DECOUVERTE/De la Convention à l’Empire, Lyon ville de garnison

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le  20/02/1983, de manière anonyme.

La Révolution qui remua si profondément l’organisation de la vieille société monarchique et féodale, pour créer l’ordre des choses actuel devait se faire sentir à Lyon par de terribles secousses. On n’a point à dire ici, tous les évènements dont il fut le théâtre à cette époque, et qui ne furent que l’écho de ce qui se passait à Paris ; seulement, au moment où les Girondins étaient proscrits dans la capitale, leur parti triomphait dans Lyon. Après une chute sanglante contre les Jacobins, les sections s’étaient emparées de l’Hôtel de ville et Chalier, le plus forcené des terroristes, avait été jugé, condamné à mort et exécuté. Mais dès lors, les Lyonnais comprirent bien qu’il ne leur était plus possible de se réconcilier avec la Convention et ils se préparèrent en conséquence à lui résister, tout en protestant de leur dévouement à la République.

Le Général De Précy, ancien officier retiré du Service, fut investi du commandement supérieur. Un impôt de 3 millions de francs fut levé et permit d’organiser régulièrement une troupe de 10 000 hommes. Cette troupe formait 8 régiments destinés à concourir à la Défense Active de la Place, et en outre, 20 0000 hommes étaient chargés de la garde des fortifications. Les fusils ne manquaient pas, grâce aux communications entre Lyon et Saint-Etienne ; quant aux bouches à feu, un atelier de fonderie installé dans la Place, en porta rapidement le nombre de 40 à plus de 200. Enfin, le Commandent de la Chênelette, en sa qualité d’Artilleur, fut chargé du soin d’organiser les Défenses.

Transformer la ville pour la défendre

Ainsi qu’on l’a déjà vu, la ville au-delà du Rhône n’était qu’un simple faubourg ouvert, et de plus, ses habitants étaient plus sympathiques à la Convention qu’à la cause embrassée par leurs concitoyens : on les laissa donc complètement  en dehors de l’action défensive. Le pont de la Guillotière, fut coupé. On éleva en avant du pont Morand une redoute qui fut armée de canons et dont on éclaira les abords, tant en crénelant les maisons, qu’en plaçant des batteries au débouché des rues. D’autres batteries construites sur la rive droite du Rhône, purent croiser leurs feux en avant, de l’autre côté.

La ville entre Saône et Rhône était bien couverte par l’enceinte de la Croix-Rousse ; mais déjà de nombreuses constructions s’étaient élevées en avant, et il fallait étendre la défense de ce côté, tant pour ne pas abandonner les habitants, que pour éloigner l’ennemi du centre de la ville. Rien était plus facile d’ailleurs, en raison de la configuration du plateau supérieur que sépare les deux fleuves et qui se prolongeant jusqu’à quatre kilomètres au-delà des fortifications existantes, s’étrangle en plusieurs points, tout en conservant des berges escarpées. On l’occupa fortement en un de ces étranglements, celui correspondant à la plaine de la Caille, par un système de redoutes reliées entre elles au moyen d’un chemin couvert : on retrancha en outre plusieurs positions en amont, notamment le cimetière de Cuire et la maison Santhod et Révac, située sur le mamelon qui domine toute cette partie du terrain.

Sur la rive droite de la Saône, il n’existait plus guère d’autres fortifications que l’enceinte de Fourvière bâtie sous Charles V, enceinte non terrassée et tombant en ruines sur plusieurs points. L’enceinte de Saint-Just qui n’était à vrai dire qu’un monastère retranché, avait été rasée par le baron des Adrets. ; Et quant aux bastions couronnant les crêtes de Loyasse, ils ne suffisaient plus pour faire un obstacle sérieux. On les utilisa cependant pour y établir des batteries reliées à l’enceinte de François Ier ; des redoutes en pierre furent élevées aux angles du faubourg Saint-Irénée et d’autres ouvrages couronnèrent les crêtes qui s’étendent de là jusqu’à Sainte-Foy. Le passage de l’Yseron fut défendu par une batterie établie en face d’Oullins ; et pour porter aussi loin que possible le rayon d’activité de la Place de ce côté, par lequel on communiquait avec le Forez, on occupa au moyen d’une série d’ouvrages détachés les sommets du plateau compris entre l’Yseron et le ruisseau de Vaise. Enfin, le faubourg de Vaise, au nord, était protégé par le château de la Duchère organisé défensivement.

