INSOLITE/La chanson des canuts

Un texte plus exotique qu’il n’y parait…

Dessins par Girrane (entre 1895 et 1901 – AML 63fi224

Pour chanter le Veni Creator

Il faut avoir chasuble d’or (bis) 

Nous en tissons pour vous grands de l’Eglise

Et nous, pauvres canuts, n’avons pas de chemise

 Refrain : C’est nous les canuts

Nous sommes tout nus


Pour gouverner il faut avoir

Manteaux et rubans en sautoir (bis)

Nous en tissons pour vous grands de la terre

Et nous pauvres canuts, sans draps on nous enterre

Refrain : C’est nous les canuts

Nous sommes tout nus

 

Mais notre règne arrivera 

Quand votre règne finira (bis)

Nous tisserons le linceul du vieux monde

Car on entend la tempête (la révolte, cf. infra) qui gronde

Refrain : C’est nous les canuts

Nous sommes tout nus (plus nus cf. infra). 

Cette chanson anarchisante fut interprétée par Aristide Bruant, écrite par lui, parole et musique, en 1894 à l’exposition internationale de Lyon pendant laquelle devait être assassiné Sadi Carnot. Bruant était le propriétaire du célèbre cabaret le Mirliton ; l’affiche par Toulouse-Lautrec le représentant a immortalisé sa tenue. Son cabaret était situé rue Rochechouart à l’emplacement de l’ancien Chat noir avant son déménagement en 1885 rue Victor Massé et devait fermer en 1895. C’est au Chat noir qu’Aristide avait fait ses débuts avec sa fameuse chanson du Chat noir (Je cherche fortune autour …) suivie d’autres tubes.  La chanson des canuts qui rappelle la révolte des canuts de 1831, tisseurs de soie, a toute une histoire qui s’est poursuivie de nos jours.

L’Allemagne est frappée de 1890 à 1848 par une grave crise économique. De nombreux artisans commencent à être ruinés par l’afflux de marchandises industrialisées, notamment de Prusse. La formation du Zollverein (l’union douanière allemande) aggrave le processus. La Prusse elle-même est touchée. Tout commence en Basse-Silésie dans les villages de Peterswaldau et Langenbielau.  Les tisserands à domicile qui tissent du lin sont ruinés par la concurrence de l’industrie manufacturière cotonnière dont les produits sont moins chers. Le 4 juin 1844, poussés par la misère ils se révoltent contre leurs conditions de travail. Au nombre d’environ 5000, pendant 3 jours ils s’attaquent aux fabriques, détruisent les machines, saccagent les demeures des fabricants, puis pillent les boutiques. De la nourriture est distribuées aux assaillants en même temps que l’armée est alertée. Elle écrase la révolte dans le sang, les meneurs sont arrêtés, jugés à Breslau, fouettés et condamnés à de longues années de prison. D’autres révoltes localisées d’intensité moindre éclateront en Allemagne jusqu’en 1848. Le retentissement de cette première révolte est national et international.

Alors qu’Arnold Ruge, ami et compagnon de Marx, réfugié à Paris, estime dans son journal de langue allemande que » c’est une convulsion sans véritable importance », il n’en n’est pas de même pour Marx : « Cette révolte contre la bourgeoisie et le roi de Prusse a une portée nationale. La révolte silésienne commence justement par là où les révoltes ouvrières françaises et anglaises s’achèvent, avec la conscience de ce qui constitue la nature du prolétariat. L’action elle-même est marquée de cette supériorité. On détruit notamment les machines, ces rivales de l’ouvrier, l’ennemi invisible, le seigneur de l’industrie. Ce mouvement se tourne en même temps contre le banquier, l’ennemi caché. Enfin, pas un soulèvement d’ouvriers anglais n’a été mené avec tant de vaillance, de réflexion et d’endurance ; même si elle n’a lieu qu’en un seul district, une révolution sociale se situe dans la perspective de l’ensemble ». 

