DANSE/La Maison de la Danse

HISTOIRE RACONTÉE PAR SES PIONNIERS
L’esprit visionnaire de cinq chorégraphes

Le 17 juin 1980, c’est à Lyon que nait la première Maison de la Danse en France.
L’histoire commence par un défi lancé dès 1977 par cinq personnalités de la danse : Claude Decaillot, Michel Hallet Eghayan, Lucien Mars, Hugo Verrecchia et Marie Zighéra. Profondément ancrés dans leur temps et unis au sein du collectif ADRA (Action Danse Rhône-Alpes), ils revendiquent alors ce qui n’existait pas : un lieu dédié exclusivement à leur art.


Dans un contexte propice au renouvellement de la pensée de la danse dans le monde, leur projet s’inscrit dans la dynamique des grands chorégraphes de l’époque dont ils s’inspirent pour faire émerger la « Nouvelle danse française » des années 1970-1980, à l’instar du Théâtre du Silence, à La Rochelle.

Inauguration de la Maison de la danse © Archives le Progrès

La Ville de Lyon et son Adjoint à la Culture Joannès Ambre s’y intéressent et concèdent l’ancienne Salle des fêtes de la Croix-Rousse (l’actuel Théâtre) que l’architecte-scénographe Georges Bacconnier-Berjot transforme pour l’adapter aux exigences de la danse.
Sur proposition de Marie Zighéra, la direction artistique de la Maison de la Danse, administrée sous la forme d’une Scop, est confiée à Guy Darmet, alors journaliste à Résonance, revue des Arts Lyonnais dirigée par Régis Neyret. Henri Destezet en devient le directeur général.

Francisque Collomb, Guy Darmet, Joannès Ambre, Merce Cunningham et Jean Palluy / Biennale 1984 © Christian Ganet

Un succès inattendu

Le succès de la première saison est inattendu dépassant les prévisions les plus optimistes. Le public, les professionnels, les institutions et les médias témoignent de l’intérêt porté à l’originalité de l’entreprise. L’importance d’un espace pour la danse est démontrée.

En 1984, Guy Darmet crée la Biennale de la danse, puis, sur le terrain des événements populaires initiés par la Féria espagnole du Vieux-Lyon de 1992 et la Fête aux couleurs africaines de 1994, il imagine le fameux Défilé s’inspirant du Carnaval de Rio.
Le premier aura lieu le 15 septembre 1996 lors de la Biennale dédiée au Brésil. « Grand corps collectif », populaire et fédérateur, le défilé se poursuit depuis 20 ans, réunissant chaque fois 4 000 danseurs et 300 000 spectateurs en symbiose totale, entre passion de la danse, diversité sociale et amour de la ville.

Le Défilé 2014 « Vas, Vis et Danse » Compagnie Dyptik © Lucas Manificat

Le Défilé 2014 « Vas, Vis et Danse » Compagnie Dyptik © Lucas Manificat

Bien que s’étant imposée dans le paysage culturel national, en 1985 les coupes budgétaires mettent l’institution en péril. Guy Darmet crée alors l’association « Lyon Capitale de la Danse » destinée à promouvoir et à soutenir financièrement la Maison de la Danse par le biais du mécénat d’entreprise.
Lieu de diffusion, de création, mais aussi de mémoire et de transmission, l’institution culturelle innove avec la création en 1990 d’une vidéothèque internationale dédiée à la danse et consultable par le grand public, une première en France.
Enfin, vient le site internet numeridanse.tv qui permet l’accès en ligne à ses archives.

En septembre 1992, la Maison de la danse poursuit son développement.
Elle emménage dans l’emblématique Théâtre du Huitième construit à la fin des années 1960 par l’architecte Pierre Bourdeix pour accueillir le Centre Dramatique National de Lyon dont la direction artistique avait été confiée d’abord à Marcel Maréchal à la tête de la Compagnie du Cothurne. Elle trouve là une scène et une salle de 1100 places à sa mesure, un studio de répétition et de résidence d’une superficie de 300 m2 ainsi qu’un vidéo-bar-restaurant.


Quand Lyon fait danser le monde

A partir de 1998, le développement des politiques de décentralisation culturelle* constituent une étape majeure pour la reconnaissance de Lyon comme ville phare de la danse en France et dans le monde.

