PATRIMOINE/Projets pour le quartier de la Charité…

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 18/02/1979, de manière anonyme.

En 1934, commençait la démolition d’un quartier occupé par un vaste ensemble de bâtiments hospitaliers, dont une grande part datait du XVIIe siècle : l’Hôpital de la Charité et l’Hôpital militaire Desgenettes.

Hôpital Desgenettes, quai Gailleton en 1948 – AML 3ph250

Eglise de l’hôpital de la Charité vers 1910 – AML 8ph83

Un projet de transformation de ce quartier avait été proposé à la ville de Lyon dès 1891 : l’administration des Hospices civils et l’autorité militaire désiraient vivement que le secteur hospitalier soit déplacé et que les constructions trop anciennes soient remplacées par des édifices mieux appropriés aux besoins de l’hygiène…

Mais il y avait aussi bien des Lyonnais pour demander la restauration de l’édifice de la Charité, refusant que puisse disparaitre cet établissement d’accès facile, conçu selon un plan en H particulièrement bien adapté aux nécessités hospitalières et surtout séduisant par « le charme de ses cloîtres, de ses galeries, de ses arcades et de leur plantes grimpantes, de ses fers forgés, du caractère quasi-florentin de certaines de ses cours… »

Hôpital de la Charité au 18e – AML 1ph219

La société d’embellissement de Lyon, fondée en 1908, organisait, en 1924 – le quartier de la Charité n’avait en rien changé depuis les premiers projets – un concours « dont pourrait profiter, le moment venu, notre chère Ville de Lyon, en vue de sa prospérité et de son embellissement rationnellement progressif ». L’objet en était : « en vue de la meilleure utilisation des terrains devenant libres par la suppression de l’Hospice de la Charité et de l’Hôpital militaire Desgenettes ».

La médaille de vermeil alla au projet de M. Schaeffer, qui dressait entre deux grandes artères un Hôtel des sociétés savantes, comme un « temple des sciences » ; la chapelle de la Charité demeurait entourée de jardins. Des habitations construites le long du fleuve et dotées de balcons, de terrasses avec pergolas permettait de jouir d’une vue magnifique.

Le projet de M. Tardy, qui reçut le deuxième prix, faisait la part belle aux voies de communication, aménageant la place Antonin-Poncet en gare de tramways et la reliant à la rive gauche du Rhône par un pont de 20 mètres de large.

Chollat conservait le dôme de la Charité qui se dresserait sur la place élargie, ornées de jardins et de fontaines. Le nouveau quartier, composé de six masses de logements développés autour d’une place, serait relié à la rive gauche par un pont, assez insolite, « avec passages en X ».

Huit prix furent décernés et les projets rangés…

 

Démolition de l’Hôpital Desgenettes en 1967 – AML 1ph1056/2

En 1938, un Hôtel des postes était construit sur l’emplacement de la Charité, l’Hôtel des finances en 1961. La démolition de « Desgenettes » attendit 1967. Sur l’emplacement libéré se dressa en 1974 le cube du « Sofitel » et on agrandit l’Hôtel des Finances l’année suivante.

La place Antonin Poncet, son clocher et sa grande Poste dans les années 50 – AML 8ph252

L’ensemble a mis une cinquantaine d’années pour se renouveler. Seule a été retenue, parmi les propositions de 1924, l’idée de conserver le beffroi de l’ancien hôpital.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Possety Andrée dit :

    ces articles sur l’histoire d’éléments du patrimoine et sur l’histoire de Lyon sont très intéressants, j’attends de nouvelles découvertes. Merci aux auteurs et rédacteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.