DÉCOUVERTE/Le développement des études chinoises : à la lumière de l’inscription bilingue du fort Saint Irénée (2/2)

(Suite de l’article “Le développement des études chinoises : une conquête séculaire 1/2“)

En 1921, sous le mandat d’Edouard Herriot et du gouverneur le général François Marjoulet (1859 -1935), une inscription sino- française signe la reconversion du fort militaire saint Irénée en espace universitaire. L’opus lapidaire, au fronton du porche encore muni de sa grille semi circulaire, a été rehaussé d’or lors du centenaire de la première guerre mondiale qui a vu s’éteindre de grands pionniers de la sinologie française1. Au XXIe siècle, ce nouvel orient provincial demeure la référence sémantique d’une incessante Grande Etude entre deux vieilles civilisations. Pour saisir la pertinence de ce palimpseste, emmenons le promeneur exigeant, curieux du monde et de son temps, pour une analyse progressive de la scénographie initiée par deux jeunes universités nées à la fin du XIXe siècle, l’université lyonnaise et l’université impériale pékinoise2 pour des interprétations du Lugdunum antique, de l’Universitas médiévale et de l’Institutum à l’emploi plus tardif3.    

« La France ne pouvait être défaillante à l’heure où la Chine toute occupée à se moderniser réclame des guides intellectuels et des conseillers techniques » A. Monestier : La mission en Chine de Painlevé, collection de la « politique de Pekin », Pekin, 1921   

« pour le bien commun, suivre la voie de la Grande Etude pour se renouveler sans cesse jusqu’à la perfection », Confucius : La Grande Etude, I, 1

UNE SCÉNOGRAPHIE MINIMALISTE 

L’inscription bilingue a été conçue sur trois espaces architecturaux du fort, d’inégale amplitude : le garde-corps du balcon de l’ancien pavillon d’honneur, un cube en saillie et la voussure du porche. Le garde-corps affichant horizontalement les 16 lettres majuscules d’UNIVERSITÉ DE LYON surplombe l’arc clavé parcouru des 21 lettres gravées d’INSTITUT FRANCO CHINOIS. Entre cette hiérarchisation institutionnelle s’insèrent, sur deux niveaux, deux aires dénuées de toutes lettres latines mais emplies de six groupes de traits multidirectionnels dits sinogrammes. Pour clarifier la lecture, mettons des lettres sur les traits selon le système officiel de romanisation instauré par la République populaire de Chine en 1958. Cet alphabet syllabique phonétique4 met en jeu 400 syllabes chinoises accentuées selon quatre signes diacritiques ˉ, ´, ˇ, `.                        

La première aire sinisée, la face en saillie du cube, encercle deux groupes de traits ramassés, s’énonçant de haut en bas, affecté du 3ème ton et affecté du 4è ton. veut, en sept traits, traduire phonétiquement la première syllabe de LYON ; veut, en trois traits, traduire, par un autre procédé, le substantif UNIVERSITÉ. Ainsi, la verticalité de ses deux sinogrammes interprète spécifiquement l’horizontalité des trois groupes de lettres latines UNIVERSITÉ DE LYON en éludant volontairement la seconde syllabe de Lyon et la préposition « de ». La deuxième aire sinisée se déploie de part et d’autre de cette verticalité monosyllabique suivant la voussure du porche. Quatre claveaux reçoivent quatre autres groupes de traits, de style différent, énoncés de droite à gauche, en quatre syllabes affectées respectivement des Ier, 3è, 4è et 2è ton, zhōng fă dà xué, selon l’alphabet syllabique phonétique de 1958.