La Maison de la Danse maintient depuis 35 ans le cap d’une maison vouée à toutes les danses et à tous les publics. Sa programmation va des chorégraphes majeurs du XXème siècle aux jeunes créateurs et propose chaque saison entre 30 et 40 spectacles montés par des compagnies nationales et internationales pour offrir environ 200 représentations à plus de 150 000 spectateurs.

Samba Tarentelle Place Bellecour, Défilé 2014

Samba Tarentelle Place Bellecour, Défilé 2014

En juillet 2011, la direction de Dominique Hervieu succède à celle de Guy Darmet, poursuivant l’extraordinaire aventure tout en restant fidèle à la mission de faire découvrir la danse au plus grand nombre.
En suscitant notamment l’intérêt des enfants et des adolescents des quartiers – le public de demain – et en valorisant les pratiques amateurs intergénérationnelles, la Maison de la Danse crée d’innombrables vocations artistiques qui s’exportent aux quatre coins du monde.

A l’heure où la culture et l’acte artistique sont mis en danger par un climat de crise et de crispation, il est essentiel de conserver cet esprit d’ouverture et l’universalité des valeurs dont témoigne la vitalité de la danse à Lyon et sa région, quant à ce qu’elle continue de rayonner, de faire rayonner la ville, d’apporter de la beauté au monde… et d’en recevoir.

Des utopies d’hier au patrimoine de demain

Aujourd’hui encore, la Maison de la Danse est un lieu unique en son genre en Europe.

Elle a fait prendre conscience aux Lyonnais que la danse faisait partie de leur patrimoine, enrichissant les autres patrimoines présents dans la cité. Son prochain développement devrait se concrétiser en 2018 avec l’ouverture de « l’Atelier de la danse », espace de création et de rencontres sur 1 700 m2 dans l’ancien Musée Guimet, boulevard des Belges.

L’histoire retiendra l’engagement formidable de ceux qui en furent les pionniers, auxquels il ne faut pas oublier d’ajouter des personnalités comme Maguy Marin, Kilina Krémona, Régine Chopinot ou Pierre Deloche.
Tous ces artistes ont tissé à leur manière un lien très fort avec une ville en constante évolution.

Babel 8.3 « la mosaïque des cultures », mai 2015 © Christian Ganet

Babel 8.3 « la mosaïque des cultures », mai 2015 © Christian Ganet

Ayant participé moi-même à plusieurs Défilés de la Biennale, des sables du Sénégal aux pavés de Lyon, de Babel 8.3 « la mosaïque des cultures » au groupe amateur Terra Mater, j’ai le profond sentiment qu’on habite d’abord son propre corps qui est le patrimoine vivant de chacun, comme on habite une maison, un quartier ou une ville, au cœur des utopies humaines qui deviendront les réalités et le patrimoine de demain.

Par Philippe Carry
L’horloger de Saint-Paul – Artisan et danseur

Les pionniers de la Maison de la Danse


Les pionniers de la Maison de la Danse en janvier 1978 © Archives le Progrès

Les pionniers de la Maison de la Danse en janvier 1978 © Archives le Progrès

1. Claude Decaillot (†2010) créée d’abord le Théâtre du Mouvement, Centre de danse, de création et de développement culturel, puis la Compagnie Théâtre Pied Nu avec Annie Legros et Lila Nett en 1973. Ensemble, elles chorégraphient de nombreux spectacles mettant la danse au cœur de l’espace public et produisent des vidéos danse.

2. Michel Hallet Eghayan crée la Compagnie Hallet Eghayan en 1977, une école et un théâtre « Aux Échappées Belles » pour y donner ses représentations (80 pièces à son actif). Il rédige plusieurs ouvrages, instaure le concept de danse-études et développe « l’Art sous toutes ses coutures » au cœur de la cité à l’image du Festival des enfants à la Duchère.

3. Lucien Mars (†2000), maître de ballet à l’Opéra de Lyon aux côtés de Françoise Adret, initie en 1978 les cours du conservatoire et constitue l’Association Danse Rhône-Alpes. En collaboration avec Bénédicte Pesle, agent de Merce Cunningham, il invite de prestigieux chorégraphes au Théâtre du Huitième, préfigurant avant l’heure la Maison de la Danse.

4. Hugo Verrecchia, de formation classique et contemporaine, a dansé à l’Opéra de Lyon avant de monter sa propre compagnie, La Traboule, en 1975, devenue par la suite Utopia. Formé à la sophrologie, il est aussi thérapeute. Son parcours comprend plus de 40 créations chorégraphiques et théâtrales.

