PERSONNAGE/Léo Trouilhet (1881-1969)

Il y a 50 ans disparaissait l’une des figures les plus marquantes du monde industriel lyonnais : LEO TROUILHET, le président fondateur de la firme CALOR.

Le 3 décembre 1969, à 88 ans, celui qui a révolutionné, au 20e siècle, les Arts ménagers, s’éteint paisiblement, dans le petit village de son enfance, Moularès, à quelques encablures d’Albi.

Cette région du Tarn est le berceau de sa famille, et, sa vie durant, le lieu de sa villégiature d’été, le lieu du ressourcement pour l’industriel à la vie trépidante, le lieu d’une douce retraite, le lieu favori pour assouvir une passion prégnante : la peinture de chevalet….

Une jeunesse dynamique

Né le 23 avril 1881, à Rodez, Léo Trouilhet passa toute sa petite enfance et adolescence à Moularès, élevé, ainsi que son frère, par la bienveillante tante Lucie  qui a pris en charge les deux enfants pour pallier l’absence fréquente de leurs parents très occupés par un négoce prenant.
Les études des « petits Trouilhet » sont menées tambour battant : Léo rejoint, à 16 ans, l’Ecole des Arts et Métiers d’Aix en Provence, puis, poursuit à Paris, à Supelec, un  cursus déjà imposant. Son frère fera médecine.
Léo Trouilhet, doté d’un instinct divinatoire, avait senti que la fée électricité allait jouer un rôle déterminant dans le siècle qui s’annonçait, d’où le choix de ses études.

1900 : Léo Trouilhet a 19 ans, doublement diplômé,  il entre de plain pied dans la vie active avec de précieux viatiques en poche !

Une annonce l’attire à Lyon : la Société Visseaux, est déjà le spécialiste français dans la fabrication des manchons à gaz. Mais elle vient de se diversifier en fabriquant les premières ampoules électriques, elle accueille donc le jeune ingénieur avec intérêt. Il s’installe à Lyon, ville qu’il ne quittera plus.

En 1913, deux ingénieurs Messieurs Deveau et Bagneux, décident de mettre sur le marché un fer électrique de conception américaine. Le démarrage est difficile. Sur ces entrefaites, la guerre de 14/18 est déclarée ce qui brise les espoirs des deux précurseurs.
En 1917,  après 3 ans sous les drapeaux, et avoir participé à l’expédition des Dardanelles, Léo Trouilhet, malade des fièvres, est démobilisé et réformé.
Il fait alors la connaissance des deux ingénieurs précurseurs, quitte Visseaux, et fonde avec eux la société CALOR.
Il a pour titre : Administrateur, Co-directeur, et Associé.
Avec ses deux partenaires, il  relance et améliore le fer prototype de 1913. L’aventure peut débuter !

Chef d’entreprise a 36 ans

 

Léo Throuilet et ses ingénieurs – Collection personnelle de l’auteur

En 1917, l’entreprise débute au pire moment de la grande guerre, l’année la plus terrible, parmi les années terribles !
Néanmoins, la petite équipe installée rue Centrale, ne se décourage pas.
Rapidement la production s’étoffe : quelques centaines de fers sont vendues.
Léo Trouilhet, observateur avisé de son époque, voit cette dernière évoluer d’une façon irréversible. Il se penche sur les conditions de vie des familles dans leurs tâches quotidiennes et particulièrement celles des femmes qui assument tous les rôles, à la maison, comme  au sein du conflit : elles remplacent massivement les hommes enrôlés sur le front.
Au lendemain du drame, Trouilhet constate une véritable mutation sociale : la force des progrès scientifiques, qui galope en ce début de siècle, malgré le conflit mondial, pousse à des réalisations audacieuses pour créer un avenir mécanique où la facilité apportée par des objets pallierait la disparition des domestiques si nombreux avant guerre : (bonnes à tout faire, palefreniers, cuisinières, valets, cochers….), lesquels, après le conflit, ont pratiquement  disparu, emporté par le carnage de la guerre dont ils formaient, avec les terriens et les ouvriers, le gros des troupes.
Les objets fabriqués par Calor, à partir de 1918, vont  se substituer au manque de bras !

Calor, une organisation sans faille !

Toute réussite humaine repose sur des 2 bases strictes : la première est la personnalité du dirigeant, qui rejaillit sur l’ensemble de cette structure sociale qu’est l’entreprise ; la seconde base, c’est l’organisation sans faille de ce lieu de production sans lequel rien n’est possible.

Léo Trouilhet, homme de grande rigueur, a su bâtir une solide organisation fondée sur un management dynamique, rationnel, et doté d’un souci constant humaniste : le bien être de ceux qui font l’entreprise : ses collaborateurs !