En partant de la droite, zhōng, en quatre traits, veut traduire l’adjectif « chinois » ; , en huit traits, veut traduire l’adjectif « français » ; , pourtant identique à celui gravé sur le cube, se traduit ici par l’adjectif « grand » puis xué, en seize traits, veut traduire le substantif « étude ». Ces quatre « sinogrammes-mots », zhōng fă dà xué, interprètent l’ample courbure dessinée en dessous par les trois groupes de lettres latines INSTITUT FRANCO-CHINOIS

L’échafaudage linguistique sur l’architecture militaire de la première moitié du XIXe siècle vient nourrir une efficience rhétorique du dessein universitaire. Le croisement de lignes enserre en filigrane, à l’orée de la Société des nations, un maillage civilisationnel et diplomatique nourri par une polysémie grammaticale dénuée de désinence, signature de la langue dite non flexionnelle des deux aires sinisées. 

La verticalité des deux sinogrammes et, d’inspiration sigillaire, gravés respectivement pour LYON et UNIVERSITÉ, veut surligner dans le carré puis le cercle trois particularités de l’Antiquité chinoise : le sceau des premiers souverains détenteurs d’un mandat du ciel, les colonnes des premiers textes rédigés de haut en bas et la représentation carrée de la terre tôt véhiculée par le sinogramme circonscrit à cet espace quel que soit son nombre de traits. Le tracé différent du quadrinôme zhōng fă dà xué dit régulier marque l’uniformisation en 221 avant notre ère de l’écriture des différents royaumes combattants par le premier empereur ennemi des préceptes du premier pédagogue reconnu, Kŏngzĭ (551- 479), le Confucius des jésuites, dont celui de la Grande Etude, dà xué, mise en page sous ce titre par ses disciples. Ce dà xué, rescapé de l’autodafé impériale de l’an 213 av. J.C., structure l’opus bilingue conçu à l’aune d’un Extrême-Orient fracturé entre une Russie devenue bolcheviste et un Japon impérial irrigué par « Le chinois, langue universelle comme l’a été le latin en Europe …et toujours la langue de l’Extrême Orient «5.  

En 1921, en France, dà xué résonne dans la petite diaspora issue des premières associations franco- chinoises d’obédience anarchiste enracinées à Paris dès 19036 puis étoffée suite au refus de rapatriement de certains citoyens chinois recrutés lors de la Grande guerre pour le front français7. En Chine où émerge un parti communiste, l’antique dà xué fédère le peuple à l’heure de la récupération de la province natale de Confucius, le Shāndōng maritime, restée aux mains du Japon par le Traité de Versailles, déclencheur du mouvement patriotique contestataire du 4 mai 1919 aussi porteur d’un discours de modernité8.    

UNE GRANDE ETUDE 

Dans la littérature chinoise, la traduction des néologismes prend racine dans un prodigieux vivier sémantique où l’on puise à l’infini, sans jamais créer de nouveaux sinogrammes, une interprétation. L’Empire mandchou sinisé, empiété de concessions internationales, est fortement engagé dans un mouvement de traduction des mots français, à partir de ce vivier, depuis le premier traité franco-chinois de 1842. 

En 1921, deux ouvrages servent toujours de référence : le dictionnaire étymologique du linguiste philologue Xǔ Shèn (58-147) dont le titre shuō wén jiě zì exprime l’Origine des caractères indécomposables et Explication des sinogrammes composés et le dictionnaire officiel du deuxième empereur mandchou Kāngxī (1654 – 1722), publié en 1716, recensant plus de 50 000 groupes de traits (de 1 à 36) classés sous une liste numérotée de 214 unités sémantiques fondamentales (de 1 à 13 traits)9

Les processus de translation retenus pour LYON et UNIVERSITE valorisent les unités sémantiques fondamentales. La traduction de la première syllabe de Lyon est non seulement phonétique mais aussi significative. Elle est puisée parmi 72 syllabes «li» envisageables du Kāngxī, dont l’unité sémantique n°166, , véhiculant l’idée d’une communauté, d’un village. Pour la notion d’UNIVERSITE, le seul processus retenu, le transfert de sens selon Xǔ Shèn, est puisé dans l’unité sémantique n° 37, signifiant la grandeur, dont le tracé originel représente un homme adulte de face, les bras tendus. A ces deux clés de lecture s’ajoutent celles de zhōng, fă et xué, trois sinogrammes composés du Kāngxī recensés sous trois unités sémantiques différentes dites clés.             

zhōng, sous la clé n° 2 de la ligne verticale, désigne le centre, la terre chinoise, et figure parmi les sept sinogrammes choisis pour la dénomination complète de « Première République de Chine » née en février 191210.  

