ÉVÉNEMENTS/Incendies à Lyon au grand siècle

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 30/07/1995, de manière anonyme.

Incendie de l’Hôtel de Ville de Lyon en 1674 – Huile sur toile – Musée des sapeurs pompiers de Lyon – MG N 22.

Maître de feu depuis la préhistoire, l’homme tremble quand son serviteur révolté le menace dans les flammes de l’incendie. Particulièrement redoutable quand il se déchaîne sur les grandes cités, le feu jusqu’à une date récente a été difficilement combattu.

La prévention

Mieux vaut donc prévenir l’incendie si on ne peut le combattre.
A Lyon, très tôt, on bannira donc le bois dans la construction. Si on ne peut l’éviter dans les charpentes, les murs seront de bonnes pierres, prises aux carrières voisines des Monts d’or et de l’Arbresle.
A la fin du XVe siècle et au début du siècle suivant, on multipliera leur emploi : escaliers à vis, voûtes des allées et galeries qui relient les corps de logis permettant ainsi aux habitants de s’échapper en cas  d’incendie, cependant que les boutiques, grâce également à leurs voûtes, permettent aux marchandises d’être en sûreté. Certes, on trouve quelques galeries en bois, au Palais de l’Archevêque Charles de Bourbon par exemple. Mais l’image de Lyon au début de la renaissance est celle d’une ville de pierre.

Dès cette époque, les dangereux toits de chaume qui couvraient encore les maisons campagnardes aux environs de Lyon disparaissent de la cité.

Grâce à ces judicieuses dispositions, Lyon ne connaîtra pas au Grand Siècle le triste sort de Londres dont les vieilles maisons à pans de bois flambèrent comme des allumettes dans le grand incendie 1666 !

Les «  grandes seringues »

Toutefois, s’il n’atteint pas cette ampleur l’incendie n’est pas rare à Lyon.
Sur le pont de la Saône (le pont du Change, aujourd’hui disparu), en 1633, des maisons sont incendiées et le Consulat donne pour leur reconstruction des instructions détaillées.

Comment combattre le feu ?
Une intervention merveilleuse, celle des « grandes seringues » peut être efficace. Et la ville commande en 1636 à Claude Morand, potier d’étain : « 14 seringues pour les incendies ». Huit grandes seringues coûtent 12 livres pièce, elles doivent servir pour les grands feux !
Pour les petits ou moyens incendies, on pourra se contenter de «  moyennes seringues », moins chères, bien sûr, huit livres pièce.
On ne possède pas, hélas, d’images du temps montrant les bourgeois lyonnais s’affairant autour de ces gigantesques clystères ancêtres de nos pompes actuelles.

Les « extincteurs sacrés des incendies »

Mais il arrivait parfois que les «  grandes seringues » étaient impuissantes à combattre les incendies.
C’est ce qu’on vit en 1668. Un grand incendie dévasta la place des Cordeliers. Le Consulat attribua à Saint Antoine et à Sainte Agathe l’extinction des incendies et décida de placer Lyon sous le double patronage de ces deux saints vénérés dans la Commanderie des Antonins située sur le quai qui porte son nom.

Nuls n’étaient mieux qualifiés que ces deux personnages pour combattre les incendies. Saint Antoine, abbé, qu’il ne faut pas confondre avec son homonyme honoré à Padoue, n’avait-il pas guéri au Moyen âge, le mal des ardents !  Et Sainte-Agathe, petite martyre sicilienne n’était-elle pas invoquée à Catane contre les éruptions de l’Etna ?
Certes, Lyon n’avait rien à craindre des éruptions volcaniques, mais les flammes des incendies n’étaient pas moins redoutables.

Aussitôt, Paul Mascrany, Prévôt des marchands de Lyon et ses collègues du Consulat décidèrent chaque année de rendre hommage à Sainte Agathe et à Saint Antoine, le 5 février, fête de saint Agathe. Et l’on voyait régulièrement à cette date, en robe noire, le Consulat assister à la messe célébrée dans l’église des Antonins et offrir à la chapelle Sainte Agathe un cierge et un cœur de cire blanche.
Offrande à ces saints en tant qu’ «  extincteurs sacrés des incendies ».

Dans la Commanderie des Antonins qui subsiste, quai saint Antoine, on peut encore voir dans la cour une inscription gravée qui rappelle ce « vœu des échevins ».
Certes, il est maintenant tombé en désuétude, moins célébrée et moins heureux que celui du 8 septembre à Fourvière, mais il convient de le rappeler ici. Avec la Vierge, au XVIIe, Saint Antoine, abbé, et Sainte Agathe furent les patrons de Lyon.

Comme on le voit, au Grand Siècle, les autorités municipales lyonnaises ne négligèrent rien pour préserver leur ville du fléau.
Achat des « grandes seringues », appel à de célestes protecteurs, tous les moyens étaient bons !


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. vincent banssillon dit :

    intéressant et original

  2. Bost dit :

    Très intéressant cette histoire de saint je ne me suis jamais posé la question sur l’origine des noms des rues comme quoi il n’y a pas d’âge pour apprendre merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search