PATRIMOINE/Le couvent de la Visitation Sainte-Marie de Fourvière

Le couvent de la Visitation © CIL Saint-Just

Le couvent de la Visitation
© CIL Saint-Just

Nouvel aménagement 2012/2015 

C’est en 1850 que l’ordre de la « Visitation Sainte-Marie » achète un terrain de 3 hectares sur la colline de Fourvière, dans la rue du Juge de Paix (actuelle rue Roger Radisson). Constitué de vignes et de vergers, c’est sur ce terrain surplombant la ville de Lyon que les Visitandines vont faire édifier leur nouveau couvent en 1854 par Pierre-Marie Bossan, transformé aujourd’hui en hôtel de caractère.

La chapelle restaurée © CIL Saint-Just

La chapelle restaurée
© CIL Saint-Just

A l’origine, le bâtiment en briques et pierres jaunes de Couzon, est conçu sur un plan carré : quatre ailes entourent un cloître à galeries fermées sur l’aile Ouest par la chapelle du couvent par laquelle on accède actuellement, c’est aujourd’hui l’entrée principale, un vestibule ouvre sur les galeries du cloître, l’escalier majestueux permet d’accéder aux 3 étages supérieurs.

Une terrasse haute avec accès au chœur de la chapelle permettait aux pensionnaires d’assister aux offices.
A partir de 1882, le couvent connaît une série de transformations : acquisition de nouvelles parcelles de terrains, changement de la disposition des pièces, travaux d’aménagements permettant de maintenir l’isolement du couvent.

En 1965, les difficultés financières obligent les sœurs à vendre les bâtiments et terrains à la ville de Lyon qui revendra le bâtiment du couvent aux HCL. En 1974, les archives des Hospices civils, dont celles de l’Hôtel-Dieu, sont transférées dans l’ancien couvent. Les travaux d’aménagement qui vont totalement modifier l’organisation intérieure des locaux, sont confiés à l’architecte en chef des Monuments historiques, Jean-Gabriel Mortamet.

Le jardin de la Visitation est aujourd’hui un jardin public Ville de Lyon, véritable coin de campagne dans la ville où les habitants et touristes aiment s’y retrouver. De la rue Pauline Jaricot, il est possible de rejoindre le haut du parc archéologique par le chemin récemment nommé « Lucius MunatiusPlancus ».

C’est dans ce cadre du reclassement des biens immobiliers des HCL que le bâtiment a été vendu. Le projet de rénovation et d’aménagement en hôtel est retenu en 2011, l’ensemble transformé a ouvert en novembre 2015.

Sa réception insolite, aménagée dans l’ancienne chapelle du couvent restaurée à l’identique, face au magnifique Ciborium, offre un splendide cheminement dans l’espace.

photo1

Porte 117 Pierre Marie Bossan

L’histoire de Lyon est racontée sur les portes des 75 chambres et suites, à travers les portraits de Lyonnais disparus ayant façonné la Ville, avec leur biographie en anglais et français sur l’intérieur de chaque porte.

Un restaurant est déployé autour du cloître.

Une salle du grenier, dont le sol est recouvert d’un ancien plan de Lyon en noir et blanc, dispose d’un véritable «castelet de Guignol ».

Devant une des terrasses, un jeu traditionnel de boules lyonnaises est aménagé. Les concepteurs ont su garder l’âme du couvent préservant la qualité d’insonorisation du cloître.
Depuis les Journées du Patrimoine de 2011 où nous avions fait visiter les lieux à plus de 600 personnes, l’ensemble a bien changé. Cette transformation appréciée des visiteurs satisfait des choix pertinents d’une quinzaine d’investisseurs privés pour le respect de la sauvegarde de ce patrimoine.

Par Marielle BILLARD DE SAINT LAUMER, Cil-Comité de Quartier de Saint-Just Saint-Irénée-Fourvière
cil.saintjust@gmail.com

Photos : Monique Mordan

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.