PERSONNAGE/L’aventureuse histoire du Major-Général Martin

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 26/10/1986, de manière anonyme.

Claude Martin in C. Beaulieu, Histoire de Lyon, depuis les Gaulois jusqu’à nos jours, Lyon, 1837
Wikicommons

Il est admis que les Français, heureux dans leur jardin natal, n’ont été, dans leur ensemble, ni voyageurs, ni découvreurs, ni colonisateurs. Pourtant, quelques hommes d’exceptions, coureurs d’aventures, fondateurs d’empires ou chercheurs de richesses, échappent à ce critère général.

Plus que l’Amérique ou l’Afrique, l’Asie a toujours exercé une fascination sur les Européens. Sans remonter aux voyages de Marco Polo ou de Plan Carpin, des français acquirent gloire et profit aux XVIIe et XVIIIe siècles en Inde et Insulinde.

Il nous a paru nécessaire de rappeler la vie aventureuse de Claude Martin, Lyonnais qui y gagna puissance politique et militaire, mais aussi capitaliste, bâtisseur et planteur, une fortune considérable dont Lyon a été en partie bénéficiaire. Par testament, il fonda dans sa ville natale, l’école technique de la Martinière, devenue lycée.

Les biographes l’ignorent complètement ou le représentent comme déserteur de sa patrie pour avoir servi la Compagnie Anglaise des Indes.

Claude Martin naquit à Lyon en la Paroisse Saint-Pierre et Saint-Sébastien. Son père, artisan tonnelier peu fortuné, ne put lui donner qu’une faible instruction dont le reflet se retrouve dans des lettres bâclées écrites en français et en anglais, acquises par les Archives du Rhône en 1968. Pourtant Claude, très intelligent apprit seul le dessin et les mathématiques, fort utiles par la suite. Son père, devenu veuf, se remaria et mourut quelques années après. Claude, désireux d’aventures, s’engage à seize ans dans les troupes de la Compagnie des Indes. Sa belle-mère, avec laquelle il s’entendait mal, lui aurait donné un rouleau de pièces de 20 sols, en lui disant : – Tiens, ne reviens jamais qu’en carrosse !

Il ne devait jamais revenir à Lyon, mais posséder mieux qu’un carrosse.

Choisi par Lally Tollendal pour faire partie d’un corps de cavalerie d’élite, il débarqua en Indes en 1755. Il prit part à toutes les campagnes victorieuses de Lally, mais, ainsi que d’autres, rebuté par le caractère insupportable du général, il déserta en 1760, avant le siège de Pondichéry où l’Inde française a été perdue en 1761.

La désertion de Claude Martin marqua le début de sa fortune. En France, il n’eut été que sous-officier dans l’armée, ou pauvre artisan à Lyon. En Inde anglaise, il devint général, riche, et presque souverain. Bien reçu par le gouverneur anglais de Madras, il constitua, avec le grade de sous-lieutenant, une compagnie de chasseurs pour aller combattre au Bengale.

Il s’embarqua pour Calcutta ; la plupart des navires se perdirent, mais Claude et quelques-uns de ses compagnons réussirent à atterrir au promontoire de Gandaour et gagner Calcutta.

Le gouverneur anglais de cette ville l’envoya, après 1764, avec le grade de capitaine, relever la carte de Lucknow, capitale de l’état d’Aoude, nouveau protectorat anglais situé entre le Gange et le Népal. Seddj Eddaula, le nabab de cette principauté, lui confia l’inspection de son artillerie.

Claude Martin devait, toute sa vie, rester dans la  principauté d’Aoude, devenir pratiquement le gouverneur de Lucknow, le confident du souverain et acquérir un très vaste domaine, Martingur, au nord de Lucknow, dans la plaine du Gange. Il y fit édifier un véritable palais – « Constantia House »- sur les bords de la rivière Gouthmie.

Il créa sur ses terres, avec l’aide de Pottier, associé à demi dans les bénéfices, une plantation d’indigo. Il obtint de remarquables résultats en plaine, mais n’eut que des déboires dans cette culture lorsqu’il essaya sur les hautes terres et dut abandonner en 1791. La plante récoltée et déjà en partie préparée était envoyée en caisses à Calcutta d’où elle était embarquée pour l’Europe.

A Londres, les agents de Martin, les frères Raikes, banquiers, commerçants et importateurs, vendaient l’indigo en Angleterre et dans le reste de l’Europe. Les paiements se faisaient par lettres de change. Malgré les assurances, fort chères étant donné les risques de la navigation et plus encore lorsque les corsaires français écumèrent le Golfe du Bengale, les bénéfices étaient considérables et permirent à Claude Martin, avec des capitaux restés en Angleterre, de spéculer sur les actions de l’East India.

