TRANSPORTS/Highway to hell : autoroute, tombeaux … et architecture !

Comment maintenir un lien entre la route et la ville ?

Cette question cruciale se pose en 1976 pour l’extrémité Sud du Vieux-Lyon, au bout de la rue de la Quarantaine, où est aménagée une boucle d’accès au tunnel de Fourvière, ouvert 4 ans plus tôt à la circulation. Outre la contrainte que représente une telle infrastructure routière, une autre s’ajoute : la présence des ruines d’une ancienne nécropole, révélée dès 1947 à la suite de travaux sur le réseau électrique souterrain. Une campagne de fouilles avait alors été menée par des archéologues de l’université Lyon 2, sans pour autant remettre en cause l’élargissement de la montée prévu depuis les années 1930 ni la transformation de sa partie basse avec les travaux du tunnel de Fourvière à la fin des années 1960. La moitié Sud de cette nécropole mérovingienne, dont les fondations dateraient du Ve-VIe siècle, disparaît donc sous le bitume des voies de circulation.

Le contexte du milieu des années 1970 est bien différent, avec un intérêt nouveau pour l’archéologie et la mobilisation de défenseurs du patrimoine local. Des opérations de « sauvetage archéologique » sont menées par l’Atelier municipal des Fouilles (ancêtre du Service archéologique de la ville de Lyon) dirigé par Amable Audin et l’Association lyonnaise de Sauvetage des Sites Archéologiques Médiévaux (ALSSAM) qu’il a contribué à fonder en 1974. On en trouve d’ailleurs quelques archives dans le fonds qu’il a légué aux Archives municipales de Lyon. Cette association se mobilise en 1976 et obtient de pouvoir fouiller et en partie préserver les vestiges de la nécropole Saint-Laurent de Choulans

La boucle de Choulans-Kitchener-Quarantaine vers 1977, Service archéologique de la ville de Lyon.

« Déverrouiller » le quartier par la boucle : le défi de Gagès

A ces contraintes routières et archéologiques s’ajoutent les aspects économiques : comment valoriser ce quartier au paysage bien peu urbain ?

C’est là qu’entrent en scène l’architecte René Gagès (1921-2008) et son cabinet, déjà rompus au difficile exercice d’empilement de fonctions urbaines dans un paysage contraint avec le Centre d’Échanges de Perrache, inauguré en 1976. Plusieurs projets pour habiller la boucle sont ainsi proposés entre 1976 et 1984, selon les activités envisagées au cœur de la boucle : d’abord un hôtel haut de gamme (en évitant la vue sur l’autoroute), puis un immeuble de bureaux nommé Highway qui permet de lancer le projet en 1984. La ville de Lyon veut aussi y construire des logements, un équipement de quartier et des parkings, pour donner à ce quartier une certaine urbanité. L’ensemble est intégré dans l’ « opération Kitchener-Quarantaine », dont la conception est minutieusement étudiée pour trouver une harmonie entre ces fonctions très différentes.

René Gagès choisit d’intégrer la boucle dans l’immeuble principal et d’en faire un motif récurrent pour l’aménagement de l’ensemble. Cela se concrétise par la forme arrondie des deux immeubles qui se répondent, celui de la boucle hébergeant 5 300 m² de bureaux et l’autre, séparé des voies routières par une place de forme circulaire (l’actuelle place Pierre Bossan), 66 logements en accession à la propriété. L’espace correspondant aux fouilles de la basilique Saint-Laurent est préservé et un gymnase public construit en surélévation permet de remplir la boucle. 

Plan de l’opération Kitchener-Quarantaine par René Gagès, extrait d’un article du Progrès du 19 septembre 1986. AML 1958W94.