La même année 1844, le grand poète allemand Heinrich Heine, vénéré par Marx et Freud, le dernier poète romantique, écrit un poème Les pauvres tisserands qui leur est dédié :

L’œil sombre et sans larmes

Devant le métier, ils montrent les dents

Allemagne, nous tissons ton linceul

Nous le tissons d’une triple malédiction

Nous tissons, nous tissons

 

Maudit le Dieu que nous avons prié

Dans la froideur de l’hiver, dans les jours de famine

Nous avons en vain attendu et espéré

Il nous a moqués, bafoués, ridiculisés

Nous tissons, nous tissons

 

Maudit le roi, le roi des riches

Que notre misère n’a pu fléchir

Qui nous a arrachés jusqu’au dernier sou

Et nous fait abattre comme des chiens

Nous tissons, nous tissons

 

Maudite l’hypocrite fratrie

Où seules croissent l’ignominie et la honte

Où chaque fleur s’affaisse bientôt

Et la pourriture, la putréfaction régalent la vermine

Nous tissons, nous tissons

 

La navette vole, le métier craque

Nous tissons avec ardeur, et le jour, et la nuit

Vieille Allemagne, nous tissons ton linceul

Nous le tissons d’une triple malédiction

Nous tissons, nous tissons

La révolte des tisserands va intéresser le grand dramaturge allemand Gerhart Johann Robert Hauptmann (1867-1946), prix Nobel de littérature 1912, né en Basse-Silésie, dont le grand père avait été tisserand, c’est une des premières pièces dans l’histoire du théâtre où un collectif est au centre de l’action dramatique, mais elle n’est pas un cri de révolte. Ce dramaturge naturaliste considéré comme le plus grand, avant de virer au symbolisme et de finir sa vie au parti nazi, sera découvert par Otto Brahn. En 1889 ce dernier monte à la Fiere Buhne de Berlin sa première pièce : Avant le lever du soleil qui fera scandale. Il montera les Tisserands, drame en 5 actes du même en 1892 ; le 26 février 1893 André Antoine du théâtre libre monte cette même pièce. Quand Brahn monte l’Assomption de Hannle Mattern où commence à apparaître le symbolisme de Hauptmann, le même Antoine la représentera à Paris le 31 janvier 1894 montrant son intérêt pour le dramaturge. 

André Antoine simple employé de la compagnie du gaz monte en 1887 le Théâtre libre en réaction contre le théâtre conventionnel bourgeois par son livret et ses décors où les artistes déclament pour se mettre en valeur. Il était convaincu que les idées de Zola sur le naturalisme au théâtre pouvaient être réalisées ; il veut donc mettre en scène des œuvres tirées des romans naturalistes ou d’auteurs créateurs de pièces naturalistes. Les décors seront réalistes et les artistes interpréteront le texte sans user du ton déclamatoire pour se mettre en valeur. Ce théâtre fonctionnera de 1887 à 1895. La première pièce naturaliste jouée sera une pièce des frères Goncourt, Sœur Philomène. Antoine ne sera pas satisfait des pièces naturalistes françaises et des adaptations de roman, il se tournera vers des étrangers : Ibsen, Strinberg, Tolstoï. Quand il lit la traduction des Tisserands par Henri Maubel publiée en août 1892 dans la revue Société nouvelle, il pense avoir trouvé l’auteur qu’il lui faut d’où sa réaction immédiate pour monter cette pièce. Il va demander à Jean Thoral, ami de Hauptmann une nouvelle traduction qui sort en 1893. Hauptmann comme on l’a dit, a des accointances avec les tisserands ; pour créer sa pièce, il s’est rendu en Silésie, a rencontré des témoins, lu la presse, consulté des livres d’histoire. Le texte est fidèle à l’histoire sauf que la fin voit la victoire provisoire des insurgés. Hauptmann en bon naturaliste raconte un évènement local, les personnages issus des couches sociales les plus basses s’expriment comme dans la vie dans un parler populaire bien différent du ton de la conversation de la plupart des pièces montée par Antoine ce qui l’intéresse. Mais le langage utilisé est un patois bas silésien avec des idiomes spécifiques, des élisions, des formes incorrectes, des bégaiements, de longs silences de traduction difficile voire impossible. Antoine veut dépasser la simple anecdote et faire de cette pièce un conflit entre patrons et ouvriers de portée universelle au début de la grande industrie comme l’avait vu Marx. Thorel va résoudre les difficultés de traduction en écrivant un français populaire relâché avec de nombreuses élisions, en supprimant les expressions idiomatiques savoureuse, certes, mais sans équivalent en français. Pour la mise en scène Antoine supprime tout ce qui est germanique pour en faire un drame occidental intemporel avec une fin dramatique qui voit la mort d’un vieux tisserand par une balle perdu sur un fond de bataille et d’acclamations pendant que sa femme, aveugle, le cherche désespérément. Dans cette optique le Chant des Tisserands de Hauptmann est remplacé par des couplets de Maurice Vaucaire inspirés librement du poème de Heinke en éliminant tout ce qui est allemand ; la place de ce chant est importante dans la pièce, entonné d’abord par quelques révoltés sous la fenêtre du fabricant Dressinger, il est repris par la foule et sous-tend la fin de la pièce. Voici cette chanson du linceul ou Goualante des Tisserands où l’on retrouve les grands thèmes anarchistes et une allusion indirecte aux canuts :

