PERSONNAGE/Jean –Jacques Rousseau et Lyon

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 01/10/1978, de manière anonyme.

Portrait de Jean-Jacques Rousseau par Maurice Quentin De la Tour – Wikicommons

Après une courte apparition à Lyon en 1730, Jean-Jacques Rousseau y revint en 1732.

Sa bourse est épuisée et il doit « coucher à la belle étoile ». Il dort « par terre ou sur un banc aussi tranquillement que sur un lit de roses ». Il connut ainsi le ciel de Lyon, lors de cette fameuse « nuit au bord de la Saône », quai des Etroits.

« Le soleil après son coucher avait laissé dans le ciel des vapeurs rouges dont la réflexion rendait l’eau couleur de rose… Je me couchais voluptueusement sur la tablette d’une espèce de niche ou de fausse porte enfoncée dans un mur de terrasse : le ciel de mon lit était formé par les têtes des arbres, un rossignol était précisément au-dessus de moi ; mon sommeil fut si doux, mon réveil le fut davantage. Il était grand jour : mes yeux en s’ouvrant virent l’eau, la verdure, un paysage admirable «. Les quais de Lyon avaient conquis Jean-Jacques Rousseau et lui firent oublier deux aventures malheureuses avec des individus aux mœurs suspectes, qui lui avaient fait un peu rapidement juger Lyon » comme la ville d’Europe où règne la plus terrible corruption ».

Lors d’un nouveau séjour à Lyon, en 1740 et 1741, Jean-Jacques Rousseau allait faire mieux connaissance avec notre ville.
Devenu précepteur des deux enfants de M. de Mably, grand prévôt de Lyon, dont l’hôtel était rue Saint-Dominique (rue Emile Zola actuellement) le futur auteur de « l’Emile », s’avouera un éducateur inhabile ; mais il se fit des relations importantes à Lyon ; Il rencontra Camille Perrichon, prévôt des marchands, l’intendant Palu, le chirurgien Parisot surtout Charles Bordes, tous les membres de l’académie des sciences, Belles lettres et arts de Lyon.

Jean-Jacques Rousseau se trouve très heureux et dans une épître à Bordes se fait le chantre de Lyon.

« Ville heureuse, qui fait l’ornement de la France,
Trésor de l’univers, source de l’abondance,
Lyon, séjour charmant des enfants de Plutus.
Dans tes tranquilles murs, tous les arts sont reçus :
D’un sage protecteur le goût les rassemble :
Apollon et Plutus, étonnés d’être ensemble,
De leurs longs différends ont peine à revenir
Et demandent quel dieu a pu les réunir ».

Dans une épître au chirurgien Parisot, il loue le charme de la vie lyonnaise :

« Bons mots, vers élégants, conversations vives,
Un repas égayé par d’aimables convives,
Petits jeux du commerce et dont le chagrin fuit ;
Où sans risquer sa bourse on délasse l’esprit.
En un mot les attraits d’une vie opulente,
Qu’aux vœux de l’étranger sa richesse présente ;
Tous les plaisirs du goût, le charme des beaux-arts,
À mes yeux enchantés, brillaient de toutes parts ».

Il n’est pas douteux que pendant son séjour à Lyon, Jean- Rousseau subit l’influence de nombreux académiciens Lyonnais, tels Bory et l’abbé de Pernetti, l’auteur des « Lyonnais dignes de mémoire », et l’abbé du Mably, dont le parallèle des romains et des Français inspira des passages du discours sur les sciences et les arts.
Jean-Jacques dont on connait les facultés musicales, se liait également avec les musiciens Jacques David et Grenet.
N’a t-il pas tout pour être heureux puisque qu‘il devint amoureux d’une demoiselle Suzanne Serre, fille d’un marchand Lyonnais, idylle qui lui laissa des souvenirs chauds à son cœur ?

Jean-Jacques va devenir célèbre : le discours sur les sciences et les arts couronné par l’académie de Dijon en 1750 a un retentissement à travers toute la France.