« Je ne suis rien sans vous, je ne suis qu’un chef d’équipe qui tire tout le monde vers le haut… » Répétait-il souvent. ‘L’entreprise n’est rien sans ses employés… »

Bien avant les lois sociales de 1936, le patron de Calor avait songé à verser des  primes pour les mariages, des allocations maladie, des allocations pour les retraites… Un management social, dépourvu de paternalisme, dans le droit fil de ces patrons humanistes de la fin du XIX°s les Chauchard, Boussicot ou autre Godin.

A cela s’ajoutent, la célébration des Fêtes du Travail, le 1° mai, les congrès, les anniversaires qui rassemblent toute la société Calor pour des bilans ponctuels, la présentation des nouveaux modèles. C’est  surtout un moment de fraternité entre tous les personnels de Calor confondus. Un journal d’entreprise avec photos et reportages, achève de souder la famille Calor.
De la même façon, les traditionnels arbres de Noël sont un moment attendu par les petits comme pour les grands !

Léo Throuilhet à l’arbre de Noël de l’entreprise Calor – Collection personnelle de l’auteur

Quant à  l’innovation technique par la recherche, elle est  constante chez Calor. Léo Trouilhet et ses ingénieurs rivalisent d’astuce pour créer des objets multiples qui ont tous pour but de « rendre les gens heureux, en simplifiant les tâches quotidiennes… ».

Produire est bien, mais vendre est vital pour continuer la recherche, investir, faire de la publicité, payer charges et salaires.

Une force de vente en avance sur son temps

Léo Trouilhet était inventif dans tous les domaines : de la conception technique de nouveaux appareils aux méthodes de vente s’inspirant du modèle américain.

La politique de vente était agressive : Calor fait feu de tout bois et ne néglige aucune enseigne. Il vend aussi bien chez les quincaillers, encore nombreux au XX° siècle, que chez les électriciens, les marchands de radio et de télévision, dans les grands magasins, chez les spécialistes de l’électroménager, et bien entendu, chez les grossistes, dans les foires ( Foire de Lyon, de Paris…), et dans les salons qu’ils soient en France ou à l’étranger (Allemagne, Egypte…).

Méthodes de vente révolutionnaire

Calor est l’une des premières entreprises à mettre en place un système de vente sur catalogue par correspondance. Vente également à domicile avec le matériel laissé sur place mise en route par un démonstrateur : un porte à porte fructueux, novateur et souvent gagnant.

Mieux encore, après 1945,  Calor organise des démonstrations de groupe où sont conviées, sur invitation, des utilisatrices déjà équipées Calor, des professeurs d’écoles ménagères…
C’est une préfiguration de ce qui deviendra, plus tard, les fameuses réunions «  Tupperware ».
Ces séances festives, avec collations, sont animées chez les revendeurs tous acquis à la marque,  par de jeunes hôtesses qui démontrent les produits Calor, leur efficacité, leur pertinence, leur performance. En même temps, elles questionnent les participantes, notent leurs réflexions, élaborent un compte rendu pour la direction des ventes : c’est ce qu’on appelle «  une enquête d’opinion », « une étude de marché sur le tas ».
Cette politique a un nom :  « la stratégie de la séduction ».

La petite Suzy : La mascotte de Calor

 

Publicité – Collection personnelle de l’auteur

Au début du XX°s, on se méfiait de la publicité.
On pensait que si produit est de bonne qualité, point n’est besoin de publicité !
Léo Trouilhet pense le contraire, et une fois de plus, il se veut visionnaire :

«  Comment peut-on penser qu’on vous achètera un produit si vous ne le faites d’abord connaître ? »

et de se lancer dans des campagnes d’affichage qui ont marqué l’histoire de la publicité.
Il engage, à partir de 1922, Georges Favre, le créateur de «  la petite Suzy », véritable mascotte de la maison Calor pendant des décennies, déclinée non seulement sur de grandes affiches, mais aussi sur tous les catalogues de vente, les bons de commande, les notices techniques etc
La petite Suzy symbolise la jeune soubrette délurée, femme-enfant au comportement ingénu, avec son grand nœud dans les cheveux. Elle repasse, aspire, cuisine avec aisance. Elle symbolise la paix retrouvée, l’air nouveau qui souffle après la violente déchirure de 14/18.
Femme moderne au foyer, elle est le modèle de la maîtresse de maison libérée des contraintes domestiques grâce à l’évolution technique.
«  Moins de travail, plus de loisirs » tel est le message lancé par celle que Léo Trouilhet appelait parfois « Mademoiselle Calor» ou « Suzy Calor »

C’est par le biais d’une publicité de tous les jours, et la grande qualité de ses produits, que Calor a amplifié ses ventes, que la marque a traversé les océans et est devenue la meilleure référence française dans la domaine du petit électroménager.

Un grand patron aux champs

L’homme public : Léo Trouilhet était reconnu par tous comme étant un être à la forte personnalité celle qui impressionne de prime abord ceux qui le rencontraient ; une stature imposante, la voix chantante du midi, des lunettes bien rondes comme celles de Marcel Achard, la concentration du scientifique : celui qui réfléchit, imagine, prévoit, le chef d’entreprise responsable et respecté car on le savait humain et généreux, dans le droit fil de ces entrepreneurs de la fin du XIX° siècle dont nous avons parlé qui mettaient l’Homme au centre de leurs préoccupations, des patrons humanistes, éloignés du paternalisme, proches des saint- simoniens.

