EVENEMENTS/La peste à Lyon

Costume de médecin de peste – Musée des Hospices civils de Lyon

Deux témoignages sur la peste à Lyon en 1628

L’épidémie de covid et les mesures prises pour prévenir la propagation de la maladie ont fait ressurgir d’anciennes craintes et un désir d’interprétation des événements, qui est passé, parfois, par des parallèles historiques. Spontanément, la grippe espagnole est l’analogie qui est venue le plus souvent à l’esprit, sans doute en raison de la proximité dans le temps et de l’abondance des sources à son sujet. Il y eut cependant d’autres épisodes épidémiques dans un passé plus lointain.

L’objet de cette note n’est pas de fournir une synthèse sur l’histoire des épidémies, mais de présenter deux témoignages sur celle qui frappa Lyon de juillet 1628 au printemps 1629. Les deux témoignages offrent un récit complet des événements et proposent des interprétations selon les critères de leur époque.

Il s’agit d’une part d’un extrait du Mercure français, recueil annuel des faits marquants survenus en France, et d’autre part du témoignage du P. Jean Grillot, jésuite.

Un extrait du Mercure français de 1629

« Si les hommes font et continuent leur guerre par le malheur du siècle, Dieu, irrité de nos péchés et irrévérences, continue aussi la sienne, envoyant le fléau de la peste, verge de laquelle sa divine justice se sert ordinairement pour crever les apostumes de notre orgueil, et nous faire penser que nous sommes hommes mortels, qui n’avons aucun terme assuré de la durée de notre vie. Cette indignation divine s’est fait puissamment ressentir, avec des effets prodigieux, en ce royaume de France, cette année 1628, et singulièrement en la ville de Lyon, laquelle a expérimenté, aux dépens de la vie de plus de soixante mille personnes, combien Dieu est terrible en la vengeance qu’il prend de nos péchés.
On a parlé diversement du sujet de cette contagion de Lyon, et pour la plus vraisemblable cause d’icelle on a remarqué ce qui suit :
Au mois de juillet 1628, les troupes conduites par le marquis d’Uxelles, venant de Bourgogne, et s’en allant au secours du duc de Mantoue, ayant traversé tout le Lyonnais et étant entrées dans le Dauphiné, furent logées en partie dans un village nommé Vaux, à une lieue de la ville de Lyon, où un soldat mourut de peste le jour précédent qu’il devait déloger, et fut enterré la nuit par ses camarades dans un jardin, à deux pieds dans terre seulement, à l’insu des habitants dudit lieu. Quelques jours après, la pluie ayant découvert ce corps, le maître de la maison le fait enlever et porter au cimetière. Cela fait, le même jour ceux de cette maison se trouvèrent frappés de maladie contagieuse, et en peu de temps, avant qu’elle fut reconnue, tous les voisins de ladite maison en furent aussi atteints.
La nouvelle de cette maladie étant parvenue aux oreilles des commissaires de la santé de la ville de Lyon, aussitôt ils y envoient des capucins et un chirurgien, et leur font tenir tous vivres nécessaires pour les empêcher de se communiquer.

[Malgré la tentative de mettre en place un cordon sanitaire, le mal se répand jusqu’à Lyon]

