiste réputé pour la délicatesse et le goût de ses décorations ”22.

En 1912, Louis Bardey, surmené, tombe suffisamment malade pour que les candidats à sa succession se pressent à la porte de l‘Ecole23 mais sa santé s’améliore et il reste chargé de sa classe, aidé d’un suppléant. Il est encore en 1913, membre adjoint du jury chargé de juger les travaux des élèves de l’Ecole et des écoles de dessin24.

Louis Bardey a parfaitement incarné le vœu qu’exprimait le directeur de l’école des Beaux-Arts, le peintre Caruelle d’Aligny, lorsqu’il écrivait au préfet au sujet de la classe d’Ornement, le 22 septembre 1868 :

« Tous les esprits pratiques en matière artistique savent que l’ornementation ne fait qu’un avec toutes les autres branches de l’art, qu’elle en est en quelque sorte le complément naturel, l’appendice indispensable. C’est donc pour ce motif qu’on lui a assigné des heures de travail différentes de celles des autres classes, afin que tous les élèves, architectes, sculpteurs, peintres, graveurs et même peintres à fleurs fussent à même d’aller suivre cet enseignement qui complète leur éducation artistique…si je ne me trompe, le professeur d’une telle 

classe doit connaître à fond les règles de la perspective et de la géométrie, avoir des notions étendues en mathématiques, n’ignorer aucun des styles des diverses époques de l’art… mais aussi à tout ce qui touche à la serrurerie, à l’ameublement, à la poterie, à la décoration théâtrale, à l’orfèvrerie, à la bronzerie etc., enfin à tout ce qui a reçu ou est capable de recevoir une ornementation quelconque25« .

Certes le préfet, écrivait à son tour au ministre de la maison de l’Empereur et des Beaux arts, non sans scepticisme : 

« il serait fort difficile de trouver un homme qui possédât au même degré les diverses branches qui composent l’ensemble de l’ornementation. Cet homme n’existe pas à Lyon ».

Il avait tort, comme on l’a vu.

Un membre estimé de la société lyonnaise au tournant du siècle

Grand travailleur, sérieux, détenteur d’une culture lui permettant de s’adapter à tous les types de sujets, Louis Bardey est très apprécié des architectes dans le milieu desquels il a été formé et où il compte de nombreux amis (Abraham Hirsch, Tony Garnier, Tony Desjardins, Louis Rogniat, Claudius Roux, Augustin Chomel, Emile Dubuisson…). 

Citons par exemple l’architecte en chef de la Ville, Tony Desjardins, lorsqu’il demande pour la décoration intérieure de la bibliothèque municipale, l’autorisation de travailler avec « cet éminent artiste » qu’est Louis Bardey « pour l’exécution de cette oeuvre qui exige les capacités et l’érudition d’un maître en vue d’une réalisation digne de la Ville de Lyon26».

Son épouse qui entretient des relations suivies avec le maire Edouard Herriot27 et la famille Varille, facilite encore l’intégration de ce fils d’ouvriers de la soie dans l’intelligensia lyonnaise. 

Dans le carton des demandes d’invitation à la première de Sibéria, on trouve une note d’Edouard Herriot signifiant de la refuser à tous sauf au couple  Bardey, invité avec deux de ses employés. Aussi n’est-on pas surpris de constater que Louis Bardey fait partie du comité d’organisation de l’exposition rétrospective des artistes lyonnais peintres et sculpteurs organisée en 1904 au Palais municipal des expositions quai de Bondy et présidée par le docteur Tripier, également professeur à l’école des Beaux arts (cours d’anatomie), à l’école de médecine et président de la commission du musée des Beaux-arts de 1904 à 1914. 

Collectionneur, il prête pour y être exposées 21 œuvres (sur un total de 180) des peintres Appian, Bonnefond, Domer, Flandrin et Ravier entre autres28. De même en 1910, il s’associe avec l’architecte Roux-Meulien et l’entreprise Denat et Flachat Cochet pour édifier la porte du salon de la soierie à l’exposition de la soierie de Lyon.

