PERSONNAGE/Boniface de Castellane (1788-1862), maréchal de France

Portrait photographique de Boniface de Castellane, maréchal de France. Années 1850. Eugène Disdéri (1819-1889), photographe officiel de Napoléon III. Collection personnelle.

Esprit Victor Elisabeth Boniface de Castellane naquit à Paris rue d’Anjou le 21 Mars 1788.
Il est baptisé le lendemain en l’église de la Madeleine. Son parrain est son grand-père paternel
Esprit François Henri marquis de Castellane et sa marraine est sa grand-mère maternelle Élisabeth Amélie Smith, épouse de Charles Rosalie Chabot, comte de Jarnac.

Son père est le comte Boniface Louis André de Castellane Novejean (1758-1837). Celui-ci était député pour la noblesse puis le Tiers-Etat. Il est notamment l’un des rédacteurs de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, particulièrement sur les articles concernant la liberté religieuse. De même, il est secrétaire de l’assemblée nationale en 1790.
Jugé trop libéral, il est emprisonné à deux reprises en 1794, jusqu’à la chute de Robespierre. Il rallie plus tard la cause de Bonaparte et il est nommé préfet des Basses-Pyrénées en 1802 grâce à son ami de longue date, le prince de Talleyrand. Il reçoit de nombreuses distinctions en servant tour à tour tous les souverains, de Napoléon à Louis-Philippe. Il devient notamment Pair de France.
Sa
mère Mme de Rohan-Chabot dite « Mme de Jarnac », femme de lettres, l’appelle toujours avec tendresse “Boni” et lui prodigue une éducation particulièrement stricte. Elle reçoit notamment des conseils du célèbre Buffon pour son éducation ou encore des conseils de Mme de Genlis. C’est entre Paris et le château d’Acosta à Aubergenville (situé dans la vallée de la Seine près de Meulan) que Boniface passe toute son enfance. Mme de Castellane lui enseigne la littérature tandis que son père, le général de Castellane-Novejean, lui enseigne les sciences. De nombreux précepteurs tentent tant bien que mal de lui inculquer quelques notions de sciences ou de littérature mais l’enfant s’avère particulièrement inattentif. Certains précepteurs aux mœurs trop révolutionnaires sont renvoyés du foyer familial. Les études ennuient le jeune Boniface qui préfère déjà l’art militaire à l’art des Lettres. Sa mère écrit dans ses mémoires :

“Il n’a d’inclination que pour les jeux qui singent les exercices militaires. […] Si on le mène au salon des tableaux, il ne s’arrête que pour regarder ceux qui représentent quelques objets militaires ; les plus beaux tableaux qui ne traitent pas de ces sujets, ne le fixent pas un seul instant. […] Ce goût pour le militaire se reproduit sous toutes les formes, et, quand j’ai voulu tâcher de l’utiliser, en lui disant qu’une bonne instruction est absolument nécessaire à un homme qui veut suivre cette carrière, il répond qu’il commencera par être soldat, et que, c’est en pratiquant ce métier, qu’il l’apprendra.”

Boniface de Castellane commence sa carrière militaire le jour du sacre de Napoléon (2 Décembre 1804).
Il s’engage ainsi au 5ème Régiment d’infanterie en garnison à Pau. Sa première mission est la garde de la préfecture où son père habite en tant que préfet des Basses-Pyrénées depuis 1802. Son premier grand déplacement l’amène dans l’armée d’Italie, dans le 24
ème régiment de dragons sous les ordres du général Mermet. Il part combattre en 1808 en tant qu’aide de camp du général Mouton en Espagne où il participe aux batailles de Rioseco, Burgos. … Pendant la bataille de Burgos, il réussit, à lui tout seul, à prendre le canon d’un ennemi. C’est au milieu de Décembre 1808 qu’il devient officier d’ordonnances de Napoléon Ier.

L’empereur d’Autriche avait profité de la campagne d’Espagne pour réarmer son pays avec l’aide discrète du Royaume-Uni. En effet, la Grande Armée de Napoléon avait été affaiblie au cours de cette campagne.
En 1809, il suit donc l’empereur en Autriche où il s’illustre aux batailles d’Abensberg, Eckmul, Ratisbonne, Essling et Wagram.
Napoléon le nomme chevalier de la Légion d’Honneur avec une dotation de 2000 Francs par an. Plusieurs fois, le général Mouton avait demandé pour son jeune aide de camp le grade de capitaine et la légion d’honneur sans résultats. Jusqu’à la bataille de Wagram, Napoléon refuse, prétextant le jeune âge de Castellane.

