PERSONNAGE/Jospeh-Marie Jacquard

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 27/09/1981, de manière anonyme.

Portrait sur soie de Joseph-Marie Jacquard
Credit: Wellcome Library, London. Wellcome Images
http://wellcomeimages.org

Il est peu de Lyonnais dont le nom soit plus connu que le sien. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas se rafraîchir de temps en temps la mémoire sur l’homme et son œuvre.

Il naquit le 7 juillet 1752, dans le logement joint à l’atelier que son père, maître-ouvrier en soie, exploitait Grande-Rue de l’Hôpital, sur la paroisse Saint-Nizier. Maître-ouvrier en soie, tisseur, canut : autant de mots pour désigner le même métier. Des huit enfants du ménage, seuls survécurent le jeune Joseph-Marie et sa sœur aînée : proportion tout à fait courante à ce moment. Quand il eut douze ans, l’âge d’entrer en apprentissage, son père voulut le mettre au métier, pour « tirer les lacs ». Il s’agissait de tirer les ficelles qui portaient les fils de soie de couleurs différentes, de façon à composer, avec la navette de la trame, les dessins voulus. Les tireurs et tireuses de lacs étaient généralement de jeunes enfants que le travail épuisait vite, car aux lacs pendaient de lourds contrepoids.

Rebuté par ce qu’il voyait chez lui depuis toujours, l’enfant rechigna et obtint d’entrer chez un imprimeur, où il apprit la reliure. Puis il fit un peu tous les métiers : fondeur de lettres, manœuvre aux fours à chaux de Saint-Clair, blanchisseur de chapeaux de paille. Entre temps il s’était marié, et la famille vivotait à grand peine. La défense de la ville contre les troupes de la Convention, en 1793, lui procura un emploi rémunéré mais dangereux : après la chute de Lyon, avoir été soldat dans l’armée assiégée suffisait pour être envoyé à la guillotine. Jacquard put se cacher, puis s’engager dans l’armée régulière, ou il resta plusieurs années.

Quand il rentra à Lyon, la ville commençait de restaurer son industrie dévastée par la crise révolutionnaire, et l’on cherchait tous les moyens d’augmenter la production. Les encouragements ne manquèrent donc pas à Jacquard qui connaissait depuis longtemps les inconvénients du métier à tisser et exerçait son ingéniosité mécanique à tenter de les réduire. Un brevet pris le 23 décembre 1800, pour un nouveau mécanisme, n’obtint pas de résultat important, mais contribua à le faire connaître, si bien que le Ministre de l’intérieur le fit venir à Paris pour inventer une machine destinée à fabriquer les filets de pêche. C’est là, au conservatoire des Arts et Métiers où il était logé, qu’il retrouva, couvert de poussière et d’oubli, le métier fabriqué jadis par Vaucanson.

Il en fit une copie qu’il rapporta à Lyon, en 1804, et qui souleva un vif intérêt. Encouragé, Jacquard travailla encore et imagina enfin le mécanisme qui allait transformer l’art du tissage et rendre son nom illustre. L’auteur de ces lignes est incompétent pour le décrire. Sachons seulement qu’il parvenait à faire tisser du façonné par un seul ouvrier, en supprimant les cordages qui soulevaient la chaîne : un carton, perforé selon le dessin à obtenir, et entraîné par un charriot, venait s’appliquer contre la planche portant les aiguilles, qui faisaient passer les fils dans les trous préparés. Le chariot venait de l’invention de Vaucanson en 1745, le carton perforé, de celle de Falcon en 1734. Jacquard, par un trait de génie, avait réussi à appliquer l’une à l’autre, en les modifiant comme il le fallait

Les succès furent d’abord lents. Non pour les raisons romanesques souvent invoquées : jamais le métier de Jacquard ne fût brulé sur la place publique, jamais les ouvriers ameutés ne menacèrent de le jeter dans le Rhône. Plus prosaïquement, le chariot avait du jeu dans son mouvement, et faisait un vacarme prohibitif. Mais au bout d’une dizaine d’années, le mécanicien Jean Bretton, de Privas, trouva le moyen de supprimer ces inconvénients et, dès lors, le métier fut rapidement adopté par la fabrique.

De son invention, Jacquard ne retira pas la fortune, mais une pension le mit, lui et sa femme, à l’abri du besoin. Il se retira à Oullins, respecté de tous (il avait reçu la Légion d’Honneur en 1819), et y mourut paisiblement le 7 avril 1834 ; c’est là qu’il fût enterré. Plus tard (en 1861), la Chambre de Commerce, fit construire sur sa tombe un monument dû à l’architecte Clair Tisseur et au sculpteur Guillaume Bonnet.

Dès 1840, une statue en bronze, par Foyatier, fut érigée place Sathonay. Transférée place de la Croix-Rousse en 1901, elle fut fondue sous l’occupation allemande en 1944. Une nouvelle statue, en pierre cette fois, œuvre d’Elie Ottavy, remplaça la première en mars 1947. Il est donc faux que la mémoire de Jacquard, comme on le répète volontiers, ait été méprisée et méconnue par sa ville.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.