PATRIMOINE/Les prisons de Perrache

La ville de Lyon a longtemps hébergé en Presqu’île deux établissements pénitentiaires importants1, les prisons Saint-Joseph et Saint-Paul, qui ont marqué le tissu urbain et humain du quartier de Perrache2. Avant d’en restituer brièvement l’histoire, il convient d’évoquer les autres lieux de détention à Lyon et ailleurs3.

Les anciennes prisons de Lyon

A la Révolution, la prison change de fonction. Conçue jusqu’alors pour être un poste de sûreté où l’on enferme les individus en attente d’un châtiment, elle s’impose désormais comme un lieu où les condamnés purgent une peine : la privation de liberté. Dans ce contexte, le nombre de détenus augmente et la Ville de Lyon n’est pas équipée pour les recevoir.

Au début du XIXe siècle, deux prisons existent à Lyon. La première, contiguë au Palais de Justice du quartier Saint-Jean, remonte au Moyen-Âge : c’est la prison de Roanne.

Joannès Drevet, “Lyon de nos pères”, p. 221 : portes de la prison de Roanne

Reconstruite en 1784 comme une forteresse, cette maison d’arrêt et de justice reçoit les prévenus qui attendent leur jugement, les accusés qui doivent passer en cour d’assises et les condamnés à mort ou aux fers dans l’attente de l’exécution de leur peine. La deuxième est la prison Saint-Joseph, qui est installée pendant la Révolution dans d’anciens bâtiments au sud de la place Bellecour. Cependant, ces locaux ne répondent pas aux normes de sécurité d’une prison. C’est pourquoi seuls les condamnés à moins d’un an sont enfermés dans cette maison de correction.

Plan du premier étage des prisons nouvellement construites à Lyon Par Pierre Gabriel Bugnet (03/02/1789)

Pour les longues peines, le décret impérial du 16 août 1808 crée des maisons centrales de détention. Il n’en existe pas dans le Rhône et les condamnés sont pour la plupart envoyés à Riom, dans le département du Puy-de-Dôme.

La prison Saint-Joseph4

Le bail de la prison Saint-Joseph expire à la Saint-Jean 1828 et sa démolition permettrait de prolonger la grande rue de Bourbon, actuellement rue Victor-Hugo, jusqu´à Bellecour.

De longues négociations sur l’emplacement de la prison se mettent en place entre le Département du Rhône et la Ville de Lyon. Le Conseil municipal souhaite céder un emplacement d’environ 22 000 m2 pour la construction d’une maison de détention dans la presqu’île de Perrache et sur des terrains appartenant à la Ville. En contrepartie, la Ville pose comme condition qu’aucune participation financière ne lui soit demandée pour la construction de la prison.

Un rapport fait à la Société de médecine de Lyon par la Commission chargée d’examiner l’état sanitaire du quartier Perrache en août 1825 vient contrecarrer ce projet : le lieu est insalubre. On y déplore en effet gastrites, colites, dysenteries, fièvres et autres maladies.

Le préfet propose alors un site plus rapproché de la Saône, la Ferratière.

Le projet de reconstruction est mis au concours et c’est Louis-Pierre Baltard, professeur à l’Ecole royale des Beaux-Arts et architecte des prisons de Paris, qui l’emporte. Mais le nouveau site choisi s’avère également insalubre.

En décembre 1826, le Conseil général décide que la prison sera désormais établie à l’angle nord-est de la presqu’île Perrache, un emplacement situé côté Rhône tout près du cours du Midi. Un rapport du conseil de salubrité daté du 30 août 1826 donne un avis rassurant : le terrain serait sec et bien aéré.

Plans parcellaires du secteur 262 (1874)

Le choix de l’emplacement n’est pas le seul à se révéler épineux. Le plan même du bâtiment donne aussi lieu à un certain nombre de discussions, dans un contexte international de réflexion et de débats multiples sur les prisons5.

Depuis 1791, l’emprisonnement est le système de répression remplaçant le supplice qui tenait lieu de forme punitive sous l’Ancien Régime. Un véritable courant philanthropique, qui prend ses sources dans le siècle des Lumières puis les progrès du libéralisme, favorise une réflexion sur le système pénitentiaire. On s’attache à améliorer la condition des détenus tout en limitant le coût de l’entretien des établissements6.

Deux systèmes s’opposent, inspirés tout deux d’expériences anglo-saxonnes : l’un qui prône un isolement rigoureux où les détenus sont enfermés jour et nuit dans des cellules – c’est le système dit « Pennsylvanien » –7 ; l’autre qui s’articule autour de réfectoires et ateliers où les détenus mangent et travaillent en commun, et de cellules individuelles pour la nuit (c’est le système dit « Auburnien », moins coûteux et psychologiquement moins rude8).

Ainsi, les recherches pour tenter d’améliorer le système pénitentiaire sont à Lyon le reflet de ce qui se passe en Occident, notamment sur la condition des enfants détenus. La principale problématique est de mettre les enfants à l’abri de la contagion des prisons. A cette époque, des enfants qui souvent n’ont pas plus de 9 à 10 ans sont mis sous les verrous. Sans pain, sans vêtements, sans asile, sans parents ou bien appartenant à des parents vicieux ou criminels, ils sont regroupés dans une maison pénitentiaire moins pour y purger une peine que pour être à l’abri de la misère et la corruption.

A Saint-Joseph, la solution finalement adoptée associe dortoirs pour les adultes et cellules pour les enfants. Le souci de séparer les différentes catégories de détenus, sous-tendu par la volonté nouvelle d’amender le détenu et d’éviter la récidive, est primordial. Pour autant, le plan radial n’est pas retenu par l’architecte Baltard et ce malgré les revendications de la commission administrative.

Les travaux débutent en 1827 et sont achevés en 1831. L’édifice s’étend sur une superficie de 10 416 m2 selon un plan symétrique rectangulaire : au centre la geôle et la chapelle, à l’est le bâtiment réservé à l’administration ; à l’ouest, un corps de bâtiment regroupant des services d’intérêt général et l’infirmerie ; sur les côtés nord et sud, six corps de bâtiments où les détenus sont répartis selon une classification précise : les femmes, les condamnés pour dettes, les jeunes condamnés, les forçats, les transférés et les correctionnels.

Le résultat est une réussite aux yeux des institutions de l’époque : le rapport de l’inspection faite en septembre 1830 au Préfet par le conseil de salubrité est dithyrambique. Les considérations hygiénistes, axées sur la circulation et le renouvellement de l’air ainsi que sur une large pénétration de la lumière, y sont nombreuses et contribuent au projet de moralisation. Le succès est tel que de jeunes détenus de plusieurs départements du Midi sont envoyés au pénitencier de Perrache qui devient, de fait, interrégional9.

Néanmoins, dès 1839 soit huit ans après son ouverture, la prison souffre déjà d’une surpopulation qui fait plier tous les beaux principes : prévue pour 200 détenus,  elle en compte désormais plus de 350. En 1840, on compte près de 120 enfants au pénitencier.

Projet de prison préventive pour la Ville de Lyon par Antoine Louvier (Saint-Paul et Saint-Joseph, 19 août 1852).

La prison Saint-Paul10

La construction de cette prison est envisagée dès 1847. Selon le vœu des magistrats, elle est prévue dans le quartier Saint-Paul à proximité du Palais de Justice, d’où son appellation de prison Saint-Paul. Sur proposition du sénateur Vaïsse, chargé de l’administration du Rhône, le Conseil général, dans la session de 1859, décide de l’emplacement de la nouvelle maison d’arrêt dans le quartier Perrache, dans le voisinage de la maison de correction.

Le 14 février 1860, l’architecte Antonin Louvier en dresse les plans. Ce projet est bien différent de celui de la prison Saint-Joseph, car il met en application une conception plus fonctionnelle de l’espace carcéral.

La rotonde, cœur administratif et stratégique du bâtiment, permet une surveillance optimale des prisonniers tout en limitant le personnel. Cinq bâtiments rayonnants permettent de séparer les détenus en diverses catégories, conformément aux instructions ministérielles, afin d’éviter « la contagion morale » entre les hommes.

Cette architecture, dite panoptique, révèle ainsi toute une entreprise d’ « orthopédie sociale ». La rééducation des délinquants est également fondée sur le travail et le repentir des prisonniers : c’est pourquoi la chapelle à une place privilégiée au cœur de l’édifice.

