PATRIMOINE/Abbaye d’Ainay, légendes et histoires

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 05/02/1978, de manière anonyme.

Abbaye d’Ainay au 18e s – AML 6ph808

La place importante du monastère d’Ainay dans l’histoire religieuse et urbaine de Lyon contraste avec une documentation relativement pauvre. Ce paradoxe a donné naissance à bon nombre d’hypothèses voire de légendes notamment sur l’ancienneté du monastère et son rôle dans le martyre de 177. Il est intéressant de confronter l’historiographie passée aux études récentes, d’où le titre de la manifestation : légendes et histoire.

En effet, bien des interrogations subsistent. La date exacte de la fondation de l’abbaye n’est pas connue. Cependant, il est certain qu’elle existait déjà au milieu du IXe siècle.

Placée sous l’autorité de l’évêque de Lyon jusqu’à l’établissement de la commende dès 1505, Ainay est une abbaye bénédictine moyenne tant sur le plan temporel que spirituel. On connait mal les effectifs du monastère. Cependant, on sait qu’il compte 21 moines à la fin du XIe et 30 au milieu du XIIIe. Des chartes mentionnent certains officiers qui dirigeaient le monastère et des épitaphes en garde encore le souvenir, l’une d’entre elle figure dans l’exposition.

Au Xe, son patrimoine consiste principalement en terres situées dans le diocèse de Lyon. Plus tard, au XIIIe et XIVe siècles, le mode d’acquisition change, les achats l’emportent sur les donations. Les biens acquis sont souvent des droits, redevances et reprises en fief. Ces propriétés s’étendent vers l’est et le Sud de Lyon, dans de nouvelles zones qui restent pour la plupart dans l’emprise du diocèse. Le réseau des prieurés et des églises dépendant d’Ainay est assez dense. Au XIIIe siècle l’abbaye possède 169 églises paroissiales et prieurés. Cependant, les liens ne sont pas partout les mêmes avec l’abbaye-mère et certains prieurés jouissent d’une grande indépendance.

A Lyon, l’abbaye est seigneur d’une bonne part de la presqu’île allant du confluent jusqu’au mur de la ville situé, au XIIIe siècle, à l’emplacement de l’actuelle rue Grenette. Ce patrimoine se restreint considérablement entre la fin du XIIe et le milieu du XIVe siècle.

L’abbaye d’Ainay très endommagée par le baron des Adrets, en 1562, a servi de réserve foncière à l’urbanisation de la Presqu’île. Cependant, « les bâtiments conventuels et les magnifiques jardins faisaient encore, au début du XVIIe siècle, l’orgueil du monastère, jugé digne d’abriter des ministres, des princes, des rois ». Très tôt sont dressés des plans de transformation du confluent. Les jardins sont lotis et l’abbatiale même est menacée au milieu du XVIIIe siècle. En 1685 le pape Innocent XI sécularise l’abbaye qui devient collégiale. Cinq ans plus tard, Camille de Neuville transfère le service paroissial de l’église Saint-Michel à la nouvelle Collégiale.

Après sa transformation en grenier à fourrage pendant la Révolution, l’église est rendue au culte en 1802. Mauvais état et nécessité d’agrandir amènent son remaniement. Celui-ci alimente de nombreuses polémiques. Dès les années 1820- 1830, les architectes, Pollet puis Benoît, renforcent le caractère roman de la construction et de la décoration. Une iconographie abondante permet de suivre l’évolution de l’édifice.

Les destructions post-révolutionnaires et les modifications du XIXe siècle sont à l’origine des collections du musée Gadagne.

En 1940, celui-ci reçoit, un ensemble de cinq statues-colonnes mutilées et deux fragments de bas-reliefs trouvés dans les fouilles faites chez les « Incurables ». Les statues-colonnes « …étaient rangées dans les niches contre les parois d’un mur qui sans doute faisait partie d’une chapelle probablement contemporaine de l’église d’Ainay ». Sept ans plus tard une quarantaine de pierres sculptées complètent trois nouvelles salles d’archéologie lyonnaise.

Cette collection ainsi que les très beaux éléments médiévaux visibles à Ainay, permettent de mieux imaginer ce que fut l’ancienne abbaye au temps de sa puissance.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Andrew Taylor dit :

    Henri II séjourne à l’abbaye d’Ainay avant son entrée joyeuse en septembre 1548. L’abbaye de l’époque est représentée sur le Plan Scénographique de Lyon vers 1550. L’artiste du XIXe siècle Rogatien Lenail a également réalisé un schéma détaillé et un croquis de l’abbaye au confluent de la Saône et du Rhône.
    http://www.renlyon.org/?x=3251&y=8672&z=33
    https://archive.org/details/registresdesdl02pariuoft/page/92/mode/1up

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search