OBJETS/Les secrets de l’OAR 284 du Musée Gadagne

Depuis le 11 février 2020, le Musée d’Histoire de Lyon a fait entrer un nouvel objet au sein de son parcours permanent. Dorénavant, dans les salles dédiées aux deux guerres mondiales, les visiteurs pourront découvrir ce qui semble être une boîte à musique. Ce n’est pas tant la nature du bien, que son statut juridique qui le rend si spécial. En effet, sur son cartel, il est possible de lire en lettres rouges la désignation « OAR 284 » (Objet Art Récupération).

Mais que signifie ce sigle ? 

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1944, de nombreux objets, œuvres d’art, livres, meubles et instruments de musique, provenant de la France et en partie spoliés par l’Occupant, furent récupérés par les forces Alliées et réexpédiés en France en vue de leur restitution à leur propriétaire légitime. En l’absence de provenance connue ou de revendication, plus de 2000 œuvres et objets d’art furent mis en dépôt dans les musées nationaux ou dans les musées de régions.

Ces biens bénéficient d’un statut juridique inédit : l’État n’étant que leur détenteur précaire, ils n’entrent pas dans les collections publiques et sont inscrits dans le Répertoire des biens spoliés dans l’attente de leur restitution éventuelle, sans qu’aucune prescription ne limite la revendication. Ils ont été inscrits sur des inventaires spécifiques et un sigle leur a été assigné pour les distinguer, notamment MNR (musées nationaux récupération), pour 980 tableaux du XVe siècle au début du XXe siècle et OAR pour 645 objets d’art décoratif du XVe siècle au XIXe siècle. De plus, afin de faciliter leur identification, ces biens doivent toujours être présentés au public et ne pas quitter le territoire. Or, depuis 1951, année où l’OAR 284 fut confié aux musées Gadagne, il n’a été exposé que lors de l’exposition temporaire « La dame du Jeu de Paume, Rose Valland sur le front de l’art » au CHRD (Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation), entre 2009 et 2010.

Entre 1950 et la fin des années 1990, aucune action n’a été réellement menée pour rechercher la provenance de ces biens. Il a fallu attendre 1997 pour que le Premier Ministre, Alain Juppé, décide de mettre en place une mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France pendant l’Occupation. Il en résulte la création de la Commission d’Indemnisation des Victimes de Spoliation, tandis, qu’en parallèle, la direction des Musées de France, reprend les recherches afin d’identifier et potentiellement restituer les œuvres. Récemment, un décret d’avril 2019, marque la volonté du gouvernement d’« identifier et restituer les biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 ». Ce texte est complété par la création d’une « Mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 », composée d’experts en matière de recherche de provenance.

C’est dans ce contexte qu’a été mis en place le premier séminaire de recherche de provenance de France dispensé au sein du Master 2 Droit et Fiscalité du Marché de l’Art de l’Université Lyon III, en partenariat avec le musée des beaux-arts de Lyon et les musées Gadagne. Les différentes œuvres MNR et OAR des deux musées ont été réparties entre des groupes d’étudiants afin de tenter de retrouver l’origine des biens.

Trois étudiantes ont été chargées de rassembler autant d’informations que possible sur l’OAR 284, objet si particulier, hybride entre œuvre d’art et instrument de musique. Les éléments à leur disposition comme point de départ de leur enquête étaient assez lacunaires. Sur la base de données Rose Valland, recensant toutes les œuvres MNR, la fiche du bien l’identifiait comme une boîte à musique de l’école française du XIXe siècle. Les seuls indices pertinents étaient le nom d’un fabricant, Mougenot, installé rue Sainte Apolline à Paris, dont l’étiquette était apposée à l’intérieur du mécanisme, ainsi que celui d’un antiquaire parisien, Georges Charliat, par qui le musée d’Aix-la-Chapelle avait pu acquérir l’objet durant la Seconde Guerre mondiale.

 La description du mystérieux OAR 284

La base Rose Valland présente l’OAR 284 comme une boîte à musique enfermée dans un coffret d’acajou. En effet, on peut apercevoir à l’arrière de l’objet une manivelle qui, lorsqu’elle était actionnée, faisait danser les six personnages devant le miroir. De gauche à droite, les figurines sont identifiées par leur costume :
– un chasseur à cheval
– un Turc
– un fantassin dansant en rond avec la cantinière
– probablement un Russe
– une femme élégante à la mode de l’époque

Il s’agit donc d’un objet très typique. On remarque l’importance accordée aux détails de l’ornementation (motifs, acajou, dorure). On peut alors émettre l’hypothèse que cet objet sur mesure devait être dédiée à une famille bourgeoise.

À l’intérieur du coffret, un cylindre permettait d’actionner les mélodies listées sur l’étiquette. Malheureusement, le mécanisme n’est plus opérationnel et la boite à musique demeure muette.

 L’enquête sur la provenance de l’OAR

Le but était de rassembler autant d’informations que possible sur cet objet si particulier, trois types d’acteurs pouvaient nous renseigner :
– les experts et luthiers afin de mieux comprendre la nature de l’objet
– les institutions muséales pour retracer le parcours de l’objet
– les archives pour retrouver les registres des fabricants de l’époque.

Grâce à Madame Françoise Dussour (ancienne responsable de collection de la Maison de la Musique Mécanique de Mirecourt) et de Monsieur Xavier Szymczak (compagnon facteur d’orgue et restaurateur d’instruments de musique mécanique), les étudiantes ont pu déterminer qu’il ne s’agissait pas d’une boite à musique car le cylindre à l’intérieur de la boite était en bois et non en cuivre. Il s’agit donc d’un petit orgue de salon à anches.

Les musées ont fourni la généalogie des Mougenot, grande famille de luthiers originaires de Mirecourt dans les Vosges, dont l’étiquette était apposée à l’intérieur de la boite. Mais, des experts ont indiqué qu’à l’époque, il était fréquent que le vendeur mette le label de son magasin sur les instruments de musique. Mougenot pourrait donc ne pas être le fabricant, selon eux, ce serait plutôt l’entreprise Jérôme-Thibouville-Lamy.

Malheureusement, les archives de Paris et des Vosges n’avaient pas de traces des registres de la famille Mougenot, ni du dernier vendeur au musée d’Aix-la-Chapelle, Georges Charliat. Ainsi, sans parvenir à reconstituer l’intégralité du parcours du petit orgue, notamment ses propriétaires d’avant-guerre, les recherches ont permis aux musées Gadagne d’actualiser le cartel de l’OAR 284 (restitution de sa véritable nature, remise en cause de l’attribution du fabricant Mougenot), désormais visible, d’y adjoindre un panneau d’information sur les MNR/OAR afin de sensibiliser le grand public à ses dénominations largement inconnues.

Pour le petit orgue de salon, l’enquête se poursuit. Tandis que la chargée des collections du MHL cherche à entrer en contact avec les descendants de Georges Charliat, la piste de l’entreprise Jérôme-Thibouville-Lamy semble se confirmer grâce à la découverte récente d’un catalogue datant de 1878 et proposant à la vente un type d’orgue fortement similaire…

Par Alice CHAUVEAU, Constance GAUDIN et Julia TATAR, étudiantes en Master 2 Droit et Fiscalité du Marché de l’Art de l’Université Jean Moulin Lyon 3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search