TRANSPORTS/Les tramways lyonnais

Naissance

La Compagnie des Omnibus et Tramway Lyonnais (OTL) est fondée le 21 juin 1879 afin de gérer les omnibus existants et de construire un réseau de tramways. Ces véhicules, créés aux Etats-Unis, permettaient de faciliter l’effort de traction des vieux omnibus à chevaux grâce au roulement sur des voies ferrées. Chaque cheval pouvant ainsi tirer deux fois plus de voyageurs que sur les pavés.

Publicité pour la Compagnie des Omnibus et tramways lyonnais vers 1885
AML – 38ph1/145

A peine l’encre de l’acte de fondation de la compagnie séchée, les ingénieurs s’attaquent avec une ardeur incroyable à construire ces lignes de tramways.
Dès le printemps 1880 les plans sont prêts. Le 27 juillet la pose des voies commence, le 23 septembre l’autorisation d’exploiter est donnée par le Préfet et le 1er octobre 1880, les essais débutent autour de la place Bellecour.

En vue de concurrencer les bateaux-mouches de la Saône, principal axe de transport de l’agglomération, c’est la ligne Bellecour – pont d’Ecully qui est choisie pour être ouverte en premier.
L’inauguration est fixée le 11 octobre 1880.

Six véhicules doivent acheminer les 200 visiteurs de Bellecour au dépôt de Vaise où un banquet préparé par Casati les attend.
La cérémonie est présidée par le Préfet Oustry, le Maire Gailleton et le Sénateur Millaud.
Hélas, à peine le départ donné, trois des six tramways, emmenés au petit trot, déraillent dans la courbe de la place Antonin Gourju. On ne déplore aucun blessé et les tramways sont vite remis sur leurs rails afin de ne pas retarder la cérémonie.

Tramway hippomobile vers 1890 – AML 38ph/5/1

Néanmoins, cet incident révèle la fragilité du système et un rodage sévère est imposé avant l’admission des voyageurs.
Ce n’est donc que le 14 octobre 1880 que débute officiellement le service public des tramways.

En août 1881, les 43 km de voies du réseau sont achevées.

On reste confondu par la rapidité de cette réalisation. Certes les itinéraires avaient été repérés bien en amont mais tout restait à faire : construire les véhicules nécessaires aux dix lignes envisagées, créer des dépôts et les écuries attenantes et, surtout, poser à travers la ville plus de 40 km de voies ferrées. Heureusement, la main d’œuvre ne faisait pas défaut à cette époque d’urbanisation massive où de nombreux paysans arrivaient des campagnes de Bresse, du Vivarais, du Charolais ou du Vercors.

En moins d’une année, les artères suivantes sont éventrées, garnies de rails, traverses et aiguillages, repavées et souvent élargies :
– Avenue Adolphe Max
– Pont Bonaparte
– Rue du Colonel Chambonnet
– Place Bellecour
– Rue de la Barre
– Pont de la Guillotière
– Cours Gambetta
– Grande rue de la Guillotière
– Avenue des Frères Lumière
– Rue du Dauphiné
– Route de Genas
– Quais de la Saône
– Rive droite de la Saône de Vaise à Saint Jean
– Rive gauche de la Saône de Serin à Bellecou
– Rue de Saint Cyr
– Rue Mazaryck
– Place de Paris
– Rue Roger Salengro
– Rue Marietton
– Rue Octavio Mey
– Pont de la Feuillé
– Rue d’Algérie
– Place des Terreaux
– Rue Jospeh Serlin
– Rue de la République
– Place des Cordeliers
– Cours Lafayette
– Cours Albert Thomas
– Place Grandclément
– Rue Victor Hugo
– Cours de Verdun
– Rue Puits Gaillot
– Rue Grenette
– Pont du change
– Pont Morand
– Cours Morand
– Cours Vitton
– Boulevard des Brotteaux
– Avenue Felix Faure
– Rue Jean Jaurès
– Rue Léon Blum
– Avenue Berthelot
– Place Jean Macé
– Avenue Jean Jaurés
– Avenue de Saxe
– Avenue Foch
– Avenue de Grande Bretagne
– Grande rue Saint Clair
– Quais du Rhône de Saint Clair à Cordeliers
– Place Antonin Poncet
– Quai Gailleton
– Quai Perrache
– Pont de la Mulatière
– Rue Stéphane Deschamps
– Pont d’Oullins
– Boulevard de l’Yzeron
– Grande-Rue d’Oullins.