Au début de sa carrière, c’est grâce au réseau de son préfet de père que Boniface enchaîne les promotions.
Une correspondance ininterrompue entre Castellane père et Castellane fils s’étale de 1804 à 1837 et témoigne d’une véritable influence du préfet sur les chefs de son fils. Le père souhaite qu’il ne manque de rien et qu’il soit bien traité : il envoie donc lui-même des recommandations à ses supérieurs pour veiller sur lui. Elle témoigne aussi d’un attachement filial fort depuis la mort de Mme de Castellane en 1805. C’est à partir de la campagne d’Autriche que le jeune aide de camp montre véritablement ses qualités militaires. Suite à cette campagne, il retourne quelques mois à Paris où il profite des fastes de la cour impériale et de la vie parisienne. Il est témoin du visage triste et serré de l’impératrice Joséphine qui venait d’être répudiée à cause du besoin d’héritier de Napoléon.

La Russie n’était pas présente aux côtés de la France pendant la campagne d’Autriche contrairement à ce que prévoyait l’accord conclu à Tilsitt en 1807. De plus, la Russie ne participe plus au blocus continental destiné à affaiblir les Anglais. Napoléon décide donc d’une intervention militaire en Russie.
Il sert par la suite en Russie en 1812 toujours en tant qu’aide de camp du général Mouton devenu comte de Lobau puis en tant que chef de bataillon à Moscou. Il devient en outre l’aide de camp du comte de Narbonne. Il participe donc à toutes les batailles en Russie dont la bataille de la Bérézina pendant laquelle il perd une partie de ses notes.
Pendant cet épisode resté célèbre dans l’Histoire, il a la main droite gelée et tombe plusieurs fois gravement malade à cause de cette blessure qui guérit mal. Cette campagne est une boucherie avec un bilan de 200.000 morts et 150.000 prisonniers français. Elle accélère le déclin de l’Empire français.

Lettre de Castellane à son père. 15 et 16 Décembre 1813. Ecrite successivement à Dirmstein puis à Worms en Allemagne. Collection personnelle.


A son retour dans sa famille, il est promu en 1813 colonel-major du 1er régiment des gardes d’honneur. Il se déplace à Hambourg en Autriche et passe préalablement par la ville de Worms. Il envoie depuis ces villes plusieurs régiments auprès de la cavalerie de la garde à Paris. Il épouse cette année Louise Cordélia Eucharis Greffulhe (1796-1847), issue d’une riche famille de banquiers, avec laquelle il aura 4 enfants. Castellane s’installe avec sa famille à Provins en 1815. Il dirige une unité de cavalerie légère pour la garde royale. A ce titre, le roi Louis XVIII le nomme en 1822 commandant du régiment des hussards de la garde royale.


En pleine expédition d’Espagne en 1824, Castellane est affecté à la tête de la division de Cadix. Très attaché à son père, dans une lettre du 9 Novembre adressée au général Henri Rottembourg, celui-ci écrit :

“Ne pas vouloir annoncer sa nomination à son père avant que le mouvement des troupes ne fut commencé d’autant plus qu’il serait possible que la France cédât aux sollicitations du Roi Ferdinand qui a dit ou envoyé un courrier à Paris demandant qu’on conclut avec lui un nouveau traité d’occupation à tout prix”.

Jugé trop bonapartiste, il est écarté un moment sous la Restauration avant de revenir sous Louis-Philippe qui l’élève Pair de France en 1837. Il est témoin de la conquête de l’Algérie sans y prendre une part active et se rend dans la région de Constantine aux côtés du Maréchal Valée en tant qu’inspecteur des armées. A son retour en France, il revient dans sa région d’enfance, dans les Pyrénées, où il filtre l’arrivée des Carlistes espagnols. La plupart des soldats espagnols sont enrôlés de force dans la légion étrangère pour servir en Algérie. Il accueille les proches de Don Carlos dont le général Cabrera en exil surnommé “le Tigre du Maestrazgo”. Les membres de cette cour itinérante autour de Don Carlos séjourneront en de nombreuses reprises chez Didier Petit de Meurville (chef des légitimistes dans la région lyonnaise) à la Sablière, à Caluire et Cuire, entre 1840 et 1846.
Le 26 Novembre 1842, Castellane écrit au comte de Salvandy depuis Perpignan les mots suivants à propos de la crise carliste :