En 1914, il fait partie du comité d’organisation de  l’exposition internationale de Lyon pour la partie consacrée aux Beaux-Arts, aux côtés du docteur Tripier, président, du peintre Jacques Martin, du patron d’industrie Fenaille, d’Henri Focillon, directeur du musée des Beaux-Arts, de Justin Godard, député du Rhône, d’Arthur Kleinklausz, doyen de la faculté des Lettres, et d’autres membres éminents de la scène lyonnaise…

Louis Bardey et la décoration théâtrale

Moins connue que son activité de peinture décorative pour les bâtiments, il faut évoquer cette autre facette de l’activité de l’entreprise Bardey, qui remonte cependant à son origine. Car c’est à cette activité que nous devons un fonds d’archives d’un intérêt exceptionnel.

En effet, dès la création de son entreprise, Louis Bardey affiche sa volonté de réaliser des décors de théâtre, si l’on se réfère à l’encart publicitaire qui figure dans la rubrique Peintres décorateurs des annuaires de Lyon : « Décorations d’appartements de tout style, peintures d’églises et décors de théâtre, dessins artistiques ”29

Si cette activité n’est pas à proprement parler originale dans le milieu des peintres décorateurs du 19e siècle, elle nécessite de la part du peintre un excellent niveau artistique et une vaste culture. Louis Bardey ne pourra travailler sur les commandes publiques lyonnaises qu’à partir de 1904, grâce à l’ouverture du cahier des charges des directeurs de théâtre aux peintres décorateurs du secteur privé à partir de 1898 et surtout suite à l’arrêt des activités de Jules Le Goff, peintre décorateur municipal en titre, et au rachat de son entreprise en 1903.

Le 20 septembre 1903, pour améliorer sa compétitivité par rapport à la concurrence, Louis Bardey rachète le fonds de l’entreprise Le Goff, dossiers, matériel et personnel, ainsi qu’on peut le lire dans La Construction lyonnaise : 

« Avis et renseignements divers. Peinture décorative et décors scéniques. A dater du 20 septembre dernier, M. Louis Bardey, professeur d’art décoratif à l’école nationale des beaux-arts s’est rendu acquéreur des documents, dessins et maquettes de M. Jules  Le Goff, peintre décorateur des théâtres municipaux de la ville de Lyon et prend la suite de cette maison qu’il réunit à la sienne déjà existante […]. Il continue comme par le passé à exécuter tous les différents genres de peintures artistiques et de tous les styles, en résumé tout ce qui embrasse la peinture décorative”30.

Cet achat, qui dispensait l’entreprise Bardey du travail de conception préalable des décors pour un certain nombre d’œuvres, constituait un atout majeur face à la concurrence ouverte par le départ de Le Goff de la place lyonnaise. Le journaliste de La Construction lyonnaise qui nous informe de cette acquisition ne s’y trompe pas puisqu’il écrit : « il se trouve ainsi à même d’exécuter à des prix modérés tous les décors scéniques31».

Dès lors, Louis Bardey présente, pour la mairie de Lyon, très désireuse de limiter les dépenses des théâtres en cette période, l’avantage d’allier des qualités artistiques indéniables à un vif « réalisme entrepreneurial ». On le constate dans sa correspondance professionnelle où il est toujours soucieux de limiter les prix de ses prestations mais aussi dans les archives de l’administration des théâtres municipaux.

A propos de la réalisation du décor de Sibéria en 1904, « qui doit faire grand effet, ne doit pas coûter cher car il doit être brossé largement et ne comporte pas d’architecture ”32, le régisseur général des théâtres indique dans les rapports comparatifs des devis présentés pour ce décor, que « tant du point de vue artistique, si nécessaire pour le grand succès de l’œuvre, qu’au point de vue financier, le projet de Monsieur Bardey est préférable ».

Le fonds Louis Bardey

Le rachat de l’entreprise Le Goff et, à travers elle, des dossiers de ce peintre est d’autant plus intéressant que le peintre Jules Le Goff est à la fois le neveu et le successeur de Jean-Baptiste Génivet, peintre-décorateur en poste aux théâtres de la Ville de 1870 à 1885. Ainsi, c’est l’ensemble des maquettes réalisées par Génivet et Le Goff que Louis Bardey récupère. En effet, du fait de la date de représentation des œuvres à Lyon, certains dossiers de décors ne peuvent être attribués qu’à Génivet. 

Les archives administratives des théâtres permettent de suivre la commande des décors à tel ou tel décorateur, de manière lacunaire avant 1870 puis de façon beaucoup plus complète à partir de cette date au travers des devis et des mémoires de travaux des décorateurs mais également des récapitulatifs comptables dressés par l’Administration.