L’ennemi butte sur la Croix-Rousse…

Tel était l’ensemble des dispositions prises par De Précy, quand Kellermann arriva avec son corps d’armée de siège. Mais les troupes qu’il avait pu détacher  de l’armée des Alpes pour attaquer Lyon étaient loin de suffire en présence de semblables préparatifs. Elles ne se composaient en effet que de 6 000 soldats réguliers, auxquels on avait adjoint 10 000 réquisitionnaires. Néanmoins, il fallait agir et elles furent divisées en trois parties : la première aux ordres du Général Vaubois  et devant opérer sur la rive gauche du Rhône, vint camper à égale distance du pont de la Guillotière et du pont Morand, à deux kilomètres du fleuve. La seconde, commandée par le Général en chef lui-même,  occupa le plateau en avant du village de Caluire. Le Quartier Général était au Château de la Pape. Enfin la troisième partie, aux ordres du Général Rivaz, s’établit à Limonest  pour surveiller la rive droite de la Saône. Evidemment, dans ces conditions, l’armée de siège ne pouvait songer ni à une attaque de vive force, ni même à une attaque régulière; aussi se contenta-t-on, après les sommations d’usage d’essayer un bombardement. Mais les habitants n’en furent pas démoralisés. Ils s’organisèrent en brigades pour éteindre les incendies, dépavèrent les rues principales et les quais ; et grâce à ces précautions, ils parvinrent à annuler, ou tout au moins à atténuer notablement l’effet du projectile.

Cependant, il arriva aux assiégeants des renforts qui portèrent à 30 000 homes les troupes du Général Rivaz : celui-ci put alors compléter l’investissement de la Place et l’isoler du Forez qui, jusque-là, lui avait fourni des approvisionnements en armes et en vivres. D’autres part, les assiégées étaient serrés de près par les attaques que dirigerait le conventionnel Dubois-Crancé en l’absence de Kellermann, reparti pour surveiller la frontière des Alpes, et peut être bien aussi pour échapper aux pénibles exigences de la guerre civiles pour laquelle il se trouvait engagé. Dans la nuit du 23 au 24 novembre, Dubois-Crancé assaillit en personne le poste du pont d’Oullins ; et les Lyonnais refoulés durent se retirer sur Sainte-Foy. Cette même nuit, le Général Petit-Guillaume faisait une tentative sur les ouvrages avancés de la Croix-Rousse ; mais tous ses efforts vinrent échouer devant la redoute centrale, grâce aux feux d’un ouvrage en arrière qui fut depuis appelé redoute Gingenne, du nom de celui qui y commandait ce jour-là.

Mais passe à Fourvière

Cependant le Général Doppet envoyé par la Convention pour succéder à Kellermann, arrivait devant Lyon, le 26 septembre. Examen fait des lieux, il renonça à l’idée de poursuivre l’attaque sur la Croix-Rousse où les assiégés pouvaient se défendre pied à pied sans crainte d’être tournés, et il s’arrêta définitivement à l’idée d’opérer sur la rive droite de la Saône. Dès le 29 septembre, à 5 heures du matin, il s’emparait de la redoute et du village de Sainte-Foy ; et voyant les assiégés se retirer sur Saint-Irénée, il les faisait assaillir par 3 bataillons qui s’emparèrent promptement de la redoute élevé à l’entrée de ce faubourg. De Précy accourut en toute hâte, mais au moment où il reprenait la position de Saint-Irénée, il vit une colonne ennemie déboucher par le pont de la Mulatière que, dans la précipitation de leur retraite, les défenseurs avaient omis de faire sauter. De Précy descend aussitôt de Saint-Irénée, forme une colonne de 800 hommes  et se jette sur les soldats qui allaient pénétrer dans Lyon par la chaussée de Perrache. Il électrise les siens par son courage, et malgré le feu d’une batterie établie sur les hauteurs de Sainte-Foy, nouvellement conquises, les assaillants sont culbutés et regroupés au-delà du pont.