Léo Trouilhet avait un respect profond pour tous ses collaborateurs, du plus petit au plus élevé dans la hiérarchie.

Pour se délasser des soucis importants occasionnés par la direction de son empire, Léo Trouilhet trouvait dans sa propriété de Moularès des ressources infinies.
Fin dessinateur, et photographe avisé, il avait rencontré, à Lyon, le grand artiste qu’était Jean Dulac, 1° Prix de sculpture de Paris, président de la Société lyonnaise des Beaux-arts pendant plusieurs décennies. Leur amitié fut totale pendant le reste de leur vie.

A  Moularès, Léo Trouilhet a créé l’Académie de peinture de Moularès où, l’été étaient invités, en résidence, les amis peintres lyonnais : Dulac, père et fils,  Couty…
Tous s’égaillaient dans la nature pour peindre « sur le motif » la nature enchanteresse du Ségala.
Le président de Calor laisse ainsi une œuvre considérable complétée par des toiles exécutées lors  de voyages en Afrique du nord, avec Dulac, à la recherche des paysages grandioses et sublimes aux portes du Sahara, ou dans les ruelles étroites de Rabat ou de Marrakech.

Moularès, le lieu de son enfance, était au cœur de ses pensées.
Il a souvent proposé  des améliorations pratiques pour moderniser le village, il aimait fêter les succès des bacheliers, aider les jeunes mariés, accompagner les départs à la retraite par un cadeau Calor. Il était toujours là pour aider ses concitoyens, et ce, sans paternalisme, mais par pure amitié, d’autant que Léo Trouilhet ne manifesta jamais aucune ambition municipale.

Il était, de ce fait, très respecté par les habitants de son village qui l’abordaient toujours en lui disant : « Monsieur Trouilhet ».

La retraite

Il quitte la direction de son entreprise en 1958 après 40 ans de présence au sein d’une firme qu’il a su développer jour après jour avec une forte détermination du côté de l’Excellence.
Calor est alors le N°1 de l’électroménager. Les couleurs de la France flottent sur tous les continents. Calor est une marque emblématique, respectée et enviée. Cela vaut à son fondateur d’être élevé au grade d’Officier de la Légion d’honneur le 3 septembre 1958.

C’est son neveu Maurice Trouilhet, ingénieur comme lui, qui prend les reines de la firme et qui la conduira, pendant 13 ans de 1959 à 1972.
Après quoi, Calor se rapproche du Groupe SEB, célèbre constructeur d’appareils ménagers dont le siège social est à Ecully et qui est lui aussi connu dans le monde entier. Le mariage a lieu en 1972. Maurice Trouilhet resta directeur de Calor au sein de SEB jusqu’à sa mort en 1977.
Aujourd’hui, la marque Calor est toujours bien vivante aux côtés de Rowenta, Moulinex, Téfal, Krups…

Les adieux

Le 3 décembre 1969, Léo Trouilhet s’éteint doucement dans sa maison de Moularès après une belle retraite de 11 ans au cours de laquelle il a beaucoup lu, écrit, voyagé, reçu de nombreux amis et exécuté de nombreuses toiles.

De grandioses funérailles eurent lieu en son village pour entourer la famille du défunt.
Deux avions venus de Lyon se sont posés à Toulouse-Blagnac transportant quelque 150 personnes de l’entreprise.

Léo Trouilhet, par son génie créateur, peut s’enorgueillir d’avoir porté très haut l’invention technique française et faire connaître Lyon aux antipodes.
Dans le tableau d’honneur des industriels de notre région, Léo Trouilhet a toute sa place aux côtés des Lumière, Boiron, Berliet, Visseaux, Mangini, Voisin, Mérieux, Teppaz, Bullukian,   L’Homme & Clocher et autres Rhône-Poulenc…..
Toute cette déclinaison d’entreprises lyonnaises montre à l’envie que ces fleurons de l’économie française couronnent une région qui a su dynamiter son génie créatif et donner une prospérité durable à cette région du sud de notre pays, en créant de forts gisements d’emplois. Terre ingénieuse, hardie, entreprenante, qui, au XXI° siècle commençant poursuit cette voie ouverte dès le milieu du XIX siècle.

Par Michel LOUDE
Auteur de Léo Trouilhet et Calor, l’éthique et le progrès aux Editions Jacques André, Lyon, 2019 – Prix des canuts 2020

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. GAUDET dit :

    Très bonne ouverture sur cette aventure humaine.Toujours intéressé par ces hommes visionnaires de fin XIX début XXè.Ai retenu le passage sur Visseaux,faisant des recherches sur le patrimoine industriel de Vaise.Recc=herche à cette occasion,ttes informations ou documents.

Répondre à GAUDET Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.