ARCHIVES/Un syndicat de 1720 (AML, BB/374)

Un syndicat ?
Un syndicat est un procès-verbal des élections consulaires, l’élection annuelle des représentants des maîtres des métiers et des échevins. Il est établi en fin d’année pour l’année suivante.

Pour quoi faire ?
La dénomination de syndicat vient de l’habitude des bourgeois lyonnais de nommer, dès le courant du XIIIe siècle, pour des nécessités pratiques, leurs représentants ou syndics, désignés sous le nom de consuls ou d’échevins.
C’est la charte municipale du 21 juin 1320 qui entérine ce droit d’élire des conseillers.
Les élections des consuls se font dès lors avec régularité jusqu’à la Révolution.

La collection
Ces actes, calligraphiés et enluminés, sont rédigés en latin puis en français sur de grandes feuilles de vélin.
D’abord décorés de motifs à la plume, puis de lettres majuscules en or et en couleurs parées d’arabesques, ils s’ornent à partir du milieu du XVIe siècle de miniatures de plus en plus riches où s’additionnent le lion et les anges porteurs des armes de la ville.
Les sceaux des maîtres des métiers étaient appendus aux actes. Ils ont été coupés au début du XIXe siècle car ils compliquaient le rangement de ces documents encombrants. Il existe malgré tout un syndicat dont les sceaux n’ont pas été coupés : c’est celui de 1384.
A la même époque, les syndicats ont été pliés en deux pour être reliés. Mais lorsque ces documents, de dimensions inégales, dépassaient le format du volume, ils ont été rognés.
Ils sont aujourd’hui conditionnés dans des matériaux de conservation neutres et stockés dans des meubles à plans suspendus.
La collection compte aujourd’hui 357 pièces, de 1294 (le plus ancien document administratif municipal conservé aux Archives de Lyon) à 1757. Sur la totalité de la période 1294-1788, un quart est manquant.
Et finalement, en franchissant les siècles et les évolutions législatives, des élections consulaires aux élections municipales d’aujourd’hui, on peut considérer que les Archives municipales de Lyon conservent 8 siècles de procès-verbaux d’élection des représentants des habitants de la ville de Lyon.

Et en 1720 ?

  • Jaques Bourg de la Faverge (en remplacement de Terrasson, décédé) ;
  • Léonard Michon, chevalier, avocat du Roi au Bureau des Finances de Lyon ;
  • Jean-Baptiste Michel.

Par Anne FOREST, archiviste aux Archives municipales de Lyon


Sources

  • Archives municipales de Lyon, Inventaire de la série BB, introduction de Stéphanie Arbel sous la direction de Jeanne-Marie Dureau, 1999.
  • Archives municipales de Lyon, Trésors des archives [catalogue de l’exposition des AML, palais Saint-Jean, 24 octobre-30 décembre 1990], Lyon, Archives municipales de Lyon, 1990, p. 7-8. (AML, 1C/650045/SAL).
  • NIEPCE Léon, Les archives de Lyon, Lyon, Libr. H. Georges, 1875 (AML, 1C/651854/SAL).

Anne FOREST

Archiviste, Archives de Lyon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.