, sous la clé n° 85 de l’eau (trois obliques à gauche), traduit phonétiquement la première syllabe de FRANCE, réduite à « fa » car inexistante dans le système syllabique chinois. Il a été sélectionné parmi 10 « fa » envisageables du Kāngxī car il irrigue le sens de « loi ».  

xué, sous la clé n°39 de l’enfant, traduit le fait d’étudier. Associé à l’unité sémantique , il interprète l’étude de la grandeur. Ainsi, « dà xué », grande étude, englobe les notions d’universitas médiévale et d’institutum.   

En Chine, ce binôme dà xué est déjà gravé, avant même la suppression des concours mandarinaux en 1905, au fronton de deux nouvelles institutions universitaires : à Pékin, sur celui de la première université impériale fondée en 1898 puis très vite dans la concession française de Shanghai, sur celui de l’université jésuite sino-française Aurore11. Ainsi, à la fin de l’Empire céleste, leur projet pédagogique dont l’enseignement du français et du latin, soutenu par le jeune ministère de l’éducation prônant un enseignement officiel mixte s’affiche à l’envi, en reprenant, avec vénération, le titre antique du court traité de la Grande Etude confucéenne.

dà xué appartient, selon une hiérarchie littéraire millénaire, à la littérature classique chinoise dite noble car dénuée de toutes traces dialectales. Il constitue avec ses 1546 sinogrammes un memento de conduite, qu’une infime minorité lettrée « devenue raisonnable après la petite étude » doit lire. Le premier chapitre énonce en 246 sinogrammes les sept préceptes d’un enseignement commentés dans les dix chapitres suivants.  Devenu socle pédagogique, dà xué figurait parmi les épreuves des concours mandarinaux ouverts à la première classe dominante mais minoritaire d’une société traditionnellement hiérarchisée selon quatre groupes : lettrés, paysans, artisans puis les commerçants. Au XVIe siècle, il est devenu le magnum studium des missionnaires jésuites traducteurs dont le pionnier italien Matteo Ricci (1552-1610). dà xué, latinisé en Ta-Hio par les jésuites français, dans les Mémoires éditées à partir de 1776 par l’ancien intendant de Lyon, Bertin, ou en TÁ-HIO par l’orientaliste Guillaume Pauthier (1801-1873), est traduit par « grande science » au Musée des variétés littéraires à l’heure du slogan anti-mandchou de l’Exhortation à l’étude des sciences occidentales12.

Dans la Myrelingues de Rabelais, déjà investie dans la diffusion des connaissances chinoises13, les translations du Lugdunum antique, d’Universitas médiévale, d’Institutum, avec les unités sémantiques de village, grandeur, enfant, incrustent une maitrise linguistique des promoteurs du mouvement travail-études créé en 1912 avec la Première république chinoise. En 1921, la première promotion mixte de 138 pensionnaires, d’emblée financée par les indemnités imposées par les Légations étrangères victorieuses des Boxers (1899-1900), symbolise la nouvelle classe sociale dite intellectuelle qui sait qu’à l’ouest on pense autrement. Tous nés à la fin du XIXe siècle, sous l’avant dernier empereur mandchou Guāngxù (1871-1908), ils sont les lauréats d’un concours de français et lecteurs de la première grammaire française élémentaire conçue par un chinois14. Cependant, cette élite unie par une écriture millénaire, énonce encore à voix haute, en divers dialectes mutuellement inintelligible, les six groupes de traits gravés au fronton du fort militaire. L’harmonisation de leur langage peine à se concrétiser depuis le manifeste « Suggestion pour une réforme de la littérature », publié en pleine guerre mondiale dans la revue bilingue Nouvelle Jeunesse créée dans la concession française de Shanghai15