Il est difficile d’imaginer le bouleversement vécu.

Les 10 lignes créées en 1881 sont les suivantes :

1 – Charité ↔ Monplaisir via le pont et la Grande rue de la Guillotière
2 – Charité ↔ Montchat
3 – Cordeliers ↔ Grandclément
4 – Parc de la Tête d’or ↔ La Mouche (actuelle place Jean Macé), prolongée à Perrache
5 – Bellecour ↔ Pont d’Écully par le pont du Change
6 – Terreaux ↔ Vaise par le quai Saint-Vincent
7 – Perrache ↔ Gare des Brotteaux par le pont Morand
8 – Pont Morand ↔ Saint-Clair
9 – Bellecour ↔ Gare de Vaise par le pont Tilsitt
10 – Charité ↔ Oullins

Plan du réseau en 1894 – AML 38ph1/136

Bien entendu, la gêne énorme occasionnée est l’objet de mémorables joutes judiciaires entre les commerçants riverains et la compagnie chargée de la construction. Le succès rencontré par ce nouveau mode de transport met vite fin aux objections.
Il est désormais possible à n’importe quel travailleur d’habiter loin de son lieu de travail ou aux familles lyonnaises d’aller le dimanche « prendre l’air » sur les hauteurs alors boisées de Saint-Clair ou de La Mulatière et rapidement, les Lyonnais abandonnent la marché à pied pour le confort et la vitesse des nouveaux tramways.
Dès la première année, on enregistre près de 20 millions de voyageurs.

Apogée

En 1888, les tramways à vapeur font leur apparition.

Tramway à vapeur vers 1890 – AML 38ph84/6

A partir de 1893, des société concurrentes de l’OTL sont progressivement absorbées : la Société du Tramway d’Écully, la Compagnie Lyonnaise des Tramways (CLT), le Fourvière Ouest Lyonnais (FOL), et la Compagnie du tramway électrique de Lyon-Croix-Rousse à Caluire L. L’unification du réseau est achevée en 1914, excepté pour le tramway de Lyon à Neuville.
Une des particularités du réseau de tramway lyonnais est l’utilisation de deux écartements :
– la voie métrique (1 mètre) issue des normes de la traction animale,
– la voie normale (1,44 m) héritée des différentes compagnies suburbaines rachetées.

L’électrification du réseau débute en 1893 avec le tramway de Sainte Foy.
C’est la troisième expérience française après Clermont-Ferrand en 1890 et Marseille en 1892. Elle est suivie par les villes de Roubaix et Paris. Finalisée en 1904, elle permet d’étendre encore un peu plus le réseau.

Tramway électrique, cours de Verdun vers 1895 – AML 38ph101/18

Les 10 lignes historiques après électrification
1 – Saint Jean – Montplaisir – Vinatier
2 – Gare de Vaise – Montchat
3 – Gare de Vaise – Villeurbanne
4 – Perrache – Parc de la Tête d’Or
5 – Bellecour – Pont d’Écully (électrifiée le 21 juillet 1898 et prolongée le 5 décembre 1900 du Pont d’Écully aux Trois Renards)
6 – Place du Pont – Croix Rousse
7 – Perrache – Brotteaux – Cusset
8 – Gare de Perrache – Saint Clair
9 – Gare Saint Paul – Montplaisir
10 – Place de la Charité – Oullins – Saint Genis Laval – Brignais – Sept Chemins

Plan du réseau en 1913 – AML 38ph1/135

À l’apogée du réseau en 1930, les tramways de Lyon transportent près de 160 millions de voyageurs par an sur 34 lignes grâce à plus de 500 motrices et 440 remorques.

