TRANSPORTS/ Les « Buffalos » de Lyon

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 12/07/1981 de manière anonyme.

Si Buffalo Bill revenait de nos jours, il aurait sans doute un succès d’estime, resterait deux jours au palais des Sports et Jacques Dorlan lui consacrerait probablement un « midi-club ».

Il en allait tout autrement en 1889. Le colonel Cody dit « Buffalo Bill » passa dix jours à Lyon, ou plutôt à Villeurbanne où il avait investi le parc Bonneterre pour loger son immense armada. Il était auréolé de la gloire d’une épopée du Far-West encore toute fraîche, aventure fascinante pour la jeunesse de ce XIXe siècle finissant. Buffalo Bill avait le sens inné de la publicité et son arrivée fut annoncée tapageusement.

Affiche publicitaire pour le spectacle de Buffalo Bill dans la revue « Le Passe temps » – Bibliothèque municipale de Lyon

L’évènement fut ressenti par les Lyonnais comme un honneur exceptionnel et l’engouement pour ce spectacle fut tel qu’à certaines représentations on dut refuser plus de 2000 personnes, alors que 5000 prenaient places sur les gradins.

Le parc Bonneterre, proche de l’actuelle avenue Blanqui était desservi par les tramways à chevaux de la ligne n°3 et la compagnie O.T.L. avait bien prévu un service renforcé. Mais à l’époque, le tramway était le seul moyen de transport et, pour amener plus de 5000 personnes en moins d’une heure, il ne fallait pas moins de 100 convois.
Débordée par l’affluence, la compagnie O.T.L. décida de renforcer le service habituel par de nouveaux petits tramways légers, dont l’intérêt était de ne nécessiter qu’un seul cheval au lieu de deux. Ces véhicules de 26 places avaient été construits peu de temps auparavant mais n’étaient pas encore entrés en service. Ils furent utilisés pour la première fois le 17 novembre 1889 entre les Cordeliers et le parc Bonneterre. Dans l’esprit du public, habitué aux lourds tramways à deux chevaux, ce matériel devint « les tramways de Buffalo-Bill », vite convertis en « les Buffalos ». On pense qu’il devait y avoir environ 20 véhicules.

Une fois que le colonel Cody eut terminé ses représentations lyonnaises, ces voitures furent mises en service sur la ligne n°8. Mais sept ans après, dès 1896, les chevaux cédèrent la place à l’électrification. En 1900 les « Buffalos » furent dépossédés de leur harnais et devinrent de simples remorques légères attelées aux motrices électriques en cas d’affluence.

Tramway électrique avec remorques « Buffalo » vers 1900 – 38ph1_142 (Archives municipales de Lyon)

Or, non seulement le surnom de « Buffalo » leur resta, mais il s’entendit même jusqu’à désigner toutes les remorques des tramways électriques. En 1924, les voitures originales de 1889 furent entièrement reconstruites et modernisées et s’appelèrent de façon austère « les remorques O.T.L. – V.N. ». Elles ne terminèrent leur service qu’en 1955 sur les lignes n°3 et 7 et furent démolies sans plus de respect au dépôt d’Alsace.

Avec la disparition des tramways, les lyonnais commencent à oublier ce que furent les « Buffalos ». Et ils ignorent tout à fait que, pendant 66 ans, les receveurs de remorques portèrent fièrement, à Lyon, le sobriquet de « Buffalos », qui leurs donnait un peu l’air de cow-boys égarés.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Perenet dit :

    Très intéressant, je mets un lien sur mon site, pour y revenir
    et en faire profiter ceux que ça intéresse.

  2. banssillon dit :

    merci de nous rappeler ces buffalos que j’ai connus

Répondre à Perenet Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.