L’ensemble de ces informations permet de confirmer la paternité de la majeure partie des décors constitutifs du fonds d’archives actuel à trois grands décorateurs : Jean-Baptiste Génivet, Jules Le Goff et Louis Bardey. 

Toutefois, le fonds comprend quelques dossiers ou éléments de dossiers plus anciens et susceptibles d’être attribués à d’autres décorateurs, sans doute aux prédécesseurs de Génivet. Le support, calque, papier ou carton en semble plus ancien et les techniques de représentation sont assez différentes. Citons par exemple Haydée (1849, dont les décors étaient utilisés également pour Le Voyage en Chine) et La Reine de Chypre (1846 ?). Ces décors pourraient avoir été réalisés par le peintre décorateur Armand Savette qui décède en 1856. 

Deux autres dossiers se rattachent à cette période ancienne : Roland à Roncevaux (1865) et Les Amours du Diable (1857) qui pourraient être attribués à Louis Lucien Devoir, peintre décorateur de la Ville entre 1856 et 1869. Enfin la présence des décors du Château de la Barbe Bleue et d’Herculanum, confirment cette hypothèse même s’ils sont de provenance parisienne.

Ces dossiers, dont certains ont pu se retrouver stockés dans le local que la Ville mettait à disposition des peintres, ont pu tout naturellement passer de peintre à peintre au fil des nominations et arriver ainsi jusqu’à Louis Bardey.

Son entreprise réalise à partir de ce moment-là pour le Grand Théâtre de Lyon les décors suivants : Armide et Le Jongleur de Notre Dame (1904), Armor et Sibéria (1905), Hansel et Gretel ainsi que Tosca (1906)33, La Flûte enchantée et La Reine Fiamette (1907)34, Pantagruel (1910)35 et Boris Godounov (1912).

De ces décors, quatre nous sont parvenus : Le Jongleur de Notre Dame, très partiellement36, Sibéria37, Hansel et Gretel38, La Flûte enchantée39 et Boris Godounov. Les maquettes et plantations scéniques de Boris Godounov sont signées Bardey, le Fol et Carré; c’est un des dossiers les plus complets du fonds40. Cependant aucune mention n’en a été trouvée dans les archives administratives de la Ville.

Quant à Armide41, aucune pièce ne porte le tampon de Louis Bardey. Mais, et c’est une illustration de leur grand intérêt, les listes établies lors du dépôt du fonds indiquent qu’il s’agit du dossier parisien de 1904-1905 ; on en déduit que, à l’instar de ses prédécesseurs, l’artiste se sera procuré ce dossier pour construire sa proposition à la Ville. 

Il ne faut cependant pas exclure  la possibilité que Louis Bardey ait réalisé des décors de théâtre antérieurement à cette date pour des théâtres privés lyonnais ou non lyonnais ; le classement complet du fonds permettra peut-être d’en savoir plus sur cette question.

Après une alerte importante en 1912, Louis Bardey est rattrapé par la maladie et le surmenage. Le 18 juin 1915 à huit heures trente du soir, âgé de 64 ans, il s’éteint dans sa maison de la rue Robert. Son entreprise est liquidée. Tout ce qu’il en reste tient dans l’ensemble des dossiers de décors rachetés lors de la liquidation de l’entreprise Le Goff enrichis par sa propre activité de décoration théâtrale ainsi que dans deux boîtes contenant des projets de décors pour des bâtiments ou l’édition. Ces dossiers seront conservés pendant une cinquantaine d’années dans la villa de Mornant où Jeanne Bardey s’est installée.

Son épouse Jeanne reste veuve jusqu’à sa mort en 1954, vivant entre Mornant, Paris et faisant de longs séjours en Egypte. Elle fait, en accord avec sa fille Henriette, de la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon son légataire universel pour son musée des Tissus et des arts décoratifs. 

Le legs a donc lieu à la mort d’Henriette, survenue peu après. Il date du 7 juin 1960. 

La consultation du registre des entrées du musée des Tissus et arts décoratifs fait apparaître plusieurs entrées au nom de Bardey, mais les décors de théâtre n’y sont pas mentionnés. Il est vrai que le souvenir de Louis Bardey s’est effacé, en dépit de sa notoriété, après la première guerre au profit de son épouse Jeanne, devenue sculptrice de renom.