5. Marie Zighéra, danseuse et chorégraphe, arrive sur Lyon en 1970 pour régler les ballets de Marcel Maréchal. Elle met sur pied le Centre pour les Arts de la Scène et de l’Image (TDMI), la première Biennale Off en 1988, organise avec Sylvie Artel les Rencontres Vidéo-Danse de Création à Lyon et « Appel d’air », le Festival Cinéma-Danse de Dieulefit.

Sources :
Maison de la Danse, Archives Municipales de Lyon, ArlyoMag webzine, Bibliothèque Municipale de Lyon, CND, INA, Florence Poudru « Un siècle de danse à Lyon », « La danse, corps manifestes » sous la direction de Stéphane Lebard, Nathalie Suchet « Lyon, capitale de la danse ? », Francisque Collomb « discours inaugural », Michel Hallet Eghayan, Annie Legros, Hugo Verrecchia, Marie Zighéra, François Cohendy, Christian Ganet, Guy Darmet, Dominique Hervieu, Xavier Phélut, Stéphanie Claudin, Jean-Paul Brunet, Yves Neyrolles.

Notes :
1 – Merce Cunningham, Alwin Nikolaïs, Carolyn Carlson, Maurice Béjart
2 – Scop : Société Coopérative Ouvrière
3 – 1998, le Centre National de la Danse ouvre une antenne à Lyon


Philippe CARRY

Philippe Carry est "L'Horloger de Saint-Paul", maître horloger d'art, restaurateur, conservateur du patrimoine agréé Monuments Historiques. Membre de l'Institut National des Métiers d'Art de France, il est par ailleurs passionné d'art vivant, d'histoire sociale, de mémoire urbaine et auteur.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. CARRY dit :

    Bonjour et MERCI chers amis de votre transcription de l’article sur la Maison de la Danse sur le Blog d’HISTOIRES LYONNAISES, dont une très belle mise en page en est ici faite qui met parfaitement en valeur, entre-autre, les documents d’archives l’accompagnant.
    Restituer la « vérité de l’histoire » en rendant hommage à ces pionniers, « vrais » fondateurs de la Maison de la Danse, tel a été mon objectif.
    Il semble, à cet égard, que l’ultime partie de mon texte ne vous soit pas parvenue dont voici ci-après le contenu constituant sa fin. L’information ainsi complétée des présentations de deux autres pionniers (ils sont bien cinq au total !) et – important – les sources à partir desquelles l’histoire a pu être reconstituée, de manières non-exhaustive cela étant, vous sont ainsi transmises.
    En vous remerciant infiniment d’apporter au texte le complément qui suit,…tout-à-fait indispensable.
    BRAVO encore de votre contribution à la diffusion des articles des passionnés que nous sommes !
    Philippe Carry, auteur.
    ___________________

    4. Hugo Verrecchia, de formation classique et contemporaine, a dansé à l’Opéra de Lyon avant de monter sa propre compagnie, La Traboule, en 1975, devenue par la suite Utopia. Formé à la sophrologie, il est aussi thérapeute. Son parcours comprend plus de 40 créations chorégraphiques et théâtrales.

    5. Marie Zighéra, danseuse et chorégraphe, arrive sur Lyon en 1970 pour régler les ballets de Marcel Maréchal. Elle met sur pied le Centre pour les Arts de la Scène et de l’Image (TDMI), la première Biennale Off en 1988, organise avec Sylvie Artel les Rencontres Vidéo-Danse de Création à Lyon et « Appel d’air », le Festival Cinéma-Danse de Dieulefit.

    Sources : Maison de la Danse, Archives Municipales de Lyon, ArlyoMag webzine, Bibliothèque Municipale de Lyon, CND, INA, Florence Poudru « Un siècle de danse à Lyon », « La danse, corps manifestes » sous la direction de Stéphane Lebard, Nathalie Suchet « Lyon, capitale de la danse ? », Francisque Collomb « discours inaugural », Michel Hallet Eghayan, Annie Legros, Hugo Verrecchia, Marie Zighéra, François Cohendy, Christian Ganet, Guy Darmet, Dominique Hervieu, Xavier Phélut, Stéphanie Claudin, Jean-Paul Brunet, Yves Neyrolles.

    1 – Merce Cunningham, Alwin Nikolaïs, Carolyn Carlson, Maurice Béjart
    2 – Scop : Société Coopérative Ouvrière
    3 – 1998, le Centre National de la Danse ouvre une antenne à Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *