PATRIMOINE/La place Bellecour

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 02/07/1978, de manière anonyme.

Une histoire complète de la place Bellecour dépasserait les limites de cette notice. Bornons-nous à indiquer ici les étapes essentielles de sa formation.

Au Moyen Age, Bellecour n’était que prairies et marécages, souvent envahis par des débordements des deux fleuves. Le tènement appartint aux moines d’Ainay, puis à Jean de Varey, seigneur de Chatillon-d’Azergues qui le vendit en 1369 à Jean Le Viste. Il fut érigé en fief par l’Archevêque, le 25 octobre 1561 ; il appartenait alors à la famille Robertet qui le céda à Claude Mutin en 1576.

Plan scénographique de Lyon vers 1550 (détail) – 2s911 (reproduction du 19e) Archives municipales de Lyon

Le projet de créer là une grande place est certainement ancien mais c’est le baron des Adrets qui, prétendant agir au nom du roi, s’empara de Bellecour pour en faire une place d’armes, en 1562.

Henri IV, ayant pu juger par lui-même que Bellecour était nécessaire à l’ornement de la ville, à la commodité de ses habitants aussi bien qu’au service de l’Etat, ordonna au Consulat d’en faire l’acquisition.

Des procédures embrouillées et longues aboutirent, après environ un demi-siècle, à deux actes importants, qui constituent encore aujourd’hui le « statut » de Bellecour : l’ordonnance royale du 28 décembre 1658, et le contrat passé le 30 novembre 1661 entre le Consulat et le sieur Perrachon de Saint Maurice.

L’ordonnance confirme :

« aux prévôts des marchands et échevins de la ville de Lyon la propriété, possession et jouissance de ladite place, fief et tènement de Bellecour…Ainsi nous voulons que ladite place, fief et tènement de Bellecour, soient incommutablement et pour toujours destinés aux usages publics et commodité de la ville, sans que l’on puisse y bâtir ni maison ni autres édifices pour le public ou les particuliers, ni même pour quelque usage que ce puisse être ».

Le contrat du 30 novembre 1661, qui concédait les droits de construction autour de la place, confirmait le caractère intangible de celle-ci.

Les contestations ne furent pas supprimées pour autant, puisqu’il fallut deux traités passés le 12 aout 1829 et le 25 avril 1855, avec des propriétaires riverains, pour confirmer à nouveau le statut de la place.

L’aménagement de la place commença en 1609 : trois cents tilleuls furent plantés (les derniers devaient disparaître en 1849, remplacés par des marronniers) et, en 1650, apparurent des allées diagonales se croisant au centre.

C’est le XVIIIe siècle qui donna à Bellecour sa physionomie.
L’idée d’ériger une statue royale remonte à 1627, elle ne fut réalisée que bien plus tard : traité avec le sculpteur parisien Martin Desjardins, le 28 mai 1688, exécution en bronze par Roger Scabol, en 1693, transport à Lyon et inauguration le 27 décembre 1713. Puis, les statues du Rhône et de la Saône, par Coustou, ornèrent le socle ; des immeubles aux façades monumentales, élevées par Robert de Cotte, encadrèrent la place (1713-1726), que décorèrent des jardins et des fontaines ; les travaux furent achevés en 1738.

La place Bellecour avant 1789
118ph13_4 – Archives municipales de Lyon

En 1789, Lyon possédait, avec Bellecour, une des places les plus belles et les plus vastes d’Europe.

Les destructions révolutionnaires en firent une ruine. En 1792, la statue royale fut renversée et brisée. Après le siège de Lyon, les façades furent détruites. On les releva bientôt (Bonaparte posa une première pierre le 29 juin 1800) et, le 6 novembre 1825, une nouvelle statue de Louis XIV, par Lemot, fut inaugurée.

Depuis le « statut » de la place a subi quelques atteintes : construction, en 1857, de deux pavillons servant de postes de garde et de café (aujourd’hui Syndicat d’initiative et Maison de Lyon) ; les bassins et fontaines sous les marronniers furent construits en même temps. Un kiosque à musique, réclamé dès 1866, fût installé en 1870 (on l’a démoli le 26 mai 1872) ; un kiosque pour le service des tramways, autorisé en 1909 fût construit en 1913 (démoli en 1957). Enfin atteinte beaucoup plus importante, un parking souterrain fût inauguré le 27 novembre 1967, modifiant l’aspect de la place, que le métro (28 avril 1978), au contraire, a peu touché.

La place Bellecour en 1965
4fi12144 – Archives municipales de Lyon


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.