MOBILIER/Les secrétaires à mécanisme de Pierre Daubet et Claude Dumarest et de Pierre Grange leur successeur

La récente découverte d’un bureau de dame en placage d’acajou portant la marque, sur une petite plaque d’ivoirine, des ébénistes lyonnais Daubet et Dumarest, ravive l’intérêt pour cette période de l’effervescence technique et industrielle durant laquelle Lyon a connu un rayonnement international sans précédent, notamment par la participation aux expositions universelles.

Bureau de dame plaqué d’acajou. Entre 1851et 1859.

 

Le même bureau ouvert portant sur une petite plaque en ivoirine la marque de Daubet et Dumarest à Lyon. .© Coll. particulière, droits réservés

Le 28 janvier 1847 les ébénistes Tétard, Daubet et Dumarest déposaient à la préfecture de la Seine une demande de brevet d’invention d’une durée de 15 ans pour « un genre de meuble dit autonoïx(s) », le brevet sera délivré un mois plus tard le 27 février de la même année (INPI, Brevet n° 4970, cote 1BB4970)..

Auguste-Louis Tétard était déjà  répertorié comme ébéniste dans l’Almanach de Sageret de 1841 à l’adresse du 4 rue N. d’Orléans, Petit Montrouge. Au moment du dépôt de brevet ils déclarent être installés tous les trois à Paris, 8 rue du Pas de la Mule (aujourd’hui dans le 3e arrondissement). C’était en 1847 l’adresse de Tétard, qui semble s’être retiré très vite et leur a probablement servi de prête-nom.

Si Pierre Daubet, fils de menuisier, est né à Lyon le 5 juin 2018, son associé Claude Dumarest, également lyonnais, est né le 28 juin 1813 d’un père fabricant de bas. Ils figurent l’un et l’autre dans le recensement de 1847 comme « Md de meubles » 15 rue d’Algérie. À cette date, ils habitent respectivement 7 place Rouville et 9 côte de Carmélites.. Comme l’a découvert Florentin Gobier, leur association ne durera que jusqu’en 1859, car ils se sépareront à la suite d’une « faillite retentissante ». À cette date l’ébéniste Pierre Grange a déjà repris l’affaire qu’il conservera au moins jusqu’à son décès en 1871. Les annuaires indiquent que Daubet est installé 25 rue de Sèze (Lyon 6e) en 1860 et Dumarest 25 rue d’Algérie au moins jusqu’en 1867. Ce dernier semble s’être alors associé temporairement à Louis Fertaud et avoir ouvert avec lui un magasin 1 rue Lanterne dans le même quartier de Lyon (Indicateur de 1860). Ces ébénistes travaillaient dans la lignée de l’ébéniste d’origine allemande David Roentgen (1743-1807), dont les meubles étaient réputés pour la complexité de leur mécanisme. Le néologisme d’autonoïx(s) semble décrire un système qui ferme automatiquement le meuble comme une noix au point qu’il faudrait le briser pour l’ouvrir sans la clé. Il s’agit d’un système fait de tringles coulissantes tirant des éléments mobiles du meuble sur des galets.

Figures extraites du brevet d’invention de 15 ans n°4970 déposé le 28.01.1847 par Auguste-Louis TETARD, Claude DUMAREST et Pierre DAUBET pour un genre de meuble dit autonoïxs (source : archives INPI).

 

Figures extraites du brevet d’invention de 15 ans n°4970 déposé le 28.01.1847 par Auguste-Louis TETARD, Claude DUMAREST et Pierre DAUBET pour un genre de meuble dit autonoïxs (source : archives INPI).

Après avoir procédé à différents additifs au brevet initial (en 1849, adjonction d’un soufflet et de soupapes destinés à modérer l’effet des ressorts qui commandent l’ouverture du meuble ; en 1851, adoption d’un système permettant de ne pas avoir à déplacer les papiers au moment de la fermeture de l’abattant ; et, en 1852, mécanisme de réglage de la position d’un miroir pour les meubles de toilette), Daubet et Dumarest, qui étaient au moins autant ingénieurs qu’ébénistes, déposeront en 1856 un autre brevet pour un compteur oscillant servant à mesurer les liquides, l’ancêtre du compteur d’eau actuel.