C’est nous qu’on appelle la canaille

Nous sommes à bout, nous sommes fourbus

Nous crevons, nous n’en pouvons plus

Vaut mieux que notre carcasse s’en aille

Avec nos filles et nos garçons

C’est not’ linceul que nous tissons

C’est not’ linceul

A bas l’patron et la patrie

Qui nous tiennent sous les barreaux

Les contre-maîtres sont nos bourreaux

Faut pas qu’on souffre ni qu’on crie !

Avec nos filles et nos garçons

C’est leur linceul que nous tissons

 

Votre armée est notre ennemi

Les sergents en sont les géôliers

Nous tisserons sur nos métiers

Ton linceul, ô vieille patrie

Avec nos filles et nos garçons

C’est ton linceul 

C’est ton linceul que nous tissons

Cette pièce est un peu comme le couteau de mon grand-père dont on a changé tous les éléments mais qui reste le couteau de mon grand-père. Tout se passe comme si Antoine avait transformé une pièce naturaliste en une pièce symboliste ou idéologique, ce qui est étonnant pour un théâtre prônant le naturalisme. 

Antoine ne monta pas sans mal ce spectacle. Souvenirs, 10 mai 1893 : « Nous travaillons ferme aux Tisserands. Ce sera je l’espère, un des plus beaux spectacles que nous aurons donné. Mais quels frais ; sans un ami qui m’avance dix mille francs sur la saison prochaine, je ne pourrai pas donner la pièce ». En effet Antoine est dans de grandes difficultés financières, chaque spectacle n’est donné que pendant trois représentations, ce qui ne permet pas d’équilibrer le budget et les Tisserands mobilisent 40 acteurs et 5 décors. La pièce, alors que Paris était secoué par les attentats anarchistes, fut un triomphe, Jean Jaurès lui-même déclara que la pièce avait plus fait pour la cause socialiste que tous les discours, malgré quelques critiques : pour Jean Jullien « Les déclarations socialistes ne sont ni dans le caractère des personnages. C’est le socialisme à l’allemande de Heine, ce n’est pas le cri de pitié et de désespérance des tisserands. Il peut se faire que l’effet soit plus violent sur le public, mais il est obtenu par des moyens incompatibles avec une œuvre de vérité ».  

L’Assomption de Hannele Mattern monté en 1894 sera le dernier spectacle du Théâtre libre avant sa fermeture en 1895.

Aristide Bruant fut inspiré par le Chant des Tisserands du théâtre Antoine ; avec son talent il l’a simplifié en le rendant plus percutant et en lui donnant une dimension internationale, n’oublions pas que le français était alors largement répandu dans le monde et que Paris était la capitale des arts. Ce chant des canuts est devenu un célèbre chant de lutte au même titre que le Chant des cerises et Bella Ciao. Il a été repris par de nombreux chanteurs en insistant sur Yves Montand. En 1955, dans le disque : Chansons populaires de France, Yves Montand modifie la fin de la 3° strophe en remplaçant « la tempête » par « la révolte » et « nous sommes tout nus » par « nous n’irons plus nus ». Ces deux petites modifications suffisent à donner à la chanson une tournure révolutionnaire, reprises par les interprètes ultérieurs. A Lyon une statue du sculpteur Georges Salendre appelée Le Chant des canuts représente des amoureux entonnant cette chanson ; longtemps visible dans un square près de la mairie du 4e arrondissement, elle a été déplacée place des Tapis en novembre 2014. Le 6 février 2017, Jean-Luc Mélenchon a entonné des couplets du Chant des canuts à la fin de son meeting de campagne présidentielle à Lyon. 

Par Vincent BANSILLON

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search