Cette journée fut glorieuse pour les assiégés et leur chef ; mais la situation n’en devenait pas moins chaque jour, plus critique : il ne restait plus qu’à forcer l’enceinte de Fourvière, et les représentants de la Convention voulaient qu’on y donnât l’assaut. Toutefois, on y renonça d’après l’avis du Général Rivaz, avis motivé sur la difficulté qu’éprouverait l’assiégeant à escalader d’abord le rempart, puis à descendre de l’autre côté, le tout avec les mêmes échelles ; et l’on se décida à reprendre le cheminement.

C’était le plus sûr moyen, d’autant que les ressources de la Place étaient complètement épuisées ; aussi n’alla-t-on même pas jusqu’à ouvrir la bêche et à donner l’assaut ; les Lyonnais ouvrirent leurs portes. Cette capitulation eut lieu le 9 octobre : la place avait tenu 2 mois.

De Précy avec 2 000 hommes des plus compromis, entreprit de sortir par le faubourg de Vaise ; mais traquée de toutes parts par les soldats de Doppet at aussi par les paysans, sa petite troupe dut de disperser ; presque tous furent tués où périrent de misère. Cependant Précy put gagner la Suisse, il n’est mort qu’en 1820.

Lyon tombé entre ses mains, la Convention exerça contre lui une vengeance rigoureuse ; et sans parler des têts qui tombèrent sur l’échafaud, des fusillades et des canonnades des Brotteaux, bon nombre des plus belles maisons, furent rasées de Bellecour. Le Château de Pierre-Scize tomba aussi sous le marteau des démolisseurs et il en fût de même, en grande partie du moins, des fortifications de Fourvière et de la Croix-Rousse. Enfin le 9 thermidor vint mettre un terme à ces dévastations.

Napoléon Bonaparte, Premier Consul, arrivant à Lyon au Palais du Gouvernement
le 9 Nivôse An X (30 décembre 1801), gravure, Wexelberg, Inv. N 775.2 – Musée Gadagne

Sous l’Empire, il ne se passa à Lyon aucun évènement de nature à être consigné dans ce mémoire. On rappellera seulement, que bien que dépourvu de fortifications et en dehors des routes conduisant sur le théâtre des grandes guerres, son importance la fit choisir comme place de dépôt pour le matériel d’une armée de 100 000 hommes. Il servait en outre de garnison à 4 ou 5 000 soldats, logés dans de vieux bâtiments devenus casernes après avoir été couverts pour la plupart.

En 1800, ces casernes étaient les suivantes :

  • Caserne Saint-Irénée (ancien couvent situé sur la rive droite du Rhône un peu au nord du pont Morand) : 790 hommes
  • Caserne des Colinettes (ancien couvent) : 720 hommes
  • Caserne de Serin (ancien grenier d’abondance affecté au casernement depuis 1786) : 1420  hommes
  • Caserne des Bleues-Célestes (ancien couvent) : 510 hommes
  • Caserne du Bon-Pasteur (ancien couvent) : 470 hommes
  • Caserne de la nouvelle douane (ancien hôtel des douanes remis au casernement en 1793) : 1080 hommes

Total : 4990 hommes

Quant aux services administratifs, ils occupaient les établissements ci-après :

  • Sainte-Marie-des-Chaînes (ancien couvent) : Fourrages, éclairage, chauffage.
  • Saint-Georges (ancienne commanderie) : Campement.
  • Serin (au rez-de-chaussée de la caserne) : Manutention des vivres.
  • Les recluses (ancien couvent) : Conseil de guerre et prison.
  • La déserte (ancien couvent situé  près du jardin des plantes actuel) : Logements d’officiers et bureau du Génie.
  • Ainay (ancienne cure) : Commissariat des Guerres.