 UN PHARE SÉMANTIQUE AU XXIe SIÈCLE   

Ces lignes de force sémantiques retenues à l’ère du chemin de fer du Yunnan et actives durant un quart de siècle dans les Institutions lyonnaises16 se prolongent au XXIe siècle à l’intérieur même du fort par un récit bilingue linéaire. Ce récit intra-muros, gravé sur une plaque apposée sur l’ancien bâtiment de conférence de l’Institut, rénové en 2014 pour le cinquantenaire de la reconnaissance en 1964 par la France de la République populaire de Chine, réaffirme la pertinence du lien institutionnel et met en exergue l’adéquation didactique de la Grande Etude pour un nouveau projet vivifié d’une dimension muséale.  

L’énoncé en français est traduit en 22 sinogrammes répartis sur deux lignes égales dont les six sinogrammes millénaires du porche. Aujourd’hui, la lecture à haute voix, de gauche à droite, s’effectue par tous les Chinois de la même manière et la romanisation selon les normes de 195817. De plus, la traduction a intégré le résultat de la réforme de la littérature voulue par le manifeste de 1917 à savoir l’instauration d’une langue nationale, le pǔtōnghuà (tout le monde-circule-parole), basée sur un seul dialecte, celui du nord, et sur un dissyllabisme plus intelligible que le monosyllabisme de l’Antiquité avec l’ajout de marqueurs grammaticaux salvateurs. Ainsi, ce récit présente tout l’intérêt porté à l’évolution de la Grande Etude et les compétences de la communauté enseignante.   

A la première ligne, les traductions de Lyon, lĭ, et de Chine, zhōng, sont renforcées d’un second groupe de traits. La deuxième syllabe de Lyon est traduite phonétiquement par la syllabe ang dotée d’une valeur significative. Parmi les cinq « ang » envisageable du Kāngxī, le choix s’est porté sur le sinogramme áng affecté du 2ème ton, de huit traits, nourri au- dessus de la clé n° 72 du soleil, signifiant s’élever. Cette élégante traduction de Lyon en 15 traits, áng (communauté qui s’élève), est présentée pour la première fois à l’orée du XXIe siècle dans le grand dictionnaire Ricci pionnier chinois-français18. La traduction de Chine est complétée par le sinogramme générique de pays, guó affecté du deuxième ton, aujourd’hui sinogramme de huit traits, nourri de la clé n° 31 du territoire pour signifier le pays du milieu, zhōng guó. A la fin de la ligne, ce même zhōng choisi pour traduire « Centre » est ici clarifié par l’ajout d’un sinogramme synonyme, xīn, de quatre traits, unité sémantique fondamentale n° 61 du cœur.

A la seconde ligne, le quadrinôme zhōng fă dà xué reste monosyllabique et finit pourtant par un xué réduit de moitié. Son tracé en huit traits, sous la même clé sémantique de l’enfant, gomme le dessin d’origine, un enfant au- dessous d’un autel rituel surmonté de mains. xué et guó représentent avec trois autres sinogrammes simplifiés du récit19, le pourcentage (¼) de modifications réalisées à l’ère de Mao (1949-1976) où l’usage de la Grande Etude a subi de fortes tribulations. 

Ces caractéristiques du pǔtōnghuà tapissent, les murs intérieurs du nouveau musée où le promeneur retrouve sur des archives multilingues présentées les deux sinogrammes et de l’élément le plus saillie de la voute sémantique. La verticalité de , soulignée de la mention « BIBLIOTHÈQUE », est au cœur d’une couronne de deux cercles concentriques dont l’intérieur est parsemé des lettres majuscules de “INSTITUT FRANCO CHINOIS — LYON“.  