Le programme est conçu pour 550 détenus répartis en « 7 quartiers ». Le bâtiment central est occupé au rez-de-chaussée par la salle centrale de surveillance et les parloirs correspondant à chacun des quartiers. Au premier étage, la chapelle est divisée en six compartiments qui communiquent directement avec leurs quartiers respectifs et les galeries de surveillance. De chaque côté de la cour d´entrée se trouvent le bâtiment affecté aux logements des employés, avec corps de garde, remise et écurie, et le bâtiment des services généraux avec boulangerie, buanderie, séchoirs, lingerie et bureaux pour l’entrepreneur de ces services. Chaque quartier est accompagné d´une cour assez vaste pour servir de promenoir, avec au fond un atelier de travail pour les prévenus.

Le projet prévoit la mise en communication de la maison d’arrêt avec la maison de correction à l’aide d’un tunnel passant sous la rue Delandine. La prison est mise en service en 1865. En janvier 1885, l’architecte du département du Rhône, Henri Moncorger, présente les plans de transformation de la maison d’arrêt et de justice de Lyon en prison cellulaire, en application de la loi du 5 juin 1875 prescrivant le régime cellulaire aux prisons départementales pour les détenus condamnés au plus à un an et un jour d’emprisonnement. Les travaux sont adjugés le 26 mars 1890 et fin mars 1896, la transformation de cet établissement en prison cellulaire est complètement terminée.

En 1984, le Maire de Lyon oppose un refus au projet d’agrandissement de la prison sur la rue Delandine.

La fin des prisons au cœur de Lyon

 

Photographie de Jean-Paul Tabey (1970).

Devenues vétustes et surpeuplées – 870 détenus pour 344 places à Saint-Paul en 2003-, les prisons Saint-Joseph et Saint-Paul ne peuvent plus accueillir dans des conditions tolérables les prisonniers.

Un documentaire tourné en 2000 montre des conditions effroyables11 : lieux mal chauffés, trop petits, toilettes sans porte partagées par 3 détenus, cours de promenades ravagées de détritus, rats et cafards dans les douches, fuites d’eaux et fils électriques qui sortent du mur et avec lesquels les prisonniers allument leurs cigarettes… Ces conditions entraînent une violence quotidienne insupportable pour les détenus, mais également les surveillants12. L’Etat a d’ailleurs été plusieurs fois condamné pour les conditions de détention dans ces prisons.

A partir du début des années 2000, un nouveau centre pénitentiaire est construit à Corbas et, le 1er mai 2009, tous les détenus des prisons de Perrache y sont transférés. Suite à une très forte mobilisation des Lyonnais afin de sauvegarder le patrimoine architectural des lieux, l’État lance un appel à projet pour la réhabilitation des bâtiments. Le projet retenu s’articule autour de l’Université Catholique de Lyon et entraîne la destruction d’une partie des 2 prisons. Il intègre la création de bureaux, de logements sociaux et de logements intergénérationnels, ainsi que l’implantation d’un campus de 5 000 étudiants. L’inauguration a lieu en 2015 et contribue à la rénovation du quartier de Perrache, structurée autour de la place des Archives.

Par l’équipe des Archives de Lyon

________________________________________________________________________________________________________________

Sources aux AML

Prison de Roanne

–   DD/301 : Edifices et ouvrages publics : Palais de justice et prisons.- Reconstruction du palais de justice et des prisons de Roanne : pièce 1 à 56 (1765-1789).
– 2S/201 et 6PH/1380 : Plan du premier étage des prisons nouvellement construites à Lyon Par Pierre Gabriel Bugnet (03/02/1789).
– 2S/519 : Plan militaire de Lyon assiégé en 1793 pour servir à l’histoire politique et militaire du peuple de Lyon par Alphonse Balleydier, façade de l’ancienne prison de Roanne (1844).
– 2SAT/20 : Plan minute du 5e arrondissement Louis Benoît Coillet (1821).
– 6PH/748 : Joannès Drevet, “Lyon de nos pères”, p. 221 : portes de la prison de Roanne (copie, entre 1958 et 1988).

1ère prison Saint-Joseph

–   DD/301 : Edifices et ouvrages publics : Palais de justice et prisons. – Reconstruction des prisons de Saint-Joseph : pièce 57 à 87 (1765-1789).
–    4I/3-4I/5 : registres d’écrou (1792-1797).
– 2SAT/18 : Plan-minute du 2e arrondissement par Louis Benoît Coillet (1821).