1814 : Plus de 18 000 hommes à Lyon !

En 1814, les Autrichiens, après avoir franchi le Rhin à Bâle, se dirigèrent sur Paris. Mais ils ne pouvaient marcher en laissant sur leur flanc un centre de population et de ressources de toutes sortes aussi important que Lyon. Aussi le Général Bubna fut-il aussitôt détaché de ce côté, à la tête de 10 000 hommes. Il suivit la frontière suisse jusqu’à Genève, après quoi il fit route ver Poligny et Dôle, où il rallia 6 000 hommes de renfort. Il se rabattit alors sur Lyon que le Général Musnier occupait avec 1 600 hommes seulement ; mais grâce à des renforts amenés de valence par le Maréchal Augereau, Duc de Castiglione, la garnison de la Place fut portée à 18 000 soldats. Bubna fit une tentative sur la Croix-Rousse, échoua et dut se replier sur la base d’opérations. Augereau le poursuivit, mais avec trop peu de vigueur, et commit la faute de lui laisser regagner Genève. Alors qu’il eût pu, peut-être, l’anéantir, et jeter par là une grande incertitude dans la marche des alliés sur Paris. Quoiqu’il en soit, ceux-ci comprirent que Lyon devait être masqué à tout prix, et lancèrent de ce côté le Prince de Hesse-Hombourg, à la tête de 70 000 hommes. Ce fut alors au tour d’Augereau de se replier pour défendre la ville, et il prit aussitôt ses dispositions dans ce but. Un premier engagement eu lieu à Villefranche : puis l’ennemi continuant à avancer, Augereau lui livra, à Limonest, un autre combat qui l’arrêta 2 jours ; mais il dû céder du terrain à cause de l’infériorité de ses forces, et comme on avait malheureusement négligé de mettre la ville en mesure de résister, il fut obligé de l’abandonner aux Autrichiens, par une capitulation qui lui permettait de se retirer sur Valence. Le 20 mars 1814 fut signé cette convention.

Pendant les Cent-jours, l’Empereur sentant qu’une nouvelle attaque se préparait, et ne voulant pas laisser une place aussi importante que Lyon ouverte à l’ennemi, ordonna de la mettre en état de défense. D’après l’avis du comité des fortifications, on renonça à couvrir les faubourgs de la rive gauche du Rhône, et l’on disposa seulement le pont Morand et le pont de la Guillotière de manière à être coupés le moment venu. L’enceinte de la Croix-Rousse,  encore en partie debout, fut réorganisée ; et enfin, l’enceinte de Fourvière n’existant pour ainsi dire plus, ruinée qu’elle avait été par les Républicains en 1793, on y suppléa en couronnant les hauteurs de la rive droite de la Saône par une ligne de redoute et des redans terrassés.

Malheureusement, ces préparatifs devaient rester inutiles. On apprit bientôt, en effet, le désastre de Waterloo, et peu après l’abdication de Napoléon Ier. Lyon, cette fois, pouvait cependant tenir tête à l’ennemi ; et même la population, la classe ouvrière surtout, qui était toute à l’empereur depuis le retour de l’île d’Elbe, voulait proclamer Napoléon II. Mais le duc d’Albusera qui commandait, jugea que toute résistance était superflue et signa, le 11 juillet, lui aussi, une convention par laquelle ses troupes abandonnaient la Place aux Autrichiens.



Citer ce billet
histoires lyonnaises (2020, 11 décembre). DECOUVERTE/De la Convention à l’Empire, Lyon ville de garnison. Histoires lyonnaises. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r42w

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search