“Ce coin des Pyrénées où je commande depuis 10 ans a repris de l’importance par les événements de Barcelone, le mécontentement était à son comble dans la péninsule où l’anarchie est complète. […] On fait des vœux à Barcelone pour une intervention française. Il y a dans l’armée d’Espartero, dans les armées spéciales particulièrement, beaucoup de partisans de la Reine Christine qui ne servent la régente qu’à regret. Un rien renverserait le Duc de la Victoire et cependant peut-être se maintiendrait-il quelques temps encore.”

A partir de Novembre 1847, il exerce son autorité à Rouen comme commandant de la 14ème division et réprime l’insurrection de 1848 avec beaucoup de force. Pour cette raison, celui-ci est révoqué et s’insurge contre la décision d’Arago, ministre de la Guerre. En réalité, Castellane lui fait bien trop d’ombre et son nom avait été brièvement prononcé pour rentrer au gouvernement, sans suite. C’est dans ce contexte qu’il rend compte à son ami le général Canrobert de son indignation, dans une lettre du 14 Avril 1848 :

“Mon rappel a été une faute politique, ce qui m’arrive est une suite de la position qui m’a été faite. D’après cela, je ne peux pas être compris dans l’organisation des 3 corps d’armée que l’on va former. […] Mon expérience de la grande guerre, ayant fait 3 campagnes auprès de l’Empereur […] j’aurais pu être utile au pays mais si on ne veut pas m’employer, il est possible que je prenne ma retraite et dans ce cas, je me fixerai à Rouen.”

Les événements suivants vont le désapprouver. En Avril 1850, le général Castellane s’installe définitivement à Lyon en tant que commandant supérieur de l’Armée de Lyon et en tant que commandant des 5ème et 6ème divisions militaires. Il mate l’insurrection lyonnaise de Décembre 1851 sans faire tirer un coup de feu. Il avait envoyé l’armée directement dans les foyers révolutionnaires où se fomentaient les révoltes, avant même qu’elles ne se déclarent. Par son autorité, il se fait respecter très vite des Lyonnais. Le général Castellane impose en outre le port systématique de l’uniforme. Les Lyonnais lui offrent en son hommage une épée d’honneur ainsi qu’une médaille en bronze dessinée par Chenavard, sculptée par Bonnet. Au revers de cette médaille, on peut lire : “Dieu aidant. Au général de Castellane et à l’armée de Lyon pour avoir préservé la cité de la guerre civile dans les jours de Décembre 1851. Les Lyonnais reconnaissants.”

La dernière grande promotion de Castellane vient le 2 Décembre 1852, le jour du coup d’état du prince-président qui devient empereur : Napoléon III l’élève au rang de Maréchal de France. Dès lors, Castellane devient un gouverneur très actif dans la région.
Le sculpteur Schmitt lui dédie une seconde médaille en bronze avec la devise des maréchaux
“Honos ab armis” (“Honneurs aux armées”).