Pierre Grange le successeur

L’enseigne avec sa boutique sera reprise début 1859 par Pierre Grange, menuisier à façon natif de St Symphorien-sur-Coise (Rhône) en 1817. Il reprendra, devant la Cour impériale d’appel, le litige de ses prédécesseurs contre son confrère Montagnat, et défendra avec succès le brevet obtenu par eux sans en avoir déposé un pour son propre compte (Gazette des tribunaux, 7 juillet 1859, audience du 25 mai, p. 653-654). L’ébéniste Dominique Montagnat était installé à Lyon, 2 rue de la Cage (aujourd’hui rue Constantine, Indicateur 1832), puis 21 rue Saint-Marcel (actuellement rue du sergent Blandan, au moins jusqu’en 1842), on connaît de lui notamment un secrétaire à complications vendu à Paris par l’étude Tajan le 22 juin 1996 (cf. illustration). Pierre Grange exercera jusqu’à son décès le 7 février 1871, date à laquelle son fils aîné, Joseph (né à Lyon le 21 octobre 1845), assurera la relève 42 rue Boileau au moins jusqu’en 1900. Et c’est précisément à St Symphorien-sur-Coise qu’un autre Joseph Grange, probablement cousin, fonda en 1904 l’entreprise Grange récemment fermée en novembre 2018 après avoir connu un succès international.

Du point de vue stylistique, Grange exploitera notamment un trait caractéristique de la production de Daubet et Dumarest : le profil du casier d’écriture ou serre-papiers en talon renversé.

Bureau de pente en placage d’acajou portant la marque « Ancienne maison daubet & dumarest Grange Successeur, ébéniste 2 rue d’Algérie à Lyon ». On notera le profil en talon renversé de l’abattant et le pied fuselé de section octogonale, détails que l’on trouvait déjà sur le bureau de dame (supra) étiquette de Daubet et Dumarest. © Étude Armengau, Avignon.

Meuble à complications portant la marque de Montagnat père et fils. © Étude Tajan, Paris

Bureau scriban formant bibliothèque en placage de ronce de noyer Ce secrétaire est doté d’un mécanisme de soufflet en accordéon qui fonctionne de manière originale (brevet additionnel, INPI, 4 avril-18 juin 1849). Un tour de clé ouvre les tiroirs du coffre et un deuxième tour libère de l’air dans le soufflet, permettant ainsi au bureau de glisser lentement vers l’avant. La plaquette d’ivoirine de Grange indique que l’entreprise a remporté des médailles aux Expositions de 1849 et 1854-1855, soit durant la période Daubet et Dumarest. © Olivier Fleury Inc. Floride.

Description d’un meuble à mécanisme de ce type

« mm daubet et dumarest, de Lyon, marchent dignement à côté de M. Krieger [ébéniste parisien, 1804-1869] pour leurs meubles à système nouveau, d’une commodité sans pareille. Ils avaient exposé deux bureaux de style différent, mais d’un mérite égal. L’un, bureau de dame, en tulipier rose, formant commode-étagère à glace, n’a qu’une seule serrure placée en haut du meuble et correspondant à toutes les parties mobiles et à tous les tiroirs, de manière que pour l’ouvrir un tour de clef suffit. La table à écrire s’avance, les portes disparaissent en même temps, et les tiroirs sont libres. Pour refermer le bureau, il suffit de pousser la table sans déranger les objets qui y sont placés, et tout se trouve instantanément fermé de la manière la plus solide. Les tiroirs marchent entre des galets placés dans tous les sens, sans paraître extérieurement ; le jeu en est si facile qu’ils peuvent, avec le moindre effort, être tirés quel que soit l’état de la température.

