PATRIMOINE/Les grandes serres du jardin Botanique au Parc de la tête d’Or

Histoires lyonnaises plonge dans ses archives et vous propose de découvrir ce texte publié pour la première fois dans le Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Lyon le 16/07/1978, de manière anonyme.

Avec ses 7000 m² environ de surface couverte, le jardin  botanique de Lyon occupe l’une des premières places dans le monde du point de vue des collections de serre.

Le premier jardin botanique, établi en 1793 sur la pente sud de la croix-rousse (près de l’actuelle rue du jardin des plantes) fut transféré dans le parc de la tête d’or peu après la création de celui-ci en 1856-59. Quelques années plus tard, en 1865, des serres furent construites pour abriter des collections de plantes du cap et de « nouvelle hollande » (l’actuelle Australie). Malheureusement ces premières serres, en bois, résistèrent fort mal à l’ambiance chaude et humide : elles pourrirent en peu d’années. Elles furent  alors remplacées par des serres métalliques, beaucoup plus hautes, dont la plus grande partie existe toujours. Leur construction eut lieu de 1877 à 1880.

Le pavillon central atteignait 21 m de haut, ce qui était tout à fait considérable pour une époque où l’on ne savait pas forger des pièces métalliques de grandes dimensions. Les façades étaient soutenues par des éléments de fonte mis bout à bout et assemblés par des boulons. Il en était de même pour les piliers intérieurs.

Cette structure manquait évidemment de rigidité, et l’énorme poids de métal et surtout de verre la soumettait à d’intenses contraintes. La voûte du pavillon centrale manifesta peu à peu des signes d’affaissement, les flancs tendant à s’écarter. Des arcs-boutants extérieurs, fort disgracieux (bien visibles sur la photographie) durent être rajoutés, ainsi que des tirants internes traversant la voûte de part en part.

En 1944, la destruction des ponts de la ville par de très fortes charges d’explosifs soumirent à rude épreuve les vastes façades vitrées et accélérèrent le processus. La rouille, d’autres part, entretenue par l’humidité nécessaire aux plantes, avait depuis longtemps commencé à ronger les ferrures.  Celles-ci construites en pièces plaquées et boulonnées, étaient très difficile à préserver et la rouille s’infiltrait à l’intérieur, provoquant gonflement et déformations. Un entretien en peinture soigneux et périodique n’empêcha pas le jeu de la structure, qui progressivement vint à bout de nombreux boulons. L’un ou l’autre de ceux-ci cassait net de temps avec une véritable détonation et tombait à l’intérieur. Comme certains pesaient près d’une livre, et que parfois des verres volaient en éclat du fait du jeu des ferrures, il fallut, en 1970, se résoudre à fermer la serre au public.

L’année suivante, la décision fut prise de reconstruire le pavillon central, qui seul, en raison de sa grande taille se trouvait dans un état alarmant : les pavillons latéraux avaient mieux résisté du fait de leur moindre hauteur.

Le chantier dura toute la belle saison, et même un peu plus, ce qui posa quelques problèmes, car la nouvelle serre était reconstruite par-dessus les grands palmiers et arbres exotique


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.