Il formait avec le cardinal de Bonald et le préfet Vaïsse un trio qui permet le réaménagement de Lyon. A une époque où on repense la Ville, il influence notamment la réfection de la Presqu’île lyonnaise. On construit les premiers immeubles style haussmannien en remplacement des ruelles médiévales étroites. En plus de raisons hygiéniques, ces nouveaux quartiers doivent permettre de prévenir des insurrections et l’armée peut circuler plus facilement.
En 1851, à la demande de Louis-Napoléon Bonaparte, le Maréchal de Castellane crée à proximité de Lyon, sur un terrain en friches, le camp de Sathonay (Sathonay-Camp).
Le terrain est loué par la commune de Sathonay pour neuf ans, moyennant une somme de 8 à 10.000 Francs par an. Ce camp est inauguré en Juin 1853 après une messe solennelle. Le célèbre abbé Faivre devient l’aumônier du camp. Au départ, le camp est composé de tentes en toile simples puis des baraquements sont construits et se modernisent avec le temps, on y installe entre autres l’eau courante. Castellane crée des voies d’accès entre le Rhône et la Saône dont la montée des Soldats en 1856 et la montée Castellane la même année (anciennement montée St Boniface). Il est le promoteur de la Voie de la Dombes (ou Voie Verte). En effet, il pensait déjà construire une voie qui relierait Lyon à Sathonay.
C’est par son action que sont créés : la caserne militaire de la Part-Dieu (appelée alors quartier de cavalerie de la Part-Dieu) et un hôpital dans la caserne des Collinettes à la Croix-Rousse afin d’accueillir les soldats blessés revenant de Crimée.
Chaque année, il organise à Lyon un défilé militaire le long de la nouvelle rue de l’Impératrice (rue de la République) qui fait chaque année l’admiration des Lyonnais. Quand Napoléon III assiste aux défilés à Lyon, les deux hommes partagent ensemble leur passion commune pour les femmes en observant de loin, avec leurs lorgnons, les spectatrices présentes le long des rues. Chaque année, l’empereur se plait à rendre visite à Castellane qu’il admire beaucoup. En effet, le Maréchal a bien connu son oncle et il est un témoin important des grandes batailles de l’Empire. Il est en outre le plus âgé de ses maréchaux et le plus expérimenté. Napoléon III lui demande donc souvent des conseils en politique ou dans la gestion de l’armée. Régulièrement, le maréchal organise dans les forts de Montessuy à Caluire des simulacres de siège auxquels toute personne a le droit d’assister, moyennant une autorisation signée par Castellane. Pour un de ces simulacres, il invite les ambassadeurs du Siam de passage en France.

Invitation pour assister au simulacre de siège à Montessuy signée du maréchal de Castellane le 13 Juin 1861. Collection personnelle.

Le 31 Juillet 1861, c’est au tour du Maréchal Randon, ministre de la guerre et son épouse d’assister à un simulacre dans les forts de Montessuy. Ils avaient visité précédemment la caserne de cavalerie de la Part-Dieu et le Parc de la Tête d’Or, deux récentes réalisations. A cette occasion, l’épouse du maréchal Randon a l’honneur de mettre le feu à une fusée, donnant ainsi le signal d’attaque. Ces derniers se rendent ensuite au camp de Sathonay où l’abbé Faivre, aumônier du camp, les accueille.

Sentant sa fin proche, le Maréchal entreprend de faire édifier son tombeau à Caluire et Cuire sur la montée Saint-Boniface. Une première chapelle en granit est construite en 1857. Il emploie ainsi ses propres soldats et supervise lui-même, jusqu’aux plans, la construction de la chapelle. Il fait graver sur la pierre tombale disposée devant l’autel quatre mots : “Ci gît un soldat”. Il meurt le 16 Septembre 1862 dans son quartier général de l’Hôtel Boissat à Lyon, près de Bellecour. Deux soldats en marbre (un grenadier et un dragon), œuvres de Guillaume Bonnet, gardent pour l’éternité sa tombe. Un caisson présent au-dessus de l’autel présente tous les corps d’armée. La chapelle se dégradait au point que la ville de Lyon doit la reconstruire en 1865. On en profite pour construire en face du monument une maison pour le gardien. L’inauguration a lieu le 5 Juin avec la bénédiction de l’abbé Faivre, en présence des enfants du Maréchal qui donnent dès lors une pension annuelle pour l’entretien de la chapelle et le gardien du tombeau.

Sa fille, la comtesse de Baulaincourt désirant lui rendre un hommage posthume avant sa propre mort, publie l’ensemble de ses notes entre 1895 et 1897. Ce journal représente l’unique œuvre littéraire de Castellane rendant compte de toute sa vie militaire de 1804 à 1862, une source précieuse pour les historiens. Une partie de ses carnets furent perdus pendant le passage de la Bérézina en 1812. De même, la comtesse de Baulaincourt fait publier toute sa correspondance qu’il tint avec des généraux, soldats, maréchaux, politiques en provenance d’Algérie, de Crimée, …

Castellane est aussi resté dans l’Histoire pour ses mots plaisants, ses frasques et son caractère hors du commun dont il existe quantité de citations comme celle-ci qui résume le personnage :

” il faut prendre les femmes par la douceur, les hommes par le sentiment de l’honneur, les enfants par l’émulation et les dragées, les imbéciles par la vanité et les brutes par la crainte.”

La première biographie du Maréchal de Castellane préfacée par David Chanteranne avec la collaboration de Jean-Philippe Rey sera publiée courant 2020 aux éditions du Poutan. Afin d’illustrer mon ouvrage et par passion, je me suis constitué avec le temps un fonds d’archives considérable. J’espère le faire connaître auprès des historiens et des passionnés, comme auprès de tous ceux intéressés par la vie de ce personnage de notre Histoire nationale, tombé dans l’oubli. 