Le travail d’ébénisterie, de serrurerie et de menuiserie, dans ce meuble de luxe, du prix 7,500, fait grand honneur à MM. Daubet et Dumarest. Ils appliquent le même système de fermeture et de galets à des meubles beaucoup plus simples, d’une valeur qui descend à 1500 francs, à 1000 francs et au-dessous, jusqu’a 300 francs. Leur système de galets sert à toute espèce de meubles à tiroirs, sans augmentation sensible de prix. »

Exposition Universelle de 1851 : Travaux de la Commission Française sur l’industrie des nations, Charles Dupin (1855), Volume VII, p. 36-37.

La première grande exposition universelle, celle du Crystal Palace de Londres (ce palais de verre qui brûlera en 1936) présenta en 1851, sous leur étiquette, un secrétaire en placage de tulipier, de bois de rose et de bouleau vert, avec une marqueterie façon Boulle d’étain incrusté de laiton.

Plaque d’ivoirine servant de marque de fabrique. © Photo Courtesy of M.S. Rau, New Orleans.

Bureau-cabinet présenté à l’exposition universelle de 1851 à Londres. © Cliché Bonhams, Londres.

Le même bureau ouvert laissant apparaître la marqueterie d’écaille verte. © Photo Courtesy of M.S. Rau, New Orleans.

Un peu plus tard, en 1855 ils exposèrent un grand bureau en placage de thuya et bronze ciselé commandé par l’impératrice Eugénie, qui l’acquit alors pour la somme de 26 000 Francs (aujourd’hui au château de Compiègne). En dépit de sa brièveté, leur production témoigne du rayonnement international qu’ils avaient conquis.

Stimulé notamment par la publicité qu’offraient les expositions universelles, le perfectionnement mécanique touche alors à son comble de raffinement et de complication avant la révolution technique que va représenter le développement de l’électricité puis de l’électronique au XXe siècle, qui accompagneront une mutation de la vie sociale mais aussi de sa conception du secret et de la sécurité.

Secrétaire monumental aux armes de l’impératrice Eugénie, présenté lors de l’Exposition universelle de 1855. Le système de soufflet, qui permettait de modérer la vitesse d’ouverture du meuble, alimentait probablement un petit orgue qui jouait quelques notes lorsqu’on tournait la clé. Château de Compiègne. Photo © RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Daniel Arnaudet

Production actuellement connue

Durant les quelque 10 ans que dura leur collaboration, Daubet et Dumarest parvinrent à une notoriété qui se retrouve de nos jours dans le commerce international et lors des ventes publiques.

– 18 décembre 2002, Christie’s, Amsterdam : bureau-cabinet en acajou moucheté  (5 975 €).
– 12 décembre 2013, Bonhams, Londres : secrétaire à mécanisme, présenté à l’exposition universelle de 1851 (14 022 €).
– 8 novembre 2014, Me Armengau, Avignon : lot 232, bureau Louis-Philippe en placage d’acajou ouvrant « en mécanisme » par trois tiroirs en ceinture, six tiroirs en gradin et un abattant galbé découvrant un large pupitre gainé de cuir. Porte une étiquette : « Ancienne maison DAUBET & DUMAREST Grange Successeur, ébéniste 2 rue d’Algérie à Lyon ». Il s’agit là d’un meuble fabriqué par Daubet et Dumarest avant 1860 et repris par Grange avec le fonds de commerce.
– 22 mai 2017, Me Bisman, Rouen : secrétaire à mécanisme d’un modèle très simple.
– 9 août 2018, M. S. Rau Antiques, New Orleans : bureau en tulipier, bois de rose et écaille verte, présenté à l’exposition de 1851. « This one-of-a-kind French secretaire was crafted by Daubet & Dumarest for presentation at the Great Exhibition of 1851 in London’s Crystal Palace. It is a striking piece on its own, with tulipwood and rosewood veneering. Upon opening, the interior is decorated with fine Boulle marquetry brass, pewter, and an extraordinarily rare green tortoiseshell. »
– 13 septembre 2019, Hôtel des ventes du Marais, Saint-Étienne : commode-secrétaire à gradin, deuxième moitié du XIXe siècle.