Déclin

Tramway écrasé par les bombardements du 26 mai 1944 – AML 3ph111

Après la Seconde Guerre mondiale et à l’instar de nombreuses autres villes françaises, le tramway est vivement concurrencé par les trolleybus et l’autobus.
Durant les années 1930, ils sont ainsi progressivement remplacés par ces moyens de transports. En février 1933, la ligne 25 Cordeliers – Genas est supprimée entre les Sept-Chemins et Genas et remplacée par un autobus. Les lignes 29 et 30 dans la Montée de Choulans vers Sainte Foy et Francheville ainsi que les lignes 19 et 21 vers Ecully et Champagne sont, quant à elles, converties au trolleybus.
La première ligne urbaine supprimée est la ligne 13 (Perrache – Croix Rousse) également remplacée en 1944 par un trolleybus.

Trolleybus n°13 – AML 38ph42/12

Le dernier tramway urbain circule le 30 janvier 1956 sur la ligne 4.
La ligne suburbaine du quai de la Pêcherie à Neuville, dit le « Train bleu », fermera le 30 juin 1957

En fait, le dernier tramway électrique qui roule à Lyon est la navette de la Foire en avril 1958. Cette liaison était assurée par d’anciennes motrices de la ligne 4 stationnées au dépôt « Parmentier » et ne fonctionnait que durant la période de la Foire en 1956, 1957 et 1958. L’accès palais de la Foire se faisait en empruntant les voies de la ligne 4, sur l’avenue du Maréchal de Saxe et avenue Foch.

Renouveau

L’idée de réimplanter le tramway à Lyon apparaît dès les années 1990.
Après de nombreux errements, un nouveau réseau prend forme, avec l’inauguration en décembre 2000 et la mise en service, le 2 janvier 2001, des nouvelles lignes T1 et T2, puis des lignes T3 en 2006, T4 en 2009, Rhônexpress en 2010, T5 en 2012 et T6 en 2019.
Il s’agit aujourd’hui du deuxième réseau de France, derrière celui de la région parisienne, par la longueur cumulée des lignes exploitées, la longueur physique du réseau et la fréquentation.

Par l’équipe des Archives de Lyon


Sources
Bibliographie

– Jean Arrivetz, « Histoire des transports à Lyon », Lyon, Graphisme Édition Réalisation, 1966 (cote AML : 1C/500887)
– Guy Borgé, Marjorie Borgé et René Clavaud, « Les transports à Lyon : du Tram au Métro », Lyon, éditions Jean Honoré, 1984 (cote AML : 1C/4958/SAL)
– Robert Chappelet, René Clavaud, Jacques Perenon, « Les Tramways de l’est lyonnais de la ligne 16 à T3 et Rhônexpress », Breil-sur-Roya : LES ED. DU CABRI, 2010 (cote AML : 1C/503663/SAL)
– Robert Chappelet, René Clavaud, Jacques Perenon, « Lyon en tram – Tome 2 : La technique et les hommes », Lyon : LES EDITIONS DU CABRI, 2019 (cote AML : 1C/503993)
– Jacques Perenon, « 50 ans de transports en commun à Lyon, 50 dates », Lyon, EMCC, 2018 (cote AML : 1C/9693)


Archives de Lyon

Point de rencontre entre le centre historique et le nouveau quartier de la Confluence, les Archives de Lyon conjuguent passé et modernité. Derrière une grande verrière, au coeur de l’ancien centre de tri postal entièrement réhabilité se trouvent plus de huit siècles de mémoire lyonnaise. Les archives produites par l’administration municipale depuis le Moyen-âge sont précieusement conservées sur des kilomètres de rayonnages. Des archives de familles, d’entreprises, d’associations, de syndicats, d’architectes, de photographes viennent compléter ces sources de l’histoire de Lyon, et rendre compte de la diversité sociale et culturelle du territoire au fil du temps.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. CHAPOT dit :

    Erreur de légende sous la photo de la rame de la ligne 3.
    La foire de Lyon étaient desservie par des motrices type Lyon, avant droit ou avant incliné.
    Les dernières années c’était avec des Marcinelle, basées à Parmentier, ce qui permettait de prendre encore le tram, sur l’ancienne ligne 4 lors de leur passage en début ou fin de service.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.