Au-delà de la prouesse architecturale d’une telle intégration dans une infrastructure routière située à plus de dix mètres au-dessus du sol, l’architecte Gagès veut mettre en pratique une vision ouverte de cet ensemble. Il explique : « j’ai voulu rendre le quartier poreux, avec des passages couverts pour les piétons, d’où l’on verra le site archéologique ». Un traitement particulier est réservé à ce dernier dès la conception, avec une façade vitrée censée rendre les tombeaux et fondations de la nécropole visibles depuis le quai et l’entrée de la boucle, ainsi qu’une « rue piétonne » qui traverse le bâtiment !

L’entrée du bâtiment visible ici est aussi celle d’un cheminement piéton qui traverse le bâtiment pour aboutir à la place et permet d’admirer les restes de la basilique depuis un point de vue surélevé.

Photographie de l’immeuble en 1989, Lyon-Figaro, Bibliothèque municipale de Lyon P0741 FIGRP01229 006 (en ligne : https://numelyo.bm-lyon.fr/f_eserv/BML:BML_01ICO0010157458ba65003f/Source0.jpg)

Années 1990-2000 : la boucle est bouclée !

L’immeuble et ses abords sont achevés en 1989, avec des bureaux qui abritent notamment la rédaction du journal Lyon-Figaro, d’où les photos de qualité de cet immeuble qu’on peut aujourd’hui retrouver sur le portail de la Bibliothèque municipale de Lyon.

La « rue piétonne » conçue par Gagès est alors ouverte au public, avec des panneaux d’explication et des peintures murales destinés à mettre en valeur le site archéologique. Il est même question de prolonger ce parcours piétonnier vers les hauteurs, pour relier la basilique Saint-Laurent de Choulans au Parc Archéologique de Fourvière, en passant par le quartier Saint-Just qui n’est pas avare en vestiges, pour former un véritable « circuit des origines chrétiennes de Lyon » ! Ce projet, semble-t-il étudié par la mairie du 5e arrondissement, fait la joie des passionnés d’archéologie, mais n’est jamais concrétisé. Le site archéologique reste donc peu fréquenté, malgré le passage journalier de centaines de milliers de personnes … en voiture, qui ne profitent donc pas des trésors archéologiques dont le bâtiment est censé constituer l’écrin.

Photo du site archéologique de Saint-Laurent de Choulans prise par l’auteur lors des Journées du Patrimoine, le 19 septembre 2015.

Faute de fréquentation assidue du public et de dispositif de surveillance de cette voie piétonne interne, la dégradation de cet espace public est rapide, si bien que les sociétés occupant les bureaux du Highway interpellent les pouvoirs publics dès la fin des années 1990. Les pouvoirs publics pointent des actes de vandalisme (bris de vitres, tags), des trafics divers et des squats. Une première réaction s’observe en 2001 avec l’aménagement du hall d’entrée du Highway du côté de la rue de la Quarantaine et la mise en place de caméras de surveillance, avant la fermeture des accès piétons en 2003. Cela met un terme aux ambitions de Gagès de donner à ce quartier autoroutier une véritable urbanité. La boucle censée lier semble désormais tourner en rond … avant, qui sait, une redécouverte patrimoniale ? 

Par Louis Baldasseroni


Bibliographie
  • Beghain Patrice et Kneubühler Michel, La perte et la mémoire : vandalisme, sentiment et conscience du patrimoine à Lyon, Lyon, Fage, 2015.
  • Dufieux Philippe, René Gagès : la permanence de la modernité, Annecy, CAUE, Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de Haute-Savoie, 2017, 86 p.
  • Gardon Sébastien, Goût de bouchons : Lyon, les villes françaises et l’équation automobile, Paris, Descartes & Cie, 2011.

 


Louis Baldasseroni

Doctorant en Histoire Contemporaine à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Thèse en cours : Du macadam au patrimoine, Modernisation de la voirie et conflits d'usages, l'exemple de Lyon, fin XIXe-fin XXe siècles.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bonjour Louis,

    Est-ce que ce petit message aide !

    Aurélie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.