PATRIMOINE/Les anciennes préfectures lyonnaises

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 26/02/1978, de manière anonyme.

Les préfets furent institués par la loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800).

Celui du Rhône n’eut pas de peine à s’installer. La ville ayant perdu sa mairie en 1793, à la suite du siège soutenu contre la convention, la préfecture put loger à l’hôtel de ville. Toutefois, 15 ventôse an  XIII (6 mars 1805), Lyon retrouve sa mairie. Les inconvénients d’une cohabitation apparurent vite et, malgré son peu d’empressement à quitter l’hôtel de ville, le préfet dut chercher d’autres locaux. En 1810, on voit le conseil général émettre le vœu que le préfet puisse s’établir dans des bâtiments indépendants, avec ses services et les archives départementales.

La succession de ces installations jusqu’en 1829 est encore très mal connue.
On retrouve les Archives départementales au 10, rue Sala, chez les dames de la Providence, en 1817, et plusieurs préfets résidèrent, au moins jusqu’en 1819, rue Boissac, à l’hôtel de Varissan qui devait, par la suite, abriter le gouverneur militaire.

Finalement, après bien des projets, le choix se fixe sur l’ancien claustral des Jacobins (ou Dominicains) bien national vacant depuis le séquestre de 1792. L’ordonnance du 18 mai 1822 approuva les plans, et les bâtiments furent entièrement transformés, sous la direction d’Antoine Chenavard. Les travaux furent achevés en 1826, mais ce n’est qu’en 1829 que l’administration préfectorale fut entièrement transférée dans ses nouveaux locaux.

Place de la Préfecture (actuellement place des Jacobins) : vue au niveau du sol en direction du sud : Hôtel de la Préfecture (ancien couvent des Jacobins, aménagé en 1821-1826 par A.M. Chenavard ; désaffecté en 1855, démoli en 1862-1863) / cliché Louis Froissart _ 3ph594 – Archives municipales de Lyon

La suppression de la mairie de Lyon, par le décret du 24 mars 1852, et la réunion sous les ordres du préfet des deux administrations départementale et communale vint remettre en cause cette installation. Le préfet Vaïsse transféra ses services à l’hôtel de ville, vraisemblablement en 1855, et fut suivi du conseil général en 1858.
Les bâtiments de la place des Jacobins furent démolis en 1863, au cours de l’opération de remodelage du quartier qui fit ouvrir les rues des Archers et Gasparin.

Rétablie en 1871, supprimée une fois de plus en 1873, la mairie de Lyon reprit vie définitivement en 1881.
Les incommodités de la cohabitation se firent à nouveau sentir. Après avoir bien cherché (on songea un moment à tirer parti de l’Hôtel de l’Europe) on décida finalement d’acheter aux hospices Civils la masse de terrain où fut édifiée la préfecture actuelle, sur les plans d’Antonin-Georges Louvier.
Adjugés en 1883, les travaux furent achevés en 1890. L’année suivante, le transfert de l’administration départementale était complètement réalisé.

Préfecture du Rhône, rue Corneille vers 1930 – 1ph1013 – Archives municipales de Lyon

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.