PEINTURE/Renée BESSON et Pierre PAULIN : deux peintres muralistes lyonnais des années 1930 à 1960 

Le bâtiment qui fut successivement auberge de jeunesse, école et gymnase à Albigny-sur-Saône est en cours de démolition pour laisser place à une résidence. Or, quelque temps avant cette destruction, grâce à la sagacité d’un érudit local, un ensemble de peintures murales figuratives avait été dégagé sous les couches de badigeon ultérieures. Il s’agissait d’une œuvre oubliée des peintres Renée BESSON et Pierre PAULIN. A cette occasion, il est utile de rappeler la carrière de ces artistes et quand ce travail y prend place.

Renée Besson (1906-1984) et Pierre PAULIN (1907-2007) se sont rencontrés à la fin des années 1920 à l’Ecole des beaux-arts de Lyon, où ils furent élèves de Georges DECOTE. Elle, élève remarquable, remporta le Prix de Paris en 1930, prix qui donnait accès à un séjour en résidence dans la capitale et à l’inscription à la prestigieuse Ecole des beaux-arts au quai Malaquais. Elle y fut l’élève d’André DEVAMBEZ, chez qui elle fréquenta Jean LE MOAL, Alfred MANESSIER ou Etienne MARTIN, et elle se présenta au concours du Grand Prix de Rome de peinture en 32 et en 33, session à l’occasion de laquelle elle accéda à la « loge » finale sans toutefois être lauréate.

De son côté, Pierre était sollicité par le curé de sa paroisse natale – Saint-Denis-en-Bugey (01) – pour décorer le chœur de l’église néo-gothique du village (fig. 1). Ce fut là sa première commande de peinture murale ; il l’exécuta entre 1928 et 1932. Cette référence lui valut d’être embauché par J.  MAYOSSON, alors très en vogue comme muraliste religieux. Or, celui-ci, souhaitant se retirer, vendit rapidement son atelier à Pierre Paulin qui se vit confier la finition des travaux en commande. C’est ainsi qu’il dut terminer, en 32, les peintures des chapelles latérales de l’église Sainte-Marie-de-la-Visitation à Saint-Etienne, peintures en cours depuis 1924. C’est dans cette ville aussi, en 1933, qu’il eut à peindre l’apothéose de Saint-Ennemond dans le chœur de l’église éponyme, en complément d’une cène préexistante (Fig. 2). Cette belle composition classique, puissamment colorée et rehaussée d’or, présente le saint évêque accueilli au pied du Christ en majesté par Marie et Saint-Michel, entourés des saints et des anges.

St-Denis-en-Bugey (détail) – Etat actuel

St-Ennemond à St-Etienne Cliché d’origine

En 1934, Pierre épousa Renée Besson, revenue de Paris, et dès lors, c’est ensemble qu’ils développèrent leur carrière de peintres décorateurs à Lyon. Cette année-là, ils réalisèrent la peinture du chœur de l’église de La-Côte-Saint-André (38) en remplacement du peintre CARRIERE (alors directeur des beaux-arts de Saint-Etienne) qui n’avait pu en honorer la commande. Puis, en 1935, ce fut le décor de la chapelle du Sacré-Cœur dans l’église St-Pierre-des-Carmes au Puy-en-Velay. Au-dessus de l’autel ils composèrent l’accompagnement de la statue de Jésus par un cortège d’anges et de phylactères sur un fond sylvestre, tandis qu’au mur latéral le Cœur divin répandait son eau salvatrice tel une fontaine abreuvant des biches, avec, en arrière-plan, les monuments emblématiques de la ville. La même année, ils firent un autre décor à Annonay, mais nous n’avons pu le situer, faute d’archives. En 36, le curé de Cublize (69) leur commanda le décor de son église dans l’esprit de St-Ennemond.