[…] cela fut au commencement du mois d’août, que l’on découvrit une maison infectée au quartier de Saint-Georges, laquelle, avant que d’être découverte, avait déjà épandu son venin en d’autres quartiers qui se firent bientôt connaître, en telle sorte qu’en moins d’un mois tous les quartiers de la ville se trouvèrent infectés.
Cela donna tel effroi à tous les habitants d’icelle que tous les officiers de judicature, des finances, de l’élection et autres juridictions, quittèrent leur exercice et se retirèrent à la campagne avec la plupart des principaux bourgeois et marchands, et de demeura dans la ville que le prévôt des marchands et les échevins, lesquels peu de temps après furent réduits au dernier desdits échevins, les autres s’étant absentés à cause que la maladie avait attaqué leurs familles ; ce qui arriva à plusieurs autres bourgeois et marchands qui étaient demeurés. Et ce qui augmenta l’effroi fut que plusieurs voleurs, se prévalant de la misère et calamité du temps, se mirent à engraisser les portes des maisons et chambres des habitants, leur imprimant la crainte de la maladie par l’attouchement de cette graisse, leur dessein étant de leur faire quitter leurs maisons pour plus facilement exercer leur voleries.
Cela anima tellement le peuple contre ceux de la religion prétendue réformée, qu’ils estimaient auteurs de ces engraissements pour se rendre maîtres de la ville (ayant appris qu’en l’année 1562 ceux de la religion prétendue réformée avaient pratiqué cette ruse pour s’emparer de la ville, comme ils firent), que tous ceux de la religion prétendue réformée que le peuple rencontrait par la ville étaient tués ; et pour un seul jour ils en tuèrent plus de dix, en sorte que les magistrats et officiers qui étaient encore restés dans la ville furent contraints, s’étant saisis de quelques-uns de ces engraisseurs, de les faire pendre. […]
Tels engraisseurs causèrent véritablement de grands maux dans Lyon. On a remarqué qu’aux mois de septembre et octobre furent tués quinze ou seize personnes par la populace, sous prétexte, disaient-ils, d’être engraisseurs. Nonobstant cette exécution, le peuple ne se laissait pas encore de continuer la sédition, si bien que les magistrats et officiers de la justice étaient contraints de marcher par la ville pour retenir le peuple. Cependant tous ceux de la religion prétendue réformée se resserrèrent dans leurs maisons ou abandonnèrent la ville, et lesdits prévôts des marchands et échevins firent en sorte que, pour contenter le peuple, l’on les désarma ; et mirent des gardes jour et nuit aux deux avenues du pont de Saône, pour courir sur ceux qui feraient semblables émotions ; ce qui arrêta la furie du peuple, laquelle fut encore bien mieux réprimée par la grande mortalité qui s’en suivit les mois de septembre, octobre, novembre et décembre, et partie de janvier. Pendant lequel temps il n’y eut que les sieurs de Silvecane, conseiller du Roi, et garde des sceaux en la sénéchaussée et siège présidial, et président au bureau de la santé de Lyon ; Mellier, aussi conseiller du Roi au siège présidial, et second conseiller audit bureau de la santé ; et Coppet, lieutenant criminel de robe courte en ladite ville, avec dix autres commissaires de la santé, tous bourgeois ou marchands, qui demeurèrent pour donner ordre au fait d’icelle ; l’un desquels commissaires fut attaqué de la peste et mourut. Les autres, pour cela n’ayant pas perdu courage, entreprirent la protection de cette ville ainsi abandonnée. […]
Mais ce qui tenait plus en cervelle lesdits prévôts des marchands, échevins et les commissaires de la santé, était de trouver moyen de nourrir et entretenir plus de vingt mille pauvres qui demandaient du pain, leur travail ayant entièrement cessé, se voyant à la veille d’un saccagement ou d’un pillage s’ils n’y pourvoyaient. Pour cet effet donc ayant fait plusieurs assemblées de ville, il fut enfin résolu qu’il serait fait un rôle des aisés en chaque quartier, auxquels, à qui plus, à qui moins, l’on assignait desdits pauvres à nourrir, à raison de trois sols pour chacun par jour. […]
Les misères de ladite ville pendant ce temps-là sont incroyables, car on ne voyait par les rues que corps morts, que malades et que invalides ; toutes les boutiques fermées et le négoce entièrement cessé ; et comme au commencement on ne trouvait des gens pour le soulagement des malades et pour enlever les corps des décédés, on ne voyait que désespoir, maladie et infections des maisons des décédés, d’autant que les corps croupissaient trois ou quatre jours, et parfois huit ou quinze, avant qu’on les enleva, faute de gens. […]
Les femmes enceintes, effrayées d’horreur et de tant de spectacles, avortaient, et si leur terme était venu, elles mourraient à l’enfantement, sans secours et sans assistance ; et que peut-on dire que, de cinq cent qui sont accouchées, il n’en est pas échappé deux ; entre lesquelles est remarquable une jeune Parisienne, laquelle ayant deux charbons aux bras accoucha de deux fils, et en échappa, ses enfants enfin étant morts. Il y est mort plus de quarante mille personnes, entre lesquelles il n’y a pas eu six ou huit personnes de qualité tant soit peu relevée par-dessus le commun.
Les prévôts des marchands et échevins firent un vœu au commencement de la maladie à Notre-Dame-de-Lorette, et y envoyèrent deux religieux Minimes, natifs de ladite ville. Il s’y est fait plusieurs processions générales. Les confrères de la congrégation de Notre-Dame en firent trois diverses fois, étant revêtus de gros sacs, liés sur les reins de cordes rudes et âpres, les pieds nus au plus fort de l’hiver, portant de gros cierges et flambeaux en main. Les pères Cordeliers, aussi accompagnés des Pénitents blancs et des commissaires de la santé, portèrent les reliques de saint Bonaventure en procession. »

Extrait du Mercure français, année 1629. Publié par F. Danjou, Archives curieuses de l’histoire de France depuis Louis XI jusqu’à Louis XVIII, 2e série, 1838, t. III, pp. 141-148. Orthographe modernisée.