Avec l’essor du théâtre d’avant-garde dans les années 60 et l’ouverture de l’enseignement et de la recherche sur le théâtre à l’université de Lyon, l’idée germe de créer un centre de documentation théâtrale pour servir de support à ces travaux. Le fonds des maquettes de théâtre conservées au musée des Tissus et arts décoratifs est déposé à la bibliothèque universitaire pour fonder un centre de documentation théâtrale et cinématographique en 1967. Ce centre sera destiné, « non seulement aux études universitaires sur le théâtre mais de plus en plus à la documentation des  théâtriers  lyonnais avec lesquels le centre de documentation théâtrale et cinématographique travaille. Apporter une contribution active à la vie culturelle lyonnaise en rassemblant et en classant les matériaux documentaires utiles ”42.

Mais au début des années 1990, le centre de documentation théâtrale et cinématographique est à bout de souffle. Concurrencé par les outils documentaires modernes, il est de moins en moins sollicité par le public universitaire qui s’est tourné vers d’autres sujets de recherche. Il fonctionne tant bien que mal avec des vacataires jusqu’à cesser toute activité. Le fonds de décors de Louis Bardey souffre de mauvaises conditions de conservation et de l’abandon dans lequel il se trouve. La bibliothèque décide donc de fermer le centre et, avec l’accord de la Chambre de Commerce de Lyon, de confier le fonds Bardey à une institution plus apte à en assurer la conservation et la mise en valeur. 

En 2009, le fonds Bardey est déposé par le musée des Tissus et des arts décoratifs aux Archives municipales. Dans le même temps les AML montent une exposition mettant en scène les décors et maquettes de théâtre du fonds Bardey et éditent un catalogue « Spectaculaire ! Décors d’opéras et d’opérettes à Lyon au 19e siècle ». Après un long oubli, les décors rassemblés par Louis Bardey sont enfin de nouveau dévoilés au public et rendus à la recherche.

Malgré sa notoriété locale, Louis Bardey n’a pas fait carrière en dehors de Lyon. Rares sont les témoignages de son activité en dehors des archives municipales de Lyon (la BNF ne garde trace que d’un seul de ses travaux, dans un contexte militaire43.). C’est pourtant un remarquable décorateur. Proche d’Edouard Herriot, sa famille s’inscrit dans le milieu intellectuel et artistique de la ville de la fin du 19e siècle au milieu du 20e siècle : ses archives témoignent aussi des relations au sein de ce milieu et des goûts et curiosités qui s’y sont développés. C’est à ce titre notamment qu’elles constituent une mine pour de potentiels chercheurs.

