PERSONNAGE/Cinq-Mars et de Thou

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 15/10/1978, de manière anonyme.

Exécution de Cinq-Mars et de de Thou.
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

Exécutés le 12 septembre 1642

Henri Coiffier de Ruzé d’Effiat de Cinq-Mars doit certes sa célébrité au livre d’Alfred de Vigny, mais avant tout à son supplice à l’âge de 22 ans, sur la place des Terreaux, le 12 septembre 1642.
Ce qui a frappé les contemporains en sa brève et tragique histoire est sa jeunesse mais plus encore le contraste entre la chute et sa fulgurante carrière.

La protection de Richelieu, ami de son père mort en 1630, le fit entrer à la Cour en 1636 comme officier de la garde, puis nommer grand maître de la Garde-Robe le 6 mars 1638, ce qui le plaçait dans l’intimité de Louis XIII.
Le cardinal ne doutait pas qu’avec l’aide de ses conseils, le jeune et beau garçon supplanterait dans la faveur royale Mlle de Hautefort qui ne le servait pas. Le 8 novembre 1639, cette dernière était chassée de la Cour, le 15, Cinq-Mars devenait M. le Grand, étant nommé Grand Ecuyer, charge bien supérieure à celle de premier Ecuyer que lui destinait Richelieu.

Le favori rejetait la tutelle du cardinal, refusait de lui rendre compte des confidences de Louis XIII, mais blessait le roi par ses fréquents accès d’humeur et par sa liaison affiché avec Marion de Lorme. Il brigua la main de la princesse Marie de Gonzague, duchesse de Nevers, qui la lui laissa espérer s’il devenait duc et pair et entrait au gouvernement, ce à quoi s’opposa Richelieu.

Après avoir suscité l’animosité du ministre, son protégé souhaitait l’écarter de son chemin. Il se lia avec ses ennemis, dont les plus en vue étaient Gaston d’Orléans, frère du roi, et le duc de Bouillon, souverain de Sedan. Pour s’assurer la réussite du complot contre le cardinal, on traita avec les Espagnols en pleine guerre contre eux. Dans le traité signé le 13 mars 1642, une pension était prévue pour Cinq-Mars.

Le 12 juin, à Narbonne, Louis XIII en reçut une copie de la part d’un messager du cardinal de Richelieu. Les portes de la ville furent fermées et Cinq-Mars qui s’était caché chez un particulier, fut dénoncé et arrêté le lendemain, puis transféré à Montpellier. François-Auguste de Thou, ami de longue date de Cinq-Mars, fut emprisonné à Tarascon où se trouvait alors le cardinal. Pour obtenir son pardon, Gaston d’Orléans dénonça ses complices qui avaient tout nié.

Début septembre, Cinq-Mars, puis de Thou, étaient enfermés à Pierre-Scize où se trouvait déjà le duc de Bouillon.
Le 5, Richelieu s’installait à l’abbaye d’Ainay, afin de surveiller le déroulement du procès confié au chancelier Séguier. Ce dernier sut capter la confiance de Cinq-Mars, et en obtenir des confidences que le conseiller Laubardemont, déjà connu par le procès d’Urbain Grandier, sut transformer en aveux officiels lorsqu’il lui promit le 10 qu’une confession complète le sauverait, ajoutant que de Thou avait déjà avoué, ce qui était faux. Ce ne fut que le 12, lorsqu’on les confronta, que de Thou avoua ne pas avoir révélé la trahison où il n’avait pas trempé, mais qu’il connaissait. Richelieu venait de quitter Lyon lorsque, ce même jour,  la sentence fut prononcée : tous deux étaient condamnés à avoir la tête tranchée, mais de plus Cinq-Mars devait subir la torture.

Très impressionné lorsqu’on l’y amena, il affirma avoir dit tout ce qu’il savait et ne rien pouvoir ajouter.  Comme une clause secrète de sa condamnation précisait qu’il serait présenté seulement à la torture, mais qu’elle ne lui serait pas appliquée, on le ramena auprès de Thou avant  de les conduire en carrosse, vers 5 heures, sur le lieu de leur exécution, la place des Terreaux.
Elle ne ressemblait pas du tout à celle que nous connaissons, car l’Hôtel de ville et le palais Saint-Pierre n’existaient pas encore. Le bourreau s’était cassé la jambe quelques temps auparavant, et on avait choisi pour le remplacer un gagne-deniers qui n’avait encore participé à aucune exécution, mais seulement à des séances de torture.
Cinq-Mars monta le premier sans être lié. Il fit un tour sur l’échafaud en saluant le peuple. Quand il fut à genoux sur un petit billot, la tête sur le pieu qu’il tenait embrassé, le bourreau le tua du premier coup mais dut en donner un second pour séparer la tête du corps. De Thou salua aussi le peuple avant de se mettre en position. Le bourreau le blessa seulement les deux premiers coups, lui en porta trois autres au gosier et dut encore en donner deux pour détacher la tête.

Le corps de de Thou fut réclamé par la famille, celui de Cinq-Mars enterré aux Feuillants.

Le duc de Bouillon avait obtenu sa grâce en livrant Sedan.

Moins de trois mois plus tard, le 4 décembre, mourait Richelieu, suivi par Louis XIII, le 14 mai 1643.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search