PATRIMOINE/Les Brotteaux après la Révolution

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 06/12/1978, de manière anonyme.

Suite de l’article « Les Brotteaux au 18e siècle« 

La Révolution, puis l’Empire et ses guerres, avaient peu favorisé la construction, et la physionomie de la rive gauche, vers 1815, ressemblait à celle qu’elle avait eue en 1789 : des auberges campagnardes, des fermes, des champs, des prés, des bois. Autour de la place Morand et de la place Kleber, quelques immeubles avaient pu s’élever, mais tout restait à faire.

C’est à partir de la Restauration seulement, et surtout après 1830, que l’on commença de réaliser le plan de Morand. Les Hospices civils, héritiers de l’Hôtel-Dieu, vendirent peu à peu les lots jadis délimités sur lesquels, au fil des ans, s’édifièrent les constructions solides et cossues dont la plupart existent encore. Place Maréchal-Lyautey, cours Franklin-Roosevelt, avenue Maréchal-Foch, plus tard avenue Maréchal-de-Saxe, constituèrent ainsi les axes d’un quartier bien bâti où s’installèrent les familles aisées. Dans le cours du siècle, les ventes de terrains se poursuivirent entre l’avenue Maréchal-de-Saxe, et le Rhône, prolongeant le plan Morand jusqu’à la Guillotière.

Le cours Morand vers 1910 – AML 4fi11655

Mais tout cela ne suffisait pas aux besoins d’une population qui s’accroissait à vue d’œil sur la rive gauche (1821 : 7 000 ; 1831 : 18 000 ; 1851 : 43 000 : 1872 : 112 000 ; 1891 : 194 000). D’autre part, les Hospices civils ne pouvaient se permettre de brader leur domaines : n’oublions pas qu’il n’y avait alors ni sécurité sociale, ni même assistance médicale gratuite, et que les hôpitaux, pour subsister, avaient un besoin vital de leurs revenus immobiliers. Ne pouvant pas davantage se muer en constructeurs, les administrateurs se contentèrent de louer, par baux à très courts termes (souvent moins de 10 ans), de petites parcelles où des entrepreneurs besogneux élevaient des bicoques destinées à ne durer pas plus longtemps. Politique justifiée, certes, mais désastreuse, qui submergea les Brotteaux sous un océan de taudis.

Le quai des Brotteaux vers 1900 – AML 4fi3334

Cependant le quartier s’équipait en bâtiments publics. Les premiers furent les églises et les théâtres. Saint-Pothin (1843), la Rédemption (1877), le Saint Nom de Jésus (1863, 1900), Saint-Joseph (1888, 1930), sans oublier le Monument du Siège (1819, 1906), sont toujours là, solides. Disparus, en revanche et quasiment perdus d’oubli : Colysée, Alcazar, Olympia, Folie Bergères, Variétés, Jardin d’Hiver, et l’on en passe…, où les Brotteaux, suivant la tradition du XVIIIe siècle, offrirent si longtemps aux Lyonnais des distractions pour toutes les bourses, et tous les goûts. Plus tard vint la Mairie du VIe arrondissement, installée dans les murs du collège de la Trinité confisqué sur les Jésuites après la loi de1901, puis le lycée du Parc, achevé pour 1914. Entre temps, la IIIe République avait édifié plusieurs groupes scolaires.

Sous la Monarchie de Juillet, une ligne de fortification jalonnée d’ouvrages importants, avait ceinturé la Rive Gauche. Doublée du chemin de fer de Genève (1ère Gare des Brotteaux, 1859 ; 2e 1908), elle opposa un obstacle sérieux à l’expansion urbaine. Mais d’autre part, elle protègera les terrains sur lesquels, en 1856, le Préfet Vaïsse put créer le Parc de la Tête d’Or, merveilleux poumon pour une ville qui en avait grand besoin.

La gare de Genève vers 1900 – AML 4fi476

Quant aux monuments publics, ils sont aussi peu nombreux ici que dans le reste de la ville : la fontaine de la place Morand rappelle la suppression des péages des ponts du Rhône en 1865, par Napoléon III, et le monument des Enfants du Rhône le souvenir des morts de 1870.

Le carrefour des boulevard des Brotteaux, des belges, du lycée et du cours Vitton en 1916 – AML 4fi451

Tels se trouvaient les Brotteaux en 1914, tels à peu de chose près, nous les avons connus jusque vers 1950. Depuis, on sait quels bouleversements les ont déjà transformés. Une nouvelle politique foncière des Hospices civils, par concessions  de baux à long terme, a permis de remplacer la plus grande partie des masures par des immeubles convenables ; la création du quartier administratif de la Part-Dieu, aux limites des Brotteaux, aiguillonne l’activité. 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. EDMEE JACQUET dit :

    encore encore encore je connais Lyon par mon Grand pere mais avec l’âge j’ai oublié beaucoup de chose alors continuez à la raconter notre ville bien que décrié est et a été belle merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.