A St-Denis-en-Bugey, Pierre Paulin, qui était encore très jeune, avait d’abord peint la théorie des saints et saintes dans un style hiératique, puis des compositions plus picturales où apparurent la profondeur et la lumière, pour finir par une charmante Annonciation italianisante. Il admirait Gustave Moreau et les symbolistes tout comme son maître Georges Decote qui en fut l’élève. Puis, sous l’influence de Mayosson, il revint à des motifs plus décoratifs mettant en scène d’imposants Christ en majesté et des cohortes d’anges, de chérubins et de séraphins d’inspiration byzantine, rehaussés d’or, cernés de figures géométriques plutôt Art nouveau. Mais dès St-Ennemond on vit poindre plus nettement l’influence des Ateliers d’art sacré emmenés à l’époque par Georges Desvallières et Maurice Denis. Cette influence s’est accentuée avec l’arrivée de Renée Besson comme compositrice, pour acquérir un style de plus en plus personnel.

En 1938 le couple s’est installé à l’Ile-Barbe, dans l’ancien logis abbatial remodelé dans le goût classique au XIX°. Ils y sont restés jusqu’en 1947, année où ils se sont déplacés au Châtelard pour y travailler jusqu’en 1964.

Fin 1938, un ancien condisciple des beaux-arts, l’architecte Marcel SALAGNAC, les sollicita pour décorer la salle commune de l’auberge de jeunesse qu’il devait construire à Albigny-sur-Saône pour la Préfecture du Rhône (Fig. 3). C’était leur première commande profane. Ce bâtiment devait alors comporter les services collectifs au rez-de-chaussée – dont une vaste salle ouvrant sur deux côtés par de larges baies – et les dortoirs à l’étage. C’est Renée qui composa les motifs couvrant deux pans de mur et leurs retours au-dessus d’un stylobate. C’est cette œuvre qui vient d’être retrouvée in extremis avant démolition.

Le programme iconographique en est une symphonie pastorale, avec des couples dans un paysage bucolique symbolisé ; la pêche, la cueillette de fleurs, l’envol d’un oiseau, la sieste… Au loin un village, un château, une caravelle et partout de petits animaux, le tout traité de façon très graphique sur un fond ocre-pèche. Des archives familiales contiennent des clichés de Renée posant pour certaines des figures réalisées. Ce décor est léger et ne surcharge pas la salle, ce qui rend d’autant plus incompréhensible la décision de le recouvrir par une teinte verte uniforme.

A la suite de cette commande, toujours par l’intermédiaire de Marcel Salagnac, on leur demanda de décorer le « salon d’honneur » du château, dit aujourd’hui « l’Accueil », qui se trouve tout à côté (Fig. 4). Il s’agit d’une pièce qui sert d’antichambre à la grande salle où l’on n’avait pas encore mis au jour les fresques XVIIIème de Daniel Sarrabat. Ici le décor est une allégorie du génie de la France personnifiée par une femme appuyée sur un bouclier orné d’un coq et entourée de muses, tandis qu’un chimiste et un faucheur symbolisent l’industrie et l’agriculture. Cette œuvre est plus vigoureusement colorée que celle de l’auberge et dans un bon état de conservation.

Les dates de réalisation de ces deux ensembles décoratifs est incertaine, mais ils ont dû être exécutés au début ou pendant la Guerre. L’auberge de jeunesse, en particulier, aurait accueilli des jeunes isolés par les drames du conflit.

Albigny-sur-Saône, l’Auberge de jeunesse (détail) Cliché d’origine

Albigny-sur-Saône, le salon d’honneur Etat actuel

En 1942, Pierre et Renée se virent confier la décoration du chœur de l’église Saint-Pierre de Longes (69), par l’intermédiaire d’un autre condisciple : l’architecte Joseph BACCONNIER (Fig. 5). Les personnages puissants évoquaient la vie de l’apôtre, depuis son appel jusqu’à son martyr, et sa figure de père de l’Eglise romaine, d’une facture très structurée dans l’esprit Arts décoratifs. Le prêtre de la paroisse était alors l’abbé De PAZANAN, futur bâtisseur de l’église Sainte-Marie de la Guillotière où collaboreront, quinze ans plus tard, les mêmes artistes.

