EVENEMENTS/Le voeu des échevins

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 10/09/1978, de manière anonyme.

Vitrail par Begule – Basilique de Fourvière www.vitraux-begule.com

« De la faim, de la peste, de la guerre, protégez-nous, Seigneur »

En ce milieu du XVIIe siècle, le vieux cri de détresse montait de Lyon que la peste, surtout tenaillait.
Apporté en 1628, par des troupes de passage, le mal terrifiant avait d’abord ravagé les villages du Dauphiné voisin : Vaulx-en-Velin, la Guillotière. Puis d’un bond, le 7 aout, il avait sauté le Rhône et s’était établi en ville pour y  régner pendant près d’une année. Le désastre avait été affreux : des morts par dizaines de milliers, environ la moitié de la ville emportée…
Et si, encore, on avait été quitte ! Mais la contagion, tapie dans les ruelles malsaines, se réveillait à la moindre occasion : des milliers de morts, même, en 1638. Que faire ? Ceux qui le pouvaient s’enfuyait. Les autres attendaient angoissés, dans la crainte qu’on vînt un jour les prendre afin de les mener à l’horrible Quarantaine ou pourrissaient les mourants, ou qu’on les emportât dans l’un des sinistres tombereaux qui sillonnaient les rues désertes. Les médecins, désarmés, devaient se borner à conseiller quelques mesures d’hygiène élémentaires, judicieuses parfois, mais dérisoires devant la force du fléau. Le clergé (surtout les minimes, les capucins et les Jésuites) s’activait pour aider les moribonds et soulager un peu leur détresse morale. Et c’était tout.

Restait le ciel.
Dans un temps d’accalmie, les consuls échevins résolurent de s’adresser à Notre- Dame de Fourvière, dont le modeste sanctuaire, depuis quelque temps, attirait davantage la piété des  Lyonnais, comme en témoignait le vœu des recteurs de la charité, cinq ans avant1.

Le 12 Mars 1643, donc, en la maison de la couronne, rue de la poulaillerie, ou était l’hôtel commun, le consulat promis, pour conjures le mal :

  • D’ériger deux statues de la vierge, l’une sur le perron de la loge du change, l’autre sur le pont de Saône ;
  • De monter chaque année, le 8 septembre (fête de la Nativité de la Vierge), à la messe dite à Fourvière, et d’offrir au sanctuaire un écu d’or et de la cire blanche pour un poids de sept livres.

Le mois de mai qui suivit fut sombre. Tandis que mourait à Paris le roi Louis XIII, à Lyon de la peste se réveilla. La peur fut grande mais, au lieu de croitre pendant le gros de l’été comme à l’ordinaire, l’épidémie s’apaisa et s’était assoupie quand, le 8 septembre, le consulat pour la première fois accomplit son vœu. Jamais, depuis, la peste ne réapparut à Lyon, même quand d’autres villes furent cruellement dévastées. Les Lyonnais ne doutèrent pas de  la protection divine et, ponctuellement, s’acquittèrent de leurs promesses.

Ils tardèrent un peu à ériger les statues. Néanmoins celle du change, sculptée par Nicolas Bidaud, fut placée en 1659 contre la loge probablement usée par les intempéries, elle disparut assez vite, avant1675. Celle du pont de change. Due à Jacques Mimerel, fut faite en  même temps, mais placée seulement en 1662, à l’abri d’un petit édifice construit à cet effet, sur le bec d’une pile. Un accident l’abima et, avant 1740, elle fut déposée dans la chapelle de l’hôtel- Dieu, ou elle se trouve encore. L’édicule, qui gênait la circulation sur le pont, fut transféré en 1820 au pied du chemin-Neuf, ou il servit de fontaine. Il y est toujours… pris dans le béton du mur de soutènement construit après l’éboulement de 1930.

Le pèlerinage et l’offrande, aussi furent scrupuleusement accomplis chaque année, jusqu’en 1789. A la messe, le consulat présentait un cierge de sept livres, et un cœur en cire de trois livres auquel était fixé un écu d’or (à partir de 1670 environ, une somme de monnaie versée à l’offrande le remplaça).

La révolution balaya tout : consulat, échevins, vœux, chanoines de Fourvière. Le vieux sanctuaire fut bien rouvert mais les administrations publiques n’étaient plus guère portées à la dévotion. L’empire passa, puis la restauration, puis la monarchie de juillet. Le vœu semblait définitivement était

Le 14 Novembre 1848, le cardinal de Bonald, voulant réchauffer la piété maritale, rétablit la confrérie de Notre – Dame de Fourvière, et profita de la messe patronale qu’elle devait statutairement entendre le 8 septembre, pour restaurer l’ancienne consécration annuelle de Lyon à la vierge. N’ayant évidemment aucune qualité pour fixer la conduite des pouvoirs publics, il décida que la ville serait représentée par des délégués de chacune de ses paroisses, qui offriraient, comme autrefois les consuls-échevins, la cire et l’écu d’or. Dès l’année suivante, le nouvel usage prit naissance.

Pendant la première guerre mondiale, à la faveur de «  l’union sacrée » pour la défense du pays, on invita les conseillers municipaux la cérémonie du 8 septembre 1915. Plusieurs répondirent, et des places leurs furent réservées dans le chœur. Simples invités d’honneur, ils assistèrent à l’offrande, toujours faite par les délégués des paroisses. Cette situation dura jusqu’à la dernière guerre.

C’est sous l’occupation que la participation municipale devint officielle et active, à l’occasion du troisième centenaire du Vœu.  Le 8 septembre1943, en effet, le maire d’alors, Georges VILLIERS, accompagné de conseillers, présenta lui-même l’écu d’or ; les paroisses offraient le cierge.

Vint la libération.
Il n’y eut pas d’offrande, le 8 septembre1944 : un TE DEUM en tint lieu, chanté à Fourvière en présence de toutes les autorités civiles et militaires. Mais, l’année suivante, les choses reprenait leur cours normal : qu’allait- on faire ? il était difficile de répéter tout uniment le geste de la municipalité nommée par vichy, et l’on devait se garder de tout ce qui risquait d’apparaître comme une nouvelle alliance » du trône et de l’autel ». D’autre part, le temps n’était plus ou l’on jugeait nécessaire qu’un bon républicain fût anticlérical, et des rapports de courtoisie entre la société civile et la première de ses forces spirituelles étaient désirés. Une solution intermédiaire entre la situation D’avant-guerre et celle de 1943 fut donc trouvée. Le 8 septembre 1945, une simple délégation officieuse du conseil municipal prit place au cœur de Fourvière, mais elle offrit l’écu, par les mains de l’adjoint Montrochet, les paroisses continuant de présenter le cierge.

  1. Il ne faut pas confondre le vœu des échevins avec celui des recteurs. Ce dernier fut fait par les recteurs de la charité, le 5 avril 1638, pour chasser le scorbut qui ravageait l’hopital.lls promettaient de monter entendre la  messe à Fourvière, en cortège, le premier (plus tard le troisième) mercredi après Pâques. La procession fut faite tous les ans, de 1638 à 1789, puis de 1805 à 1880. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marie-Claude Foucré dit :

    Mille mercis à Histoires lyonnaises.
    Je suggère que les lyonnais ajoutent aux gestes barrières , le pélerinage des Recteurs … des HCL maintenant , pour contribuer à la lutte contre la Covid ! Si ça a marché pour le scorbut…. ce qui aurait été véritablement miraculeux 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search