L’estampille enregistre ainsi un autre résultat de la Grande Etude, le premier fonds chinois provincial. Ce fonds a été constitué intra-muros durant un quart de siècle par les Chinois francophiles dits de saint Irénée venus pour renouveler un savoir national auprès des Institutions lyonnaises. Ouvrages reliés à la chinoise, ouvrages européens, revues dont les Annales franco chinoises de Lyon fondées en 1925 par le lieutenant-colonel Benoît Favre (1874 – 1934)20 et 137 thèses pluridisciplinaires rédigées en français parfois préfacées par Edouard Herriot21 sont devenus la propriété de l’Université. En grande partie accessibles, elles ont été présentées en 2014 dans cet ancien bâtiment de conférence, après une première présentation lors des 26èmes Journées européennes du Patrimoine en septembre 2009 sur des panneaux amovibles dans une pièce de l’ancien dortoir, en pierre de Couzon.

Ce thresor inédit déposé en 1987 -pour sa valorisation- à la bibliothèque municipale de la Part-Dieu s’accroît rapidement avec la collection chinoise jésuite des Fontaines, les travaux du général Jacques Guillermaz (1911-1998), d’André Yacinthe Roquette dit André d’Hormon (1881-1965)22. Au XXIe siècle, en 2011, l’Institution accepte la bibliothèque privée de deux Chinois exilés à Lyon devenus, à la suite de la Grande Etude, universitaires : Lĭ Chénshēng alias Danielle Li (1827-2018), fille du 164ème pensionnaire Lĭ Shùhuà (1901-1991) inscrit au Conservatoire et Li Tche-houa (1915 -2015), 424ème pensionnaire, inscrit à la Faculté des lettres23.  


L’inauguration d’un Nouvel Institut franco-chinois en septembre 2016, plus d’un demi-siècle après la 473ème et dernière inscription24 dévoile, en rouge, le tracé antique des sinogrammes et dà, jamais simplifié. Sceau civilisationnel, clé de voute et matrice d’une convergence pédagogique, il soutient la portée noble du zhōng fă dà xué en renouvelant l’inscription bilingue devenue archive ouverte au monde. 

C’est également le message de la partition de musique générée par le geste sculptural sur le calcaire de la pierre de Villebois du fort nécessaire à la recomposition progressive des 31 traits, selon une direction et un ordre précis, de zhōng,, et xué. Cette succession d’instants entre en résonance avec le Cœur de la littérature sculptant le dragon du lettré Liύ Xié (465-522) qui préconise de « ne pas répéter plus de trois fois des caractères de même radical », car il peut faire « crier les fantômes et pleuvoir du grain » et celui des promeneurs, d’ici ou d’ailleurs, au regard élevé, toujours en quête de sens pour « se renouveler sans cesse jusqu’à la perfection pour le bien commun ». 