Puis, en 1944, ce fut le décor de la chapelle de l’Orphelinat agricole du Prado à Salornay (71) (Fig. 6). Ce travail – le seul qu’ils aient réalisé à la fresque – les autres étant à la peinture à l’huile ou à la colle – mettait en scène les thèmes de la rédemption des pauvres, de la crucifixion et de l’eucharistie par des personnages sobres au sein d’une savante transition d’architectures et de paysages. Trois foyers de lumière animaient chacun des thèmes picturaux, selon une composition triangulaire semblable à celle de Longes.

Longes Cliché d’origine

Salornay Cliché d’origine

Leur dernier chantier de peinture murale religieuse, en 1946, se situa à Mervans (71) dans l’église Saint-Maurice, remarquable par son très exceptionnel clocher tors (Fig. 7). Le décor du mur de fond du chœur présente cinq scènes de la vie de Jésus, de son baptême à sa crucifixion, dominées par un Pantocrator. Là encore un enchaînement paysager lie l’ensemble en dosant la lumière du centre vers les côtés. Si le Christ en majesté renoue avec des œuvres plus anciennes, on retrouve la facture stricte des personnages élaborée dans les dernières productions, mais certains motifs tranchent par leur nouveauté : le Lucifer rutilant du Vade retro satanas chutant sur une ville peuplée de monuments symbolisant toutes les civilisations ou une Marie-Madeleine sensuelle éplorée aux pieds du crucifié.

À Mervans, le style du fond décoratif incorpore des motifs que Pierre développera jusqu’à sa fin dans son œuvre ultérieure : fleurs de lotus, arbres tourmentés habillés feuille à feuille, rochers déchiquetés à la Patinir… Car c’est dans cet Après-guerre que les idées changèrent en matière d’art sacré et que le goût pour la peinture murale déclina au profit d’œuvres modernistes implantées dans une architecture nouvelle. C’est aussi le moment où les Arts décoratifs sortaient des Salons et entraient dans les intérieurs bourgeois avec leurs bois exotiques, leurs galuchats et leurs laques. C’est cette dernière technique que Pierre Paulin investit à la fin des années 30 et développera jusque dans les années 80, avec la collaboration de son épouse au début, puis seul ensuite, elle se consacrant à la peinture de chevalet et au pastel de paysage où elle excellait.

C’est pourtant à la fin des années 50 et au début des années 60 que Renée réalisa encore trois décorations murales. Une allégorie des travaux publics pour la salle de cantine de l’entreprise Bergerat-Monnoyeur, concessionnaire de la marque Caterpillar, à Vénissieux ; une délicate évocation de l’enfance pour un centre social dans le quartier du Tonkin à Villeurbanne ; une scène de banquet développée sur le mur courbe de la salle du restaurant Paul Bocuse à Collonges-au-Mont-d’Or. Elle avait aussi été sollicitée par Marcel Salagnac pour le décor du foyer de son Palais des congrès, mais ce projet n’aboutit pas et on n’en garde que des ébauches.

Ainsi se termina l’activité de muraliste des époux Paulin. Mais leur activité en art sacré et en grande décoration devait rebondir avec un autre médium. En 1957, comme on l’a évoqué plus haut, l’ancien curé de Longes les a sollicités de nouveau, fidèle à son ancienne promesse, pour réaliser le décor de Ste-Marie de la Guillotière à Lyon, à cela près que ledit décor n’allait être constitué que de vitraux ! D’abord déconcertés, ils ont assumé avec brio cette reconversion technique. C’est Renée Besson qui s’est chargée de la composition, alors que Pierre Paulin assurait l’exécution en dalles de verre de Saint-Just-sur-Loire montées au mortier de ciment. Ce fut 150 m2 de verrière pour ce coup d’essai, réussite qui leur attira nombre d’autres commandes dans tout le Sud-Est, des églises comme des sièges sociaux ou des habitations particulières, soit près de soixante-dix chantiers au total jusqu’au début des années 90, quand Pierre, alors veuf, prolongeait l’œuvre commune. En effet Renée Besson est décédée en 1984, alors que son époux lui survécut jusqu’à ses cent ans en 2007.