Prisons de Perrache

– 4I/11 : Police des prisons : arrêtés et instructions ; visites ; commission administrative ; conseil charitable (1802-1866).
– 4I/12 : Idem : comptes ; projets et plans pour la construction de Perrache (1801-1851)
– 4I/13 – Idem : registre d’écrou de la prison de Roanne (1820-1825).
– 4I/38-43 : Registres d’ordre aux directeurs de prisons (An VI-1826).
– 1S94/1 : Projet de prison préventive pour la Ville de Lyon par Antoine Louvier (Saint-Paul et Saint-Joseph, 19 août 1852).
– 4S/262/1-9 et 1821W/174-176 : plans parcellaires du secteur 262 (1874-1981).
– 1PH/1766/1 et 1PH/1768 : photographies de Jean-Paul Tabey (1970).
–    4FI/814 : carte postale représentant l’entrée sur le quai Perrache de la prison Saint-Paul (s.d.).

Sources aux ADRML (non exhaustif)

Prison de Roanne

– 4N/234-240, 807-811 : construction, travaux, réparations (an IX-1868).
– 1Y/280-281 : bâtiments et détenus (an IX-1844).
– 2PL/40 : plan du palais de justice et des prisons attenantes, signé par Dumont, architecte (1836).

1ère prison Saint-Joseph

– 1Y/293-298 : bâtiments.

Prisons de Perrache

– 4N/243-252 : bâtiments des 2 prisons (1823-1934).
– 1Y/299-310 : bâtiments de la prison Saint-Joseph.
– 2Y/346-470, 2Y/527-553 : registres d’écrou de la prison Saint-Joseph (an VIII-1940).
– 1Y/282-287 : bâtiments de la prison Saint-Paul.
– 2Y/55-307, 2Y/308-314 : registres d’écrou de la prison Saint-Paul (an IX-1939, 1833-1850).
– 4474 W/1–434 : Direction des services pénitentiaires. Maison d’arrêt de Lyon Perrache : fonctionnement et détention (1838-2008).

 

 

  1. Les établissements pénitentiaires de Perrache ont eu plusieurs statuts administratifs durant l’histoire : maison d’arrêt, maison de détention, maison de correction, etc… Dans un esprit de simplification, il a été décidé de retenir l’appellation synthétique de « prison ». []
  2. Pourquoi pas Perrache, Archives municipales de Lyon, 2002 (Collection Mémoire vive n°2). Lyon – Le Confluent « Derrières les voûtes », Editions Lieux-Dits, 2005. []
  3. Un historique des lieux d’incarcération à Lyon et dans le département du Rhône est fourni par l’introduction du répertoire de la série Y des Archives du département du Rhône et de la Métropole de Lyon (ADRML) : Série Y – Prisons et prisonniers dans le Rhône (an VIII-1940), répertoire numérique établi par Isabelle BRUNET et Franck IAFRATE, Lyon, 1998. []
  4. Véronique Belle, « Prison de Perrache, puis prison Saint-Joseph », dossier de l’inventaire du patrimoine culturel de la région Auvergne Rhône-Alpes, 2001 – https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/prison-de-perrache-puis-prison-saint-joseph/0799206e-3d82-4f6e-9d67-3c3c26d7a0f6 – consulté le 20 août 2019 []
  5. Débats résumés dans l’ouvrage célèbre de Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975. []
  6. Tel est clairement l’esprit du Rapport au roi sur la situation des hospices, des enfants trouvés, des aliénés, de la mendicité et des prisons, Paris, Imprimerie royale, 1818, 88 p. []
  7. Sarah Jane Elke, « Le système pennsylvanien », dans Criminocorpus, musée d’histoire de la justice, des crimes et des peines, 2017 –https://criminocorpus.org/fr/expositions/prisons/le-penitencier-de-eastern-state/le-systeme-pennsylvanien/ consulté le 20 août 2019- []
  8. Caroline Soppelsa, « Une architecture de compromis », Ibid., 2014 – https://criminocorpus.org/fr/expositions/prisons/la-maison-darret-de-la-sante-une-prison-dans-paris/un-architecture-de-compromis/ consulté le 20 août 2019 – []
  9. Voir le rapport de la Commission des prisons de Lyon, publié dans la Revue du Lyonnais : Léon Bonnardet, « Prisons de Lyon », Revue du Lyonnais, 1re série n° 105, 1837 p. 291-302. []
  10. « La prison Saint-Paul », dossier de l’inventaire du patrimoine culturel de la région Auvergne Rhône-Alpes, 2001 – https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/prison-saint-paul/e841df8f-2a03-4875-9ca7-0cf109da0243, consulté le 20 août 2019 – []
  11. La marmite du Diable, documentaire de Benoît Gadrey et Philippe Evêque diffusé dans « Envoyé spécial » en avril 2000. []
  12. Sur les conditions de vie dans les établissements pénitentiaires lyonnais, outre les archives des établissements eux-mêmes, conservées aux ADRML, il peut être utile de consulter les archives des services centraux de la direction de l’administration pénitentiaire. La chaîne de commandement remontant jusqu’à Paris, les dossiers d’établissements versés par le ministère de la Justice aux Archives nationales sont très révélateurs des incidents jugés les plus graves. Voir « Etablissements pénitentiaires et détenus » sur le site Archives judiciaires du ministère de la Justice, 2009-2011. –http://www.archives-judiciaires.justice.gouv.fr/index.php?rubrique=10774&ssrubrique=10829&article=15045, consulté le 20 août 2020- []

