PERSONNAGE/Pierre BERTRAND, président de la délégation spéciale, puis maire nommé (20/01/1943-03/09/1944)

Pierre Louis André Bertrand est né le 3 décembre 1897 au 9 rue Molière dans le 6e arrondissement de Lyon1, le domicile de ses parents, François Bertrand, fabricant de soieries, et Marie Louise Joséphine Michaud.

Pierre Bertrand est bachelier en 1914 après des études chez les frères Maristes de Saint-Chamond (Loire). Voulant être médecin, il entre au service des pansements de l’Hôtel-Dieu de Lyon. Mobilisé en 1916, il est affecté à l’hôpital de Montigny-sur-Vesles (Marne). De retour, il devient interne en 1921 puis médecin en 1925. Le 3 avril 1930, il épouse à Lyon Marthe Marguerite Marie Giraud2. Ils ont cinq enfants. En 1937, il devient responsable du pavillon des urgences de l’Hôpital Édouard-Herriot.

Le 14 janvier 1943, un arrêté de Pierre Laval, chef du gouvernement, dissout le Conseil municipal et institue une Délégation spéciale. Pierre Bertrand en est nommé Président et est installé le 20 janvier. Puis il est nommé maire par arrêté ministériel le 10 février 1943, et installé le 19 février.

Bombardement de Lyon par l’aviation alliée le 26 mai 1944, 3 quai Perrache
(Archives municipales de Lyon – AML –, 3PH/25)

Pendant les fonctions de Pierre Bertrand, la Ville de Lyon vit entre autres :

  • son bombardement par l’aviation américaine le 26 mai 19443,
  • la venue du Mal Pétain le 5 juin 19444 (il est informé du débarquement allié en Normandie au petit matin du 6 juin alors qu’il passait la nuit à Collonges avant de se rendre à Saint-Etienne),
  • l’enterrement de l’unique conseillère municipale Jeanne Chevenard. Née Jeanne-Mélanie Viollet, cette syndicaliste ralliée à Vichy par anticommunisme est abattue par la Résistance dans le jardin de sa résidence à Parilly (Vénissieux) le 29 juin 1944.

La foule se masse sur le coteau de Fourvière, sous le Chemin Neuf, pour assister aux funérailles des victimes des bombardements du 26 mai 1944 place Saint-Jean
(AML, 6PH/1055)

Le 3 septembre 1944, un arrêté d’Yves Farge, Commissaire de la République, suspend le Conseil municipal et la délégation spéciale. Pierre Bertrand est démis de ses fonctions.

Le 11 novembre 1944, sur mandat d’arrêt d’Yves Farge, Pierre Bertrand est écroué à la prison Saint-Paul dans une affaire de dénonciations de médecins lyonnais à la suite desquelles plusieurs ont été fusillés. Relâché le 25 décembre 1944, il bénéficie d’un non-lieu.

Sur proposition d’Édouard Herriot, il reçoit la Légion d’honneur en 1954 pour faits de résistance.

Il meurt à Ramatuelle (Var) le 18 octobre 1980.

Signature autographe, AML, 2E/2535, 1930

 

Par Anne FOREST, archiviste, Archives de Lyon

Sources
  • BEGHAIN (P.), BENOIT (B.), CORNELOUP (G.) et THEVENON (B.), Dictionnaire historique de Lyon, Ed. Stéphane Bachès, Lyon, 2009 (AML, 1C/601273)
  • Tableau des conseils municipaux, élections des maires et adjoints, registre, 1878-1952 (AML, 2574W/1)
  • Coupure de presse « La Liberté » du 13 novembre 1944, in Dossier biographique concernant Pierre Bertrand (AML, 3C/320)

 

  1. Archives municipales de Lyon –AML–, 2E/1828, acte n° 936 []
  2. AML, 2E/2535, acte n° 184 []
  3. BENOIT (B.), Le bombardement de Lyon du 26 mai 1944, blog Histoires lyonnaises, 26 mai 2017 []
  4. https://m.ina.fr/video/AFE86002749/le-marechal-petain-a-lyon-et-a-saint-etienne-le-6-juin-1944-video.html []

Anne FOREST

Archiviste, Archives de Lyon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.