Dix ans se sont écoulés depuis les années de préceptorat.
En 1754, nouveau séjour à Lyon. Il retrouve ses amis et s’en fait de nouveaux, Roguin, Pierre Boy de la Tour et sa femme, avec laquelle il correspondra, et leur fille Madeleine.
Puis se sont des années d’éloignement encore jusqu’ à juin 1768, ou il revient « couler sur les bords du Rhône des jours que l’amitié lui rendra bien doux ». Avec le fils du seigneur de Fleurieu, Marc-Antoine-Louis de la Tourette, secrétaire perpétuel de l’Académie de Lyon, il partage une passion pour la Botanique. On part ainsi en juillet pour une excursion dans la Grande-Chartreuse.
Au cours de son séjour de 1768, Rosset modela le portrait, paraît-il extraordinairement ressemblant de Rousseau de profil ; c’est le même qui avait exécuté l’année précédente le buste de Voltaire.
Le dernier séjour de Rousseau fut en avril 1770.
Le musicien Horace Coignet sera le commensal de Rousseau, dont le devin de village avait popularisé le nom. Rousseau avait écrit un « Pygmalion » dont Coignet composera la plus grande partie de la musique. « Pygmalion » fut joué à l’Hôtel de ville avec grand succès et repris devant de nombreux théâtres de sociétés.
Entre temps, Rousseau a pris quelques distances avec ses amis lyonnais. Certains ne s’en émurent pas. Seul Charles Bordes auquel Rousseau avait reconnu beaucoup de loyauté s’était en répondant à un discours de l’abbé Jacquet, un des fidèles de Rousseau, rangé parmi les ennemis du philosophe de Genève, contre lequel il écrivit « la lettre du docteur Pansophe », faussement attribuée à Voltaire.
« Rousseau, écrivait ce dernier, à Bordes le 23 mars 1765, a le cœur aussi faux que l’esprit et tout son mérite est celui des charlatans qui n’ont que du verbiage et de la hardiesse ».
Ce qui n’empêchera pas Rousseau de faire remettre deux louis par l’intermédiaire de l’Académie de Lyon D’Alembert pour l’érection d’une statue à Voltaire auquel il conserve toute son admiration. Les correspondances échangées à cette occasion sont assez émouvantes, elles nous montrent un Jean-Jacques toujours fidèle à son attachement pour le seigneur de Ferney, qui multipliait les injures. Quand on les relit aujourd’hui, où les deux grands hommes réunis au Panthéon en 1795 ne se disputent plus que le nombre de leurs admirateurs, on doit bien constater que Rousseau dans cette querelle fut le plus généreux.

Les amateurs d’histoire locale se souviendront de l’épitaphe écrite par Jean-Jacques sur le suicide des deux amants, dont les familles s’opposaient au mariage. Ils s’étaient donné la mort le 30 mai 1770 de façon assez spectaculaire, devant l’autel de la petite église d’Irigny.

« Ci-gisent deux amants, l’un pour l’autre ils vécurent
« L’un pour l’autre ils sont et les lois en murmurent.
« Le faible piété n’y connaît qu’un forfait,
« Le sentiment admire et la raisons se tait. »

La jeune fille avait pour père Pierre Lortet, le propriétaire de l’hôtel Notre -Dame-de-Pitié, rue Sirène, où Rousseau avait plusieurs fois logé.
Puis-je citer en terminant une lettre écrite par Jean-Jacques Rousseau à M. de la Tourette ?
Il est difficile de trouver plus bel hommage sur la vie à Lyon, après, comme nous l’avons vu, avoir célébré les charmes de ses quais.

« Je n’ai point trouvé de société mieux tempérée et qui me convient mieux que la vôtre ; point d’accueil plus selon mon cœur… S’il m’était donné de me choisir une vie égale et douce, je voudrais tous les jours de la mienne passer la matinée au travail, soit à ma copie, soit sur mon herbier, dîner avec vous Mélanie (un prénom bien lyonnais) nourrir ensuite une heure ou deux mon oreille et de celui de celui de sa harpe ; puis me promener tête à tête avec vous, le reste de la journée en herborisant et philosophant selon notre fantaisie. Lyon m’a laissé des regrets qui m’en rapprocheront quelques jours… »

Ainsi Jean-Jacques Rousseau avait gardé dans son cœur la nostalgie de notre ville, qui lui accorda avec bonne grâce des heures de repos et de bonheur. Lyon méritait une fois de plus sa réputation puisque Rousseau reconnaissait y avoir rencontré, comme l’écrivait Pierre Gros-Claude à la fin de son étude sur Jean-Jacques Rousseau à Lyon « les sympathies les plus vivaces et les plus tendres amitiés ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.