Archives de Lyon

Point de rencontre entre le centre historique et le nouveau quartier de la Confluence, les Archives de Lyon conjuguent passé et modernité. Derrière une grande verrière, au coeur de l’ancien centre de tri postal entièrement réhabilité se trouvent plus de huit siècles de mémoire lyonnaise. Les archives produites par l’administration municipale depuis le Moyen-âge sont précieusement conservées sur des kilomètres de rayonnages. Des archives de familles, d’entreprises, d’associations, de syndicats, d’architectes, de photographes viennent compléter ces sources de l’histoire de Lyon, et rendre compte de la diversité sociale et culturelle du territoire au fil du temps.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Thierry dit :

    Oui, c’est un véritable scandale d’avoir détruit une grande partie de cette prison extrêmement photogénique. J’étais passé par hasard devant pendant les travaux de destruction et avais fait quelques photos au smartphone car je n’avais malheureusement pas sur moi mon matériel.
    A Lyon, on détruit trop fréquemment le patrimoine architectural et à Villeurbanne c’est encore pire !

  2. Philippe CARRY dit :

    Bonjour,

    Pour une parfaite information sur le “sauvetage” des prisons de Perrache, je me permets de vous transmettre le texte suivant que je vous remercie de bien vouloir publier.

    Philippe Carry / L’horloger de Saint-Paul

    _____________________________________

    Prisons de Perrache : Historique
    par Oriane Rebillard créatrice du Blog :
    http://sauvonslesprisonsdeperrache.over-blog.org/archive/2010-11/
     

    Fin février 2009 : le préfet Jacques Gérault annonce la destruction des prisons de Perrache lorsqu’elles seront vidées de ses prisonniers. Les arguments sont simples : le terrain sera plus facile à vendre nu. En cette période de crise, l’État ne veut pas se passer des 20 millions d’euro que représente le foncier. Plusieurs articles paraissent dans la presse. Choquée à l’idée que les deux établissements pénitentiaires dont la qualité architecturale ne fait aucun doute soient détruits, je contacte un ami, Julien Defillon, également sensibilisé par le problème. Nous nous demandons ce que nous pourrions faire, nous, « deux Petits Poucet  du Patrimoine », toujours étudiants, à notre niveau, pour éviter ce drame. Je me remémore qu’à Paris, un groupe a créé un blog pour protester contre des travaux dévastateurs ayant lieux dans l’Hôtel Lambert de Paris. Celui-ci avait pour nom « Sauvons l’Hôtel Lambert ». La formule nous plaît. Nous avons conscience que notre action sera sans doute un coup d’épée dans l’eau, mais nous nous lançons dans l’aventure.
     
    28 février 2009 : Le jour même, je créé un blog sous le nom « Sauvons les prisons de Perrache ». Nos premiers articles sont simples : Historique du site et rappel des événements. Nous expliquons notre point de vue et l’importance de ces prisons d’un point de vue historique, patrimonial et architectural. Dans un deuxième temps, nous relayons les articles parlant des prisons publiés dans les journaux locaux.
    Parallèlement, nous contactons des personnes de notre réseaux : la Renaissance du Vieux-Lyon, où j’avais effectué un stage un an plus tôt, nos professeurs d’Université, nos camarades de classe. L’effet boule de neige est immédiat, nous recevons des appels d’encouragement, des personnes, impliquées au niveau local (des habitants entre autres) souhaitent nous rencontrer. De jour en jour, la mobilisation prend de l’ampleur. Certains journalistes nous contactent sur notre adresse mail créée pour le blog afin avoir des informations, de connaître nos motivations et nos convictions. Certains souhaitent nous rencontrer.
     