Un récit de Jean Grillot, jésuite

Les Archives municipales de Lyon conservent un exemplaire du petit livre de Jean Grillot : Lyon affligé de contagion ou narré de ce qui s’est passé de plus mémorable en ceste Ville depuis le mois d’Aoust de l’an 1628 jusques au mois d’Octobre de l’an 1629, par le P. Jean Grillot de la Compagnie de Jésus, à Lyon, chez François de la Bottière, en rue Mercière, 1629, 132 p.). Cet opuscule raconte et analyse les événements avec les yeux d’un contemporain qui confronte ses observations avec les théories médicales de son temps, mais aussi avec des considérations d’ordre moral, voire spirituel. 

Il s’insère dans une liasse consacrée à la peste de 1628-1629 (3GG/7). Celle-ci comprend de nombreuses pièces justificatives de dettes contractées par la ville à l’occasion de l’épidémie, mais aussi des affiches administratives informant la population des mesures prises. Ainsi, en mars 1629, plusieurs affiches certifient que l’épidémie a cessé et qu’il est temps que les marchands qui avaient quitté la ville reviennent.

« Durant tout le mois de septembre, octobre et novembre, la face de la ville était si hideuse qu’elle remplissait d’horreur et de compassion ceux qui la considéraient. Peu de gens marchaient dans  les rues, le visage couvert de leurs manteaux, de petites boîtes de parfums en main, qu’ils portaient au nez et à la bouche. Tous se tenaient indifféremment pour suspects les uns les autres, quelque parents ou amis qu’ils fussent. Mais quand on voyait les hospitaliers ou les religieux députés pour assister les malades, parés de leurs soutanes de treillis, la baguette blanche en une main et le Crucifix en l’autre, les plus courageux changeaient de couleur et leur quittaient la place en s’éloignent d’eux. Ceux que la nécessité contraignait de venir à la ville couraient à toute bride, comme si l’ennemi les eût suivis de près, avec un danger évident de tomber sur le pavé et de rencontrer la mort en évitant la peste. La plus grande partie des habitants demeurait enfermée dans les chambres et regardait des fenêtres, ou à travers les fentes des boutiques ceux qui passaient. J’ai traversé toute la rue Mercière sans rencontrer personne que les hospitaliers et les morts, tant la désolation était grande. L’on trouvait à chaque pas des corps au devant des maisons et au milieu des rues, couverts d’un linge, ou dans leurs habits. Cinq ou six chariots roulaient sans cesse, et deux ou trois bateaux, et il n’était pas aisé de les avoir à temps. Nous en trouvions en même lit trois ou quatre, dont l’un rendait l’âme, l’autre était furieux, le dernier assoupi d’un profond sommeil. Voire presqu’ordinairement pour aborder les malades, il fallait passer au milieu des morts, comme il m’arriva en la première maison où je fus appelé, pour confesser une femme dont le mari était étendu auprès de la porte… Qui eût pu regarder sans avoir le cœur attendri de compassion, en une même chambre, le mari aux abois, sa femme qui l’avait servi malmenée des douleurs violentes du mal, une pauvre fille déjà frappée se traîner à toute peine pour ouvrir la porte au confesseur ; jusque là que souvent ceux qui nous venaient appeler n’étaient pas moins incommodés que les malades et maintes fois en entrant nous ne trouvions que des morts, dans les lits et chambres, au lieu des malades…

Sur le milieu de septembre, l’on s’aperçut qu’on engraissait les portes et les habits d’une sorte d’onguent si extrêmement puant qu’on n’en pouvait souffrir l’odeur… Le Peuple surprit quelques-uns de ces engraisseurs qu’il assomma sur la place. Il est vrai que j’ai appris qu’en la chaleur de la colère il y avait eu quelques innocents massacrés, comme celui qui, portant une chandelle en main, qui coulait sur ses habits et sur ses mains fut accusé comme engraisseur et tué devant sa maison par la fureur de la populace qui, en semblables accidents, lâche les rênes à la colère sans discerner les fautes apparentes des vrais crimes. »


Intrigué par les « engraisseurs », j’ai trouvé qu’il s’agissait de petits malins (au sens fort du terme !) qui cherchaient à faire croire, par la puanteur, que telle ou telle maison était infectée par la peste, afin que les habitants quittent rapidement  les lieux. Ainsi ces malfaiteurs pouvaient tranquillement faire main basse sur tout ce qui avait été abandonné dans la panique… Les arnaques ne datent pas d’aujourd’hui !

 

Par Marc ROCHET
avec la contribution de Louis Faivre d’Arcier


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search