ARCHIVES/La charte sapaudine

AML : AA/1

La charte sapaudine a été octroyée par l’archevêque Pierre de Savoie le 21 juin 1320 (le nom de la charte vient de son nom de famille : Savoie peut se dire Sapaudia en latin).

La charte sapaudine confirme les libertés politiques de la commune de Lyon :
> élire des conseillers ou consuls pour s’administrer,
> conserver ses archives,
> lever des impôts (selon certaines modalités)
> organiser des gardes de nuit
> prendre les armes
> garder les clés et les portes de la ville…

Elle donne aussi un cadre aux relations (notamment judiciaires) entre les bourgeois et leur seigneur.

Ce document s’inscrit dans une sorte de règlement général des pouvoirs entre les différentes autorités présentes à Lyon : il se comprend bien si on garde à l’esprit que peu de temps auparavant, en avril 1320, un traité avait été conclu entre l’archevêque et le roi de France. D’un côté le roi affirmait sa souveraineté sur la ville de Lyon. De l’autre, l’archevêque devenait seul seigneur de la ville. C’est dans ce contexte que ce dernier octroie des privilèges aux bourgeois, qui depuis la fin des années 1260, revendiquaient une certaine autonomie d’organisation.

Ce texte conserve une très grande influence sur l’organisation et le sentiment d’appartenance à la ville jusqu’à la Révolution. On ne peut pas parler d’un système démocratique, car les consuls ou échevins sont élus par les maîtres des métiers. Mais contrairement à d’autres grandes cités, où la noblesse de robe est plus présente, à Lyon, la bourgeoisie marchande conserve la direction des affaires.

On ne connaît la charte sapaudine que par des copies, conservées pour l’une aux Archives municipales de Lyon, et pour l’autre aux Archives du département du Rhône et de la Métropole de Lyon. L’original s’est perdu à une date ancienne. La copie des Archives municipales de Lyon a été réalisée en 1336 sous la direction d’Etienne de Villeneuve, consul, dans un cartulaire, c’est-à-dire un recueil des privilèges de la commune de Lyon (cote AML : AA/1). Chaque copie est authentifiée par deux notaires pour plus de sûreté.

Paradoxalement, ce cartulaire montre qu’il est difficile d’organiser une gestion des archives à partir de rien : sur 86 pièces recopiées en 1336, 80 étaient au domicile des consuls élus pour cette année-là. Ainsi, l’original de la charte sapaudine était entre les mains de Bernard Hugon dit Barral. Le texte de la charte est en latin, mais les rubriques (c’est-à-dire les titres des actes, écrits en rouge) sont en français.

Comme le manuscrit du XIV e siècle pose parfois des problèmes de lecture, celui-ci a été édité dans Marie-Claude Guigue (ed.), Cartulaire municipal de la ville de Lyon. Privilèges, franchises, libertés et autres titres de la commune. Recueil constitué au XIV e siècle par Etienne de Villeneuve publié avec des documents originaux du XII e au XV e siècle , Lyon, Augustin Brun, 1876 [reprint, Genève, Megariotis, 1978, cote AML : 1C/6521].

Pour une traduction française : Claude François Ménestrier, Histoire civile ou consulaire de la ville de Lyon, Lyon, Jean-Baptiste et Nicolas de Ville, 1696, p. 466 et suivantes (cote AML : 1C/450077/RES).

Par Louis FAIVRE D’ARCIER, Directeur des Archives municipales de Lyon


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.