A cette époque, en Inde, tous les services s’achetaient et personne n’y trouvait mal. Martin savait faire payer son influence. Les indous riches, soucieux de mettre leurs biens à l’abri de troubles continuels, les lui confiaient. Le danger passé, Martin les restituait moyennant un honoraire de 12%.

Déjà confident de Seddj Eddala, il conserva – chose rare dans ce pays – la confiance de son successeur, Essef Addala. Le nabab avait un goût très prononcé pour ce qui provenait de l’Occident. Claude Martin profita largement de cette tendance, en faisant venir à grands frais des œuvres d’Europe et accroissait ainsi sa propre fortune.

Il fit l’expérience réussie d’un ballon captif sous les yeux émerveillés du souverain. Celui-ci voulut faire construire un engin capable d’enlever trente hommes. Cette fois, l’expérience ne réussit pas, mais le nabab n’en tint pas rigueur à Claude Martin.

Bien qu’attaché à la personne d’un souverain hindou, il restait fidèle aux intérêts anglais. En 1790, pendant la guerre soutenue contre Tippo Sahib, il reçut le grade de colonel pour avoir équipé à ses frais des corps de cavalerie et, en 1796, il devint major-général. Malgré sa fortune, il se plaignit de n’avoir jamais touché sa solde et de n’avoir jamais été remboursé de ses dépenses. Ce manque d’argent avait aussi, du côté français, en partie causé la perte de Lally Tollendal.

En 1797, le nabab d’Uttar, principauté voisine d’Aoude, mourut, laissant de grands trésors et comme successeur un jeune homme de 17 ans. Martin conseilla à la compagnie des Indes de donner un tuteur anglais au jeune prince et de transférer le trésor à la banque d’Angleterre. Il ne fut pas écouté, ce qui provoqua de nouveaux conflits.

Pendant les dix dernières années de sa vie, Claude Martin montra des goûts ostentatoires de « nouveau riche ». Si ces commandes de livres démontrent un esprit plus pratique que réellement intellectuel, son goût de la parade est reflété par une commande de vaisselle d’argent pour deux mille livres sterling. En 1793, il organisa, à « Constantia Housse », un théâtre de marionnettes avec un faste disproportionné. Il fit venir d’Europe des statues et son propre buste pour orner son palais. En 1793, il installa une imprimerie et en 1796 une machine à vapeur. Mais ces appareils ne purent fonctionner, faute de techniciens. Il commanda également en Europe deux télescopes, jamais installés, certaines pièces n’étant jamais arrivées. Enfin, comble de la vanité, en 1798, il projette de faire frapper à son effigie, avec la devise « Labor et Constantia » des pièces de cuivre pour payer ses employés. Pour des raisons techniques, ce projet ne put aboutir. Ce fut le dernier de ses fantasmes car déjà malade, il mourut le 13 septembre 1800.

Son tombeau a été construit sur les bords du Gange, dans un château de style gothique. Il y était gravé :

« Ci-gît Claude Martin,
Né à Lyon en 1732,
Venu simple soldat dans l’Inde
Et mort major-général »

Son testament publié à Lyon en 1803, sur les ordres du Conseil municipal, rédigé en mauvais anglais, contient des aspects politiques et religieux. Martin montre un souci des pensées religieuses et économiques. Sa fortune pouvait être évaluée à huit ou dix millions de francs germinal. Il en léguait la plus grande partie à deux de ses femmes. Il consacrait des sommes considérables à la fondation d’établissements à Lucknow, Calcutta, Chandernagor et Lyon. Les Anglais et les Français étaient également partagés. Ces établissements devaient porter le nom de la Martinière. Lyon obtint une fondation de 12.000 francs de rente pour libérer les détenus pour dettes et reçu un capital de 700.000 francs pour instituer l’établissement d’enseignement La Martinière. En raison de l’état de guerre poursuivi jusqu’en 1815, des réticences des autorités anglaises de l’Inde, et du peu de diligence des gouvernements de la restauration, les fonds ne commencèrent à arriver en France qu’en 1825. Les délibérations du Conseil municipal de Lyon font état de toutes ces difficultés. Certains parents de Martin ont également réclamé des legs. Enfin, la ville put percevoir environ 1.400.000 francs germinal, somme plus forte que la dotation d’origine, étant donné la variation des changes.

Les premiers cours de mathématiques et de chimie ont été institués au Palais Saint-Pierre et en 1829 un cours de dessin. En 1833, la ville acheta l’ancien cloître des Augustins et c’est dans ces locaux que les cours commencèrent avec efficacité.

Claude Martin méritait semble –t-il mieux qu’un buste sur un place et son nom sur une plaque de rue.

Monument à Claude Martin, fondateur de la Martinière, place Gabriel Rambaud, vers 1970 – AML 3PH351


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.