    18 mars 2009 : Nous publions une pétition en ligne pour dénoncer ces projets de démolition. Une semaine plus tard, nous dépassons les 100 signataires.
     
    Début avril 2009 : Nous sommes interrogés par des journalistes de France 3 Rhône-Alpes sur notre action. Hélas, nos arguments sont coupés au montage et nous passons pour deux étudiants utopistes. Cette expérience nous servira de leçon et nous feront très attention aux journalistes par la suite.
    Le 2 avril, la barreau de Lyon s’exprime publiquement et remet en cause la décision des démolitions.
    Quelques jours plus tard, Julien et moi sommes invités par Régis Neyret. Il nous félicite de notre démarche et ensemble nous réfléchissons à la manière de mutualiser toutes les forces vives militant pour la défense du patrimoine à l’échelle de la ville.
    Dans nos articles, sur le blog, nous publions des exemples de prisons qui ont été reconverties.
    Didier Rikner, dirigeant du site « La Tribune de l’Art », demande à nous rencontrer lors de l’un de ses déplacements à Lyon. Il publiera par la suite deux articles concernant les prisons. Notre action devient connue au niveau national.
    La polémique enfle et de nombreuses associations (dont la RVL ou PRA) s’expriment publiquement en défaveur de la décision annoncée par le Préfet. Des architectes commencent à donner leur opinion, qu’ils soient pour, ou contre.
     
    3 mai 2009 : les prisonniers sont transférés dans la nouvelle prison de Corbas. Il est plus que jamais temps de faire bloc.
     
    Début mai : à notre grande surprise, des étudiants nous écrivent par mail, nous transmettent des projets de reconversions des prisons sur lesquels ils ont travaillé et nous autorisent à les mettre en ligne afin de prouver que OUI, une reconversion est possible.
     
    6 mai 2009 : Une rumeur courrait depuis quelques jours. Le 6 mai, le préfet bloque la procédure de démolition et lance un appel à idées pour la reconversion des prisons, dont l’échéance est fixée au 15 septembre.
     
    Juin 2009 : Plusieurs actions ont lieu pour les prisons : conférences aux Archives Municipales, journée d’étude organisée par le CAUE 69 (25 juin). Certains rapportent qu’une cinquante de dossiers seraient en cours de préparation pour le mois de septembre.
     
    Septembre 2009 : Suite au dépôt des dossiers, certaines équipes nous demandent de publier sur le blog les projets qu’ils ont proposés au préfet. Ils sont encore disponibles sur le blog.
     
    28 septembre 2009 : Le préfet organise une conférence de presse. Il annonce que 16 dossiers ont été déposés (dont deux proposaient de tout démolir). Cet appel à idées ayant été positif, il annonce qu’un appel à projets aura lieu dans les semaines à venir.
     
    Notre action en tant que blogueur s’arrête là. La suite est connue. Le cahier des charges est connu au début de l’année 2010 et les projets retenus le sont à la fin de l’année.
    Les prisons seront reconverties, mais une grande partie sera démolie. L’avenir nous dira si ces projets, achevés à la rentrée 2015, étaient la bonne solution.
     
    Depuis j’ai rencontré et j’ai été contacté par de nombreux étudiants qui se sont intéressés à la reconversion des prisons afin de leur expliquer qu’elle avait été notre démarche.
     
    Toujours est-il que nous avons démontré que la mobilisation est possible, et qu’il ne faut parfois pas grand-chose pour faire basculer les décisions politiques et pour rassembler les gens pour la défense d’une idée commune, afin de protéger notre passé et notre avenir. Nous avons mis la technologie Internet à l’honneur car elle permettait de communiquer rapidement sur les sujets et les événements qui nous tenaient à cœur.

    Le blog est toujours disponible à l’adresse suivante : http://sauvonslesprisonsdeperrache.over-blog.org/archive/2010-11/
    Aujourd’hui, il sert de témoignage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.