Par Bernard DELOCHE

Bibliographie
  • http://bases-brevets19e.inpi.fr/index.asp?page=rechercheRapide
  • Annuaire du Département du Rhône pour 1858, Lyon, Vve Mougin-Rusand, 1858.
  • Bulletin du Ministère de l’Agriculture et du Commerce, 1847, vol. 8, n° 319.
  • Deloche B., Les Ateliers lyonnais de menuiserie en meubles et d’ébénisterie, Lyon, Lugd, Édition d’art et d’histoire, 1992.
  • Dupin Ch., Exposition Universelle de 1851 : Travaux de la Commission Française sur l’industrie des nations, 1855, Volume VII, p. 36-37.
  • Emptoz G. et Marchal V., Aux sources de la propriété industrielle, Paris, INPI, 2002.
  • Gazette des tribunaux, 7 juillet 1859, Cour impériale de Lyon, audience du 25 mai.
  • Gobier F., « Le secrétaire/serre-bijoux commandé par l’impératrice Eugénie aux ébénistes lyonnais Daubet et Dumarest et présenté à l’Exposition Universelle de 1855 » (École du Louvre, sous la direction d’Hélène Meyer). Document non consulté. À paraître dans le Bulletin de la société d’histoire de l’art français.
  • Ledoux-Lebard D., Les ébénistes du XIXe siècle, Les éditions de l’amateur, Paris, 1984.
  • Meyer J., Great Exhibitions: London, New York, Paris, Philadelphia 1851 – 1900 (2006), p. 48.
  • Nosban, Nouveau manuel complet du menuisier, de l’ébéniste et du layetier, Paris, Encyclopédie Roret, 1843.
  • Storck (A.) et Martin (H.), Lyon à l’Exposition Universelle de 1889, Lyon, Storck, 1890.
Remerciements

Nous tenons à remercier Maître Patrick Armengau (Hôtel des ventes d’Avignon), M. Pierre Bourgeois (expert C.N.E.S.) ; Mrs Kristin Core (Marketing Manager, M.S. Rau Antiques, New Orleans) ; Mme Anne-Marie Delattre (Archives municipales de Lyon) ; M. Olivier Fleury (Olivier Fleury, Inc., Floride) ;  M. Steeve Gallizia (I.N.P.I.) ; M. Florentin Gobier (Musée de la nacre, Méru) ; Mme Sandrine Grignon-Dumoulin (Château de Compiègne) ; Mr Marcus Howard-Vyse (Bonhams, Londres) ; l’étude Tajan (Paris).

 


Bernard Deloche

Bernard Deloche, né à Lyon en 1944, est professeur émérite à l'Université Jean Moulin-Lyon 3 (chaire de philosophie de l'art), membre du Conseil international des musées (ICOM) et expert près la Cour d'appel de Lyon (ER). Il a enseigné principalement l'esthétique et la muséologie (après avoir fondé un master 2 intitulé "Muséologie et nouveaux médias", qu'il a dirigé pendant 10 ans). Ses travaux et publications portent sur l'esthétique des arts mineurs et sur la muséologie. Il contribue aux publications du BMO de Lyon depuis 1979 (soit 46 articles consacrés surtout à l'artisanat lyonnais, mobilier et orfèvrerie).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. roger cailhol dit :

    Je possède un salon complet 1 canapé,2 fauteuils,4 chaises réalisés le en février 1852 par P Daubet et Claude Dumarest Inscription à l’intérieur d’une chaise visible lors du épouillage pour rénovation

  2. Michel Paulin dit :

    Communication très originale de l’expert incontournable B. Deloche. Cette alliance de l’ébénisterie et de l’ingénierie est sans doute trop peu connue. Ces objets révèlent aussi une demande sociale propre à cette période de transition où le haut artisanat est pénétré par l’industrie et où la bourgeoisie se cherche une modernité de bon aloi. C’est une belle source de réflexion sur notre histoire technique. Bravo.

Répondre à roger cailhol Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.