Archives de Lyon

Point de rencontre entre le centre historique et le nouveau quartier de la Confluence, les Archives de Lyon conjuguent passé et modernité. Derrière une grande verrière, au coeur de l’ancien centre de tri postal entièrement réhabilité se trouvent plus de huit siècles de mémoire lyonnaise. Les archives produites par l’administration municipale depuis le Moyen-âge sont précieusement conservées sur des kilomètres de rayonnages. Des archives de familles, d’entreprises, d’associations, de syndicats, d’architectes, de photographes viennent compléter ces sources de l’histoire de Lyon, et rendre compte de la diversité sociale et culturelle du territoire au fil du temps.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Thierry dit :

    Oui, c’est un véritable scandale d’avoir détruit une grande partie de cette prison extrêmement photogénique. J’étais passé par hasard devant pendant les travaux de destruction et avais fait quelques photos au smartphone car je n’avais malheureusement pas sur moi mon matériel.
    A Lyon, on détruit trop fréquemment le patrimoine architectural et à Villeurbanne c’est encore pire !

  2. Philippe CARRY dit :

    Bonjour,

    Pour une parfaite information sur le “sauvetage” des prisons de Perrache, je me permets de vous transmettre le texte suivant que je vous remercie de bien vouloir publier.

    Philippe Carry / L’horloger de Saint-Paul

    _____________________________________

    Prisons de Perrache : Historique
    par Oriane Rebillard créatrice du Blog :
    http://sauvonslesprisonsdeperrache.over-blog.org/archive/2010-11/
     

    Fin février 2009 : le préfet Jacques Gérault annonce la destruction des prisons de Perrache lorsqu’elles seront vidées de ses prisonniers. Les arguments sont simples : le terrain sera plus facile à vendre nu. En cette période de crise, l’État ne veut pas se passer des 20 millions d’euro que représente le foncier. Plusieurs articles paraissent dans la presse. Choquée à l’idée que les deux établissements pénitentiaires dont la qualité architecturale ne fait aucun doute soient détruits, je contacte un ami, Julien Defillon, également sensibilisé par le problème. Nous nous demandons ce que nous pourrions faire, nous, « deux Petits Poucet  du Patrimoine », toujours étudiants, à notre niveau, pour éviter ce drame. Je me remémore qu’à Paris, un groupe a créé un blog pour protester contre des travaux dévastateurs ayant lieux dans l’Hôtel Lambert de Paris. Celui-ci avait pour nom « Sauvons l’Hôtel Lambert ». La formule nous plaît. Nous avons conscience que notre action sera sans doute un coup d’épée dans l’eau, mais nous nous lançons dans l’aventure.
     
    28 février 2009 : Le jour même, je créé un blog sous le nom « Sauvons les prisons de Perrache ». Nos premiers articles sont simples : Historique du site et rappel des événements. Nous expliquons notre point de vue et l’importance de ces prisons d’un point de vue historique, patrimonial et architectural. Dans un deuxième temps, nous relayons les articles parlant des prisons publiés dans les journaux locaux.
    Parallèlement, nous contactons des personnes de notre réseaux : la Renaissance du Vieux-Lyon, où j’avais effectué un stage un an plus tôt, nos professeurs d’Université, nos camarades de classe. L’effet boule de neige est immédiat, nous recevons des appels d’encouragement, des personnes, impliquées au niveau local (des habitants entre autres) souhaitent nous rencontrer. De jour en jour, la mobilisation prend de l’ampleur. Certains journalistes nous contactent sur notre adresse mail créée pour le blog afin avoir des informations, de connaître nos motivations et nos convictions. Certains souhaitent nous rencontrer.
     
    18 mars 2009 : Nous publions une pétition en ligne pour dénoncer ces projets de démolition. Une semaine plus tard, nous dépassons les 100 signataires.
     
    Début avril 2009 : Nous sommes interrogés par des journalistes de France 3 Rhône-Alpes sur notre action. Hélas, nos arguments sont coupés au montage et nous passons pour deux étudiants utopistes. Cette expérience nous servira de leçon et nous feront très attention aux journalistes par la suite.
    Le 2 avril, la barreau de Lyon s’exprime publiquement et remet en cause la décision des démolitions.
    Quelques jours plus tard, Julien et moi sommes invités par Régis Neyret. Il nous félicite de notre démarche et ensemble nous réfléchissons à la manière de mutualiser toutes les forces vives militant pour la défense du patrimoine à l’échelle de la ville.
    Dans nos articles, sur le blog, nous publions des exemples de prisons qui ont été reconverties.
    Didier Rikner, dirigeant du site « La Tribune de l’Art », demande à nous rencontrer lors de l’un de ses déplacements à Lyon. Il publiera par la suite deux articles concernant les prisons. Notre action devient connue au niveau national.
    La polémique enfle et de nombreuses associations (dont la RVL ou PRA) s’expriment publiquement en défaveur de la décision annoncée par le Préfet. Des architectes commencent à donner leur opinion, qu’ils soient pour, ou contre.
     
    3 mai 2009 : les prisonniers sont transférés dans la nouvelle prison de Corbas. Il est plus que jamais temps de faire bloc.
     
    Début mai : à notre grande surprise, des étudiants nous écrivent par mail, nous transmettent des projets de reconversions des prisons sur lesquels ils ont travaillé et nous autorisent à les mettre en ligne afin de prouver que OUI, une reconversion est possible.
     
    6 mai 2009 : Une rumeur courrait depuis quelques jours. Le 6 mai, le préfet bloque la procédure de démolition et lance un appel à idées pour la reconversion des prisons, dont l’échéance est fixée au 15 septembre.
     
    Juin 2009 : Plusieurs actions ont lieu pour les prisons : conférences aux Archives Municipales, journée d’étude organisée par le CAUE 69 (25 juin). Certains rapportent qu’une cinquante de dossiers seraient en cours de préparation pour le mois de septembre.
     
    Septembre 2009 : Suite au dépôt des dossiers, certaines équipes nous demandent de publier sur le blog les projets qu’ils ont proposés au préfet. Ils sont encore disponibles sur le blog.
     
    28 septembre 2009 : Le préfet organise une conférence de presse. Il annonce que 16 dossiers ont été déposés (dont deux proposaient de tout démolir). Cet appel à idées ayant été positif, il annonce qu’un appel à projets aura lieu dans les semaines à venir.
     
    Notre action en tant que blogueur s’arrête là. La suite est connue. Le cahier des charges est connu au début de l’année 2010 et les projets retenus le sont à la fin de l’année.
    Les prisons seront reconverties, mais une grande partie sera démolie. L’avenir nous dira si ces projets, achevés à la rentrée 2015, étaient la bonne solution.
     
    Depuis j’ai rencontré et j’ai été contacté par de nombreux étudiants qui se sont intéressés à la reconversion des prisons afin de leur expliquer qu’elle avait été notre démarche.
     
    Toujours est-il que nous avons démontré que la mobilisation est possible, et qu’il ne faut parfois pas grand-chose pour faire basculer les décisions politiques et pour rassembler les gens pour la défense d’une idée commune, afin de protéger notre passé et notre avenir. Nous avons mis la technologie Internet à l’honneur car elle permettait de communiquer rapidement sur les sujets et les événements qui nous tenaient à cœur.

    Le blog est toujours disponible à l’adresse suivante : http://sauvonslesprisonsdeperrache.over-blog.org/archive/2010-11/
    Aujourd’hui, il sert de témoignage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search