Par Chantal-Marie AGNES

  1. Séraphin Couvreur (1835 – Chine 1919) s.j., Edouard Chavannes (Lyon 1865 -1918) et son élève Victor Segalen (1878 -1919). []
  2. Une Université dans sa ville, Lyon, Libel, 2018 ; l’université impériale de Pékin créée en 1898 lors de la révolution dite des cent jours (11 juin 1898 – 21 septembre 1898), écrasée par l’impératrice douairière Cíxĭ (1835 – 1908), tante du jeune empereur mandchou réformiste Guāngxù (1871- 1908) ; Agnes C.-M. : Le développement des études chinoises à Lyon : une conquête séculaire in hypotheses.org []
  3. Dictionnaire historique de la langue française Rey A., Paris, Le Robert, 1992 []
  4. Système dit hànyŭ pīnyīn (chinois-langage-assembler -son). A la fin du XIXe siècle, la diaspora francophone utilisait le système Couvreur dit de l’École française d’Extrême-Orient fondée à Hanoï en 1898 ; Couvreur S. : Dictionarium linguae sinicae latinum, Ho kien-fou, 1877 []
  5. Courant Maurice (1865 – 1935) : Revue internationale de l’enseignement, Paris,1899 []
  6. Associations fondées par le lettré antimandchou Lĭ Yùyíng (1881-1973) alias Lĭ Shízēng, diplômé de l’Institut Pasteur et de la Sorbonne, ardent promoteur de l’Institut franco-chinois, ami du recteur de l’université de Pékin Cài Yuánpéi (1868-1940). []
  7. La dénomination officielle chinoise, yī gōng dăi bìng, signifie « Travailleurs civils et volontaires à la place de soldats » []
  8. Les articles 156 et 157 du Traité attribuent au Japon les intérêts allemands dont la province maritime du Shāndōng []
  9. Agnes Ch.-M. : De l’utilité d’un dictionnaire : entre divination et diplomatie, Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-lettres et arts de Lyon, 2017 []
  10. zhōng huá rén mín gòng hé guó : milieu-civilisation-homme-peuple-ensemble-harmonie-pays []
  11. Aurore fondée en 1903 par les jésuites français de retour et le jésuite chinois Joseph Mă Xiangbo (1840-1939), frère de Mǎ Jiànzhōng (1845-1900) diplômé de Paris, autour d’une première grammaire chinoise en 1898 []
  12. Confucius Sinarum Philosophus, sive scientia sinensis latine exposita, Paris, 1687 ; Cibot Martial : Ta-Hio in Mémoires concernant l’Histoire, les Sciences, les Arts, les mœurs, les usages… des Chinois par les Missionnaires de Pékin, Paris, 1776-1796, vol.1 pp. 432-458, 1776 ; Pauthier G. : tá hio ou la grande étude, Paris, Revue encyclopédique, tome LIV, avril-juin 1832 ; Paris, Didot, 1837 ; Frenel Fulgence (1795-1855) : Le musée des variétés littéraires, De L’Éducation chez les Chinois, Paris, 1824, tome IV []
  13. Riquebourg-Trigault (de) D.F. :  Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de Chine, Lyon, Horace Cardon, 1616 ; Agnes Ch.-M. : Comment la première traduction d’un roman chinois a vu le jour à Lyon en 1766 in hypothese.org ; Un « livre de génie » fer de lance de la traduction sino-française in hypothese.org []
  14. Tsen tson-ming (1896-1939) : Grammaire française élémentaire, Tours, imprimerie chinoise, 1920 ; a vécu en France de 1912 à 1930 []
  15. Manifeste lancé en 1917 par un étudiant boursier prometteur Hú Shì (1891-1962), aux Etats-Unis depuis six ans []
  16. Agnes Ch.-M. : 1935, première acquisition par le musée des Beaux-arts de Lyon d’une peinture chinoise moderne in hypothese.org ; Bernard O., Locard E., Marbotte P. : Le chemin de fer du Yunnan, une aventure française en Chine, Bordeaux, Elytis, 2016 []
  17. 22 syllabes chinoises accentuées : lĭ áng yī zhōng guó guān xì cù jīn zhōng xīn # lĭ áng zhōng fă dà xué lĭ shĭ bò wù guăn []
  18. Le grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise, Paris, Desclée de Brouwer, 2001 []
  19. La simplification concerne les sinogrammes guó, guān, xì, jīn, lĭ et guăn []
  20. Fabre B. : Révolution chinoise et sociétés secrètes in Revue de Paris, Ier octobre 1931 []
  21. Tseng Tchong-ming : La Chine pacifique d’après ses écrivains anciens et modernes, Lyon, Desvigne, 1924 ; cote CH 19173 []
  22. Agnes C.-M. : Le fonds chinois du général Jacques Guillermaz, un que sais-je à explorer in hypotheses.org ; André d’Hormon, acteur durant 50 ans à Pékin de l’enseignement du français et fondateur en 1936 du centre franco- chinois d’études sinologiques

    []

  23. Lĭ Chénshēng : Contribution à l’étude de la pédagogie à la fin des Ming et au début des Qing d’après l’œuvre de Li Gong (1653-1733), Thèse, Université Paris VII, 1979 ; Li Tche-houa devenu Doctor ès-lettres de l’université de Lyon avec une thèse sur le théâtre chanté de la dynastie mongole Yuan, a toujours gardé la transcription latine de l’École française d’Extrême-Orient selon Couvreur []
  24. Shi Zhende, 50ème étudiante, née en 1926, venue de la province nord-est du Shānxī, inscrite en janvier 1946 à la Faculté des sciences []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.