Par Maxime DEHAN

Sources

– Le Maréchal de Castellane. 2015. Maxime DEHAN. Revue n° 41 de l’ Académie de la Dombes.
– Fonds d’archives Castellane personnel.

– Archives numérisées par Google Books.
– Journal du Maréchal de Castellane (1804-1862). Paris. Publié en 5 volumes entre 1895 et 1897. Editions Plon.
– L’éducation du Maréchal de Castellane. Notes écrites par sa mère publiées pour la société des bibliophiles du Béarn. 1877. Pau.

 

Images d’illustration :

Portrait photographique de Boniface de Castellane, maréchal de France. Années 1850. Eugène Disdéri (1819-1889), photographe officiel de Napoléon III. Collection personnelle.

– Lettre de Castellane à son père. 15 et 16 Décembre 1813. Ecrite successivement à Dirmstein puis à Worms en Allemagne. Collection personnelle.

– Médailles en bronze à l’effigie de Castellane. Années 1850. Collection personnelle :
médaille dessinée par Antoine-Marie Chenavard (1787-1883), sculptée par Guillaume Bonnet (1820-1873).
médaille dessinée et sculptée par Jean Louis Michel Schmitt (1807-1890).

– Invitation pour assister au simulacre de siège à Montessuy signée du maréchal de Castellane le 13 Juin 1861. Collection personnelle.

– La chapelle sépulcrale du maréchal de Castellane dans la montée Castellane à Caluire et Cuire. Photographie personnelle.


Maxime DEHAN

Né le 19 Janvier 1990 à Villeurbanne. - Ingénieur en informatique de profession. - Membre de l'Académie Littéraire et Historique du Val de Saône. - Membre correspondant de l'Académie de la Dombes, administrateur. - Membre de la Société d'Histoire de Lyon. - Ancien président de l'association Histoire et Patrimoine de Caluire Et Cuire, membre de la Société d'Histoire de Lyon. - rédacteur de la page Facebook "Les Amis du Patrimoine : Caluire Et Cuire - Croix-Rousse". https://www.facebook.com/CaluirePatrimoine Publications : - Boniface de Castellane, maréchal de France. 2020. Editions du Poutan. Préface de David Chanteranne. - Didier Petit de Meurville suivi de l'Histoire abrégée de la Sablière. 2013. Editions du Poutan. (résumé publié dans les actes du colloque de l'Union des Sociétés Historiques du Rhône en 2013) - Jules Micol (1822-1900), peintre des Beaux-Arts de Lyon, dessinateur sur tissus et photographe. 2018. - Le Maréchal de Castellane. Revue de l'Académie de la Dombes. 2015. - Histoire de la Salle Gayet. Revue de l'Académie de la Dombes. 2019. - Histoire de l'Oratoire à Caluire et Cuire. 2019. - Histoire de la maison Bissardon à Caluire et Cuire. 2014. - Histoire du portrait tissé de Jacquard d'après Bonnefond. 2019. - Jean Cléberger dit le Bon Allemand. 2019. - Articles pour la revue spéciale Lyon People "Châteaux et demeures remarquables de Caluire et Cuire". 2019.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Belle biographie. Par contre ce qui m’interpelle C’est le lieu où il est décédé. Je connais cet hôtel sous l’appellation d’hôtel de Varissan d’après les sources consultées. Le préfet s’y est installé en 1807 avec le commissaire général de police et ce jusqu’à la construction de la préfecture place des Jacobins. Ensuite, cet hôtel compris dans le quadrilatère rue Sala, rue Boissac et actuelle rue Victor Hugo est devenu l’hôtel du gouverneur militaire de Lyon

    • Maxime Dehan dit :

      Bonjour,

      Cet hôtel particulier est connu sous plusieurs noms, au gré de ses nombreux propriétaires. J’ai souvent trouvé dans mes propres sources le libellé d’hôtel de Boissat du nom d’André de Boissat qui fit percer la rue “Boissac” actuelle au milieu du 17ème siècle.
      Lhôtel a été racheté par la famille Croppet de Varissan au 18ème, d’où ce nom dans de nombreuses autres sources.
      Bien entendu, il s’agit du même bâtiment et les sources modernes usent des deux termes.

      Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.