Mervans Etat actuel

Albigny-sur-Saône, vestige du décor (détail) Etat avant démolition

De toutes ces œuvres picturales publiques, une partie a disparu, soit du fait de l’évolution du goût, en particulier en matière d’art sacré, soit du fait de la démolition pure et simple des édifices qui les portaient. La pierre apparente a été préférée à la Côte-Saint-André ; un incendie a ravagé l’intérieur de St-Pierre-des-Carmes au Puy ; le concessionnaire Caterpillar a transformé ses locaux ; un quartier nouveau est né au Tonkin ; Paul Bocuse a réaménagé son restaurant. Quid d’Annonay ? Saint-Denis-en-Bugey subsiste mais réclame une restauration. Saint-Ennemond, Longes, Cublize et Mervans sont encore visibles, mais face à la désertion des fidèles, ces églises sont le plus souvent fermées et le maintien de leur vocation religieuse est en question. La chapelle de Salornay, dont la fresque est intacte, est utilisée comme musée de l’établissement. À Albigny-sur-Saône, le salon d’honneur de l’Accueil est bien conservé, mais l’auberge de jeunesse est condamnée (Fig. 8). Il est envisagé de tenter de garder la mémoire de son décor, au moins sous forme photographique, ainsi que celle de leurs créateurs en leur dédicaçant le nouveau bâtiment. Qu’en sera-t-il ?

Les archives communes de Pierre Paulin et de son épouse ont été versées aux Archives de la Ville de Lyon. Elles contiennent, outre des photos, des esquisses, des calques et des cartons de vitraux pour beaucoup de leurs œuvres, ainsi que leurs carnets-journaux. La restauration de ce fonds est en cours.

Par Michel PAULIN
pierrepaulin-laque.fr

Aller plus loin

Le fonds PAULIN-BESSON (cote 65FI) est actuellement en cours de traitement aux Archives de Lyon.
Reflet de leur production des années 1930 à 1980 dans les domaines de la peinture murale, de la laque et du vitrail, ce sont néanmoins ces deux dernières disciplines qui sont essentiellement représentées ici. Ce fonds important totalise ainsi plus de 200 esquisses, études et poncifs de laques, environ 420 esquisses et cartons de vitraux, une soixantaine de photographies, plaques de verre et diapositives, 8 carnets de notes ainsi que 2 caissettes d’échantillons de dalles de verre. Un grand nombre de pièces étant fragilisées – voire détériorées – en raison de la nature de leur support (principalement du papier calque roulé) et des techniques employées (craie, crayon noir, fusain), elles feront l’objet d’une restauration progressive à l’issue du classement.


michel paulin

Architecte DPLG, professeur honoraire de l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Lyon, co-fondateur du Laboratoire d'analyse des formes, membre de missions archéologiques en France et à l'étranger, administrateur de la Société académique d'architecture de Lyon, membre correspondant de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Bernard DELOCHE dit :

    Bravo et merci, Michel, pour ce bel hommage rendu à deux plasticiens d’exception ! Il faudrait maintenant leur consacrer un livre accompagné d’une étude stylistique.

  2. Bernard Deloche dit :

    Voilà un hommage qui s’imposait ! Il fallait que ces artistes soient reconnus pour leur exceptionnel talent ! Bravo pour la création du fonds qui leur est consacré aux archives !

    Merci, MIchel, pour ce beau travail de mémoire.

Répondre à Bernard DELOCHE Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.