Par Catherine DORMONT, Directrice adjointe des Archives municipales de Lyon

  1. AML 2E/1566 Commune de la Croix-Rousse registre des naissances acte n°659 []
  2. AML 2210WP/13 p. 198 []
  3. AML 2210WP/29 et 2210WP/30 :
    année scolaire 1867-68 : 1er prix médaille d’argent du cours de  Principes et bosses  1ère division  de Bonirote, 1er prix médaille de vermeil de la classe d’Ornement de Jourdeuil et du cours de Perspective ; il reçoit en outre le prix de progrès décerné par le professeur de la classe de Principes et bosses et remporte une mention au concours mensuel d’Ornement ;
    – année scolaire 1868-69 : 2ème prix médaille d’argent de la classe de la Figure de Guichard et mention dans la classe d’Ornement de Charvet ;
    – année 1869-70 : 2ème mention au cours de composition historique et 1er prix médaille d’or de la classe d’Ornementation de Charvet ; reçoit une somme de 200 fr. pour récompenser ses travaux de l’année. []
  4. La Construction lyonnaise n° 12, mars 1884 p. 135. []
  5. Dominique Dumas, Salons et expositions à Lyon, 1786-1918 : catalogue des exposants et liste de leurs œuvres, préface de Jacques Foucart ; avec la participation de Gérard Bruyère. Lyon, 2007 []
  6. Idem. []
  7. AML 2E/1678, mairie du 3ème arrondissement registre des mariages. []
  8. Sur Jeanne Bardey et Rodin : voir Hubert Thiolier Jeanne Bardey et Rodin : une élève passionnée, la bataille du musée Rodin, 1990 et sur Jeanne Bardey et Guiguet, voir par le même Peintres lyonnais intimistes : Guiguet, Garraud, Degabriel, J. Bardey, amie de Rodin ainsi que Dorothée Lécrivain Histoire d’un legs : le fonds de sculpture de Jeanne Bardey au musée des arts décoratifs de la Ville de Lyon, Bulletin municipal officiel n° 5877, 13 décembre 2010. []
  9. Annuaire Fournier 1880. []
  10. Sophie Rolland, Recherche sur la peinture murale civile, publique et privée à Lyon et dans le Rhône de 1860 à 1960, sous la direction de M. Mario Camboni, Lyon Université Lumière Lyon 2, 1994 et musée des arts décoratifs, fonds Bardey : trois dossiers d’études de Louis Bardey pour des travaux de décoration . []
  11. AML 466WP/17. []
  12. AML 477WP/30. []
  13. AML 515WP/5. []
  14. AML 480WP/24. []
  15. AML 470WP/12. []
  16. Musée des Tissus et arts décoratifs, fonds Bardey. []
  17. AML 1C/501361 Lyon et la région lyonnaise en 1906, Tome 1 2ème partie Ecole nationale des beaux arts. []
  18. Id. et AML 2210WP1 et /2. []
  19. AML 1124WP/66. []
  20. AML 2210WP/1 et 2. []
  21. Construction lyonnaise n°3 février 1897 p. 44. []
  22. Construction lyonnaise n° 19 1er octobre 1906. []
  23. AML 88WP/14. []
  24. AML 111WP/33. []
  25. AML 84WP/18. []
  26. AML 470WP/12. []
  27. Voir notamment la correspondance entre Jeanne Bardey et Edouard Herriot conservée au musée des Tissus. On y trouve, par on ne sait quel hasard, l’original de la lettre (22 août 1887) par laquelle capitaine Herriot demande l’admission de son fils Edouard au  collège Sainte Barbe de Troyes. []
  28. Exposition rétrospective des artistes lyonnais peintres et sculpteurs, livret officiel, octobre novembre 1904, A. Stock et Cie imprimeurs et éditeurs Lyon. []
  29. Annuaire Fournier 1880 et années suivantes. []
  30. La  Construction lyonnaise n° 22 16 novembre 1903 p. 261. []
  31. Idem. []
  32. AML 88WP/27, note du directeur du Grand Théâtre Broussan (1904). []
  33. AML 88WP/27. []
  34. AML 88WP/18. []
  35. AML 88WP/29. []
  36. AML 48FI/73bis. []
  37. AML 48FI/131. []
  38. AML 48FI/62. []
  39. AML 48FI/51. []
  40. AML 48FI/14. []
  41. AML 48FI/7. []
  42. Lettre de Jean-Louis Rocher directeur de la bibliothèque universitaire à Robert de Michaux directeur du musée des Tissus et arts décoratifs du 1er aout 1969. []
  43. Gouvernement militaire de Lyon, Grand carrousel militaire donné à Lyon les Jeudi 7 et Dimanche 10 Juin [1888] à deux heures au profit de l’œuvre des Fourneaux de la Presse et de l’œuvre des Petites filles des soldats sous la direction de M. le commandant De Witte, Lyon, 1888, 4 p []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Laurent dit :

    Félicitations pour cet article très bien documenté.
    Je peux me tromper, mais je me demande s’il n’y a pas une petite erreur concernant les armes des trois communes déssinées par l’artiste : L’Aubépin, Saint-Martin-en-Haut… et Saint-Symphorien-le-Château, que vous assimilez au village de ce nom situé en Eure-et-Loir.
    Ne s’agit-il pas plutôt de la commune de Saint-Symphorien-sur-Coise, justement llimitrophe de Saint-Martin-en-haut et de l’Aubépin, et qui était parfois dénommée jusqu’à la fin du XIXe siècle sous son ancien nom « Saint-Symphorien-le-Château » ?
    cf. « Saint-Symphorien-sur-Coise et sa région », Union des sociétés historiques du Rhône, 1999, p. 11
    Je me suis moi-même fait momentanément avoir par cette homonymie incompréhensible rencontrée dans un texte de Clair Tisseur : qu’allait donc faire notre Puitspelu national dans un petit village du fin fond de la Beauce ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search