PATRIMOINE/Les Brotteaux au XVIIIe siècle

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 26/11/1978, de manière anonyme.

Jusqu’à la Révolution, la rive gauche du Rhône, mise à part la Guillotière, village-rue où se pressaient les auberges et les maisons de maraîchers, n’était qu’une large plaine toute rurale piquetée de fermes et de maisons fortes : la Part-Dieu, la Tête-d’Or, la Motte, etc…
Plus près de fleuve, soumis à ses divagations et à ses crues, se trouvaient les « broteaux », ou îles couvertes de vorgines et  autres végétations sauvages, parmi les lônes (ou bras morts du Rhône).
Les étymologies les plus fantaisistes ont, bien entendu, été proposées. Selon toute vraisemblance le nom vient du vieux mot « brot » (jeune pousse, petit arbuste). L’orthographe avec deux « tt » ne se justifie donc pas.

Plan scénographique de Lyon en 1550
©Archives municipales de Lyon

Quoi qu’il en soit, Lyon, éclatant dans sa presqu’ile limitée d’Ainay aux Terreaux, commençait alors de regarder avec intérêt ces terrains vastes et libres.
Libres, à vrai dire, pas tout à fait.
Pour une grand part, ils étaient propriété de l’Hôtel-Dieu, qui tirait revenu des fermes établies sur les bonnes terres et des locations que payaient les guinguettes où les Lyonnais venaient  se rafraîchir et se délasser. Pour mieux attirer le chaland, il avait même installé deux bacs, face au collège (notre lycée Ampère), et tracé trois allées (dont la plus grande est aujourd’hui notre cours Franklin-Roosevelt). Outre l’hôpital, le Chapitre de Saint- Jean avait des droits dans ces parages, ainsi que la Ville de Lyon.

Les choses étaient là quand, en 1764, l’architecte Jean-Antoine Morand présenta au Consulat le plan grandiose d’une véritable ville nouvelle qu’il imaginait sur la rive gauche.

Projet d’un plan général de la Ville et de son agrandissement par Jean-Antoine Morand – 1764 – AML 3s115


Au bout d’un pont qui serait jeté sur le Rhône au droit de l’Hôtel de Ville s’élèverait un quartier de rues se coupant à angles droit, aéré par quatre places carrées et trois larges avenues. L’ensemble s’étendait approximativement du Rhône à l’actuelle rue Tête-d’Or, et de la rue Duquesne à la rue Servient. Le fait que Morand propriétaire de terrains à l’emplacement de l’actuelle place Kléber et à l’entour, avait un intérêt certain à la réalisation de ces projets, n’enlevait rien à leur évidente utilité pour le public.

Il dut pourtant se battre longuement pour les faire adopter, contre les recteurs de l’Hôtel-Dieu,  qui ne pouvaient croire que les profits retirés de la plus-value de leurs domaines compenseraient, et au-delà, la perte des revenus de leurs bacs, contre le Consulat sceptique sur l’avenir des quartiers neufs. Assez rapidement, lui vint du Roi l’autorisation de construire le pont à péage. Une compagnie par actions se constitua et l’ouvrage, bâti en bois, fut ouvert au public en 1774. Aussitôt, les lyonnais affluèrent aux beaux jours, attirés par les guinguettes qui se multipliaient, les cafés de luxe qui s’installaient, et par des distractions de toutes sortes : les plus célèbres furent les ascensions de deux montgolfières, en 1784.

De toute évidence, les Broteaux plaisaient aux Lyonnais, et déjà Morand, sur ses terrains, construisait les premiers immeubles. Les recteurs de l’Hôtel-Dieu le comprirent, et le plan d’un vaste lotissement fut enfin mis au point, en commun avec le Ville et le Chapitre, suivant, dans ses grandes lignes celui de 1764. C’est en 1781 qu’il fut définitivement adopté et muni des approbations autorisées. Tous les espoirs étaient permis. Hélas ! En 1784, une crise économique commença de faire peur aux capitaux qui se cachèrent, puis vint la Révolution, qui les mit en déroute. Quand un peu de calme revint dans les affaires, des terrains avaient été libérés en ville par les ventes de biens nationaux, et ceux des Broteaux durent attendre encore les amateurs.

Bref, quand se termina le XVIIIe siècle, à part de rares édifices autour de la place Morand, et surtout de la place Kleber, les Broteaux avaient conservé leur aspect campagnard. C’est toujours là qu’on allait quand on avait besoin d’espace, soit pour les fêtes civiques ou révolutionnaires (par exemple, le 30 mai 1790, pour célébrer la Fédération), soit pour les affreuses fusillades de la Terreur, en décembre 1793.

C’est au siècle suivant qu’allait revenir la tâche de donner au quartier sa physionomie urbaine.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Bost dit :

    C’est génial redécouvrir Lyon avant

  2. banssillon dit :

    merci très intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.